alexametrics
mercredi 29 novembre 2023
Heure de Tunis : 00:26
A la Une
Est fou celui qui attaque l’UGTT
10/06/2022 | 10:55 , mis à jour à 11:30
9 min
Est fou celui qui attaque l’UGTT

 

La puissante centrale syndicale UGTT (Union générale tunisienne du travail) est sous le feu des proches du président de la République, ces dernières semaines.  Ça a pris une nouvelle tournure hier, jeudi 9 juin, lors de deux conférences de presse concomitantes.

 

La première a été organisée par un groupuscule inconnu se nommant : « Mouvement du 25-Juillet » et s’autoproclamant « défenseur de la souveraineté du peuple ». Ce groupe soutient le régime de Kaïs Saïed et s’apparente clairement à un parti, même s’il s’en défend.

Lors de la conférence de presse, Ahmed Rakrouki (qui n’a pas précisé son poste dans ce mouvement) a déclaré que le secrétaire général de l’UGTT est « dépourvu de toute légitimité après le jugement de première instance en sa défaveur ».

Son appel à la grève générale du secteur public, le 16 juin, est donc nul et non avenu selon la loi, d’après lui. Il estime que l’UGTT a dévié de son chemin, a failli à sa mission et utilise ses affiliés comme chair à canon.

Dans le même sillage, quelques jours auparavant, le constitutionnaliste Rabeh Khraïfi, un des plus grands propagandistes de Kaïs Saïed, invite le président à « limer les ongles » de l’UGTT et ce en cessant le versement des cotisations que l’Etat prélève sur les salaires des fonctionnaires, en exigeant le règlement d’une dette au profit de la CNSS, en mettant fin aux mises à disposition des fonctionnaires et en frappant de nullité toutes les décisions du dernier congrès de l’UGTT.

Ce même discours guerrier est repris en chœur par les défenseurs de Kaïs Saïed depuis plusieurs jours.

 

La seconde conférence de presse du jeudi 9 juin a été organisée par les magistrats en grève depuis lundi dernier. Le président de l’Association des magistrats tunisiens, Anas Hmaïdi, a accusé la ministre de la Justice de s’ingérer dans l’affaire du congrès de l’UGTT et d’essayer d’influencer le cours de la justice.

« La ministre a appelé la première présidente de la Cour d’appel afin de lui demander d’attribuer l’affaire à une chambre précise... La première présidente de la Cour d’appel a refusé cette ingérence (…) elle a été révoquée juste après », a indiqué le magistrat.

Au vu des témoignages et des déclarations hostiles des uns et des autres et au vu de la campagne anti-UGTT observée sur les réseaux sociaux par les caciques du régime, il est clair que la centrale syndicale est dans le viseur du président de la République.

« Nous sommes dans la ligne de mire du pouvoir », a confirmé Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’UGTT, jeudi 9 juin.

 

La raison ? Elle est connue par tout le monde. La centrale syndicale a refusé d’être un faire-valoir du projet de Kaïs Saïed de pondre une constitution à sa guise et de valider le programme économique qu’a envoyé le gouvernement au FMI. Un programme établi en solo sans concertation aucune ni avec l’UGTT, ni les partis, ni la société civile.

Depuis son putsch du 25 juillet, le président Kaïs Saïed s’est accaparé les pleins pouvoirs et veut diriger la Tunisie à sa guise, selon son bon vouloir. Il exige que l’ensemble des corps de l’Etat et des corps intermédiaires y adhèrent, sous peine de sanctions.

C’est le sort réservé à l’Instance de lutte contre la corruption, à plusieurs hauts cadres de l’État et au conseil supérieur de la magistrature. Cette politique oppressive n’ayant pas donné tous les résultats escomptés, le président a révoqué la semaine dernière 57 magistrats en les accablant de différentes accusations infâmantes. Il se trouve qu’une partie de ces 57 magistrats a juste refusé d’enfreindre la loi et de servir le président dans ses objectifs politiques.

Le traitement est cependant différent avec les organisations professionnelles qui ne sont pas sous sa hiérarchie.

Peu importe, Kaïs Saïed a joué de l’intimidation et ça a marché avec la centrale patronale Utica qui s’est aplatie devant lui.

Avec l’Union des agriculteurs, Utap, et au vu de la résistance de son président, l’islamiste Abdelmajid Ezzar, le président a misé sur la traîtrise de son entourage. Un véritable putsch a été réalisé en son sein et Noureddine Ben Ayed s’est autoproclamé président. Avec la bénédiction du palais qui l’a rapidement invité au simulacre du dialogue national dont la finalité est de pondre, en quelques jours, une nouvelle constitution pour une nouvelle République.

 

Avec les avocats, il a fait miroiter une carotte à son bâtonnier et ça a également marché. Brahim Bouderbala figure au premier plan du dialogue et parmi les personnalités préférées du président. Peu importe s’il a tourné le dos à des décennies de militantisme du corps des avocats.

Idem pour l’Union nationale des femmes tunisiennes et sa présidente Radhia Jerbi.

 

La seule organisation nationale à résister à l’hégémonie de Kaïs Saïed, c’est l’UGTT. Elle est restée fidèle à ses traditions ancestrales de résistance au pouvoir despotique, dès lors que ce dernier cherche des intérêts personnels au détriment du pays.

Dans un premier temps, l’UGTT a bien cautionné le putsch du 25-Juillet, qui a chassé les islamistes du pouvoir. Il était alors question de sauver le pays et de mettre en place un programme pour corriger la trajectoire de la démocratie.

Or, au fil des mois, il s’est avéré que Kaïs Saïed ne cherche qu’à asseoir son pouvoir personnel et décide tout seul, sans concertation aucune avec les forces vives du pays. Le président ne reconnait ni les médias, ni les partis, ni les organisations nationales, il ne parle qu’aux béni-oui-oui. 

Face à cette fuite en avant du président, l’UGTT a fini par dire non et a annoncé son refus de participer au dialogue national. Hors de question d’être complice dans ce mensonge de rédaction d’une nouvelle constitution. C’est un secret de Polichinelle que de dire que la constitution a déjà été rédigée par le président et que ce dialogue national est juste fait pour amuser la galerie et tromper les observateurs internationaux.

Ce refus a été mal accepté par le pouvoir qui a cherché, dès lors, à casser l’insolent secrétaire général Noureddine Taboubi.

Pour cela, il a tenté l’annulation du dernier congrès controversé de l’UGTT. Tentative échouée après le refus de la magistrate chargée du dossier. Il fait miroiter maintenant cette question de versement des cotisations des fonctionnaires et de la dette de la CNSS. Dette effacée sous la présidence de Mehdi Jomâa en 2014, soit dit en passant.

Kaïs Saïed, et ses militants, estiment à terme pouvoir gagner le bras de fer.

 

Il ne faut cependant jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Plusieurs s’y sont essayés auparavant et ils se sont cassé les dents. Kaïs Saïed n’a pas 1% de Margareth Thatcher pour pouvoir vaincre la puissante centrale syndicale. Les présidents Habib Bourguiba et Zine El Abidine Ben Ali en savent quelque chose. L’ex puissance coloniale s’est également essayée, allant jusqu’à l’assassinat du leader Farhat Hached, sans pouvoir mettre à genou l’UGTT.

Bon à rappeler, le 14-Janvier n’aurait jamais eu lieu sans l’appui de l’UGTT.

Le président défunt Béji Caïd Essebsi a bien retenu les leçons de l’Histoire et s’est toujours débrouillé pour avoir l’UGTT à ses côtés. « Est fou celui qui attaque l’UGTT », nous a-t-il déclaré un jour en réunion informelle avec les journalistes.

Ce que Kaïs Saïed et ses aficionados ignorent, c’est la capacité de nuisance de la centrale syndicale.

Si le pouvoir veut lui assécher ses ressources, avec cette question de retenue des cotisations, l’UGTT a le pouvoir de faire bloquer le pays en moins de 48 heures et d’assécher ses sources de revenus.

Si elle a décrété une grève d’un jour de la fonction publique, afin de réclamer des augmentations de salaire, elle a le pouvoir de prolonger à l’infini cette grève. Ce ne sont pas les fonctionnaires qui vont dire non. Rien que la grève du transport est capable de bloquer le pays.

Sans aller à ces solutions extrêmes, qui peuvent nuire aux intérêts de la population, il lui suffit de demander aux fonctionnaires des impôts d’observer une grève, pour que l’État ne trouve plus de quoi payer ses charges.

Elle a également la possibilité d’utiliser ses amis à l’Utica qui s’opposent à la politique d’avilissement et de l’autruche observée par son bureau exécutif. Si l’Etat refuse d’opérer les retenues sur salaire au profit de l’UGTT, l’Utica peut également refuser d’opérer les retenues sur salaires au profit de l’Etat, puisque ce sont les patrons qui paient les impôts sur le revenu de leurs employés. Que l’UGTT aille chercher toute seule ses cotisations et que l’Etat aille chercher tout seul ses impôts.

 

Le fait est que l’UGTT a plusieurs cordes à son arc et est prête à affronter le régime de Kaïs Saïed.

Si Kaïs Saïed veut la guerre, l’UGTT a les moyens humains et matériels de la mener.

 

Or ni Noureddine Taboubi, ni l’UGTT ne veulent la guerre. Ils n’ont de cesse de dire, depuis le 25 juillet, qu’ils ne cherchent qu’à être associés aux décisions stratégiques pour le sauvetage du pays. L’UGTT refuse d’être un faire-valoir et de cautionner des décisions qui ne sont pas siennes.

En un mot, ce que demande l’UGTT, tout comme les partis, la société civile et les médias, c’est un dialogue avec les forces vives du pays. La Tunisie n’est pas et ne peut pas être une ferme où le président décide et les autres valident.

 

Raouf Ben Hédi

 

10/06/2022 | 10:55 , mis à jour à 11:30
9 min
Suivez-nous
Commentaires
Houcine
Est fou qui attaque L'UGTT ?
a posté le 14-06-2022 à 14:10
La preuve par les islamistes qui en ont saccagé les locaux du siège.
Et puis, qui entreprirent de lui faire la peau en cherchant à débaucher et créer un syndicat bidon.
Quel est le fou ?
Il y en a qui ont la mémoire sélective.
Il n'est que de lire les affirmations élogieuses des groupies islamistes depuis que la Centrale a choisi, Taboubi seul ou avec quelques uns, d'adopter une position peu conciliante envers le Chef de l'Etat.
Hier, L'UGTT était l'ennemi. La voilà louée.
Et dure qu'on veut prétendre qu'ils pensent.
KEF
QUI CROIRE....
a posté le 13-06-2022 à 08:06
Sommes nous tous devenus fou, à croire RBH, L'UGTT est au dessus de tous le monde, c'est le sainteté absolue et à sa tête son excellence Taboubi.
Ce que cette centrale craint, que les accords imposés ou supposé dicté par le FMI lui couperait les vivres dans l'avenir.
Pour assenir l'économie il est tout a fait normal de privatiser certaines entreprises publiques quoi qu'il en coûte.
L'UGTT et Taboubi doit comprendre que la situation du pays est catastrophique à tout point de vue.
Nous nous sommes plus dans les années cinquante c'était une autre lutte et une autre conception de la vie.
Non nous ne sommes pas fou, la donne a changé et L'UGTT doit se soumettre aux conditions du réel.
Aucun syndicat au monde ne dicte ces prérogatives au gouvernement de quel bord que se soit.
A chacun ces devoirs.
SidiBou
Opportunistes que nous sommes'?'.
a posté le 12-06-2022 à 12:18
Il n'est pas fou ce qui contredit l'UGTT, car la crédibilité de Farhat Hached n'y est plus et les hommes actuels ne sont de la même étoffe du combattant de l'époque.
Les hommes d'aujourd'hui sont des opportunistes qui soit syndicalistes ou politiciens sont tous des menteurs. Il suffit voir ou entendre les commentaires pour justifier les prochains
Grève. Je ne peux que dire lamentable, lamentable et lamentable.
PS: je ne suis nullement un partisan du Président, je suis de l'ancienne garde!
EL OUAFI
Le pouvoir parallèle, na pas lieu d'être.
a posté le 12-06-2022 à 09:58
Une centrale Syndicale, on ne répète pas assez, son rôle principal est défendre les intérêts des travailleurs.
Point, sa mission se limite à cette activité.
Elle devrait et doit être APOLITIQUE.
EN AUCUN CAS SE M'?LER DE LA POLITIQUE.
La politique est réservé aux politiciens, ne pas confondre politique et être chargé de mission.
Dans les pays démocrates, et civilisés, '?uvrent en respectant les lois, les chartes.
En Tunisie quelques leaders syndicaux ont aidé les politiciens à se défaire de l'occupation.
Par la suite l'amalgame s'est perpétué, sous Bourguiba, et Ben Ali.
Donc le moment est venu pour éclaircir ce dilemme.
La grande Muette à la Caserne
La Centrale syndicale dans ses locaux, où s'exerce le rôle syndicale.
TABOUBI il faut choisir entre le syndicat ou bien la politique.
Tu confonds ces deux fonctions !
EL OUAFI
Mr Taboubi vous avez creusé votre tombe !
a posté le 11-06-2022 à 23:39
Une centrale Syndicale, on ne répète pas assez, son rôle principal est défendre les intérêts des travailleurs.
Point, sa mission se limite à cette activité.
Elle devrait et doit être APOLITIQUE.
EN AUCUN CAS SE M'?LER DE LA POLITIQUE.
La politique est réservé aux politiciens, ne pas confondre politique et être chargé de mission.
Dans les pays démocrates, et civilisés, '?uvrent en respectant les lois, les chartes.
En Tunisie quelques leaders syndicaux ont aidé les politiciens à se défaire de l'occupation.
Par la suite l'amalgame s'est perpétué, sous Bourguiba, et Ben Ali.
Donc le moment est venu pour éclaircir ce dilemme.
La grande Muette à la Caserne
La Centrale syndicale dans ses locaux, où s'exerce le rôle syndicale.
TABOUBI il faut choisir entre le syndicat ou bien la politique.
Tu confonds ces deux fonctions !
watani2
Pauvre Tunisie!
a posté le 11-06-2022 à 21:39
Ce beau pays construit par Zaim Bourguiba est au stade de décomposition, la Tunisie lutte contre la mafia de l'UGTT et celle de Ennahdha et ses ramifications, les voleurs des caisses de l'Etat et la corruption qui s'est propagée jusqu'aux magistrats et les médias. Que reste-il de ce pays ? Les criminels, les voyous, les bandits, les menteurs, les corrompus, les oportunistes, les terroristes,.....Les tunisiens ont fuit le pays, médecins, igéneurs, enseignants, hommes d'affaires,..ont choisis d'investire dans d'autres pays. Le seul espoir qui reste pour sauver ce beau pays, c'est les militaires chourafas pour défendre les vrais tunisiens. Le Président devra s'appuyer sur ce corps pour arrêter les criminels de l'UGTT dont le chef est le boucher Taboubi et obliger les voleurs Ennahdha de rembouser l'argent qu'ils ont eu sous prétexte d'indemnisation de leur séjour en prison. Ces criminels avaient commis des actes criminels en jetant l'acide HCL sur des innocentes filles portant la minijupes à l'époque. Ces criminels doivent revenir en prison et rembouser l'argen qu'ils ont volé. Le Président KS avec l'appui des militaires est appelé à continuer son oeuvre pour nettoyer la magistrature, l'UGTT, l'administration et les établissements financiers. Por mettrre de l'ordre dans la société, KS doit taper fort contre ces opposants rejetés par le peuple.
intuitif
Robocop fou
a posté le 11-06-2022 à 19:24
donc , Robocop est fou. CQFD.
Forza
En Bolivie, l'ex-présidente condamnée pour l'organisation d'un coup d'Etat
a posté le 11-06-2022 à 17:38
Extrait du journal Le Monde
'
Le tribunal de première instance de La Paz a décidé d'une « condamnation » d'une « peine de dix ans » d'emprisonnement, à purger dans une prison pour femmes de La Paz, trois mois après le début du procès et quinze mois après le placement en détention provisoire de l'ancienne cheffe de l'Etat de droite. Les anciens chefs des forces armées, Williams Kaliman, et de la police, Yuri Calderon, tous deux en fuite, ont écopé de la même peine.
Mme Añez, âgée de 54 ans, a été condamnée pour avoir accédé à la présidence de manière anticonstitutionnelle
'
Les dictateurs se croient être à l'abri jusqu'au moment ils se trouvent fi galbha ou en exil.
wilfahim yifhim.
https://www.lemonde.fr/international/article/2022/06/11/bolivie-l-ex-presidente-par-interim-jeanine-anez-condamnee-a-dix-ans-de-prison-pour-l-organisation-d-un-coup-d-etat_6129793_3210.html
Nephentes
Mr Saed est pret a faire couler le sang
a posté le 11-06-2022 à 16:26
Les intimidations et violences policieres qui s'organisent, ainsi, qu'a Dieu ne plaise le sang qui coulerait

sont imputables directement a Mr Saed et sa clique de débiles névrosés

Ce qu'est en train de planifier cette clique est criminel et n'a rien a voir avec une opération de sécurisation de l'espace public
takilas
Ezzar et Taboubi ont été placés en 2012 par nahdha.
a posté le 11-06-2022 à 15:27
Comment voulez-vous qu'ils soient ?
Mais on l'avait pourtant prédit dès cette date et on nous a traités de tous les maux surtout par des propos régionalistes contre les gens du nord de La Tunisie plus patriotes et plus nationalistes qui ne veulent que du bien pour La Tunisie et ne cherchent pas à escroquer l'?tat d'une part et obtenir ridiculement des compensations fantoches qu'ils n'y ont même pas pensé en 1956 lorsqu'il y a eu colonolisation réelle et non pas comme maintenant une colonisation interne, matérialisée par plusieurs manigances qu'il est inutile de citer leur liste.
nazou de la chameliere
Douze mille annnns ?
a posté le 11-06-2022 à 11:52
On nous a tellement tartiné avec les trois mille ans !!!
Et vlati pas ,qu'on prend sur la gueule, neuf mille annnns de plus !!!
Je viens de prendre un de ces coup de vieux !!!
Que même mon miroir ne me reconnaît pas !!! :))))))))))

(Modérateur ça n'est pas grave s'il m'insulte, faut bien qu'il se défoule)
Bab Ezzira
A ma vielle chamelière de Nazou. 12 000 ans d'histoire ? Désormais, c'est un peu plus
a posté le à 17:29
Je n'ai pas à vous insulter, tant vous me faites de la peine pour votre ignorance manifeste. Je tiens tout de même à vous inviter pour creuser dans votre semblant de petite cervelle pour étudier l'histoire de ce grand pays :
Voici un bref aperçu des ciliations "industrielles" qui ont marqués le nord afrique et précisément la Tunisie :
L'ère Acheuléen de 1 760 000 à 150 000 ans avant JC (Sites d'El Mekta et Redeyef, dans les environs de Gafsa, Sidi Zine, dans les environs du Kef)
L'ère Moustérien de 350 000 à 50 000 ans AV JC Caractérisé par les industries lithiques. (sites de Aïn Metherchem (Kairouan), Sidi Mansour (Gafsa), Bizerte, Fériana, Gabès, et El Guettar
L'ère Atérien de 145 000 à 30 000 ans (sites de Bizerte, du cap Bon, de Hergla, de Monastir, de Gabès, de Gafsa et de Redeyef.)
L'ère Ibéromaurusien de 25 000 à 10 000 ans AV JC caractérisé par l'industrie ibéromaurusienne au Maghreb dans la dernière phase du Paléolithique supérieur. (Sites de Tabarka, Nefza et Ouchtata)
L'ère Capsien de 10 000 à 6000 ans Av JC
La civilisation Capsienne remonte à 9800 ans et s'étend sur l 'ouest de la Tunisie jusqu'au nord-ouest de l'Algérie actuelle. Le nom de la ville de Gafsa découle de Capsa origine de cette civilisation. Cette civilisation a marqué le passage de l'ère de la civilisation paléolithique tardive aux premières phases du Néolithique.
Source Wikipedia et Encyclopédie Universalis
( J'en suis certain ma petite vielle chamelière de Nazou qu'avec un peu d'effort vous arriverez à comprendre ces faits historiques et l'apport de ce grand pays à la civilisation universelle)
Sur ce pauvre vieille Chamelière je te laisse baigner dans ta pisse de chameau
nazou de la chameliere
BEB DZIRA
a posté le à 20:00
Est je crois d'origine ,arabe
Mais je ne suis pas contrariante !
Puis un si "grand " pays ,qui fini aussi mal ,c'est une question d'appréciation !
ou d'optique ou d'une grande illusion !
Mais si vous tenez tant que ça ,a retourner a l'âge de pierre !
Je préfère rester avec Tabboubi !!!!
D'ailleurs aucune femme ne vous suivra !
Nous passer de lave linge et de lave-vaisselle ,il faut être complètement cinglée !!!
:))))))
Bab Ezzira
Quand le sage montre la lune l'abruti regarde le doigt
a posté le à 04:39
Je ne t'invite pas à revenir dans la préhistoire de ce grand pays mais plutôt je mettais en exergue son apport dans l'évolution de la civilisation universelle depuis plus de 12 000 ans.
Oui c'est un grand pays détruit par ce fameux couple batard Islamo-anarchiste mandaté par un occident criminel, haineux, traitre et hypocrite.
C'est un grand pays (à ce qu'il vous déplaise) qui renaitra de ses cendres loin de ce couple batard, des traitres et des abrutis
C'est un grand pays dont l'histoire contemporaine remonte a plus de 3000 ans qui a connu la première République dans le monde la première démocratie, la premiere constitution, le premier parlement avec chambre bicamérale.
Je suis Citoyen de ce grand pays fier de ces origines Amazigh, Carthaginoise, Romaine, Arabo-musulmane.
Oui Je suis d'origine Arabe, UN IDRISSI CHERIF descendant direct de l'Imam Ali, venu en Tunisie depuis plus de 1000 ans avec un livre à la main et non pas comme vos alleux à dos de chameaux armés de sabres et de cailloux pour voler, violer et tuer.
Je suis Idrissi mais le sang Amazigh coule dans mes veines de part mon grand ancêtre Idriss El Akbar marié à une princesse amazigh.
Allez ; Haya sayeb Salah ; I waste so much time with you, je vous laisse comme vous dites entre de bonnes mains avec votre boucher de Tabboubi, il raffole de la viande de chamelle bien cuite et bien arrosée.
Mes salutations pour Habel Charlatan l'éffeminé.
Mad
Leche bottes professionnels pour location.
a posté le 11-06-2022 à 11:29
Nouvelle profession en Tunisie avec un avenir incertain.
JUDILI58
@ retraté
a posté le 11-06-2022 à 11:14
L'ugtt n'est pas une organisation sociale pour qu'elle " revienne à sa mission sociale " comme vous le suggérez. L'ugtt est un PARTENAIRE économique représentant les salariés et défendant leurs droits.
Les rappels historiques succincts que vous avez cités dans votre commentaire manquent de précisions. En 1978 le conflit entre l'ugtt et le gouvernement n'était ni plus ni moins qu'un énième épisode de la lutte de succession que se livraient à l'époque des factions au sein du PSD. Et feu Habib Achour a pris part à cette lutte intestine et a entraîné l'ugtt dans cette fronde pour abattre feu Hedi Nouira. Le 26 janvier 1978 n'avait rien de syndical car le 24 janvier 1978 le gouvernement avait accepté toutes les revendications salariales de l'ugtt et malgré cela la centrale syndicale a maintenu l'appel à la grève générale. Dès lors les masques sont tombés et le conflit était devenu politique et non syndical.
Malheureusement l'histoire de l'ugtt est émaillée de déviations de la centrale de sa MISSION SYNDICALE.
Bab Ezzira
Est FOU celui qui croit que ces morveux sont les fils de Hacherd
a posté le 11-06-2022 à 10:59
Oui certainement, Est FOU celui qui croit que ce corporatisme mafieux est l'?uvre de Hacherd
J'ai longtemps répété que ces pseudos syndicalistes qui se pretendent etre les héritiers de Hached ne sont en réalité que de vulgaires fils de Moufida (de Sami Fehri) En effet si Hached a sacrifié sa vie pour lutter contre la colonisation, ces malheureux batards luttent pour la reinstauration de la colonisation par l'endettement dangereux de l'Etat pour satisfaire leurs désirs farfelus, la privation de l'Etat de ses recettes fiscales de ses terres domaniales, et de ses revenus miniers.
Ce corporatisme mafieux est malheureusement la porte de nos malheurs par la quelle penetre un occident traitre, haineux, malade pour détruire une Tunisiequi a plus de DOUZE MILLE ANS DE CIVILISATION..
NON pour un pays qui accuse des années lumières de retard, la grève ne doit pas ETRE UN DROIT CONSTITUTIONNEL. C'est l'alibi utilisé par ces batard pour justifier l'arrêt de travail du corps médical en rejetant le principe de non-assistance de personne en danger pour hiérarchie de loi.
C'est cette même hiérarchie des textes qui autorise les forces de l'ordre a faire la grève, et les magistrats a bloquer les intérêts du contribuable pendant plus d'un mois pour obtenir d'un etat faible des salaires NON ADAPTES AUX CAPAACITES DU PAYS.
Cette fameuse constitution de 2014 écrite et approuvée par BHL est truffée de MINE POUR CONSACRER LE CHAOS EN TUNISIE.
La nouvelle constitution DOIT CONSACRER la continuité du travail de l'Etat à travers ses fonctionnaires qui sont au service du contribuable ET NON LE CONTRAIRE.
Ainsi le droit à la grève doit être banni de la fonction publique
Le droit syndicale doit être interdit pour certains ministères comme l'intérieur, les affaires étrangères, la justice, la santé, l'éducation'?'
IL REVIENT AU VRAI CONTRIBUABLE (QUI PAYE SES IMPOTS) D'ARRETER L'HEGEMONIE D'UNE ADMINISTATION VOYOU CORROMPUE A LA MOELLE qui impose ses règles grâce à l'UGTT
BIEN
Automne de la Corona : Israël prévoit un 5e coup de feu
a posté le 11-06-2022 à 10:34
En Israël, le nombre de cas de Corona est à nouveau en hausse. Le gouvernement prévoit donc une cinquième vaccination pour les personnes particulièrement menacées.

Selon les informations officielles, Israël est sur le point de connaître la prochaine vague de Corona. Le déclencheur serait la variante omicron BA.5. Et, ô miracle, les quatre vaccins précédents ne sont guère efficaces contre elle. Il en faudrait un cinquième, qui offrirait une protection particulière.

On entend souvent la phrase "Mais nous pensions que c'était fini" ces jours-ci en Israël. Le nombre d'infections à Corona est en forte hausse, beaucoup de choses indiquent le début d'une sixième vague, déclenchée par le sous-variant BA.5 d'Omikron. Pikannt : Israël a été considéré dès le début comme le champion du monde de la vaccination. Mais le taux de vaccination élevé n'a probablement eu aucun effet. Pourtant, les officiels ne cessent de répéter que les évolutions sont soi-disant plus légères après une vaccination.

L'arrivée prochaine d'une cinquième piqûre en Israël dépendra surtout de la situation dans les hôpitaux. Les responsables du ministère de la Santé espèrent encore que la nouvelle variante est certes très contagieuse, mais qu'elle n'entraîne pas un nombre élevé d'évolutions complexes. Si les jours à venir ne confirment pas cet espoir, les personnes âgées et immunodéprimées seront probablement appelées à faire des rappels. En Israël, ces groupes ont déjà pu recevoir quatre vaccins, la dernière vague de vaccination ayant eu lieu en janvier - il y a donc cinq mois. L'effet protecteur de ce rappel pourrait donc déjà être fortement réduit. En plus des personnes âgées, les parents sont également appelés à faire vacciner leurs enfants avec un rappel s'ils n'ont reçu que deux doses de vaccin.
VIO
Ouh la la
a posté le à 11:19
Super ! On pourra donc fêter la 25e vaccination dans 10 ans.

Pour le jubilé, il y aura un Corona Super - Booster - Shot avec un vaccin vert - climatique - bio. Celui-ci est exempt de CO2 et neutre du point de vue du genre.
BOUSS KHOUK
taboubi !! LEVES LE PIED
a posté le 11-06-2022 à 09:38
avant de les perdre touts les 2 .
Harbi
Est fou celui qui croit un instant que'?'
a posté le 11-06-2022 à 09:14
1- l'ugtt n'est pas infiltré
2- l'ugtt n'a pas de casseroles
3- l'ugtt n'a pas besoin de revoir son positionnement vis à vis de la vie politique et de repenser son respect aux instances de l'Etat
4- que la presse est libre et indépendante de l'argent des lobbies politiques
retraté
il est temps que l'UGTT revient à sa mission sociale
a posté le 11-06-2022 à 08:21
votre article est truffé de non vérité le jeudi noir du 26 janvier déclenché par le secrétaire généra de l'époque feu Habib Achour pour des augmentations insensées de salaire dans la fonction publique ,le secteur publique et le secteur privé ce que le premier ministre de l'époque feu Hédi Nouira un bon gestionnaire des fiances publiques et qui a redressé l'économie du pays et la création de l'emploi dans le secteur privé et il était le premier dans le monde qui a encouragé l'investissement privé étranger en Tunisie grâce à ses lois d'avril 1972 et 1974 les conséquences de ce jeudi noir a été catastrophique pour l'économie du pays et pour les salariés du secteur privé en particulier étranger ou certaines entreprises étrangères ont délocalisés vers le Maroc après sa maladie feu Bourguiba président de la république l'a remplacé par feu Mzali un homme de lettres qui a libéré les syndicalistes et qui a augmenté les salaires d'une façon anarchique et au dessus des moyens réels du pays ce qui a entraîné la première crise financière du pays ce qui a provoqué l'intervention du FMI avec son programme dite programme d'ajustement structurel piloté par le gestionnaire Rachid Sfar premier ministre le coup d'état médical opéré par feu Ben Ali alors premier ministre il était militaire certe dictateur il ne croit peut etre à la démocratie il a laissé sa famille et sa belle famille profiter du pays mais l a redressé l'économie et fait sortir le pays du programme du FMI en 1992 et il a conclu avec l'Union Européenne un accord d'association en 1996 la Tunisie est devenu le premier pays du Maghreb membre associé mais à mon avis son mérite est d'imposer aux partenaires sociaux '?tat ,UGTT et UTICA des contrats sociaux tous les 3 ans négociés entre les 3 partenaires pour des augmentations de salaires évitant ainsi pendant des décennies au pays et à son économie des grèves régulières et sauvages qu nuiront à l'économie du pays et qui font fuir les investisseurs étrangers après la révolution bénie et le gestion du pays du pays par les islamistes et leurs differents alliés et en l'absence d'un leader bon gestionnaire et politiquement correcte a enfanté le charcutier et sa bande qui a mis son dévolu sur les augmentations importantes des salaires dans la fonction publique et le secteur public en général d'encourager des grèves récurrentes ce qui fait l'économie et les fiances du pays ont reçu un sale coup et que l'Etat s'endette de l'extérieur et de l'intérieur pour payer ses salaires et les entreprises publiques très déficitaires malgré les augmentations récurrentes de ses tarifs à la population et aux entreprises les nouveaux hommes politiques tles nouveaux partis et la presse s'associent avec le syndicat actuel pour établir un autre pouvoir politique qui servent leurs intérêts au détriment du pays et sa population appauvris qui traversent la pire crise économique financière sociale sanitaire sécuritaire sociétale la plus grave de son histoire qu'on ne voit pas pour le moment son issue .
VIO
"..Hédi Nouira un bon gestionnaire des fiances publiques" (sic)
a posté le à 10:44
Il n´a fait que des études de droit (un vrai litteraire comme Bourguiba) et ne comprenait aussi que très peu des finances et de l'économie !

Typiquement tunisien: T3allim Lè7jèmè Fi Rous Litémè !
URMAX
L'auriez vous connu ?
a posté le à 15:05
Non.
Moi, "si".
Alors, svp, ne parlez que de ce dont vous etes certain.
Yezzi mel klouf ...
Nephentes
Les Tunisiens happes par une demence collective
a posté le 10-06-2022 à 21:16
A lire les commentaires on mesure clairement que la haine l'idiotie et l'irresponsabilité sont désormais les principaux points communs entre Tunisiens

Les effets de la crise économique et sociale vont être terribles et ne pourront être évités

Aucun des deux bords ne prend mesure de la gravite de la situation
KEF
AVEC MOI OU RIEN...
a posté le 10-06-2022 à 20:54
Taboubi avec son étiquette l'ugtt se prend pour le maître absolu, avec lui ou rien ne sera réalisé.
Mais là, il est tombé sur un os. Certes cette centrale est devenue comme le cailloux dans la chaussure, mais il y'a des limites à ne pas dépasser, aujourd'hui le président K.S à plus d'un tour dans sa tête, et je pense que nous allons demain sans trop tardé au clache et Taboubi sera derrière les barreaux, et d'autres part fini les versements de cotisations de l'ensemble des fonctionnaires de l'état.
Ce jour-là sera la faillite de cette centrale à jamais.
Voilà où se Taboubi veut conduire le sort de cette institution en se prenant pour Jules César.

Loc
S'unir pour le ...pire !
a posté le 10-06-2022 à 18:07
L'ugtt n'a jamais autant dépassé les bornes , ce syndicat à la botte de son illégitime S.G. a perdu la raison , ça ne lui a pas suffit de dégager toutes les compétences des entreprises publics pour avoir tout le loisir de les couler, le voilà qui rejette le projet de réforme du gouvernement , il va même jusqu'à contesté la nomination d'un gouverneur et n'a pas hésité un instant pour rejoindre la fronde anti lutte contre la corruption .
En effet , La lutte contre la corruption n'est qu'un slogan scandé haut et fort par les hommes politiques de tout bord , par la société civile , les syndicats et autres corporations . la preuve , c'est que quand le pouvoir actuel a pris ce problème au sérieux et a commencé le nettoyage des institutions les plus touchées , tout le monde s'est levé pour crier au scandale et traiter le président de tout les noms . Jamais , on a connu un tel consensus en Tunisie ça va des islamistes à l'ugtt , des RCDistes aux communistes , des journalistes aux avocats etc .....
Tous ces gens veulent continuer à regarder ailleurs ou à fermer les yeux à croire qu'ils y trouvent leur compte
R.
...
a posté le 10-06-2022 à 17:58
L'UGTT lorganisation qui a detruit l'economie Tunisienne ... le reste cest du bla bla
Abidi
Fou
a posté le 10-06-2022 à 17:28
Fou est celui qui ne ment pas pas comme les tunisiens, mr vous prenez l'ugtt pour Dieu, revenez en arrière quelque années exactement à l'ere Ben Ali et décrivez nous cette organisation et puis sont-ils la justice et la droiture incarnée, ils ont contribué à la descente du pays en enfer, que Dieu ait l'âme de Ben c'était le seul qui a compris les tunisiens
Taoufik
Briser un tabou
a posté le 10-06-2022 à 17:12
Tenant compte du soutien massif populaire du peuple tunisien a Kaeies Saied, Est fou, que ce soit l ugtt ou autre, qui essayerait de faire la guerre au president Saeied. L homme est trop integre pour ceder et ne pas combattre.
l Ugtt n est plus celle de Farhat Hached, le heros national que l ugtt instrumentalise pour se sacraliser et se permettre
tout. faire effondrer les entreprises a travers les greves, terrorister les institutions etatiques a travers ses cellules qui nous rappellent les cellules du Rcd, partout dans le secteur publique , vouloir decider de la nomination des directeurs des societes etatiques, des gouverneurs paralyser les pouvoirs de decision de l etat, partout sous la menace de greves. L ugtt n est plus celle de Farhat Hached et vouloir comme elle fait
s imposer comme parti politique qui exige la moitie du pouvoir sous couvert de syndicalisme.
c est incompatible avec une democratie.
L Ugtt est certes une organisation nationale, mais cela ne singnifie pas que les interets de ses adherents quoique tunisiens eux aussi, sont synomymes des interets de 12 millions de tunisiens et du pays. Citez moi le pays ou l etat collecte les cotisations de
ses adherents au profit
d une organisation syndicale? Citez moi un pays ou l etat paye les salaires des fonctionnaires d une organisation syndicale, avec l argent des contribuables surtout que 85% de ces contribuables ne sont membres de
l Ugtt? Le professeur en droit constitutionnel Rabeh Khraiefi se rend coupable de briser un tabou que personne n a ose debattre et mettre en question, la sacralisation du role d une organisation syndicale dans une democratie, un role obsolete..
Maher
Dialogue mon ****
a posté le 10-06-2022 à 16:52
"Dialogue avec les forces du pays" vous dites... Ceux qui ont la memoire courte oublient qu'on a eu 3 de ces dit dialogues en 10 ans qui n'ont servit qu'a renforcer la corruption et garder le pouvoir dans une certaine sphere de controle.
Le changement doit etre brutal pour briser le cercle vicieux que ca plaise a ces racailles de syndicalistes ou non. Le pays ne peut etre gere par des syndicalistes, on n'a pas les finances pour ce luxe, meme les pays les plus riches ont ferme la vanne du cash. Remettez vous en question, c'est utile des fois.
Tunisien
Tunisien libre
a posté le 10-06-2022 à 16:45
A RBH qui a passé une journée pour écrire ce monologue, je dis rapelle toi Bourguiba a caser HA en prison. Donc de quoi tu parle?
Patriote
Article faisant éloge au banditisme syndical
a posté le 10-06-2022 à 16:20
Je ne crois pas en lisant l'article, son niveau aussi bas faisant carrément l'éloge au banditisme syndical contre les Tunisiens...Si on va continuer dans la logique de la force L'UGTT peut être écrasé par la force dure que détient KS... La police et l'armée...L'UGTT ne peut faire partie du sauvetage du pays car elle une des causes du naufrage durant la décennie noir... Les articles de Business news sont d'habitude plus fondés et plus objectifs...Là on est comme devant un rageux syndicaliste qui promet de brûler notre pays... Dommage ! ET j'espère que vous n'allez pas censurer mon commentaire.
Retraite
Taboubi UGTT
a posté le 10-06-2022 à 15:59
La puissante UGTT est vraiment puissante le pays a l arret et vous me dites quelle est puissante est ce pour mendier
Maintenant elle fait tout pour faire tomber la discussion avec le FMI
La puissante UGTT a toujours soutenu la Tunisie dans les moment difficile aujourd hui c est le contraire domage dans ce pays et depuis 2011 tout le monde veut faire la politique meme si elle n est pas de leur jurisdiction
Si Taboubi veut faire la politique esperons qu il ne se casse pas les dents
BOUSS KHOUK
TABOUBI DEVRAIT LA METTRE EN VEILLEUSE !
a posté le 10-06-2022 à 15:44
et se contente de jouer son rôle DE CHEF DE SYNDICAT DES TRAVAILLEURS et stop . IL JOUE UN PEU TROP AU COWBOY , et restes dans tes limites .
grendizer
comment
a posté le 10-06-2022 à 15:37
Oui il faut être fou à s'attaquer à l'Union des Grevistes Traitres Tunisiens , cet soit disnat UGTT est responsable de 50% des maux de la Tunisie , aucun pays n' apu faire 40000 greves en 11 ans , c'est un record inscrit dans le guiness book , avec ce nombre de gréves le Japon serait un pays trés sous dévelppé
URMAX
Tabboubi, tu vas passer a la cuisiniere : Tu vas etre grillé
a posté le 10-06-2022 à 15:10
Baroud d'honneur et clap de la fin pour le dernier monarche UGTTiste, le sieur Labloubi ...
...
Pour eux, c'est "retour a la case départ"
...
Plus aucun choix possible pour eux.
Que l'ultime solution de - uniquement - défendre le droit des travailleurs Tunisiens en proie avec des patrons exploitants.
...
Plus aucune ingérence en politique.
...
Labloubi, va t'en taper un, de lablabi ... et avec de la hegma, 3adham 3arbi, harissa 3arbi, kammoun, karwiyya ou nokta besbes, zit zitoun, torchi ou tonn
...
Ensuite, raccroches et rekkah rohek :
La digestion va etre difficile ...
Episode a suivre ... (avec passion)
Daoudaou
Histoire de fous
a posté le 10-06-2022 à 15:04
Est fou celui qui s'attaque à un fou de nahdha.
Reste à savoir depuis quand ce fou est fou de nahdha ?

Dark vador
Le train à quitté la gare
a posté le 10-06-2022 à 14:27
Avec où sans UGTT la tunisie avancera, la révolution des élites corrompus est voué à l échec parce que l opinion publique en a marre de ces vauriens qui n ont jamais eut des discours constructifs mais que menaces et sabotages, la centrale a dévié au lieu de défendre les ouvriers, non elle défend les parties politiques qui sont responsables de la faillite du pays, les séjours en prison les guettent
Quantum
Intitulé excessif
a posté le 10-06-2022 à 14:21
Rien n'est intouchable. Pas même l'UGTT! Pourquoi symboliserait -elle la perfection ? En toute objectivité n'a-t-elle pas contribué aux dérèglements économiques et sociaux depuis 2008? Souvenez-vous du bassin minier. Pourquoi serait -elle au dessus de la critique ? Et puis , les ligues PR se sont bien attaqués à l'UGTT! Que leur a-t-on fait ? Tout doit être reconsidéré en Tunisie.
dbh
l'UGTT est impliqué
a posté le 10-06-2022 à 14:17
l'UGTT est impliqué dans la situation catastrophique du pays la majorité de ses dirigeants sont des corrompus depuis des années mais aucun journaliste ne peut oser dire ça....
momo
Messie de malheur.
a posté le 10-06-2022 à 14:15
En démocratie ,pour que cela fonctionne ,il faut toujours un contre pouvoir ,une majorité qui gouverne et une opposition qui s'oppose ,cet imbécile se croyant investi d'une mission divine afin de façonner un pays à son image ,il se regarde dans la glace et il cause ,il cause ,il cause à des pantins aigris et serviles qui ne représentent qu'eux-mêmes .
Depuis 2 à 3 ans ce messie de malheur n'a dans son actif que la destruction, aucune amélioration même minime à signaler .Et aujourd'hui il s'attaque à UGTT parce qu'elle à osée dire non à une mascarade de dialogue national, à partir de là ses jours sont comptée, il n'en est pas conscient, bien entendu.
JUDILI58
ET CELUI QUI EST Attaqué par l'UGTT ?
a posté le 10-06-2022 à 14:06
L'ugtt en tant que partenaire social est indispensable pour un pays comme le nôtre Ceci étant dit il n'en demeure pas moins que l'action syndicale n'a aucun intérêt à s'embourber dans une quelconque activité politique au risque d'instrumentaliser le droit syndical garanti pour tous à des choix politiques qui relèvent des libertés et non du droit inaliénable. Un parallèle peut-être établi avec la question religieuse. La pratique d'une religion est une liberté inaliénable. Une utilisation de la religion à des fins politiques est une instrumentalisation de la religion tout aussi condamnable que la subordination du droit syndical à une quelconque considération politique..
L'ugtt doit comprendre que nous avons changé d'époque. Nous ne sommes plus à l'époque de la lutte pour l'indépendance nationale . Par contre les rapports sociaux entre les partenaires de l'outil de production nécessite une action syndicale indépendante du politique.
IBN KHALDOUN
Ben Ali - Ugtt
a posté le 10-06-2022 à 13:55
Ben Ali a privatisé 25 entreprises ( cimenterie, briquetterie, aéroport Enfidha ... ( l'Ugtt n'avait rien dit . Le Smic sous Ben Ali était le plus bas dans les pays de la Méditerranée et le Proche Orient : l 'Ugtt n'a rien dit...
Sahbani très malmené par Ben Ali , l'Ugtt n'a rien dit
les grévistes des mines de phosphates de 2008 rejetés par l'Ugtt et virés par l'Ugtt dans une réunion à l'hôtel Amilcar ( Hôtel déjà privatisé ). L 'assurance Ittihad propriété de l'Ugtt privatisée...etc
Ntc
Où est la vérité ?
a posté le 10-06-2022 à 13:53
L'UGTT est notre fierté, et doit le rester, mais certainement pas avec Tabboubi. Ce monsieur est un dictateur, il s'accroche au poste contre tous les règlements , d'ailleurs tout comme Ghannouchi et hamma. L'UGTT est un syndicat et non un parti politique, comment ils osent présenter un projet de constitution, Ils doivent donner leur avis mais jamais présenter un projet.
BORHAN
DIALOGUE DE CHIEN
a posté le 10-06-2022 à 13:46
Ah..., les bons vieux temps.
J'avais un ami militant de gauche, un vrai communiste.
Il était toujours suivi par la police de Ben Ali même pour aller chier.
Chaque fin d'après midi, il s'assoit sur la terrasse d'un café.
Comme d'habitude, il commande son café allongé mais gare à celui qui s'assoit à sa table même sans lui adresser la parole.
Ce pauvre citoyen est convoqué le lendemain et il a intérêt à collaborer.
Mon ami, lassé d'être constamment pisté par toute une meute de flics, il a eu une idée géniale.
Un jour, il se ramène avec son chien et se mettent tous les deux à la même table (seulement deux chaises !)
L'ami commende deux cafés, l'un pour lui, l'autre pour son adorable chien en prenant soins de ramener un verre de chez lui.
Tous les clients présents observent avec amusement une scène osée et impensable.
L'ami sirote son café sans oublier de faire de même pour son fidèle compagnon.
Le comble de cette histoire, tout au long de ce spectacle inouï, les complices dialogues, l'un avec les paroles, l'autre par les gestes et les aboiements.
Je vous laisse imaginer un peu l'ambiance dans ce café.
Après ces moments inoubliables pour nos deux compères,
mon astucieux et courage ami, avant de quitter les lieux, il s'adresse à son intelligent chien :
Je te préviens, tu l'a cherché, tant pis pour toi,...
Demain à la première heure, tu sera convoqué par les poulets.
Je t'encourage de dire la vérité, rien que la vérité.
Sinon, tu risque d'être interné dans une cellule "grizi" pour une durée indéterminée.
Je n'oublierai jamais cette histoire véridique.
Et croyez-moi, c'était la belle époque.
C'était une belle époque où le tunisien avait vraiment les couilles, il aspirait à la liberté et à la dignité avec conviction et courage.
Hélas,...
Hamza Nouira
Bizarre.
a posté le 10-06-2022 à 13:29
Et toujours personne dans la rue?

C'est que la majorité des Tunisiens soutiennent le président.... Enfin il paraît....

Voyons où tous ça va nous mener...
Je ris d'avance.... Le 25 juillet le fait peur....
Agatacriztiz
Nul n'est irremplaçable
a posté le 10-06-2022 à 13:28
"Nul n'est irremplaçable", Taboubi, et ça même l'UGTT le sait, elle ne va pas s'identifier à son actuel secrétaire général et se laisser saboter par ce dernier, ça ne vaut pas la peine de laisser s'effriter la notoriété de la centrale syndicale et risquer de la détruire définitivement de l'intérieur en laissant Taboubi '?uvrer contre les intérêts du pays dans une période aussi cruciale pour son économie, en décrètant des grèves de "dépit" contre l'atteinte à l'amour-propre de son secrétaire général actuel, au lieu d'?uvrer à calmer les esprits pour que les choses aille au mieux dans le pays.
En '?uvrant ainsi et en envoyant Taboubi voir ailleurs, l'UGTT préservera toute son indispensable utilité, sa dignité et restera respectée, dans la lignée de l'état d'esprit du prix Nobel qu'elle a reçu, du temps de Abassi, pour avoir su "tempérer les choses" à une période cruciale.
Car, tout comme les magistrats qui voudraient défendre les intérêts et magouilles des plus pourris d'entre eux, et qui commencent à se dévoiler aux yeux des tunisiens, l'UGTT va bientôt donner l'impression, au travers des déclarations de son secrétaire actuel, qu'elle défend des "intérêts inavouables" ou cherche à "monnayer" un appui politique au prix fort et au plus offrant aux partis qui lui tourne autour ces derniers temps et laissant planer de désastreux soupçons de "marchandages" sur le dos du syndicats autant que sur celui de l'ensemble des tunisiens.
Quant à la suppression des prélèvements des cotisations d'adhésion sur les salaires du secteur public, ce n'est que juste réflexion, car aucun texte de loi oblige l'état à le faire. Le montant de ces cotisations pourrait servir, à titre d'exemple, à soutenir la caisse de compensation, pierre d'achoppement des négociations actuelles avec le FMI, les tunisiens, dans leur ensemble et surtout les plus démunis d'entre eux, en serait les principaux bénéficiaires.
Alors, quand "nul n'est irremplaçable" à la tête de L'UGTT, c'est une citation qui a tout son sens aujourd'hui.
Selma
Nul n'est au-dessus de la loi
a posté le 10-06-2022 à 13:08
C'est dans les pays où le syndicat mène la barque , comme la Tunisie, que ça va le plus mal.
Grèves, manifestations, contestations... ne pourront que bloquer l'économie.
Il est bien de défendre les droits des travailleurs mais pas pour se remplir les poches et vider les caisses de l'état puisque même au seing de cet organisme, l'UGTT, la corruption bat son plein . Il faudrait rabaisser un peu le caquet à ce Taboubi
veritas
Non d'une mafia syndicale
a posté le 10-06-2022 à 13:06
Qu'il y est un syndicat pour défendre les travailleurs et non pour un syndicat de mafia qui devient un état dans l'état et qui impose sa loi a tort et à travers '?'l'ugtt est gangrenée par la corruption cela ne fait plus de doute il est temps de faire le ménage des syndicats '?'le nouveau syndicat islamistes doit être surveillée et contrôler par l'état aussi ils veulent produire les mêmes abus et les mêmes délits de l'ugtt.
Loc
Saïed bashing
a posté le 10-06-2022 à 13:01
Dès la première ligne , le ton est donné ( la puissante ) ensuite un bref historique favorable à sa sainteté l'ugtt en invoquant ses exploits et ses dirigeants sauf que aujourd'hui le combat n'est pas le même , les dirigeants ne sont plus les mêmes et l'enjeu n'est pas du tout du ressort d'un syndicat .
L'idée de l'auteur est d'aiguiser un peu plus l'appétit du chef de ce syndicat qui adore la lumière des projecteur et les superlatifs de certains mal intentionnés .
Le combat auquel on veut impliquer l'ugtt aujourd'hui est un combat contre l'état Tunisien et contre le peuple tout entier .
Bruno
La vérité
a posté le 10-06-2022 à 12:48
Après dix ans, les résultats de l'UGTT sont catastrophiques. Elle est la cause de l'expansion de la corruption et de l'impunité. Aujourd'hui le peuple montre du doigt l'UGTT comme la cause du mal être du tunisien. Sa connivence avec Ennahdha est claire et le peuple le voit bien. Tabboubi s'est accaparé le pouvoir malgré un premier jugement qui rejette la nomination de Tabboubi à la tête de la centrale pour un second mandat . En d'autres termes Tabboubi est rejeté par une grande frange syndicale. Ce qui le met dans l'embarras et l'appel à la grève est considérée comme une atteinte à la sécurité de l'état et à la paix sociale. Tabboubi gagnera peut-être une bataille mais il perdra la guerre contre l'état.
Petit x
@RBH
a posté le 10-06-2022 à 12:37
K.Saeid est le pire des présidents avec le TARTOUR Mrzougui que la Tunisie ait connu jusqu'ici après la maudite merdolution du 14 janvier 2011. Toute personne intelligente qui se respecte dans ce pays ne vous dit pas le contraire...

Mais de là à faire l'éloge de la maudite centrale syndicale l'UGTT qui ne cesse de casser toute tentative de développement économique du pays depuis les années 70 à coup de grèves et de sabotage et en ne semant que la culture du moindre effort et de fainéantise dans le secteur privé comme dans le secteur public (secteur en faillite totale tellement ils l'ont tété); c'est vraiment Sir RBH du journalisme de lèche bottes à deux balles !!

Bon, objectivement votre; censure ou pas censure...
ADN
Bravo
a posté le à 13:06
Merci, vous avez tout doit.
Tunisino
Saied
a posté le 10-06-2022 à 12:21
Saied et ses soutiens sont des malades, ils sont capables de tout. Pauvre Tunisie, le cauchemar de la république des imbéciles est loin de se terminer.
Hamza Nouira
@tunisino
a posté le à 13:30
Et ils n'ont pas encore le pouvoir ces gens là....

Le 25 juillet sera le début du vrai cauchemar quand il aura les pleins pouvoirs.
Les Tunisiens vont pleurer leur mère.
DIEHK et son délire quotidien !
C'est 1 histoire de fou ce qui se passe à Bagla
a posté le 10-06-2022 à 12:16
C'est 1 histoire de fou ce qui se passe à Bagla Liha et Likom!
Raisonner avec des fous, c'est présenter de la lumière à des aveugles.
En voyant les grands hommes traités de fous, les fous bhimcop s'imaginent être des grands hommes.
Chez vous à carthago et dans toutes les maisons de fous un individu qui, de bonne foi, se croit être le soleil (tu parles de soleil, je dirai l'éclipse totale).
Sachez que : Le silence est la vertu des fous et des sots et Un méchant fou n'a pas plus de cervelle qu'un caillou. (moi je dirai 1 petit pois chiche et encore!
sachez que : La communauté politique la plus libre est celle dont les lois s'appuient sur la saine raison. (Baruch Spinoza)
En Tunisie avec bhim.. On commence toujours un projet par la fin. Quand on programme un GPS on lui dit où on va, pas où on est.(C ce qui se passe aujourd'hui en Tunisie?
Un projet de société se définit par la place qu'il attribue à l'homme, et par la relation qu'il établit entre l'individu et la collectivité. (avec ou sans UGTT ?)
Bhim ne sait pas que : Le projet est le brouillon de l'avenir. Parfois, il faut à l'avenir des centaines de bouillons.
Et je termine par dire au Président : Quand tes seuls projets ne résident que dans le passé et que tes seuls regrets ne naîtront que dans le futur alors analyse le présent pour comprendre tes erreurs...
Et que : Tout projet social, qui n'est pas établi sur la justice, est voué à l'échec.
Mais, sache que : Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l'avenir.
















Vieux Routier
LTDH
a posté le 10-06-2022 à 12:11
Il y avait une Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme ... actuellement asservie au bon vouloir du Prince.
A-t-elle réagi à la révocation des 57 juges sans qu'ils soient entendus ni défendus ? N'est ce pas un droit minimal de l'Homme.
Sur le fond, l'UGTT reste la seule organisation crédible, malgré ce qu'on pourrait lui reprocher. Devant le paysage morcelé des partis politiques, c'est le seul refuge de tous ceux qui veulent être rationnels dans leur "digestion" de la situation du pays.
The Mirror
Est fou celui qui attaque le Représentant du Peuple tunisien
a posté le 10-06-2022 à 12:10
Le Président Kais Said est l'unique président tunisien, qui a atteint la magistrature suprême avec 73% des voix, dans des élections libres et transparentes. Bourguiba était président à vie, Ben Ali truquait les élections pour nous sortir ses 99% de voix, le Tartour Marzouki a pu habiter le Palais de Carthage par consensus, et non par suffrage universel. Kaied Essebsi a gagné les présidentielles de 2014 avec seulement 56% des voix.

Je pense que toute créature ou tout organisme qui envisage s'attaquer au président en exercice de la République tunisienne, doit se mettre dans le crâne, les chiffres que je viens de rappeler. Que cette créature s'appelle Taboubi, Ghannouchi, ou que cet organisme s'appelle UGTT ou n'importe quoi d'autre, Kais Said reste, tout au long de son mandat présidentiel, une ligne ROUGE à ne pas franchir. Franchir cette ligne, c'est se faire brûler vif.
Charlatans de tout bord, vous êtes avertis.

BORHAN
L'ARME FATALE...!
a posté le 10-06-2022 à 12:01
Enfin, l'épilogue du karakouz Kaiessien approche de sa fin.
Et maintenant, l'épreuve fatale va mettre à nu tout ce projet diabolique du clan Saied.
'?videmment, L'UGTT est la seule et l'unique épée capable de faire barrage et stopper net l'ambitieux projet personnel, narcissique et suicidaire d'un président hors la loi et hors du temps.
Disons, j'ai hâte d'assister à cette fabuleuse pièce de théâtre donc la fin sera, à mon avis, pitoyable.
En fait, je ne sais plus..qui a tué l'autre, David- Goliath ou Goliath-David !?
Les paris sont ouverts...
BOBBY
Est fou celui qui croit que nul ne peut se confronter à l'UGTT..
a posté le 10-06-2022 à 11:58
Est fou celui qui croit que nul ne peut se confronter à l'UGTT, ou aux syndicats en général..
car l'histoire (il faut bien relire l'histoire) a prouvé que les syndicats se sont de tous temps confronté à l'état, et je dis bien l'état au sens moderne du terme (et non pas un état gangréné par des barbus terroristes) et ils ont fini par être brisés . Il suffit de se rappeler les années 70 en Tunisie l'époque où Bourguiba avait mis fin aux ambitions des dirigeants syndicaux par la force ou bien de se rappeler l'ère Margaret Thatcher en Angleterre la dame de fer qui avait mis au pas les syndicats après une violente confrontation.. Alors redescendez sur terre, et sachez que rien ne résiste à l'état seul détenteur de la violence légitime, et j'espère évidemment que l'on en arrivera pas là car ce serait du gâchis..
Retraite
Taboubi
a posté le 10-06-2022 à 11:57
Ya Si Noureddine
Utilsez les muscles de l UGTT pour le bien du pays
La politique ne vous concerne pas sinon elle va vous finir
UGTT est une grande institution ces Dirigents doivent etre du meme calibre

Ali.
Le tigre en papier.
a posté le 10-06-2022 à 11:55
L'UGTT multipie ces derniers temps les menaces pour impressionner sans plus.Et si on aboie beaucoup c'est le propre du chien qui le fait pour lui même.Ceci dit ns n'avons ni médias dignes de ce nom ni non plus forces vives dans ce pays dont tout le monde a pris sa part dans sa destruction y compris ce syndicat qui vit sur son passé qui n'a rien à avoir avec la médiocrité de son présent. Tout le monde en a marre de cette organisation sauf ses zelateurs et ses lodateurs. Viendra le jour où ce syndicat paiera de ses méfaits pendant ces 11 dernières années où il a profite de la dilequescence de l'Etat pour imposer son diktat et grever le peu de ressources du pays. La situation économique actuelle c'est cette centrale qui en est la responsable. Pour les partis politiques cela me fait rire d'en entendre parler. Leurs"leaders" sont pour la plupart soit en fuite ou ils font l'objet de poursuites judiciaires. Il n'ya que des charlatans et des corrompus qui occupent la scène et que les soit disant médias leur donnent la parole parce qu'il sont en panne de vrais sujet. Quel paysage de désolation qu'est devenue ce que fut le joyaux de la rive sud de la Méditerranée.

.



Linoucha
La voix de l'opposition
a posté le 10-06-2022 à 11:52
Voila nous y sommes Mr RBH est la voix de l'opposition c'est clair et net par ses choix des termes à l'instar : un faire-valoir . Depuis son putsch du 25 juillet . Utica qui s'est aplatie devant lui. miroiter une carotte à son bâtonnier etc....donc on fait l'éloge de l'opposition et on dégrade ceux qui sont pour .Non BN on n'est pas habitués à une ligne partisane directe de votre part du moins
vous étiez un peu neutre et objectif . De loin je ne suis pas partisan du Président mais le 24 juillet m'a fait beaucoup de mal et j'espère ne pas le revoir
cavalero
un syndicat n'est pas un parti politique
a posté le 10-06-2022 à 11:29
cette UGTT veut jouer le role d'un parti politique en s'opposant à toute réforme gouvernementale et encore plus il incite aux grèves pour mettre les batons dans les roues
un syndicat en principe est organisme social qui dans mettre la main en collaboration avec tous les ministères des affaires sociale l'enseignement etc..
ct organisme devient lache et destructeur
THB
RBH et BN
a posté le 10-06-2022 à 11:27
Cette article de RBH montre bien la tendance de BN et ses journalistes.
Comme les nahdhouis, ils se relaient selon un sujet d'actualité et selon un emploi du temps contre KS, et son gouvernement.
l'UGTT reste un syndicat qui doit '?uvrer pour l'apaisement et non le contraire.
Actuellement, ce n'est pas le cas.
J'insiste pour rappeler que je suis apolitique et ne soutient aucun parti.
Je soutiens KS car il a mis hors d'état de nuire tous ceux qui ont saigné le pays 11 années durant.
Les précédents Présidents Marzougui et BCE n'avaient jamais levé le petit doigt contre les partis politiques qui ont gouverné, bien au contraire, ils leurs ont permis de s'installer dans la durée.
Le résultat est là.
abdo
Sans commantaire
a posté le 10-06-2022 à 11:16
ni dites pas "est fou celui qui attaque l'UGTT " mais dites est fou celui qui défend l'UGTT de Noureddine Taboubi et sa bande.
Alya
Oui Abdo
a posté le à 12:42
Est surtout fou celui qui leur suggère toutes ces éventuelles façons de faire couler l état. Article pernicieux . Aie l aie