alexametrics
vendredi 09 décembre 2022
Heure de Tunis : 20:31
Dernières news
Pénuries, ce que le gouvernement ne veut pas avouer
30/08/2022 | 14:19
7 min
Pénuries, ce que le gouvernement ne veut pas avouer

 

La situation est grave mais on fait comme si tout allait bien. Alors que l’inflation bat son plein et que plusieurs pays sont dans l'incertitude - malgré leurs moyens - en Tunisie, on préfère détourner la vérité et minimiser les faits. Mais, comme le dit si bien un dicton tunisien : « on ne peut pas cacher le soleil par un tamis », et les pénuries des divers produits et denrées alimentaires sont le témoignage sans équivoque de la situation réelle du pays. 

 

Depuis 2021, le pays vit sous le rythme des pénuries répétées touchant divers produits et denrées. Chose qui ne s’est jamais produite les années dernières malgré toutes les crises qu’a vécu le pays. Aujourd’hui, les perturbations d’approvisionnement et les pénuries sont devenues le pain quotidien du Tunisien. Et la crise a touché le secteur industriel qui se trouve à l’arrêt. A titre d’exemple, la filiale de la SFBT des boissons gazeuses avait fermé ses portes à cause de la pénurie de sucre. Idem Pour l’usine de biscuit de Saïda. Plusieurs employés se sont retrouvés ainsi en chômage technique. En outre, le manque de café, de sucre, d’eau minérale, etc. a perturbé le fonctionnement des cafés et salons de thé. La perturbation de l’approvisionnement en carburant qui dure depuis quelques semaines est en train d’occasionner, quant à elle, perte de temps et perte financière.

Beaucoup pensent à tort que le gouvernement s’est trompé dans l’élaboration de sa Loi de finances 2022, concernant l’hypothèse que la moyenne de prix du baril ne dépasserait pas les 75 dollars le baril de Brent. Or, dans le fait, les hypothèses de change ont pris tout le monde au dépourvu et la parité égale entre l’euro et le dollar, change la donne. Autre fait important, la hausse des cours de la matière première, et en particulier des denrées alimentaires, a déstabilisé les pays les plus puissant. D’où, l’inflation record au niveau mondial. La Tunisie comme tous les autres pays subit ces hausses, qui sont très loin de ses prévisions et donc qui n’ont pas été budgétisées.

En effet, les prix de la majorité des produits de grande consommation ont plus que doublé ces cinq ans et depuis le début 2021, les hausses des prix sont à deux chiffres, atteignant parfois les 20 et 25%.

 

En parallèle et avant même la guerre de l’Ukraine, la clôture du budget s’annonçait déjà difficile, le gouvernement n’ayant pas trouvé d’accord avec le Fonds monétaire international, le robinet des prêts et aides internationaux. Maintenant, la situation des finances de l’Etat est sûrement pire. Certes les prêts et aides alimentaires reçus de certaines institutions financières et de certains Etats amis ont atténué quelque peu les pénuries. Mais depuis août 2022, les choses se sont corsées et les Tunisiens ont découvert avec stupéfaction la vraie situation du pays malgré les divers démentis des autorités. Café, beurre, jus, boissons gazeuses, eau minérale, sucre, riz, carburant… les problèmes d’approvisionnement touchent maintenant divers produits, uniquement ceux importés par l’Etat (les autres, même si les prix ont nettement augmenté, demeurent disponibles), et le gouvernement ne peut plus le cacher mais continue à faire des cachotteries sur la situation des finances du pays.

La veille, dimanche 29 août 2022, la ministre de l'Industrie, de l’Energie et des Mines, Neila Nouira Gongi, a confirmé que la pénurie de carburant est due au fait que les fournisseurs veulent être payé en avance, mais que les procédures prennent du temps et c’est devenu un phénomène mondial. Outre le fait de prétexter des problèmes de logistique liés à la Ticad 8.

La vérité est que la Tunisie n’est plus solvable, à cause des retards des payements à ses fournisseurs tunisiens et étrangers. Désormais, les fournisseurs demandent à être payés avant de livrer la marchandise pour garantir leur payement. En effet, plusieurs entreprises et organisations publiques ayant le monopole d’importation sont dans le viseur. C’est le cas de la Stir, qui a le monopole de l’importation du carburant, de l’Office du commerce de la Tunisie (OCT) qui a le monopole de l’importation des produits de bases (sucre, café, thé, …), l'Office national de l'huile, qui a le monopole de l’importation de l’huile, l’Office des Céréales qui a le monopole d’importation des céréales, la Pharmacie centrale, qui a le monopole d’importation des médicaments, … . Désormais, leurs fournisseurs exigent que toute livraison se fasse en cash.

Un expert du pétrole avait précisé la semaine dernière qu’«il y a des bateaux en rade aux ports de Tunis, Bizerte et Skhira, mais ils refusent de livrer tant que la Stir ne paie pas » et que les banques avaient refusé d’avancer à la Stir les crédits nécessaires. Chose qu’avait indiquée il y a une quinzaine de jour la Fédération générale du pétrole et des produits chimiques, relevant de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), qui avait précisé que deux pétroliers étaient arrivés au port de Bizerte, le 3 août 2022. L’Etat a pu opérer, le 10 août dernier, le règlement financier du premier chargement d’essence sans-plomb, qui a, donc, pu être déchargé, mais n’a pas pu le faire pour la seconde cargaison qui est toujours au quai de Bizerte.

Mieux, le syndicat avait avoué que le gouvernement a dû recourir au stock de sécurité, qui a baissé depuis juin 2022.

 

Les problèmes financiers du pays ne touchent pas seulement les fournisseurs extérieurs, mais aussi les fournisseurs nationaux. Les retards de payement s’accumulent et certaines entreprises en ont fait les frais : elles se trouvent prises dans un cercle vicieux où souvent la faillite est la seule issue. Ainsi, ces sociétés n’étant plus payées, ne peuvent plus régler impôts et cotisations sociales et à cause de cela, l’Etat ne les paye plus en retour. A titre d’exemple, plusieurs entreprises de bâtiments et travaux publiques se sont retrouvées en péril et certaines ont dû déposer le bilan.

D’autres souffrent du non-paiement de la compensation. Si certains secteurs ont temporisé les augmentations salariales, d’autres se retrouvent dans une situation très difficile et carrément en péril.

C’est le cas du secteur laitier, l’Etat n’ayant pas payé la compensation aux industriels depuis treize mois, quatorze en comptabilisant le mois de juillet 2022. Aujourd’hui, l’Etat doit aux quatre usines qui restent sur les huit qui existaient, 260 millions de dinars jusqu’à fin juin 2022. Ce qui a obligé les industriels à recourir à l’emprunt pour combler cet afflux de trésorerie manquant mais ils ont atteint les limites de leurs capacités d’emprunt.

Idem pour les boulangers. Ils avaient décidé de ne pas augmenter leurs salariés n’ayant pas reçu leur dus de la Caisse de compensation depuis plus de douze mois. Et la grève a été évitée de justesse, grâce à la promesse du ministère du Commerce et du Développement des exportations de verser une partie des dus des boulangers de la Caisse de compensation. Même chose pour les stations-service qui refusent de signer l’avenant de l’augmentation salariale. Le gouvernement n’ayant pas augmenté leur marge bénéficiaire. En effet, sur les cinq augmentations successives du prix du carburant opérées depuis 2021, aucune hausse de la marge brute bénéficiaire des kiosques n’a été réalisée. Ainsi, leur marge est passée de 4,5% à 3,3%, soit un manque à gagner de 21 millimes par litre. Or, les professionnels ne réclament que 6,5 millimes de hausse, afin de faire face aux différentes hausses qu’ils ont subies et pour faire face à la prochaine augmentation salariale de leurs employés.

 

L’Etat vient d’ouvrir les souscriptions à la troisième tranche de l’emprunt obligataire national 2022, afin de mobiliser un montant de 350 millions de dinars. Dans les faits, les fonds levés au niveau national sont loin d’être suffisants et chaque mois doit s’endetter à court terme auprès des banques locales pour payer les salaires de la fonction publiques. Ne pouvant plus faire face à ses dépenses, il temporise le payement de ses fournisseurs et s’endettant avec des taux d’intérêt exorbitants à court terme pour le payement des salaires. Donc, il favorise la consommation à la production, portant atteinte à ses fournisseurs qui se trouvent dans des situations difficiles.

Une situation intenable. Depuis la révolution, l’Etat est devenu un pompier qui fait face qu’aux incendies déclarés. Aujourd’hui, cela doit cesser. Le pays est dos au mur et doit engager les réformes qui s’imposent pour sauver le pays. Ce n’est plus un choix mais un impératif, non pas dicté par le FMI ou une autre instance ou pays, mais uniquement par le bon sens. La Tunisie doit maitriser ses dépenses et les orienter à l’amélioration des conditions de vie (infrastructure, éducation, santé, etc.) et ne plus se contenter de verser les salaires et combler le déficit des entreprises publiques déficitaires. Plus que jamais, le pays a besoin d’entamer des réformes structurelles et de mettre en place un plan stratégique, permettant le changement du modèle économie. Ce qui permettra de drainer les financements nécessaires à ce changement de cap, pour une Tunisie meilleure.

 

Imen NOUIRA

30/08/2022 | 14:19
7 min
Suivez-nous
Commentaires
Djodjo
Boulitique ds programme ni vision à long terme = catastrophe
a posté le 01-09-2022 à 04:19
Il a les peins pouvoir et nahda est hors-jeu depuis un moment, les spéculateurs, on a vu ce que ça a donner, du vent. Les 13.000 millards kifkif, bref du vent.

A tous ses fans, est-ce que l'un d'entre eux peut nous expliquer quel est le programme économique de leur champion pour redresser le pays hormis de s'en prendre aux spéculateurs dont il a les noms à ce qu'il parait ? Quel est son plan économique pour le futur ?
takilas
Des escrocs ces nahdha ils ont tout massacré et escroqué.
a posté le 31-08-2022 à 21:36
Commencent à se ressentir et cela peut empirer à cause de ces affamés qui voulaient devenir des milliardaires et chose faite.
Mais ils ne se sont pas rassasiés et veulent profiter encore du butin qu'ils ont convoité depuis leur sinécure à Londres entre 2006 et 2011 le tout payé aux frais de leurs commanditaires qui asoiraient à conquérir le pétrole libyen par le biais de ces boucs émissaires traîtres.
why_GZ
KS
a posté le 31-08-2022 à 13:42
Comment continuer à écouter ce président qui se croit encore en amphi ?
Cet homme parle de forces hostiles et de je ne sais quel discours débilisant alors que la pénurie touche les produits IMPORTES EXCLUSIVEMENT PAR LES SERVICES ETATIQUES !!!!!!
Est-ce qu'il comprend ça notre Kais ? Est-ce qu'il sait qui fait quoi ? Quel office fait quoi ?

Y en a un peu marre d'être pris pour des débiles. Il faut qu'il arrête de parler. Il faut qu'il agisse. Il nous a fait chier pour sa constitution, il l'a façonné comme il veut. Okkkkk.... Maintenant, arrête ton baratin, retrousse tes manches et commence à bosser et trouver des solutions....
Daoudaou
@ why_GZK. Honte à vous sudistes
a posté le à 21:40
On dirait que vous étiez absents pendant les dix ans de massacre de nahdha.
Jamais on aurait imaginé que quelques sudistes comme vous sont régionalistes à ce point.
Et vous habitez Tunis de plus.
Klabi najib
Punerie
a posté le 31-08-2022 à 13:09
'?'est la logique d'1 système pourru d'ècofinançe colonisè par des intouchables comme Slahdi Lahmer prinçe Radès & similaires à travers toute la Rèp ublique esclave 2 Fr. & israel, le peuple incapable, le prèsident ne peut intervenir là ou les grou pes finançiers d'automobiles et de ... signent vers les banqe swi sse , comptes juifs Tn. Faudrait comprendre ce pays est saisi hi storiquement par juifs 15è çhoix Bnel3ayed Mkçhir '?hiha ... sahel
Nephentes
Allons a l'essentiel
a posté le 31-08-2022 à 13:05
Trois fondamentaux

La précarité alimentaire de la majorité des citoyens tunisiens est devenue une réalité et non plus un risque

La pénurie généralisée des biens de première nécessité, sur pratiquement tout le territoire, va se confirmer au cours des 12 prochains mois

Nos gouvernants sont totalement dépassés parce que
ils ne disposent pas des ressources budgétaires nécessaires pour assurer la sécurité alimentaire de la population
ils ne contrôlent pas et ne sont pas capables de contrôler les véritables circuits de détournement et de spéculation sur les produits de première nécessité, vu l'ampleur de la participation des fonctionnaires publics, sécuritaires en tête
Soussi
Domaine Enfidha
a posté le 31-08-2022 à 10:06
Au Ministre de l agriculture
Pourquoi le domaine Enfidha est delapide ou sont passes ces grandes serres qui fournisser toute la Tunisie et qui ont maintenue l equilibre des prix
Allez voir Mr Le Ministre dans quel etat est ce fameux domaine apres sa gloire
Domage
Daoudaou
Parce que nahdha n'a trouvé des avantages
a posté le à 21:42
Pour s'enrichir davantage.
R.T.
Dans un sens c'est bien ça;
a posté le 31-08-2022 à 09:52
Dans notre situation actuelle délicate et pour sauver ce qui peur être sauvé ;le comportement de ce gouvernement est sage. A quoi sert de citer des problèmes sans avoir des solutions radicales ? Pour secourir le pays des dangers il s'impose à ce gouvernement d'agir de la sorte mais plus rapidement. Cela veut dire bref et efficace pour le bon avenir de nos futures générations .Depuis 2011 ns ns faisons que du sur place et laisser aux mafieux le terrain pour nous appauvrir d'avantage ! Ce n'est pas assez ce qui se fait. Mais il faut avouer aussi que ce n'est pas facile de reconstruire ce qui a été ruiné . Que Dieu aide notre pays à éliminer ces virus qui circulent depuis plus que 10 ans puis stopper les mauvaises graines et les malhonnêtes de nous massacrer encore et ce au plus vite . ON ne peut pas faire une omelette sans casser des oeufs .N'est ce pas ?
Loozap
Respect
a posté le 31-08-2022 à 00:34
Le problème de pénurie est très récurrent en Afrique
Anis
Az
a posté le 30-08-2022 à 23:57
Les professionnels du secteur des cafés prédisent une rupture totale du café, ce qui constitue une menace pour 120 mille employés
'?' Certaines sources assurent que le gouvernement a décidé d'accorder la priorité à l'importation des céréales, en particulier le blé
'?' L'Office du commerce affirme que des quantités de café vont être importées sans en préciser la date
TAHAR
Manger ou payer les factures de l´energie : des coupes radicales sont inévitables M. le Président !
a posté le 30-08-2022 à 20:29
En raison de la hausse extrême des prix dans le pays, vous demandez des "baisses radicales des prix". Les gens devraient choisir entre payer les prix de l'énergie ou manger en automne et en hiver, ce qui est tout de même une situation insupportable dans un pays comme la Tunisie.

Le débat actuel sur le plafonnement ou baisse des prix est donc juste, mais insuffisant.
C'est comme mettre un pansement sur une fracture ouverte du fémur. Ce qu'il faut faire, c'est s'attaquer à la cause, et les causes résident dans la conception du marché. Suspendre la libéralisation des secteurs de l'énergie et de l'alimentation pendant au moins un an. S'en tenir à la libéralisation aujourd'hui, c'est comme si le bateau tunisien, après avoir heurté un rocher, disait : Allons à Djibouti au lieu d'aller à la Mecque.
Cela ne fonctionnera pas. Au contraire, nous avons besoin d'une suspension de la régulation des prix jusqu'à ce que les plus grandes perturbations soient passées. Sinon, nos structures sociales risquent d'être détruites. C'est le terreau des populistes de droite, de la radicalisation, si les forces centristes, les personnes raisonnables ne s'emparent pas de ce sujet et ne changent pas leurs évaluations idéologiques.
Jupiter
Les salaires
a posté le 30-08-2022 à 17:53
L'état paye les salaires au lieux d'investir mais que ce que vous racontez ! Premièrement en Tunisie le nombre de fonctionnaires de l'état et moins élevé que la moyenne mondiale en Tunisie on a moins de 60 fonctionnaires pour 1000 habitants alors que partout dans le monde on est a plus de 80 fonctionnaires par 1000 habitants et même plus de 100 fonctionnaires dans les pays scandinaves deuxièmement les salaires c'est un investissement que ce que fait les fonctionnaires avec leurs salaires il tourne l'économie les usines, les petits commerce tout l'économie tourne chaque fin du mois maintenant tu me dit que le pib et faible et ont créé pas de la valeur ajoutée nous tous oui ça c'est vrais.
takilas
@ Jupiter hahaha ya nahdhaoui taie toi mieux vaut pour toi
a posté le à 21:46
Au lieu de dire des débilités pour apporter des circonstances atténuantes à ta sale nahdha qui a recruté tout le sud à Tunis dans la fonction publique.
Incroyable cette mentalité saugrenue.
yakafokon
ben voyons
a posté le à 20:07
mes salaires des fonctionnaires un investissement ?
vous avez une brillante carrière d humoriste international qui vous tend les bras
chevy
yakavraicon
a posté le à 21:21
Eux paient des impôts et presque qu' eux...70%, c est parallèle...Mais tout le monde roule en Porsche Cayenne ou merco benz benz neuve...l eldorado de l A fric..
Mehdi
Un faux calcul
a posté le à 18:35
Je pense que rapporter le nombre de fonctionnaire pour 1000 habitants pour juger que c'est trop ou pas trop n'est pas pertinent.
Il faut intégrer dans ce ratio 1-le PIB
2-La repartition de ce chiffre ou ratio par localité.
3- La repartion du nombre de fonctionnaires par localité, catégorie et type du service fourni.
pour savoir si c'est trop ou pas.
Exemole combien de fonctionnaires à Sbiba par rapport au nombre des habitants de cette localité.
Bref pour resumer si on fait ces calcuos on aura comme conclusion :
Le nombre de fonctionnaire est :
-Trop par rapport au PIB du pays si on le compare a des pays biens gouvernés.
-Trop par rapport à la maniére dont il est reparti selon la localisation géografique de ces fonctionnaires.
- Trop par rapport à la maniére dont est reparti le type de service rendu.
Conclusion générale:
Le nombre de fonctionnaires en Tunisie est TROP.
Dt
Gouffre
a posté le 30-08-2022 à 16:55
Excellent article. Ce qui m'inquiète le plus c'est le prix exorbitant qu'on doit payer aujourd'hui pour des réformes qui auraient dû être prises il y'a au moins 6 ans . Inutile de se lancer des blâmes les uns et les autres,on est tous embarqués dans un navire prenant l'eau de partout, la chirurgie douloureuse mais urgente est à plus que nécessaire.Kais Saied est il capable de l'expliquer au petit peuple,j'en doute fort.Il vit sur une autre planète différente de la notre.Celle de l'utopie.
Carthage Libre
Voilà ce que implique d'avoir LIVRé le pays à un INCAPPABLE qui s'occupe de "acha3b yourid", de Palestine, de Sahara Occidental et de Populisme en veux tu en voilà.
a posté le 30-08-2022 à 16:32
Si Abir Moussi était au pouvoir, notre pays serait déjà en ROUTE avec de vrais réformes et les khwenjias et les populistes en prison, loin de toutes IDEOLOGIES et lavages de cerveaux à la Kaies Saied.

Vous avez livré le pays à un INCAPPABLE qui, sous couvert de "j'ai mis fin au règne d'Ennahdha" (mon cul, il n'a mis fin au règne d'aucun islamiste, bien au contraire), et après le combat acharnée de Abir Moussi justement pour mettre fin au danger islamiste afin de faire repartir le pays, vous avez donc livré notre pays à un menteur patenté, un fou furieux, un malade mental qui va nous emmené, après 10 ans de destruction islamiste, vers un gouffre encore plus grand.
Okba
Droit vers les abysses
a posté le à 18:11
Donc d'après vous, notre salut ne peut venir que de l'hystérique Abir....!
Désolé de vous dire cher monsieur, que c'est à cause de type comme vous que notre pays s'enfonce de plus en plus dans les abysses de la médiocrité
Mes respects monsieur
Carthage Libre
Respecte la Dame espèce de lavé du cerveau pro Malade mental Saied
a posté le à 21:47
Tu es un TRAITRE à notre nation, toi et les malades mentaux qui aiment le salafo Saied.

Si tu suivais un instant ce que dit Abir Moussi, la justesse de ses propos, son Patriotisme et son militantisme tu fermerais ta grosse gueule avant de l'ouvrir.
***
Et...
a posté le à 09:48
C'est avec ce niveau exécrable que tu veux libérer Carthage?
Les soutiens de Abir 3ar3our sont encore pires qu'elle : tu nous fais honte, cartage libre.
A part la vulgarité, les 3ar3ours et les insultes, c'est quoi votre programme pour le peuple?
Rien. Nada. Makach...
Karim
Les bassassas pro Saied
a posté le à 10:54
A chaque fois que je lis les commentaires de bassassas pro Saied c'est un flot de débilité sans fin. Et d'après toi "***" Kais saied a un programme ? Il n'en a aucun mais vu le niveau des chleyeks dans ton genre je crois que tu t'en ai pas appercu. La Tunisie est dans la merde depuis 2011 a cause des va nu pieds et incultes qui ont veauté nakba puis ont refais la même connerie en veautant en masse pour l'albinos. Je suis sûr que si une grosse merde bien puante se présente ils voteront pour elle, tout ça par inculture et débilité abir moussi est une femme mais elle connait ses sujets et a un programme je la suis depuis 2 - 3 ans avant ça elle était inconnue pour moi mais elle m'a convaincu et je n'écoute pas bêtement ce qu'un tel ou un tel dit sur elle la preuve bcp crache sur elle ça veut dire qu'elle est très bien !
TABARKA
SEULE ABIR MOUSSI EST CAPABLE DE RENVERSER LA VAPEUR
a posté le 30-08-2022 à 15:29
Ce constat amer, est consternant, ceux et celles qui ont essayer de cacher, durant une semaine, la réalité économique et sociale se réveillent aujourd'hui avec la gueule de bois. L'inflation à plus de 8% n'augure aucun espoir d'avenir, l'euphorie des derviches tourneurs d'alors et les gouvernants d'aujourd'hui vont se retrouver devant leurs désillusions. La Tunisie a besoin d'hommes et de femmes politique avertis, les palabres démagogiques et les promesses qui n'aboutissent à rien n'en savent que trop, ils ne veulent que des responsables politiques aguerris, visionnaires et pragmatiques. NI DIEU NI MAITRE, la colères se répand et se multiplie de jour en jour, les citoyens sont déboussolés il n' y a plus de cap rassurant, plus de dirigeants compétents, plus grave encore plus de perspectives d'avenir. Pendant que SAIED patauge dans ses incompétences et ses incertitudes le pays se vide de sa population , d'où vient il ? et surtout où veut il conduire le pays?. QU' IL ORGANISE DES ELECTIONS DEMOCRATIQUES ET TOUT DE SUITE .
Karim
Tout a fait !
a posté le à 10:55
Vous avez totalement raison, le problème depuis 2011 c'est la masse qui est totalement inculte et aime lbssasse c'est a dire du populisme sur Palestine, les spéculateurs etc pendant ce temps on patauge mais comme ces gens aiment la médiocrité ça ne les gênent pas du tout !
Max
Vous avez tort
a posté le à 09:55
C'est pas dans votre intérêt après le caillassage de ces derniers jours. Retrouvez d'abord votre popularité avant de demander des élections...
Un citoyen
Parlez en a l'Ugtt qui refuse de faire des concessions !
a posté le 30-08-2022 à 15:16
Et de la situation déplorable dans lequel ces traîtres de la Nakba ont fourrés le pays ceci est une conséquence aggravee aussi par le manque de vision du président et de son amateurism sur pas mal de sujets
Corto
Excellent article
a posté le 30-08-2022 à 15:01
Merci pour cet excellent article. Enfin quelqu'un ose dire ce que les "responsables" cachent
Djodjo
L'incompétence de notre monarque
a posté le 30-08-2022 à 14:58
Le mot réforme, il ne sais même pas ce que cela veut dire notre Kaisoullah, il n'a jamais rien géré de sa vie. Il passe son temps à désigner (diffamer) des coupables, il ne propose jamais de solution.

Le pire ce sont les souffifres de ce pays, qui passent leur temps à nous expliquer que le monsieur est honnête. '?tre honnête c'est bien, mais on a aussi besoin qu'il soit compétent.
Fares
Honnête?
a posté le à 00:25
Il est loin d'être honnête le Kaisollah. Un menteur, un manipulateur, quelqu'un qui a trahi tous les gens qui l'on aidé. Un certain Rchid ghannouchi en sait quelque chose de même que papi Belaid.

Kaisollah a le profil type d'un psychopathe. S'il était honnête il aurait reconnu son incompétence et aurait démissionné depuis plusieurs mois. Honnête mon oeil.