alexametrics
lundi 27 juin 2022
Heure de Tunis : 22:01
A la Une
Nouvelle composition de l’Isie par décret présidentiel
09/05/2022 | 22:39
1 min
Nouvelle composition de l’Isie par décret présidentiel

 

Un décret présidentiel a été publié, lundi 9 mai 2022, au Journal officiel (Jort), portant nomination des membres du Conseil de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie).

 

La composition de l’Isie se présente donc comme suit :

- Farouk Bouasker, membre d’une précédente instance supérieure indépendante pour les élections : président

- Sami Ben Slama, membre d’une précédente instance supérieure indépendante pour les élections : membre

- Mohamed Tlili Mansri, membre d’une précédente instance supérieure indépendante pour les élections : membre

- Habib Rebii, magistrat de l’ordre judiciaire : membre

- Maher Jedidi, magistrat de l’ordre administratif : membre

- Mahmoud Ouaer, magistrat de l’ordre financier : membre

- Mohamed Naoufel Frikha, ingénieur spécialiste en matière de systèmes d’information et de sécurité informatique : membre.

 

Le président de la République avait ratifié le décret relatif à l’amendement et le parachèvement de certaines dispositions de la loi organique n° 2012-23 du 20 décembre 2012 portant création de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie).

Dans ce décret, publié dans le Jort du vendredi 22 avril 2022, le président s’est octroyé la nomination des sept nouveaux membres de l’instance. Une décision qui a suscité une grande polémique.

S.H

09/05/2022 | 22:39
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Rayma
Les nouveaux désignés sont en majorité d'anciens membres de l'ISIE
a posté le 10-05-2022 à 13:15
Le reste des nouveaux membres dont désignés par leurs corporations respectives. Tout ce qu'il y a de plus correcte.
Zouari Mohamed
Objectivement
a posté le 10-05-2022 à 11:16
A mon humble avis la liste joint les conditions nécessaires et suffisantes assurant la compétence ...l'expérience et la neutralité. .
jilani
Et voilà, tout revient dans l'ordre
a posté le 10-05-2022 à 09:38
Plus de Baffoun ami des islamistes et corrompu, Bouasker président et Mansri revient, est ce une dictature ! BN n'est pas toujours content, nommer des gens honnêtes, c'est de la dictature ...
Mozart
Finalement, ce n'est pas si mal qu'on le dit, cette nouvelle direction de l'Isie dont l'indépendance vis-à-vis du président de la République est affaire de conscience.
a posté le 10-05-2022 à 09:01
Ancien vice-président de l'Isie dont la direction avait été dissoute, Farouk Bouasker est désigné président de l'institution devant organiser les prochains rendez-vous électoraux.

C'est pas aussi mal qu'on le dit partout.

Il faut rappeler que, nommés par le chef de l'Etat, les membres dirigeants de l'Isie ne peuvent être démis de leurs fonctions que sur proposition d'une majorité d'entre-eux.

Comme dit Bouasker, mais il n'y a pas que lui d'ailleurs pour le dire clairement, il appartient à chacun de ces nouveaux dirigeants de l'Isie d'agir en toute indépendance.

C'est affaire de conscience professionnelle.

Le risque demeure cependant qu'une forte abstention décrédibilise la légitimité des résultats électoraux, au référendum et aux législatives.
Forza
Il faut boycotter ces élections
a posté le 10-05-2022 à 06:56
Elles ne seront ni libres et et encore moins transparentes. M. Bouasker lui n'a pas d'honneur. Comme Saied, il ne respecte pas son serment.
Le referendum et les élections sont illégaux et anticonstitutionnels.
retraité
tout ce qu'il fait il sera jugé par le peuple
a posté le 10-05-2022 à 06:53
tout ce qu'il décide et ce qu'il fait le président de la république au grand dame de ses adversaires anciens et nouveaux qui ont appauvri le pays et son peuple avec l'encouragement des puissances étrangères dans les affaires intérieures d'un pays indépendant depuis 66 ans il sera jugé lors des prochaines échéances électorales le référendum du 25 juillet 2022 et les élections législatives anticipées de décembre 2022 s'il réussira ce que les sondages le placent toujours en tête ou s'il ne réussira pas ce sont ses opposants qui prennent le pouvoir et tant pis pour le pays et ses citoyens qui les ont renouvelés leurs confiances c'est leurs choix et ils subiront encor 5 années supplémentaires de crise économique sociale financière et sociétale c'est la démocratie politique qui rime avec pauvreté et un avenir peu réjouissant .
Hager
Bravoooo
a posté le 10-05-2022 à 03:49
Tres bien