alexametrics
mardi 23 juillet 2024
Heure de Tunis : 09:21
Chroniques
Faute de moutons, ils mangent du foin !
Par Nizar Bahloul
13/02/2023 | 14:00
8 min
Faute de moutons, ils mangent du foin !

 

Kamel Letaïef, Khayam Turki, Abdelhamid Jlassi, Béchir Akremi, Taïeb Rached, Moncef Ben Attia. Quel est le lien entre ces personnalités ? Aucun en apparence, si ce n’est qu’elles ont toutes été arrêtées ce week-end, ce qui a occupé toute la scène médiatique et rempli des centaines de publications sur les réseaux sociaux tunisiens.

Si les médias tunisiens mainstream ont brillé par une certaine hauteur dans le traitement de l’information, il n’en est pas de même pour la majorité des publications facebookiennes qui ont fortement applaudi les arrestations. Kaïs Saïed a vu juste, c’est clair, son public apprécie ce qu’il fait et le soutient fortement.

Selon le décalogue apocryphe de Noam Chomsky, les principales stratégies de la manipulation de masse commencent par le divertissement. L’objectif de cette manipulation est, pour les gouvernants, de s’assurer que les gouvernés ne comprennent pas qu’ils sont réellement au pouvoir. Je vous invite à lire ces dix stratégies, elles sont utiles pour décrypter ce qui se passe en Tunisie, sous le régime de Kaïs Saïed.

 

Plus terre à terre, je vais parcourir avec vous les principales actualités de la dernière quinzaine, depuis les élections, sous deux angles différents. Le premier sous l’angle du citoyen et journaliste tunisien que je suis, le second sous l’angle du président Kaïs Saïed, à travers ses activités. Le traitement de l’actualité sous ces deux angles fera apparaître le malaise sociétal que nous vivons actuellement.

Le 29 janvier 2023 a eu lieu le second tour des législatives avec un taux de participation de 11,3%. Au premier tour, le taux de participation a été de 11,22%. Précédemment, au référendum sur la nouvelle constitution, le taux a été de 30,5%. C’est une évidence, le peuple tunisien dans sa majorité désapprouve le projet de son président. C’est un désaveu qui appelle une réaction conséquente du président. Quelle a été cette réaction ? Le déni. Que conclure ? Que l’abstention massive a été inaudible et que le président agit comme si de rien n’était. 

Autres préoccupations du citoyen tunisien que je suis, faire face aux pénuries et à l’inflation. Si la pénurie de lait et de sucre me dérange, celle des médicaments m’inquiète au plus haut point. J’ai, comme une majorité de mes concitoyens des fins de mois difficiles. Mais vu que je suis également chef d’entreprise, la situation est pire puisque je dois assurer des revenus pour ma famille, mais aussi pour celles de mon personnel. Quelle a été la réaction du président par rapport à tous ces problèmes quotidiens des Tunisiens ? Concrètement, aucune. Il s’est suffi d’accuser des complotistes de tous bords qui affament le peuple tunisien à dessein. A-t-il arrêté ces complotistes et ces spéculateurs qu’il évoque à chacune de ses sorties ? Non. A-t-il trouvé une solution à ces problèmes des Tunisiens ? Non, il s’est suffi de ses verbiages habituels.

Il y a eu, aussi, durant cette quinzaine, l’humiliation subie par des touristes tunisiens partis en Algérie. Dans la nuit du jeudi et la journée du vendredi, ils ont subi des exactions de la part des forces de l’ordre algériennes à la suite d’un incident diplomatique avec la Tunisie. Quelle a été la réponse des autorités tunisiennes ? Aucune, à ce que l’on sache.

Dernière source d’inquiétude de la quinzaine, pour le Tunisien que je suis, les arrestations de concitoyens qui font de la politique, sans ordre du parquet et sans présence de leurs avocats.  

Pour résumer la quinzaine, telle que je la vois en tant que citoyen, je subis une inflation galopante, j’ai du mal à trouver des produits importants, voire de première nécessité, le président que je paie avec mes impôts ne m’écoute pas, mon pays ne me protège pas quand je suis à l’étranger et je ne fais plus confiance au système judiciaire, puisqu’il ne peut plus me protéger devant les abus policiers. Et je ne parle même pas de ce qui a précédé la période, comme la dégradation de la note souvraine tunisienne par Moody's avec perspectives négatives. Dégradation superbement zappée par Carthage. 

 

Regardons la quinzaine du côté du président de la République. Dans tous les pays du monde, il y a systématiquement un discours ou une allocution présidentielle au lendemain des élections. Les gouvernants (même s’ils sont dictateurs) expliquent aux gouvernés (même s’ils sont des poussières d’individus) les leçons tirées des suffrages et leur donnent le programme de l’étape suivante.

Les élections ont eu lieu le 29, le président a procédé au changement de deux ministres le 30 janvier. Quel est le lien de ce remaniement avec les élections ? On n’en voit pas !

Ce même 30 janvier, il se déplace à la Kasbah pour rencontrer sa cheffe du gouvernement et lui dire, au détour d’une phrase, que les Tunisiens ont boycotté les élections, parce qu’ils ne font plus confiance à leur parlement.

Le 31 janvier, il se déplace inopinément à la caserne d’El Aouina d’où il déclare la guerre aux syndicats. Une heure après, on procède à l’arrestation d’un syndicaliste gréviste.  

48 heures après les élections, on ne parle plus de celles-ci, mais de la guerre présidence-UGTT.

Le 2 février, il se déplace à un hôpital pour voir une jeune greffée du foie et son donneur. Cette violation de la vie privée et de la déontologie médicale occupera la scène médiatique un temps.

Le 3 février, il inaugure une autoroute dont les travaux ne sont pas encore achevés. Ironie de l’histoire, un grave accident a eu lieu le même jour. Ça y est, cinq jours après les élections, on parle de tout sauf des élections.

Le même 3 février, il convoque ses ministres pour leur parler de pénuries, mais sans apporter aucune solution. L’insolite est qu’il dit que l’identité des responsables de ces pénuries est connue de tous. De qui parle-t-il ? Personne ne le sait, mais tous les observateurs sensés sont d’accord pour dire que c’est l’État qui est le premier responsable de ces pénuries.

Le 6 février, la ministre de la Justice crée une commission chargée des dossiers des martyrs Belaïd et Brahmi. De quoi nous occuper 24 heures, puisque cette commission parallèle viole allègrement les principes fondamentaux de la justice.

Le 7 février, il procède au limogeage de son ministre des Affaires étrangères sans dire pourquoi. Ça occupe, un temps, les médias.

Le même 7 février, il convoque sa cheffe du gouvernement pour lui imposer une véritable diarrhée verbale.

Le 9 février, il convoque son nouveau ministre des Affaires étrangères à qui il ordonne d’augmenter la représentativité de l’ambassade tunisienne à Damas. Il a fallu un séisme d’une très grande ampleur pour que le président aux pleins pouvoirs se rappelle de la Syrie et de sa souveraineté.

Le 10 février, il convoque sa ministre de la Justice pour violer, une énième fois, un autre principe fondamental de la justice, celui de la présomption d’innocence.

Le 11 février, un samedi, on procède à l’arrestation de Kamel Letaïef, Khayam Turki et Abdelhamid Jlassi. Le 12 février, un dimanche, on procède à l’arrestation de Béchir Akremi et Taïeb Rached. Ici aussi, on viole allègrement le principe de la présomption d’innocence et on mêle les torchons et les serviettes.

 

J’ai beau parcourir l’activité présidentielle de la quinzaine, je ne trouve aucun point, absolument aucun, en rapport avec les préoccupations de ma quinzaine de citoyen. Comme le dit un célèbre dicton tunisien, « nous sommes dans un oued et le président est dans un autre oued ». Et c’est là le malaise sociétal.

Quand bien même on voudrait trouver un point commun entre les arrestations du week-end, on n’en trouve pas. M. Rached est suspecté d’être un magistrat véreux, M. Akremi est suspecté d’être un magistrat politisé qui a manipulé des dossiers judiciaires, M. Jlassi est connu pour être islamiste et militant politique, MM. Letaïef et Turki sont connus pour être patriotes, lobbyistes férus de politique.  Et je suis prêt à parier qu’il n’y aura aucune cour de justice pour condamner ces trois derniers, car faire de la politique ne peut en aucun cas être assimilé à un complot contre l’État. Leur sort sera identique à ces dizaines de personnalités qui ont été assignées à résidence ou qui ont été interdites de voyage injustement au lendemain du putsch du 25 juillet.

Durant toute cette quinzaine, Kaïs Saïed a multiplié les écrans de fumée et les ennemis. Il a tout fait pour dévier les regards des préoccupations principales des Tunisiens.

En sciences politiques, ce que fait Kaïs Saïed n’est qu’une des dix stratégies de Noam Chomsky. Et ça marche. Ça marche même très bien. Certains Tunisiens sont prêts à gober n’importe quel mensonge proféré par les gouvernants, dès lors que ça répond à leurs idées reçues et leurs fantasmes.

Loin des stratégies savantes de Chomsky, regardons leur corollaire typique en Tunisie où l’on dit « qu’on leur fasse avaler le foin ». En la matière, notre président est le premier fournisseur du pays. On dit qu’il n’y aura pas suffisamment de moutons cette année et les bouchers appellent le Mufti à annuler l’Aïd el Kebir. Il faut donc bien quelqu’un pour manger le foin. On en trouve des milliers parmi les aficionados de Kaïs Saïed.

Par Nizar Bahloul
13/02/2023 | 14:00
8 min
Suivez-nous
Commentaires
Gg
Saied...
a posté le 15-02-2023 à 11:44
On peut reprocher à K. Saied son incompétence en économie, son immobilisme dans la mise en oeuvre des réformes structurelles, son incapacité à communiquer avec les instances internationales, ses libertés avec les règles démocratiques etc... Mais peu à peu il parvient à dénouer les pièges que les islamistes ont tendus au pays, et à démanteler, patiemment, les organisations terroristes.
Et pour cela, vous devriez lui être reconnaissant.
M'Barki
Saied
a posté le à 15:01
Le peuple lui est reconnaissant, vidéos à l'appui, en dépit de ce qu'en pense notre Team Jorge local.
CHKOBBA
A mon avis..
a posté le 14-02-2023 à 16:35
Cela sent la lutte de pouvoir pour le successeur de Kaiis Saied, avec l'aide de Kaiis lui-même, sans s'en rendre compte, entre Souahlia et Beldia !
AMMAR BEZZOUIR
Et nous qu'est-ce qu'on veut fêter aujourd'hui ?
a posté le 14-02-2023 à 12:49
- En Russie aujourd'hui, c'est la journée des programmeurs
- En Allémagne c'est le jour des malades psychiatriques
- Partout dans le monde c'est la fête des amoureux
- Au Japon c'est le jour des hommes nus
- Aux '?tats-Unis, c'est le jour de la contraception

Et nous qu'est-ce qu'on veut fêter aujourd'hui ?
La dictature de Kalsounallah ?
TAHAR
Tout va tout s'en va cher AMMAR!
a posté le à 15:51
A un âge avancé, on n'a presque plus rien à fêter, mon cher !

https://www.youtube.com/watch?v=Bj3aTZePVQw
Patriote
Le foin c'est de l'or
a posté le 14-02-2023 à 11:45
Me Bahloul connaît les proverbes et ne sait pas comment appliquer chaque proverbe à la situation adéquate
Le foin est une denrée rare q'on donne aux animaux ce qui lui permet de manger de la viande
Je suis un animal qui mange du foin et fier de l'être car même si je ne suis adepte de KS mais je le respecte et le remercie d'être le seul à avoir eu le courage d'affronter la secte gangene Cancéreuse des kouanjias qui ont détruit le pays
Vous parlez toujours du putch et pourtant c'était un grand moment de libération de la tunisie de la main mise des envahisseurs et l'histoire en parleras
Vous ne parlez jamais de ce qu'ils ont fait durant la décennie noire et de l'héritage catastrophique laissée par ces voleurs pilleurs incompétents
Vous mettez en cause des responsables au pouvoir actuel qui ont eu le courage de sauver le pays de la descente aux enfers
Normalement ils faut les remercier ,les aider , les encourager ou bien les laisser travailler sans mise en cause de ce qu 'ils font
Vous défendez l'indéfendable
Les islamistes
Les opportunistes
Les supposés politiciens 0%
Les supposés syndicalistes
destructrurs fû pays
Et......
Et...
La réalité est que le travail de cette équipe au pouvoir commence à donner résultats
- gourou hors système
- ablation régime parlementaire
- libération du pouvoir judiciaire
de la main mise des khouanjias
- libération du dossier FMI
confirmé par la présidente du
FMI hier à Dubai
- reprise de la production du
Phosphate par la force
Et.........
Le train de la tunisie était bloqué et enfin il redémarre difficilement et lentement
Mabrouk et inchallah il vas foncer
Abdelaziz
Corriger
a posté le 14-02-2023 à 11:04
Faute de moutons on tond les chèvres
Nephentes
cela va tres mal finir
a posté le 14-02-2023 à 11:00
Parce que le pays est -soi-disant- gouverné par un psychopathe totalement incapable d'apporter des solutions aux vrais problèmes qui engagent l'avenir immédiat

En attendant Mr Saed fait absolument n'importe quoi, sur sur la base de soi-disant rapports de renseignement bidonnés et trafiqués pour instrumentaliser sa pathologie hautement toxique
Lassaad
Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse
a posté le 14-02-2023 à 10:54
Oui, notre président est lunatique, oui, il est dépassé par les enjeux économiques, oui, il chie sur la bienséance (la visite à la famille du donneur est tragi-comique), oui, il use de stratégies infantilisantes, oui, je n'ai pas voté pour lui et je ne voterai jamais pour un aliéné. Mais qu'est-ce que je le kiffe quand il fait le ménage. Le bonhomme, il faut l'avouer, en a dans le slip. Laarayedh, Bhiri et bientôt Ghannouchi... What else? Je suis comblé.
Fares
A votre santé
a posté le à 09:26
Bientôt l'alcool servi par votre S(h)ieur n'aura plus d'effet sur la populace qui risque de retrouver sa sobriété tôt ou tard. Quel sera la parade de Kaisollah à ce moment là? Recourir aux drogues dures? Lancer une guerre contre un pays voisin à l'instar de certains présidents américains? La populace crie vengeance et Kaisollah a intérêt à la garder satisfaite. Le peuple des klaxonneurs compulsifs "yourid".

Ces arrestations ne sont que du show et on n'a pas besoin d'aboir un joystick dans son slip pour pouvoir les faire. Kaisollah est toujours entouré par un nombre exagéré de gardes de corps, le mec a la trouille 24 h/ 24 h. Je me demande des fois si ses gardes l'accompagnent dans sa chambre à coucher?
Patriote
L'heure de vérité est arrivée
a posté le 14-02-2023 à 09:04
Le pouvoir judiciaire est sorti de la main mise des khouanjuas er il reprend vie et commence à appliquer la loi et à juger ceux qui se croit au dessus de la loi surtout le décret loi 54 qui incrimine les abus des journalistes
Et voilà ça commence avec mosaïque et inchallah javel vas nettoyer le reste des medias qui cachent les vérités et incitent à la désobéissance par la transformation de la réalité
Zba
La question que je pose
a posté le 14-02-2023 à 06:12
Combien NB et ses semblables sont impliqués avec les hors la loi?
Dites nous, monsieur Bahloul, combien vous êtes impliqués avec les hommes de l'ombre ?
Laisser les analyses pour le moment,
le moment n'est pour analyser
DHEJ
Mais les deux oueds se ...
a posté le 13-02-2023 à 20:08
Sont les affluents du même barrage l'article 80 de l'ancienne constitution!


Remettre oes pouvoirs publics au travail pour améliorer ton quotidien, mon quotidien!

Moi je mets les clés sous la porte!
IBN KHALDOUN
Contre les fanfaronades tunisoises
a posté le 13-02-2023 à 19:51
Tout inculpé est innocent avant son jugement : cependant et néanmoins : M. Khayam Turki est poursuivi par un fonds emirati ( 16 millions d'?' en jeu) .Son nom apparaît dans PANAMA PAPERS... IL ATTEND un jugement en appel en Suisse....?
A propos de l'attentat de Bab Souika , M. Jlassi avait déclaré que c'est un " acte isolé " et a présenté ses excuses au peuple tunisien. Les excuses , dans un acte criminel ne remplace pas la tebue d'un procès.... Enfin il y a débat dangereux au sein du FRONT DU SALUT NATIONAL pour la formation d'un gouvernement parallèle... Tout le reste c'est du bla bla et du remplissage journalistique. ELTAIEF n'est pas un lobbyste...c'est un " homme de surface"( difficile l'argot) . Depuis 30 ans son rôle est surdimensionné, plutôt Dédé la magouille... un petit monsieur qui voudrait et qui rêverait de jouer dans la cour des grands... un petit facteur...
MH
Excellent
a posté le 13-02-2023 à 18:54
J'ai adoré. '?a correspond à 100% à ma vérité.
Zarzoumia
Diversion
a posté le 13-02-2023 à 18:30
Le positionnement de la plupart des tunisiens est clairement partisan et clanique. Il n'est pas guidé par l'analyse et l'esprit critique ce qui nous met parfois face à des contorsions intellectuelles des plus ridicules. Ce n'est pas un positionnement de principes vis-à-vis d'éléments factuels. Cela rend la plupart une proie facile à toutes les formes de manipulations et un terreau fertile pour tous les populistes. On préfère les étiquettes et les raccourcis à l'effort de l'analyse et du questionnement. Parfois on élude les vraies questions par des attaques envers le camp d'en face ce qui dénote une envie d'en découdre plutôt qu'une envie de construire une vie politique saine. La preuve c'est qu'il n'y a que les partis politiques qui ont un discours clivant qui arrivent à fédérer quitte à servir du foin.
Ce que je n'arrive pas à comprendre c'est comment quelqu'un qui a enseigné le droit constitutionnel toute sa vie peut se défaire du principe de la séparation des pouvoirs qui représente une pierre angulaire de la vie démocratique sans parler de l'indépendance de la justice et la présomption d'innocence ?
Sihem
Sérieux ?
a posté le à 09:03
Il est vrai que qualifier Kamel Eltaief de "lobbyiste patriote" c'est de l'analyse politique. Le lobbyisme et la démocratie sont par essence antinomiques même si le premier va bon train dans toutes les démocraties dites anciennes
Zarzoumia
J'essaie d'être sérieux
a posté le à 13:52
Vous relevez une opinion propre du rédacteur mais l'article dans l'ensemble représente une analyse assez factuelle et un point de vue respectable. Je ne saurais qualifier mr Ltaief mais tout ce que j'observe c'est qu'il est victime d'une opération tape à l'oeil qui baffoue les règles procédurales élémentaires. Le pouvoir ne se rend pas compte qu'il est en train de fabriquer des martyrs dont les islamistes. Cela dit, votre point de vue sur le lobbyisme est discutable. Vous êtes sans ignorer les différentes approches anglo-saxonne ou française. Paul ricoeur dit:" est démocratique, une société qui se reconnaît divisée, c'est à dire traversée par des contradictions d'intérêt". Le rôle du politique est d'arbitrer les intérêts particuliers en essayant de dégager l'intérêt général. Pour gérer l'influence des lobbies, il faut plus de régulation et de transparence. Justement, pour protéger les décideurs il faut identifier les lobbystes et informer sur leurs champs d'influence.
Karaouli
Diversion
a posté le à 19:42
Bravo pour ce commentaire....bravo
Tunisino
Ses cartes sont brulées
a posté le 13-02-2023 à 18:21
Saied a brulé toutes ses cartes, il est actuellement contre le mur, sans solutions et prochainement sans soutiens. Cependant, lui, il va partir avec son équipe de nuls, punis ou impunis, mais ce qui reste sont ses dégâts, à payer par les pauvres tunisiens, du présent et du futur.
Mohamed BEN AHMED
Ce commentaire est destiné à NizarBahloul et n'est pas destiné à être publié
a posté le 13-02-2023 à 16:21
Je voudrais vous dire que ce que j'apprécie dans votre journal c'est vos analyses et celles de vos collègues.

Félicitations pour vos deux papiers du jour.

Permettez-moi de relever juste une petite coquille : corrolaire s'écrit avec deux r.

Bon courage !

BN : Cher lecteur merci pour votre commentaire, cependant Corolaire s'écrit avec un seul R d'après le Larousse
Fares
Un seul r
a posté le à 18:32
Corollaire prend un seul "r", mais deux "l" ? L'orthographe est parfois étrange, "corrélation" prend deux "r" et un seul "l", alors que "corollaire" prend un seul "r" et deux "l" alors que les deux mots semblent être liés.

Pour finir sur une note positive: pour un chinois c'est du kif kif, puisque les chinois ont tendance à prononcer les "l" comme des "r".
Lakoudi
Addendum
a posté le 13-02-2023 à 15:59
Il faut bien des moutons pour manger tout ce foin, et qui sont les moutons en ce moment ? Question à un millime.
yui345
article très subjectif
a posté le 13-02-2023 à 15:51
je ne fais pas partie des moutons de KS, mais je trouve que cette publication de Nizar est loin d être objective, et je trouve tout simplement un parti pris contre le chef d Etat. Nizar ne dit rien contre ceux qui ont détruit l Etat, lekhouanjia, leurs sbires, la mafia '?'. pour lui tous nos maux proviennent seulement de KS et du 25 Juillet !!!
Lambda
Faux
a posté le à 18:22
Faux, NB et BN ont été tout le temps contre les islamistes depuis leur élection en 2011.
Mais ça fait trois ans que KS est la qu'est ce qu'il a fait ? '?a fait un an et demi qu'il a tous les pouvoirs et que les khwenjiyas sont partis, qu'est ce qu'il a fait de bon ?
Réponse
Beta
a posté le à 01:08
Il a fermé la cour des miracles où la corruption était le sport national et il nous a fait économiser les salaires des footeux aux deux pieds gauches...
C'est un échantillon de ce qu'il a fait de bon.
Equitable
@échantillon
a posté le à 11:45
Yarhim fommik
Si M'hamed Bougara
Logos.
a posté le 13-02-2023 à 15:45
" Quelle a été la réaction du président par rapport à tous ces problèmes quotidiens des Tunisiens ? Concrètement, aucune. Il s'est suffi d'accuser des complotistes de tous bords qui affament le peuple tunisien à dessein. A-t-il arrêté ces complotistes et ces spéculateurs qu'il évoque à chacune de ses sorties ? Non. A-t-il trouvé une solution à ces problèmes des Tunisiens ? Non, il s'est suffi de ses verbiages habituels."

El Moutannabi :

Lawala el machakatou sada el nassou koulahoum
El djoudou youfkir wa el ikdamoumou katta-lou
Wa inama yabloughou el inssanou ttakata-hou
Ma koulou machiyatine bi el rah-li chimlaoulou.

Encore une fois, une question pour Mr Nizar Bahloul.

"Quelle est la différence entre un intellectuel éclairé engagé et un autre opportuniste banal?"

" Le premier cherche à changer la société, la bousculer, quel que soit le prix à payer à commencer par mettre sa vie en danger. (Madame Abir Moussi)

Le deuxième cherche à faire les yeux doux à cette même société, la monnayer, la duper, afin que la populace applaudisse ses idées qui ressemblent à un mille-trous el-baghrir ! " (votre populiste en chef).

" Si quelquefois mes expressions sont équivoques, je tâche que ma conduite en determine le sens."
Lakoudi
Tout est bon dans le foin
a posté le 13-02-2023 à 15:43
Voyons voyons, il n'y a rien à reprocher au foin, tout y est bon. La preuve, il n'y a que de la bonne chair des animaux qui mangent toute sorte d'herbe et de foin. Le foin est très bon pour la santé humaine contrairement au lait, au café et au sucre.
CQFD. A bon entendeur salut.
Si M'hamed Bougara
Pathos.
a posté le 13-02-2023 à 15:42
J'avais un homme qu'excepté Roguin, j'aurais dû mettre le premier en compte : mon ancien confrère et ami de Carrio, ci-devant secrétaire titulaire de l'ambassade d'Espagne à Venise, puis en Suède, où il fut, par sa cour, chargé des affaires, et enfin nommé réellement secrétaire d'ambassade à Paris. Il me vint surprendre à Montmorency, lorsque je m'y attendais le moins. Il était décoré d'un ordre d'Espagne, dont j'ai oublié le nom, avec une belle croix en pierreries. Il avait été obligé, dans ses preuves, d'ajouter une lettre à son nom de Carrio, et portait celui du chevalier de Carrion. Je le trouvai toujours le même, le même excellent c'?ur, l'esprit de jour en jour plus aimable.

Jean-Jacques Rousseau.
Les confessions.
Si M'hamed Bougara
Ethos.
a posté le 13-02-2023 à 15:40
Avec un nom déjà célèbre et connu dans toute l'Europe, j'avais conservé la simplicité de mes premiers goûts. Ma mortelle aversion pour tout ce qui s'appelait parti, faction, cabale, m'avait maintenu libre, indépendant, sans autre chaîne que les attachements de mon c'?ur. Seul, étranger, isolé, sans appui, sans famille, ne tenant qu'à mes principes et à mes devoirs, je suivais avec intrépidité les routes de la droiture, ne flattant, ne ménageant jamais personne aux dépens de la justice et de la vérité. De plus, retiré depuis deux ans dans la solitude, sans correspondance de nouvelles, sans relation des affaires du monde, sans être instruit ni curieux de rien, je vivais à quatre lieues de Paris, aussi séparé de cette capitale par mon incurie, que je l'aurais été par les mers dans l'île de Tinian.

Jean-Jacques Rousseau.
Les confessions.
Nephentes
En attendant qui gère la crise économique et sociale
a posté le 13-02-2023 à 14:49
Je crois qu'on peut définitivement conclure a la présence d'une bande de clowns malsains a la tète du pays.

Maintenant, qui gère l'effondrement actuel de note économie ?

Qui est prêt a en assumer la responsabilité politique et historique ?