alexametrics
lundi 27 mai 2024
Heure de Tunis : 14:53
SUR LE FIL
La santé du président en question
05/05/2022 | 12:03
6 min
La santé du président en question

 

C’est l’un des sujets les plus tabous pour le monde médiatique. Peut-on évoquer publiquement la santé d’un chef d’État ?

La question ne se pose pas uniquement dans les pays autocratiques, elle s’est longtemps posée dans les plus grandes démocraties. A titre d’exemple, les Français n’ont appris la maladie de leur président François Mitterand (1981-1995) qu’après son départ de l’Élysée. Aujourd’hui, encore, plusieurs médias américains s’interrogent sur la santé du président Joe Biden qui, régulièrement, publie son état de santé.

Dans leurs ouvrages « Ces malades qui nous gouvernent » puis « Ces nouveaux malades qui nous gouvernent », Pierre Accoce et Pierre Rentchnick s’intéressent à cet aspect de l’exercice du pouvoir par des « hommes » atteints physiquement ou psychologiquement. Le point commun étant que ces maladies étaient tenues pour la plupart cachées et que ces dirigeants avaient fait peser à leurs concitoyens le poids de leurs propres tourments, de même que les conséquences de l’amoindrissement de leurs facultés. Des livres à consulter à la lumière des événements qui se déroulent en Tunisie.

Dans nos contrées, la question a été posée avec insistance dans les années 1980 sous la présidence de Habib Bourguiba, mais sans qu’il y ait un seul débat médiatique sur le sujet. Elle a été finalement tranchée le 7 novembre 1987 par le célèbre coup d’état médical de son Premier ministre Zine El Abidine Ben Ali. Il s’est basé sur un certificat médical signé par un nombre de médecins pour justifier un coup d’état sans effusion de sang.

Dans les années 2000, rebelote avec Zine El Abidine Ben Ali. La santé du président, on en parle dans les salons (à mi-voix), mais jamais dans les médias.

Après la révolution, le sujet de la santé du président est de nouveau évoqué avec Moncef Marzouki. Il ne s’agit pas de santé physique, cette fois, mais de la santé mentale. Les rumeurs étaient insistantes à propos d’hypothétiques troubles psychiatriques du président, mais aucun média n’a osé poser la question publiquement. Les psychiatres invités par un nombre de journalistes pour évoquer le sujet ont tous décliné l’invitation prétextant qu’il leur est déontologiquement impossible de traiter ce genre de questions en public.

En 2014, en pleine campagne électorale, Moncef Marzouki évoque lui-même le sujet en rendant public un certificat médical attestant de sa bonne santé physique pour exercer le pouvoir. La manœuvre n’est cependant pas réalisée pour asseoir de nouvelles traditions dans une démocratie respectable, elle visait son adversaire Béji Caïd Essebsi, 88 ans à l’époque, qu’on disait malade et incapable d’exercer la fonction présidentielle pour cinq ans.

Les militants du CPR et les sympathisants de Moncef Marzouki, à leur tête Yassine Ayari, n’avaient que ce sujet sur leur langue.

 

Sauf que voilà, ces mêmes personnes qui interpellaient le public sur la santé physique du candidat Béji Caïd Essebsi bottaient en touche quand on évoquait la santé mentale du président-candidat Moncef Marzouki. Les rumeurs prétendaient, pourtant, que ce dernier aurait séjourné par le passé dans un hôpital psychiatrique parisien.

Une fois élu, Béji Caïd Essebsi a instauré pour la première fois en Tunisie, la tradition de rendre public son état de santé ou ses visites privées à Paris pour des consultations médicales.

La tradition est préservée en juin 2019, quand le président a été admis en urgence à l’hôpital militaire de Tunis. Le service de communication de la présidence, dirigé alors par Firas Guefrech, a publié un communiqué officiel pour faire part au public de la situation, puis ce sont ses médecins militaires qui ont repris le flambeau.

 

Avec Kaïs Saïed, on signe un retour en arrière à tous les niveaux. La santé du président élu en 2019 n’a jamais été évoquée médiatiquement avec sérieux, mais on en parle volontiers dans les salons et sur les réseaux sociaux. Ses accès de colère, ses discours à la nation à minuit, ses nominations farfelues et ses contradictions flagrantes sont autant de motifs pour s’interroger sur la santé mentale d’un président hors-normes.

Le tabou a été brisé cette semaine par son ancienne cheffe de cabinet Nadia Akacha. Dans une communication fuitée avec un inconnu, les Tunisiens apprennent que leur président souffrirait de troubles psychiatriques. A l’entendre, il prendrait régulièrement des cachets.

 

L’ancienne bras droit du président évoque également une histoire privée avec son épouse qui, théoriquement, causerait des conséquences psychiques.

Enfin, son ancienne directrice de la communication Rachida Ennaïfer évoque entre les lignes que le président serait insomniaque. « Il travaille vingt heures par jour », dit-elle imperturbable sur une chaine télévisée de grande audience mercredi 4 mai 2022.

Que Mmes Akacha et Ennaïfer colportent des mensonges ou qu’elles disent vrai et que leur niveau soit d’une bassesse inouïe, il n’en demeure pas moins que les deux dames ont occupé les devants de la scène, avec des postes au sommet de l’État. Elles ont été toutes les deux choisies par le président de la République qui a cru, à un certain moment, en leurs compétences.

Ce président qui a nommé ces deux « traitresses » à ses côtés est-il sain mentalement ?

 

Le parquet a annoncé hier avoir ouvert une enquête à propos des conversations fuitées de Mme Akacha. Mais ce parquet ne précise pas si l’objectif de son enquête est de savoir qui a fait fuiter les communications ou bien si les très graves propos de l’ancienne cheffe de cabinet sont vrais ou pas.

En tant que Tunisiens, qu’est-ce qui nous importe le plus ? De punir Mme Akacha pour sa langue fourchue et les secrets du palais qu’elle a dévoilés ou bien de savoir si ce qu’elle dit est vrai ?

Il est du droit des Tunisiens de savoir si leur président souffre d’un quelconque trouble psychiatrique.

Si ce que dit Mme Akacha est faux, il est du devoir de la présidence de la République de démentir publiquement les propos de l’ancienne cheffe de cabinet, tout en appuyant son démenti par une déclaration du médecin traitant du président.

 

Idem si le président est sous traitement et que son hypothétique maladie est correctement prise en charge et ne porte pas d’incidence sur l’exercice de ses fonctions.

En revanche, si cette hypothétique maladie empêche le président d’exercer normalement, il a l’obligation morale de quitter le palais et de convoquer immédiatement une élection présidentielle. 

A moins qu’il soit dans le déni. Dans ce cas, c’est à ses médecins traitants de prendre leur responsabilité à deux mains et de communiquer publiquement sur le sujet.

Dans les pays qui se respectent, la santé du président n’est pas un sujet privé frappé par le secret médical, c’est un sujet public ! Il n’y va pas seulement de la propre santé du chef de l’Etat, il y va de la santé de tout un pays et de tout un peuple.

 

Raouf Ben Hédi

05/05/2022 | 12:03
6 min
Suivez-nous
Commentaires
takilas
" docteur " des hétérogènes aux vrais tunisiens comme Mekki le comolexé.
a posté le 06-05-2022 à 11:15
Votre avis monsieur le charlatan nahdhaoui sur les incultes marzouGui ( éviter a vraie prononciation arabe)et ghanouchi l'ignorant?
On ne peut pas comparer l'incomparable, à savoir un détenteur de doctorat et illustre professeur avec des intrus, des maniganceurs et incultes (jahala) qui cherchent à s'enrichir par les manigances, croyant que ceux qui leur ont soufflé (à Londres) qu'il y a un printemps arabe et un festin (rmougua) et qu'ils peuvent tout s'approprier en Tunisie fonds et murs et que ce pays est devenu le leur oubliant que ce sont des intrus et des arrivistes connus plutôt par leurs délits et par leurs crimes inhumains. "saffah" entre autre.
Mansour Lahyani
Cette image d'un détraqué mental fait mal...
a posté le 06-05-2022 à 11:12
Grand (et désormais Gros) Corps Malade du cerveau poursuit sa quête : il s'agrippe plus fort que jamais à sa corde à noeuds, sans s'apercevoir qu'elle n'est plus arrimée au portique qui devait la soutenir... C'est un véritable miracle qu'elle ne soit pas encore tombée, un autre miracle de cette pauvre Tunisie qui n'en peut plus de contempler ce funambule dans le cirque qu'il s'entête à animer, sans vraiment divertir ni les malheureux Tunisiens, ni les autres spectateurs, qui ne sont pas tous des charognards, ni tous des saints, mais qui sont TOUS effarés par cette gabegie sans nom et sans lendemain'?' Où s'arrêtera cet artiste, l'Autiste Suprême ? Bientôt, il n'aura plus d'institution à anéantir, ni de règle à annihiler - mais, malheureusement encore des débiles et des nigauds tels ces 493.000 qui se sont déjà laissé attraper à ce jeu surréaliste d'attrape-nigauds sur la "plate-forme" électronique de sa fumeuse istichara, et bientôt du très improbable et encore plus illusoire istefta'?' Un gueulard, accroché à son fauteuil, la chemise sur le point d'exploser tous ses boutons, ça ne rassurera vraiment personne !!! Prof. Saïda Douki, Dr Abdelaziz Annabi, où êtes-vous passés ?!! Ma Tunisie a le plus urgent besoin de votre science !!!
Skyboy
Bravo
a posté le à 10:25
Tout est dit
DIEHK
Si RBH....
a posté le 06-05-2022 à 11:12
Si RBH, vous êtes quelqu'un qui maitrise son sujet et le seul conseil que je puisse vos donner :
C'est de ne pas rentrer dans le jeu du PR et les autres manipulés par Ghannouchi.
Regardez l'UGTT et essayer de comprendre son discours et de bien décoder son discours sinon vous raterez 1 occasion dans votre carrière!
Et pour terminer, le chamane que je suis vous conseille d'arrêter de fumer dh Hach..
Et si vous ne fumez pas, alors essayez le "CBD" qui est conseillé pour tous les maux du corps humain et même mieux que le "viagra"!!!!
Je constate que nos médias n'exercent pas leur 4 ème pouvoir pour indiquer le meilleur chemin sans se compromettre beaucoup avec les prises intempestives d'alignement sur 1 idée fixe initiée par TOUS ceux qui ne veulent pas que la Tunisie sorte la tête de l'eau.
Bien à vous & à vos lecteurs
Angel
@BN
a posté le 05-05-2022 à 22:31
leurs ouvrages « Ces malades qui nous gouvernent » puis « Ces nouveaux malades qui nous gouvernent », Pierre Accoce et Pierre Rentchnick
Combien d'unités?
Débile
JE DIS LA VERITE
Un "deep-fake", dans les règles de l'art....
a posté le 05-05-2022 à 19:56
Rendez-vous compte, chers lecteurs, que je lis ces derniers, me donne le tournis. Ce qu'on raconte sur le Président, il faudrait le vérifier techniquement....

Ces enregistrements que l'on attribue à cette dame, sont à vérifier.
Il faudrait également que la justice interroge cette personne.
Je ne sais pas, si N. Ackacha a nié ces fuites.

Vous savez également, qu'avec l'intelligence artificielle, par l'image et la voix, on peut démolir n'importe qui. Heureusement, que la loi agit contre ces malfaiteurs.
Aujourd'hui, toute vidéo, tout enregistrement, même authentique, peuvent-être manipulés par des applications informatiques pointues, relevant de l'intelligence artificielle.
On attaque les artistes, on les fait dire des choses qu'ils n'avaient jamais dites.
On a fait danser un politicien sur une scène, alors qu'il est fortement âgé et n'avait jamais pratiqué une danse professionnelle.

Alors, méfiez-vous de ces enregistrements.
Un Chef d'Etat, malade mental, cela ne passera pas facilement. On peut le remarquer sur la personne. Tout faux, ce qu'on raconte de ce côté sur la personne de notre Président.
Ce sont ces ennemis qui fabriquent ces "deep-fake". Il faut mettre un terme à cela....
Borhéne
je n'est besoin de personne
a posté le 05-05-2022 à 19:06
je n'est besoin de personne pour me dire ou me guider dans mon pronostique. Notre très chère président est à mon avis " not fit for the job". Il n'est pas fait pour ce travail. Point final. C'est notre Akhanaton et la Tunisie a perdu 5 années ou peut être perdra 10 années avec lui aux commandes. Et toutes ses réalisations seront jetées à la poubelle. Nouveau départ en 2025 ou 2030. Je suis certain que des milliers d'entre nous ne seront pas là, ils ne seront plus de ce monde.
Fares
Qui sème le vent
a posté le 05-05-2022 à 18:32
Qui sème le vent, récolte la tempête. Je n'aime pas Saïed à cause de ses discours orduriers, il n'a pas pu s'empêcher de lyncher ses adversaires même la vieille de l'aid. Ce qui malheureux est que ses enfants doivent subir les conséquences de ses fuites: séquelles psychologiques.
The Mirror
Si le Président est malade, le peuple qui le soutient fermement l'est aussi
a posté le 05-05-2022 à 16:54
C'est du déjà vu, joué et entendu: lorsqu'on est en panne d'idées, on accuse ceux qui réfléchissent et innovent de toutes les maladies de la terre.
Le Président travaille, les guignols, aboient.

Le deadline approche, les Ghannouchi et les porcs engraissés par Ghannouchi paniquent. Que faire demandent-ils à leur patron Ghannouchi?
Ghannouchi leur répond: Kais Said n'est pas malade, mais, on va le rendre malade. Alors, allons-y, il faut parler du caleçon de Kais Said, de la vie intime de Kais Said, de tout ce qui peut fâcher Kais Said. Pour cela, il faut faire parler Nadia Akacha. Même si elle ne veut pas parler malgré le pognon que nous allons lui offrir, alors, on parlera à sa place, les nanas qui ont la même voix que Akacha se ramassent à la pelle.
Angel
BRAVO
a posté le à 22:33
veritas
@Raouf
a posté le 05-05-2022 à 16:44
Cela s'appelle accuser son chien de rage pour l'abattre '?'vous ne faites que passer les agendas des criminels islamistes qui vont par la suite abattre tout le monde comme ils l'ont fait déjà durant 11 ans '?'apparemment ces 11 ans de désastre n'ont pas suffit à beaucoup et bon continuer dans le même sens vous serez encore servis de la part des frérots de la manière la plus ignoble'?'Bonne dégustation prochaine .
Nephentes
Tous nos politiciens ne sont pas que des clowns
a posté le 05-05-2022 à 15:54
J'avais vote Mr Aidi, que je connais un peu; Un homme d'une très grande culture et intelligence courageux intègre et patriote. Il n'a pas été compris; Et d'ailleurs il ne pouvait en être autrement.

Mais voile : au lieu d'opter pour la compétence et la vision stratégique les clowns bédouins qui font maintenant office de peuple ont remplacé les escrocs frérots par un zozo facho
TRE
Vous avez raison cher @Nephentes!
a posté le à 20:15
Depuis l'indépendance, le seul critère et condition pour travailler comme agent de sécurité ou de police est d'être membre du parti du Destour, ignorant et voyou, mais on ne demande pas plus que ça et ça continue encore aujourd'hui !

La seule condition est de cultiver le parasitisme : On ne doit pas maitriser presque rien et meme pas l'écriture sur El9olla, mais sans honte il doit exiger à tout moment et position des Ammar Bezzouir tunisiens "l'Effra77 Binè ", ...

Lors du service quotidien et en quittant le poste de police, le langage et les ordres sont les suivants : A3fiss Fehim !

Avec le motto Kif Sidi kif Jwadou !
Ahmed
Rien de neuf
a posté le 05-05-2022 à 15:46
Rien de neuf. Tout le monde sait que Kais est malade.
Et tout le monde sait que ce qu'a fait Kais est anti-constitutionnel et releve de la dictature.
Sauf que la majorité, guette comme les loups que Kais s'en attaque à la Nahdha.
N'ayant pas pu vaincre le Parti de la Nahdha démoctratiquement, ses ennemis ont toléré le coup, s'attendant à ce que ce malade bannisse les Islamistes ou bien les persécute, et quand il le fait c'est en ce moment là qu'il vont agir.
Mais Dieu est au dessus de tous leurs desseins.
Houcine
Nul et indécent.
a posté le 05-05-2022 à 15:38
Si vraiment on a le souci de l'intérêt de la population et du pays, on se garde de diffuser des insanités et des niaiseries.
Cela suffit des suppôts islamistes qui déversent leurs fables et vulgarités régulièrement publiées ici.
Et puis, quand on est sérieux, on ne prend pas la casquette du médecin, lorsqu'on n'en a pas ni la formation ni la qualité, pour poser un diagnostic sans avoir même pris le temps de consulter le "patient".
D'où l'on peut tirer un constat que certain journaliste poursuit de sa haine insatisfaite un homme qui a le tort de donner son temps et son énergie au pays.
Et quand on n'en partage pas la vision ni le projet, on peut au moins le respecter en sa qualité de chef de l'Etat.
Mais, ceci est affaire de civilité.
Angel
BRAVO
a posté le à 22:39
Bravo à Houcine et El Ouafi de souligner la dérive de BN qui se reflète directement d'ailleurs dans le nombre décroissant des commentateurs intelligents.
J'abandonne moi aussi!
EL OUAFI
Mr Houcine
a posté le à 18:09
Bonjour et Aid Mabrouk,est-ce ces gens qui voici belle lurette qu'ils ne se manifestent que pour les dénigrements, et la calomnies, un regret immense pour notre journal BN,qui opte pour cette stratégie de basse-cour pour nous informer, digne des tabloïds Londoniens, nous, ne pouvons que constater cette dérive, que je déplore, certainement vous rejetez en bloc cette haine viscérale envers un homme qui a osé se sacrifier pour sauver de ce qui reste à sauver, après ce passage calamiteux des supposés musulmans imbus de justice et honnêteté envers ceux qui ont crû en leurs droiture et bonne foi.
Merci cher Houcine de votre assiduité, et vos commentaires pertinents.
Bien cordialement.
PS : je suis entièrement d'accord avec vous, toujours à vous lire c'est, une excellente plume.
FI9ou
Le poste de Président dans une démocratie ..
a posté le 05-05-2022 à 15:31
ce n´est surtout pas un poste pour les personnes nécessiteuses, fragiles ou malades ( pas de Thaman Ilijtimaa3i).

Fi9ou ya Nèèèèsssss 7wèlkom Tè3bè Yèsir!
BAA
Pour les propriétaires des cafés de Tunisie!
a posté le 05-05-2022 à 15:25
Voudriez-vous employer une personne malade comme serveur, sans parler de la gestion de votre Café ?

Je ne voudrais même pas jouer au chkobba avec un malade oder aller au Hammam !
VOILA
A mon avis: Sans certificat médicale (multidisciplinaire!) certifiant la bonne santé ..
a posté le 05-05-2022 à 15:15
Dans un pays qui se respècte, un Bourguiba, Mbassah, Mohamed Ennaceur, Kadhafi ou BCE n'auraient jamais accès à la gouvernance d´un pays :

une personne malade doit être soignée et n´a rien et absolument rien perdu dans ce genre de poste..

PS: Une bonne santé certifiée par un certificat médical annuellement par une équipe médicale : la multidisciplinarité est une nécessité absolue !
EL OUAFI
Ce que vous nous relater au sujet de la santé du Président n'est que ......
a posté le 05-05-2022 à 15:11
Des supputations qui reposent sur de l'imaginaire, des pseudos "on dit, il parait que ! Non soyons sérieux, ce qu'écrit notre éminence grise, Mr RBH, est un rêve, Mme N. Akacha là où elle est ne se permet pas de diffuser un aussi long dialogue avec quiconque, le droit de réserve lui interdit toutes divulgations, minimes soient-elles.
Abir
C'est important, la santé d'un président
a posté le 05-05-2022 à 14:59
Un président malade mental ou physique ou psychologique ne pourrait jamais conduire un pays au bon port ! Donc, il faut exiger une loi qui mettrait l'obligation d'une certificat médical complète de toute personne élue à la présidence comme le certificat de bonne vie et moeurs et aussi évitez de voter pour des vieillards
Abir
Alors là
a posté le à 15:16
Vous êtes de pire en pire. Allez-y vous faire soigner tous
Tunisino
Ce qui intéresse les tunisiens
a posté le 05-05-2022 à 14:24
Ce qui intéresse les tunisiens conscients est la sante du pays, dans le présent et pour le futur, la santé des responsables reste une affaire personnelle tant qu'elle ne nuit pas à la bonne gestion du pays. La règle pour les entreprises qui se respectent, sans parler des pays et de leurs structures, est que les visites médicales, physiques et mentales, sont periodiques pour s'assurer de la bonne sante des RH et par conséquent du présent et du futur de l'entreprise. Pour la Tunisie, on est loin des pratiques scientifiques de bonne gestion ce qui explique la situation catastrophiques actuelle. Saied doit avoir le courage de quitter en douceur pour ne pas reproduire l'erreur de Bourguiba et de Ben Ali, son incompétence est flagrante et son état mental est chaotique, il n'a jamais dû se présenter à la présidence.
zozo Zohra
A l'image
a posté le 05-05-2022 à 13:57
De certains médias occidentaux.
Poutine est malade
Poutine à une maîtresse
Poutine problème de couples
Poutine à un enfant illégitime
Poutine sait il même lire.
Poutine ceci
Poutine cela

C'est nul
TRES
@zozo Zohra : et les symptômes qu´on voit tous les jours ..?
a posté le à 15:39
Je suis émerveillé par votre connaissance de la nature humaine et de la pathologie médicale !
adel
Question d'intégration.
a posté le 05-05-2022 à 13:40
Un président malade dans un pays malade dans un monde malade.
Il faut être optimiste.
Après tout si on est sain, pourquoi avoir peur?
Guide de tourisme
Normal
a posté le 05-05-2022 à 12:38
Du titre on devine la signature !
VRA
Guide de tourisme : Et encore un démocrate putschiste ..
a posté le à 15:35
du pseudo on devine souvent le Titel/grad de compétence dans le tourime tunisien..
Lenet
RBH au bout du rouleau
a posté le 05-05-2022 à 12:34
RBH,notre président est en excellente santé...les ragots de la traitre akecha n'intéressent personnes..
Citoyen
@lenet
a posté le à 15:39
Pouvez attester que le président est en excellente santé êtes vous son médecin traitant ou son psychanalyste ou c'est juste une affirmation d'un fan de kaïs saïd sans preuve ?
veritas
Plus royaliste que le Roi '?'
a posté le 05-05-2022 à 12:31
Vous jouez à quoi '?'? Biden est sénile encore une fois Biden est sénile il est dans un état mentale catastrophique est ce que la presse us en parle '?'?même pas un mot de la santé de leur président j'ai des témoignages de journalistes européens chevronnés à ce sujet mais je ne vais pas mettre les liens qui démontre cela pour que ce fameux Raouf ben Hedi qui est à côté de la plaque fasse des recherches par lui même car vraiment il est court d'idée et d'informations lui qui se croit l'einstein de l'information.
AN
@veritas: vous perdez vraiment complètement la boussole !
a posté le à 14:58
Alors vous êtes tout à fait prêt de faire diriger, pour des longues années, un pays non démocrate en faillite, dont toutes Institutions sont entre les mains d´une seule personne malade
je ne l'accepterais même pas pour le laisser diriger une petite usine de harissa, ça va pas chez vous ?

Parce vous êtes opiniâtre et fanatique, vous acceptez même la ruine du pays !?

Rabbi Ifarrej 3linè wa 3lik !
VIO
Malade ou non malade c´est la Question ?
a posté le 05-05-2022 à 12:29
Ce qui interesse les Tunisiens c´est uniquement le dernier paragraphe !

"Dans les pays qui se respectent, la santé du président n'est pas un sujet privé frappé par le secret médical, c'est un sujet public ! Il n'y va pas seulement de la propre santé du chef de l'Etat, il y va de la santé de tout un pays et de tout un peuple."