alexametrics
samedi 10 juin 2023
Heure de Tunis : 10:05
Chroniques
Bien blagueur ce Kaïs Saïed
Par Nizar Bahloul
22/05/2023 | 15:59
5 min
Bien blagueur ce Kaïs Saïed

 

Deux étudiants jetés en prison pour une chanson satirique épinglant les forces de l’ordre.

Le journaliste Khalifa Guesmi a été condamné à cinq ans de prison pour avoir publié un article sur l’arrestation de personnes soupçonnées de terrorisme se basant sur une source sécuritaire.

Un enseignant de physique jeté en prison pour un post Facebook critiquant le président.

Deux journalistes poursuivis pour avoir épinglé les forces de l’ordre dans une émission radiophonique.

C’était là l’actualité tunisienne de la seule semaine dernière.

En commentaire de tout cela, le président de la République sort une vidéo pour dire qu’il n’accepte pas l’injustice. Sérieux monsieur le président ? C’est bien une blague, n’est-ce pas ? Ben oui, ça ne peut être qu’une blague, vous ne pouvez pas être sérieux, monsieur le président, vu que l’on est en passe d’atteindre des records en matière d’injustices observées sous votre régime.

 

Les faits, rien que les faits. C’est bien le président de la République qui a pondu le décret 54 sanctionnant jusqu’à dix ans de prison les atteintes aux fonctionnaires, via les réseaux sociaux et les médias.

C’est bien le président de la République qui a révoqué 57 magistrats, sans procès.

C’est bien lui qui a dit « malheureusement la justice l’a innocenté » en parlant d’un opposant politique qui a prouvé son innocence à la justice.

C’est aussi bien lui qui s’est prononcé, plein de fois, dans des affaires judiciaires en cours.

C’est également bien lui qui a minimisé, plein de fois, l’importance du respect des procédures judiciaires.

C’est enfin lui qui a nié à la justice son rôle de pouvoir à part entière la transformant, dans la constitution, en simple « fonction ». Une aberration unique au monde.

Quand on voit toutes les injustices commises par le président de la République, et quand on compte le nombre de personnalités politiques/médiatiques jetées en prison pour des faits fallacieux et/ou sans l’once d’une preuve matérielle, on ne peut que conclure, au mieux, que Kaïs Saïed est un fin blagueur quand il dit ne pas supporter l’injustice.

 

Bien qu’il soit enseignant de droit, le président de la République ne respecte pas le droit. La meilleure preuve à cela est qu’il s’est assis sur une constitution qu’il a juré de respecter.

Depuis son putsch du 25 juillet 2021, Kaïs Saïed a multiplié les actions injustes. Ça a commencé, rappelez-vous, par les assignations à résidence et les interdictions de voyage et ça a fini par les arrestations d’adversaires politiques. Décemment, le chef de l’État ne peut pas dire qu’il ne supporte pas l’injustice.

Dans son entreprise despotique, il fait croire qu’il lutte contre les corrompus, les spéculateurs, les politiques véreux, etc. Dans sa tête, il est peut-être sincère, on n’en sait rien, mais les faits démentent superbement ses paroles. Le fait même qu’il ne respecte pas les procédures et viole la présomption d’innocence suffit à dire qu’il commet des injustices. Le fait même qu’il arrête des adversaires pour des faits mineurs ou fallacieux suffit à dire qu’il commet des injustices. Le fait même qu’il se prononce sur des affaires judiciaires en cours suffit à dire qu’il commet des injustices.

 

Kaïs Saïed dresse (sans le dire) une politique pénale de l’État basée sur l’injustice et la répression.

Partant, magistrats et forces de l’ordre se croient obligés d’appliquer cette politique pénale pour plaire au président ou, au mieux, pour éviter sa colère.

On a déjà vu des magistrats révoqués parce qu’ils ont libéré des personnes innocentes à leurs yeux.

On l’a déjà vu réprimander des magistrats qui ont libéré des personnes déclarées coupables par la police.

Du coup, les magistrats se trouvent entre le marteau et l’enclume. Comment peuvent-ils libérer, sans risque de sanction, des personnes s’en prenant au président de la République et épinglées par les forces de l’ordre dans des PV officiels ?

C’est pire au niveau des parquets où siègent des substituts et non des procureurs à la tête de tribunaux d’importance, comme ceux de Tunis et Nabeul.

Pour bien asseoir son pouvoir sur la « fonction » judiciaire, le régime refuse de nommer des procureurs de calibre capables de contrer ses injustices et n’a toujours pas opéré le mouvement judiciaire qui aurait dû être fait depuis août-septembre.

Cette politique pénale répressive ne touche pas que les magistrats, elle touche également les forces de l’ordre.

Elles sont hyper réactives quand elles reçoivent des plaintes déposées par des ministres ou des syndicats vendus à la chancellerie et bien zélées quand il s’agit de chercher la petite bête à des adversaires politiques ou de poursuivre de petits plaisantins sur les réseaux sociaux.

Kaïs Saïed ne peut pas décemment dire qu’il est contre l’injustice alors qu’il en a jeté les bases. Il ne peut pas reprocher aux forces de l’ordre et aux magistrats de réprimer les citoyens alors qu’il a ordonné lui-même les premières répressions. Il ne peut pas s’étonner qu’il y ait de la fumée, alors qu’il a lui-même allumé le feu.

 

La seule et l’unique manière d’en finir avec la répression et l’injustice est que Kaïs Saïed soit cohérent entre ses propos et ses actes.

S’il veut finir sincèrement avec l’injustice, qu’il commence par abroger le décret-loi 54 liberticide.

Qu’il cesse de s’immiscer dans le travail des magistrats et de se prononcer sur les affaires en cours.

Qu’il redonne son indépendance au Conseil supérieur de la magistrature et qu’il le laisse travailler en toute indépendance.

Qu’il redonne son pouvoir au pouvoir judiciaire et lui donne les moyens nécessaires pour jouir de son indépendance et établir la justice entre les justiciables.

Qu’il respecte la sacro-sainte séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le judiciaire.

Qu’il ne fasse plus poursuivre au pénal les journalistes et respecte ce qui est considéré comme quatrième pouvoir dans les démocraties.

Qu’il respecte la présomption d’innocence et la liberté d’expression tant bafouées depuis le 25 juillet 2021.

Sans tout cela, l’injustice perdurera et les paroles présidentielles demeureront en l’air, assimilables davantage à une blague qu’à une politique d’État.

Par Nizar Bahloul
22/05/2023 | 15:59
5 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Zarzoumia
Clair et net
a posté le 23-05-2023 à 18:18
Factuel clair et net.
L'ère des injustices avec un président dans le déni qui nous sert sa charabia habituel.
Bouba
Il ne devrait pas
a posté le 23-05-2023 à 15:40
Oui ,Mr Bahloul vous avez raison ,un Président ne devrait pas dire cela,après tout il est le 1er responsable même moralement,sauf que je préfère un Président qui dit défendre la démocratie même si ce n'est pas le cas a un Président qui verse de fausses larmes sur le sort d'une dame qui n' a pas mangé de viande depuis un an , M Bahloul lequel vous préférez
Ancien '?lu de la république française tounsi assil iRRiF luid ETTABOUNA
Y'a Nizar bahloul quand on défend la liberté d'expression, on censure jamais les commentaires des vrais patriotes tunisiens et tunisiennes
a posté le 23-05-2023 à 13:36
Je préfère un blagueur à un menteur, je préfère quelqu'un de franc, qu'il dit haut et fort ce que les autres pensent trop bas, quand on défend la liberté d'expression, on doit donner l'exemple, on censure jamais les commentaires des vrais patriotes tunisiens et tunisiennes, Mr Nizar bahloul que pensez-vous de quelqu'un qui défend la démocratie soi-disant, Mr Nizar bahloul le peuple tunisien n'est pas dupe, il a compris les magouilles de certains syndicalistes, de certains journalistes, de certains juges, de certains hommes d'affaires, Mr Nizar bahloul edahrou taouil et entre nous
takilas
Quelle impolitesse !
a posté le 23-05-2023 à 11:25
L'éducation familiale, la vraie, apparaît à travers les paroles et la manière de s'adresser au "public"..
Hamza Nouira
Et bien....
a posté le 23-05-2023 à 09:45
Bonjour Nizar, enfin un très bel article bien construit et qui prends beaucoup de sens pour expliquer la situation actuelle.
Merci.
FALLAG
Les Européens et les USA .. n'apprennent aussi rien non plus !
a posté le 22-05-2023 à 20:11
les Europeens et les USA .. n'apprennent aussi rien non plus !
Le 13 mai, un grand dépôt de munitions en Ukraine a été attaqué et a explosé. Des munitions à l'uranium appauvri (UA), fournies par la Grande-Bretagne, ont été brûlées.
Le Conseil de sécurité russe a mis en garde contre un nuage radioactif qui se dirige vers l'Europe occidentale. Un expert en risques radiologiques a confirmé que des particules UA pouvaient être détectées par des détecteurs de rayons gamma.

La direction du vent au moment de l'explosion indique que le panache de fumée s'est déplacé en direction de la Pologne. L'Union européenne dispose d'un réseau de détecteurs de rayons gamma qui indiquent les niveaux de rayons gamma en temps réel.
Dour biha ya chibani
Au service de sa majesté
a posté le 22-05-2023 à 19:37
Tout le peuple a le devoir de respecter le Président et gober ses paroles sans 10cussion. C'est un devoir patriote.

Chibani Ali,
Journaliste de fourmacion, barmi les briants.
Abidi
Bouhali
a posté le 22-05-2023 à 18:10
Si le président devait respecter intégralement la loi vous ne serez pas là où vous êtes à dire n'importe quoi et à prêcher la zizanie
Lecteur
@Bouhali
a posté le à 21:51
Ton commentaire est celui d'un lèche-bottes méchant et impoli. Tes semblables doivent être privés de leur nationalité tunisienne vous ne la méritez pas.
Lambda
Mais oui bien sûr
a posté le à 19:29
Dans une dictature du moyen âge, c'est sur.
Mais dans un pays qui respecte ses citoyens, un président ne met jamais en prison les journalistes et hommes de culture. Seul un faible est dérangé par le verbe.
Tunisino
Le président!
a posté le 22-05-2023 à 17:17
Le président n'a pas la capacité de s'améliorer, il n'entend pas et il ne voit pas, sauf s'il se sent menacé, selon les faits! De plus, certain profitent de son caractère pour abuser de leur pouvoir! Le président est un fonctionnaire payé par les pauvres tunisiens, doit-il alors les entendre comme le fait tout dirigeant d'entreprise qui veut que son entreprise vive, ou les mettre en prison? Doit-il réserver une partie de son temps de travail pour les aider à mieux vivre, dans le présent et pour le futur, comme le fait tout dirigeant d'entreprise qui veut que ses ressources humaines soient des richesses humaines, ou les mettre dans la poubelle? Doit-il rendre la Tunisie un pays meilleur en utilisant les méthodes les plus avancées comme le fait tout dirigeant d'entreprise qui veut que son entreprise se développe, ou la livrer à la faillite et à la misère? Le président doit s'arrêter pour un moment, pour synthétiser, est-ce qu'il est sur la voie de la réussite ou sur la voie de l'échec, sachant qu'il est payé par les pauvres tunisiens pour réussir, ou est-ce que ca sera de l'excès de réflexion?!
TRE
"Le président n'a pas la capacité de s'améliorer"
a posté le à 18:50
A partir de l'âge de 18 ans environ, nous commençons à perdre, chaque jour des milliers de neurones : Alors vous pouvez imaginer le nombre de neurones physiologiquement actifs encore restant pour apprendre - RIEN !

Demandez cher @Tunisino au président Biden ce qu'il a mangé la veille ?

3si Filli Tami3 bil kousksi well là7èm minà Ismè !