alexametrics
mercredi 07 décembre 2022
Heure de Tunis : 04:13
A la Une
Justice, administration, entreprises, médias : Kaïs Saïed est en train de tout casser !
13/01/2022 | 11:04
11 min
Justice, administration, entreprises, médias : Kaïs Saïed est en train de tout casser !

 

L’effondrement de l’État, risque numéro 1 pour la Tunisie. C’est ce qu’a annoncé le rapport du Forum économique mondial mardi 11 janvier 2022, confirmant ainsi ce que répètent plusieurs experts, politiciens et médias tunisiens depuis plusieurs semaines.

Y a-t-il exagération ? Kaïs Saïed est-il le sauveur et le réformateur, comme il se présente lui-même, ou bien le fossoyeur qui vient achever une Tunisie épuisée par onze années de mauvaise gouvernance et d’endettement ?

Pour les économistes et les politiciens de la planète, ce que dit le Forum économique mondial est généralement considéré comme vérité absolue. Au vu du crédit dont bénéficie l’organisateur du Forum de Davos, il n’y a aucune raison de mettre en doute son dernier rapport et de le qualifier d’Ommek Sannefa, comme a ironisé le président de la République à propos des notations  de Fitch Ratings et de Moody’s.

A Business News, cela fait des mois que nous tirons la sonnette d’alarme et que nous sommes sous le feu des attaques et des menaces des aficionados de Kaïs Saïed qui voient en lui un messie. La publication du décret 117 du 22 septembre 2021 a fini de conforter la croyance que le président de la République souhaite gouverner seul et remodeler les pouvoirs à sa guise. Le fait que ledit décret soit élevé au-dessus de la constitution et en suspend une bonne partie n'est pas la seule aberration qu'il contient.

Kaïs Saïed n’a rien d’un messie et l’État tunisien est en train de s’effondrer petit à petit. Le président de la République est en train de tout casser et pas uniquement les composantes de l’État. Regardons ce qu’il fait secteur par secteur.

 

Justice

Le principe même de la justice n’existe plus depuis le 25 juillet, date du coup d’État institutionnel effectué par Kaïs Saïed et jour où il a annoncé prendre la présidence du parquet général. 

Ainsi, au lendemain de son coup d’État, le président de la République a décidé d’assigner à résidence et d’interdire de voyage un nombre de personnalités politiques, sans donner une quelconque explication. Après quelques semaines, il s’est rétracté et a levé les assignations et les restrictions, toujours sans explication.

Il ne se passe plus une semaine sans que Kaïs Saïed n’attaque directement les magistrats et le Conseil supérieur de la magistrature. Il les accuse, pêle-mêle, de corruption, de népotisme, de faire trainer les dossiers… Il est allé jusqu’à rendre publiques leurs indemnisations. Il les presse pour qu’ils se saisissent de dossiers en particulier et, à défaut, il prend lui-même les devants. Ainsi le cas des anciens ministres Samir Taïeb et Mehdi Ben Gharbia, jetés en prison, en préventive. Après plusieurs semaines d’instruction, les juges instruisant leurs dossiers ont décidé de leur libération. Le parquet, dépendant hiérarchiquement du ministre de la Justice, a cependant interjeté appel pour les maintenir en détention.

Quand la justice ne réagit pas comme le souhaite le président, la police est là pour accomplir le travail. Ainsi le cas du député et ancien ministre Noureddine Bhiri et de l’ancien cadre du ministère de l’Intérieur, Fethi Beldi, assignés à résidence, ailleurs qu’à leur domicile. La justice est bien saisie du dossier, elle est en train d’instruire l’affaire, mais elle a fait preuve de lenteur, a estimé le ministre de l’Intérieur pour justifier l’arrestation (qualifiée de kidnapping par les défenseurs de Droits de l’Homme) et l’assignation à résidence.

Le président ne semble pas s’arrêter dans ses attaques contre les magistrats et continue, encore, à les accabler de tous les maux du pays, allant jusqu’à renier leur droit d’émettre des opinions et leur statut de pouvoir à part entière.

 

Administration

L’administration tunisienne vit, depuis le 25 juillet, dans un état de léthargie. Les différents directeurs hésitent à prendre des décisions de crainte d’être sanctionnés, au vu des nombreux limogeages de directeurs et de PDG sans jamais donner d’explication.

Plusieurs institutions sont restées, et restent encore, sans directeur général et gèrent, au meilleur des cas, les affaires courantes.

Pour d’autres, c’est pire avec la nomination de dirigeants sans aucune expérience et sans aucune connaissance des affaires de l’Etat et de l’administration. C’est le cas des délégations et des gouvernorats. A titre d’exemple, qui a bien fait « rigoler » les réseaux sociaux tunisiens, le gouverneur de Ben Arous dont les seuls « faits d’armes » sont ses photos de body building.

L’effet direct de la léthargie de l’administration post 25-Juillet se ressent petit à petit sur l’économie et la bonne marche de tout le pays. Tout fonctionne au ralenti et, parfois, ça s’arrête carrément de fonctionner.

C’est ce qui s’est passé, en novembre et décembre derniers, dans trois ports tunisiens. Pas moins de six navires transportant du blé sont restés en rade pendant des semaines, faute de paiement. Ce retard a failli causer une pénurie dans le pays, mais il a causé inévitablement une inflation, puisque ce sont les Tunisiens, in fine, qui vont payer le prix du retard du déchargement de la cargaison qui se chiffre en millions de dinars.

Autre retard dans le paiement constaté, celui du nouvel avion de Tunisair qui devait venir de Toulouse. On a dû reporter deux fois l’arrivée de l’avion, jusqu’à ce que l’administration tunisienne parvienne à payer Airbus.

Mais le fait le plus spectaculaire de la léthargie de l’administration reste indéniablement le retard pris dans l’élaboration de la Loi de finances 2022. Alors que, depuis l’indépendance, celle-ci est prête depuis le mois d’octobre pour être débattue en public et dans l’assemblée, celle de 2022 n’a été prête que fin décembre. Elle a été élaborée en catimini par le gouvernement, sans concertation aucune avec les professions et les syndicats. Et comme cela était craint, elle était très loin de répondre aux attentes.

Suite au scandale provoqué par son contenu, Kaïs Saïed s’est dérobé de ses responsabilités en déclarant qu’il n’est pas satisfait par cette loi de Finances.

 

Syndicats

De tous temps, les présidents et les chefs de gouvernement ont fait en sorte d’avoir des relations apaisées avec la mythique UGTT. Le rôle de la centrale syndicale dans la vie publique du pays, depuis l’indépendance et notamment depuis la révolution, fait d’elle un acteur incontournable de la scène politique.

Cette vérité de la Palice est superbement ignorée par Kaïs Saïed qui a multiplié les attaques à l’encontre de l’UGTT et ses dirigeants.

En dépit de son historique et de sa capacité de nuisance, l’UGTT ne cesse de jouer l’accalmie et la politique de la main tendue depuis le 25 juillet. Ses invitations à un dialogue national, ses appels à être associée pour trouver des solutions la crise économique et politique aigüe sont restés lettre morte. Le président s’est même moqué du dialogue national de 2013 qui a valu à l’UGTT un Prix Nobel.

Les relations tendues ne s’arrêtent pas avec la présidence de la République, elles touchent désormais le gouvernement. La Kasbah a ainsi publié une circulaire interdisant à l’administration d’engager des négociations avec les syndicats sans obtenir, au préalable, l’accord de la présidence du gouvernement.

Cette circulaire est une véritable bombe à retardement puisque les directeurs des différentes administrations n’ont plus la latitude, de négocier quoi que ce soit avec leurs syndicats, parfois même pour des problèmes internes qui n’ont rien à voir avec les questions pécuniaires.

Résultat des courses, plusieurs administrations se trouvent dans un blocage total. Certaines n’ont pas de directeur, d’autres ont un directeur incompétent parachuté grâce à sa loyauté envers le président. Les plus chanceuses ont un directeur compétent, mais à qui on a restreint les prérogatives ou qui n’ose plus prendre d’initiative de crainte d’être limogé.

Le mépris du gouvernement a pris une nouvelle envergure le 13 janvier 2022 avec des réquisitions ciblées afin de casser une grève de la Télévision tunisienne, décidée depuis longtemps.

Cette situation tendue avec l’UGTT ne pourrait pas s’éterniser, c’est évident. L’UGTT a la capacité de bloquer le pays en 24 heures, si elle le voulait. C’est ce qu’elle a fait un certain 14 janvier 2011 et c’est ce que plusieurs voix la poussent à faire pour faire comprendre à Kaïs Saïed qu’il ne peut pas continuer à jouer le chef tout puissant.

 

Chefs d’entreprises

Eux aussi sont dans le viseur de Kaïs Saïed depuis le putsch. Dès le 28 juillet, il annonce posséder une liste de 460 hommes d’affaires corrompus qui auraient dérobé 13500 milliards. Qui détermine qui est corrompu et qui ne l’est pas ? Kaïs Saïed lui-même et non la justice. A ces « corrompus », le président de la République propose une amnistie consistant à ce qu’ils investissent l’argent dérobé dans les régions défavorisées avec des projets d’intérêt général, selon la règle inédite : le plus corrompu investit dans la région la plus défavorisée et le moins corrompu dans la région la moins défavorisée.

Outre les soi-disant corrompus, Kaïs Saïed a également les spéculateurs dans son viseur. A l’entendre, ce sont eux les premiers responsables de la cherté de la vie. Dès les premiers jours suivant le putsch, il fait des descentes inopinées dans des entrepôts de fruits et légumes ou de fer de construction. Les stocks trouvés dans ces entrepôts sont la preuve absolue de la spéculation, selon la logique présidentielle. Il a poussé le ministère du Commerce à faire comme lui et on ne compte plus les PV dressés contre les grossistes qui ont des stocks de produits.

Ces descentes ont provoqué l’inverse de l’effet escompté. Les grossistes et les intermédiaires refusent désormais de constituer des stocks pour réguler l’approvisionnement, comme cela se fait partout dans le monde et on travaille, depuis à flux tendu. Conséquence immédiate : pénurie de plusieurs produits allant des œufs jusqu’au fer. Quant au prix, ils n’ont jamais connu de baisse comme l’a promis le président. Ils continuent de dépendre du marché international et celui-ci s’inscrit à la hausse.

Ceci est la conséquence directe des attaques présidentielles. Les conséquences indirectes sont plus pernicieuses. « Pour investir encore dans ce pays il faut être soit inconscient soit naïf soit les deux », a écrit sur sa page Facebook un grand chef d’entreprise jeudi 13 janvier 2022.

 « Aux yeux de Kaïs Saïed, si tu es riche, tu es suspect ! », telle est la devise qui prévaut aujourd’hui avec ce climat de suspicion générale insufflé par le président.

Un climat alimenté par les déclarations du président, mais aussi par les rumeurs, fondées ou pas. La dernière rumeur en date, on la doit au site de Jeune Afrique avec un article non signé annonçant la préparation, par le gouvernement, d’une liste de 20.000 personnes à qui on va confisquer les biens, jusqu’à ce qu’ils prouvent les origines de leurs fortunes. Si cette information s’avère vraie, ce n’est plus à l’accusateur de prouver le bien-fondé de ses charges, c’est à l’accusé de prouver son innocence.

Faute de visibilité politique, vu le climat de suspicion générale dans le pays, vu les mandats de dépôt abusifs émis contre plusieurs d’entre eux, les chefs d’entreprise ont arrêté d’investir. Et quand il n’y a pas d’investissement, il n’y a naturellement pas de croissance et de création de nouveaux postes d’emploi.

 

Droits de l’Homme et liberté d’expression

A entendre Kaïs Saïed, les droits de l’Homme ne seraient pas bafoués en Tunisie, puisqu’il n’y a eu aucune arrestation pour des idées et que certaines personnes, qui méritent la pendaison d’après lui, sont bien traitées.

La réalité est légèrement différente de ce que prétend le président de la République bien que la Tunisie n’a (encore) rien d’une Corée du Nord ou d’une Syrie.

Aux assignations à résidence et interdiction de voyage abusives et aux emprisonnements d’hommes politiques et d’hommes d’affaires injustifiées, force est de rappeler qu’il y a un blogueur, Slim Jebali, qui est encore en prison, pour avoir posté une publication critique du président. Il a été condamné à six mois ferme par une cour militaire. Force aussi de rappeler la détention, pour plusieurs semaines, du journaliste islamiste Ameur Ayed qui a osé un poème incendiaire sur antenne contre le président.

Et on ne peut que constater l’absence totale de communication entre les médias et la présidence de la République ou entre les médias et la présidence du gouvernement. Une première depuis la révolution. Le président de la République ne communique sur rien et n’a même pas de directeur de la communication au palais de Carthage. Idem pour la Kasbah.

Non seulement le président oppose un mépris total à l’égard de la presse, mais il se permet en plus de les qualifier de menteurs qui ont intérêt à se mettre entre guillemets, comme il l’a dit cette semaine.

Autre droit bafoué des Tunisiens, celui de manifester. Plusieurs manifestations ont été interdites depuis le 25 juillet pour différents prétextes. C’est le cas de la manifestation prévue demain, 14 janvier, jour initial de la fête de la révolution (avant que Kaïs Saïed ne décide de son propre chef de changer la date) interdite par le gouverneur de Tunis. Ce dernier se cache derrière la situation sanitaire pour empêcher les citoyens de manifester leur colère envers le régime de Kaïs Saïed et invite les opposants à l’aider par leur silence.

Quand les manifestations sont autorisées, le régime fait tout pour empêcher les manifestants de venir en nombre et ce par le blocage des routes ou des voies menant à l’avenue Habib Bourguiba ou au Bardo, lieux privilégiés par les Tunisiens pour se regrouper.

 

Raouf Ben Hédi

13/01/2022 | 11:04
11 min
Suivez-nous
Commentaires
rl ouaffy
faut pas responsabiliser kais
a posté le 15-01-2022 à 15:55
la faute n incombe pas à l actuel president seul la situation été troublée avant que l arrivé de ce dernier au pouvoir malgré qu il entrain de progresser mais ou son les anciens dirigeants qui sont obligés de lui aider à titre volontaire mais faut inviter tout genre
fe manifestantsations le travail se fera dans la stabilité afin d inviter ce qui d est passé en 2011 .


Hamza Nouira
Et on se plains....
a posté le 14-01-2022 à 17:45
Il n'y a pas besoin d'avoir fait des études ou même d'être expert du forum de je ne sais pas quoi pour reconnaître l'incompétence.

Depuis le 25 juillet 2021 nous connaissions le personnage. Il était moqué pour son manque de compétences et par sa façon de voir les choses en noir ou blanc.

Et en seule une nuit il est devenu le Jésus Christ version Tunisienne!

Donc il ne faut pas pleurer des conséquences que nous vivons actuellement. Le choix a été fait par ceux qui le critique aujourd'hui. Et par le peuple. Les choses ont été fait dans l'émotion et non en faisant marcher sa matière grise. Voilà le constat.

Maintenant souffrez en silence car il y a des gens qui n'ont plus envie d'entendre vos jérémiades.
Bizertin
FORUM Mondial des ONG
a posté le 14-01-2022 à 13:06
Forum mondial des ONG districteur des nations.
Business News arrête de publier des articles de parti pris. Les 195 pays qui existent actuellement une grande majorité aller vers la FAILLITE. Busenss News voie du positifs dans la situation actuelle après 10 ans de massacre socio-économiques de la Tunisie par les Ferrero du diable et leurs caniches. Tunisien vivront au Canada depuis 42 ans. Qui rentré chaque année ou presque et qui voie son pays d'origine glisser vers l'abîme. Nous étions exportateurs des professionnels et matenant avec l'aide des frerro terroriste nous avons exporter des terroristes. Une maison sale doit être nettoyer.
Nephentes
Un President a cote de la plaque
a posté le 14-01-2022 à 09:26
Je continue encore d'éprouver une certaine considération envers Mr Saed compte tenu de son courage et de son intégrité qui sont clairement des vertus très rares en Tunisie

Mais il est a cote de la plaque

Iln'a pas encore compris que la fonction publique tunisienne est completement pourrie; ce fait est difficie a admettre . Mias c'est la réalite.

Il aurait du réquisitionner temporairement l'Armée dans les institutions les plus inaptes d'accomplir leur mission, surtout lorsqu'il s'agit d'institutions régaliennes : Justice, Gestion des Infrastructures, Sante, Douane, Police Judiciaire,

Il est autrement impossible de lutter contre la corruption a une large échelle

il faut avoir les moyens de sa politique ; et ce n'est pas dans l'administration tunisienne que Mr Saed trouvera des allies
Mouaten ll
Avertissement
a posté le 14-01-2022 à 09:21
Bonjour monsieur
J'espère que vous lisez au moins les commentaires( les lecteurs
Pour comprendre ton texte doivent avoir le bac au mois)
Et bien monsieur le respectueux analysez les commentaires faite votre propre réalité des choses
Hassillou madoukhechce n'est pas bien
Un citoyen
Y'a plus rien à casser
a posté le 14-01-2022 à 08:16
Car tout est déjà cassé, la secte de criquets est deja passée pour achever son '?uvre de destruction massive '?'
Lectrice
Deja vu
a posté le 14-01-2022 à 05:29
La destruction a commence en 2011, nous continuons sur le meme chemin, il n y a que les tetes et le style qui changent.
Lincultedeservice
RBH : Tu y vas, alors vas y......
a posté le 13-01-2022 à 22:44
Il n'y a jamais un feu sans fumée et chez BN vous êtes top non!
La défense du pendu n'a jamais donné des résultats palpables contrairement aux ralliés de la cordée...........
WW l'infantilisme gratuit !
Zeïneb
Once upon a time....
a posté le 13-01-2022 à 22:25
... un certain groupe Goldman Sachs, encore noté AAA par ces fameuses agences à la veille de son naufrage, auprès duquel celui du Titanic faisait pâle figure...
hourcq
Ce que le peuple veut...
a posté le 13-01-2022 à 21:46
...pas besoin d'une consultation électronique biaisée pour le savoir. Il veut des dirigeants intègres, compétents et efficaces capables à tous les niveaux de prendre des décisions dans l'intérêt du pays sans qu'une épée de Damoclès soit suspendue au-dessus de leurs têtes au gré du prince. Ils veulent une justice indépendante avec des juges non-corrompus qui appliquent la loi, rien que la loi mais toute la loi sans recevoir de pression de quiconque fusse-t-il le chef de l'Etat. Ils veulent une police au service du peuple qui fasse son travail sans dessous de table. Idem pour toutes les administrations. Ils veulent des entreprises qui investissent et créent des emplois avec des règles qui leur facilitent la tâche et des pdg au-dessus de tout soupçon de détournement de fonds, de fraude fiscale ou d'enrichissement abusif. Ils veulent une école de qualité qui prépare à la vie professionnelle et aussi à la citoyenneté et qui soit la priorité des priorités pour l'avenir de ce pays. Ils veulent des revenus qui leur permettent de vivre et non de survivre. Ils veulent que le Président trace les grandes orientations pour le pays mais qu'il laisse le pouvoir de gérer le pays à un gouvernement issu d'une ARP élue au suffrage universel. Est-ce trop demander pour la Tunisie?
Le Président K.S devrait se remémorer ce qu'il est advenu à Robespierre surnommé "l'incorruptible" qui faisait couper les têtes à tour de bras pendant la révolution française et qui a fini lui-même sous la guillotine.
mansour
Autrement dit, le Président Kais Said devra recoller les morceaux cassés lors de l'échec
a posté le 13-01-2022 à 21:01
des 11 années de destruction et corruption du pouvoir islamiste des freres musulmans salafistes Rached Ghannouchi-Ennahdha et alliés pourris
Abdullah
La dictature en marche
a posté le 13-01-2022 à 20:40
Effectivement, c'est un résultat logique quand on ne veut pas dialoguer avec toute les parties politiques en Tunisie, on ferme le parlement et on constitue une gouvernement d'incompetents.
En-suite, quand un homme croît qu'i détient la vérité absolue donc il courra à sa perte sans se rendre compte. C'est dommage mais il va entraîner avec lui toute un pays avec sa population que dieu nous bénisse de nos .........

DDT
Pour éliminé les animeaux nuisibles
a posté le 13-01-2022 à 20:30
Tels que les rats, les punaises, les puces., les tiques suceuses de sang, les cafards, les sauterelles, les criquets pellerins, on utilisel Le D.D.T

Forcement, il va y avoir Des dommages collateraux! Certaines fourmis travailleuses, Des abeilles productrices et autres insectes utiles feront les frais d ' un tel traitement purificateur

Maintenant, Si vous voulez vivre sous la première catégorie de faune , c ' est votre problème
Ghargher
Destruction totale et alors
a posté le 13-01-2022 à 19:47
Tout le pays (administration, climat d'affaire) est pourri...qu'il détruise, ça ne sera pas une grosse perte. Le pays doit être construit sur de bonnes bases.
Abidi
Vous
a posté le 13-01-2022 à 19:41
Et vous vous étiez entrain de construire durant ces dix dernières années , vous avez tous démoli de telle façon qu'il n'y a plus rien à détruire
zozo Zohra
Confit majeur permanent envers KS
a posté le 13-01-2022 à 19:26
"La 3chou wella ykhaliw chkoun y3ich"

Je n'ai jamais vu un pays où certains disent tout et son contraire à chaque jour qui passe. effectivement vous êtes les champion du monde, des metteurs des bâtons dans roues et vous l'êtes dans tous les domaines, d'ailleurs. Ils ont tout detruit, et ils osent l'ouvrir en critiquant ceux qui risquent leur vie tous les jours pour essayer de sauver les meubles dans ce chantier colossal. C'est aberrant.
EL OUAFI
Soyez honnête
a posté le 13-01-2022 à 18:32
Depuis l'avènement de ce groupe d'incompétents,le pays n'a cessé de se diriger la récession dans tous les secteurs, or ces messieurs qui n'ont sus prendre leurs responsabilités, et se sont comportés d'une façon décevante, ne sachant faire aucune analyse pour faire sortir le pays de ses marrasmes.
Mr vous écrivez : Justice, administration, entreprises, médias : Kaïs Saïed est en train de tout casser !
Non c'est du parti-pris ,vous imputer toutes ces défaillances de gouvernance au président Kais Saied, et vous occultez l'état dans lequel Mr le président a trouvé le pays.
Or la justice, les administrations, et médias.
1=La justice infiltrée
2=L'administration accablée par le recrutement de 200.000 incompétents !
3= les entreprises en faillites ( outils obsolètes)
4=Les médias, en veulent à Kais Saied le traite d'incompétence, qui ne connaît rien en économie, en finance, bref arrogants, et mépris envers celui qui a renversé la table et à celui qui a donné un coup de pied dans la fourmilière, on ne l'aime pas !
Un citoyen
Donc 90% du peuoje a tord et 10% ont raison ?
a posté le 13-01-2022 à 18:32
Je ne suis pas un inconditionnel de KS encore une fois mais quand on voit la destruction que la secte et ses relais a créé dans le pays et qui ne semble nullement concernée par ce saccage on se dit qu'il va falloir nettoyer le pays de toutes ses branches pourries (y compris des anciens du RCD puisque la secte les a réutilisé à son avantage).
Alors oui nous soutenons KS qui nous a débarrassé de cette secte même si cela n'est pas encore assez net et clair, mais nous ne lui donnons pas un chèque en blanc et parce que c'est la seul alternative avec la grande Abir pour repartir sur de nouvelles bases sans cette secte de malheur et de la destruction !
Mouaten ll
Interrogation
a posté le 13-01-2022 à 16:37
Monsieur l'analyste
Je respecte ton point de vue '? mais une minorité qui ont le même point de vue
Une chose est sûre que beaucoup de gens puisque on vit dans le même pays
pensent le contraire
merci de respecter le mien
Lambda
C'est des faits
a posté le à 17:05
Le journaliste a rappelé des faits. Il n'y a aucune analyse ou opinion la dedans. Et comme on dit, les faits sont têtus.
Continuez à applaudir Robocop, vous allez bientôt manger de la pierre et vous ne pouvez pas dire que vous n'avez pas été prévenus
michael
N'importe quoi
a posté le à 19:57
Franchement, c'est décevant de lire ce type de commentaire. Ce journaliste ne respecte rien, c'est toujours son opinion qu'il partage. Il suffit de lire tous les articles qu'il a écrit: toujours du négatif contre Kais, jamais de négatif contre Ennahda. Prouve moi le contraire....
1/1raisonnable
Un danger qui plane
a posté le 13-01-2022 à 16:31
La Tunisie est en pire en pis et est victime de ses succès depuis son indépendance où de mafias se relayaient pour remplir leurs portefeuilles. Kais n'est autre que les fruits d'Ennahda qui s'est détaché pour former un clan pour continuer la destruction du pays. Le but de coup de'état 2021, de Se schizophrène de Carthage ce n'est qu'un règlement du compte on saura jamais contre qui. ainsi que avoir accès directement à la source. force est de préciser que destructeurs de la nation sont encore libres et une partie a fait la belle. Mais chose qui est sure que KAIS compte faire d'achever le Pays déjà en décadente, après avoir garni et son clan leur poches... protégez vous-en.
'?lu de la république française
Pour les insultes, elles ne sont que l'arme des faibles
a posté le 13-01-2022 à 16:04
La caravane passe les chiens aboient , celui qui dit la vérité en Tunisie , il ne sera jamais le bien venu , les traîtres aiment les voleurs , les corrompus, les assassins , les voleurs, pour les insultes, elles ne sont que l'arme des faibles et des traîtres de la Nation Tunisienne , vous pouvez continuer sur ce chemin bientôt la guerre civile est proche , je vous signale la majorité du peuple tunisien est derrière Kaïs Saïed, j'espère dans un an où deux , vous n'allez pas retourner vos vestes
Mansour Lahyani
Et pourtant !!
a posté le 13-01-2022 à 15:47
Et pourtant, ni comme assistant de Droit constit', ni comme président, ce type ne casse vraiment rien !!
YALLATTIF
Administration :
a posté le 13-01-2022 à 14:41
Depuis très longtemps les responsables ne prennent pas des décisions, depuis l'époque de ZABA et tous les Tunisiens savent que pendant cette période on a été habitué au jargon de « Nestana fi ta3limat », oui puisque les décisions à cette époque émane d'une seule personne. Le ministre à cette époque ainsi que les 1ers responsables qui ont été nommé par le palais ne peuvent prendre des décisions sans que le n° 1 du pays et son administration au palais donnent leurs avals.
N'oublions pas que depuis cette époque l'administration a été détruite par la nomination des personnes de l'air de ZABA, et toutes les compétences ont été écartées d'une façon ou d'une autre.
Donc les nouveaux venus sont habitués à cette démarche, et c'est pourquoi après la révolution nous n'avons pas pu trouver les compétences, a part vraiment une minorité qui ont préféré se retirer.
Casseur
J'étais sûr que cet article fleuve était de RBH
a posté le 13-01-2022 à 14:35
Il a la plume facile.
Moh
Moh
a posté le 13-01-2022 à 14:06
Ce qui est sûr c'est qu'avec tout ce que vous écrivez sur le Président de la République, la liberté de la presse existe bel et bien en Tunisie et que ne nous sommes pas du tout en dictature...
Warrior
Crazy and dangerous despotic dictator ......................................
a posté le 13-01-2022 à 14:05
this stubborn dictator is not fit for the job.
the army must remove him from office, NOW.
WAKE UP !!
Ali
apres que les nahdhaouis ont systématiquement
a posté le 13-01-2022 à 13:42
tout détruit, il faut certainement démolir si nécessaire pour mieux reconstruire tellement la pourriture est nauséabonde, Voyez vous ? et ce n'est une partie de plaisir et pour personne, Mr....
MFH
Aux anti- K.S
a posté le 13-01-2022 à 13:25
C'est malhonnête et grave à la fois de mettre sur le compte du seul Président K.S tout le malheur qui frappe le pays. Les symptômes de mort clinique du pays éxistaient déjà avant le 25/7, date à laquelle KS prit les choses en main à la suite du fameux coup de pieds flanqué aux derrières des islamistes. Soyons honnêtes et appelons un chat, un chat, K. S n'est pour rien dans toute cette pagaille et si le pays est actuellement dans cet état c'est bien du fait que les Ghanouchi, B'hiri, Mekki ...étaient les maîtres à bord,....
EL OUAFI
@ MFH
a posté le à 18:44
Ne vous casser pas trop la tête, ils en veulent à Kais Saied, point à la ligne !
Toutes ces destructions étaient faîtes sous l'autorité des ces messieurs B'hiri, Ghannouchi, Mekki, Harouni, toute cette bande d'incompétents.
Or Mr Kais Saied n'a une baguette magique pour résoudre ce colossal héritage, voyez objectifs messieurs les journalistes.
Bizertin
Il est temps que
a posté le 13-01-2022 à 12:57
Robocop Bhimocop s'éjecte de son poste et laisser la Tunisie respirer.
Il démissionne sinon on lui fait des misères qu'il n'est prêt à oublier. Il a rendu presque tout le peuple tunisiens infréquentables ,voleurs et bandits selon lui. Il a détruit l'image de la Tunisie.
Ceux qui croient que les tunisiens acceptent la dictature de qui que se soit se trompent largement après 10 ans de démocratie même boiteuses qui a permis trois ou quatre fois une passation des pouvoirs doucement.
Demain 14 Janvier peut être le jour J du moins j e l'espère pour le bien de la Tunisie.
Warrior
Qayselabidine ben Sayed ..............................
a posté le à 14:09
il ne partira pas tout seul: il a fait un coup, il risque la peine de mort. rien que pour çà, il s'accroche.
celui venu par un dabbaba, partira par une dabbaba.
Tunisino
Tout à fait
a posté le 13-01-2022 à 12:00
C'est l'essence même d'une Jamahiria. Le désordre idéologique de Zakafouna doit se refléter sur le terrain, pour qu'une anarchie communiste puisse s'installer. La deuxième république, des littéraires idéologisés, s'est transformée en un cauchemar catastrophique, sur tous les plans.
nazou de la chameliere
Je l'ai
a posté le 13-01-2022 à 11:47
dit ,depuis des mois, que l'effondrement est programmé !!!
Comme j'avais promis, Que les Tunisiens n'aiment pas Ben Ali ?
Les Tunisiens détestent les islamistes ?
Hé bien je leur promets qu'ils vont HAÏR le facho !!!
Il fallait coûte que coûte soutenir le gouvernement Mechichi .
Parce qu'il était votre dernière chance, contre l'effondrement !!!

A tous ceux qui m'avaient traité de farfelue .
Qui c'est l'imbécile aujourd'hui ?

Excellent papier Mr RBH .
Et merde aux ordures qui vous menacent !!!
A ces connards, qui menacent les médias.
Sachez-le, vous sciez la branche sur laquelle vous avez posé vos c.. !!!
'?lu de la république française
Vous tous contre Kaïs Saïed même la justice, mais enfin de compte vous êtes contre les pauvres
a posté le 13-01-2022 à 11:43
Mr Raouf ben hédi , vous êtes sûr de vous, je vous demande d'aller visiter ahlou IRRIF vous aurez la vraie réponse exacte, si vous êtes vraiment honnête avec vous même, j'ai été en Tunisie tout le mois de décembre 2021 le peuple tunisien m'avait dit le contraire de vous ( osez à le faire mais je sais vous n'aurez jamais le courage)
Je vous demande d'aller visiter IRRIF à condition , il faut être accompagner de tout bord politique avec des caméras des chaînes de télévision, on verra qui aura raison vous où bien ASSIL IRRIF, vous êtes tous contre Kaïs Saïed même la justice qui est la colonne vertébrale de la Tunisie . Je vous assure le peuple est derrière Kaïs Saïed, si vous êtes tous contre Kaïs Saïed comment voulez - vous qu'un jour la Tunisie se mettra sur pieds