alexametrics
lundi 28 novembre 2022
Heure de Tunis : 09:30
A la Une
Référendum : la drôle de campagne !
12/07/2022 | 12:01
5 min
Référendum : la drôle de campagne !

 

L'annonce des mesures exceptionnelles par le président de la République, Kaïs Saïed, à la date du 25 juillet 2021 était un véritable séisme politique. Ce dernier a depuis multiplié les mesures unilatérales et parachutées visant à asseoir son autorité et sa domination. C'est dans ce sens-là qu'il avait présenté un calendrier comportant la tenue d'un référendum et d'élections législatives. 

Kaïs Saïed avait affirmé que l'adoption d'une nouvelle constitution et le passage à la Troisième République étaient essentiels pour les Tunisiens et les Tunisiennes voire même vital. Le chef de l'Etat, fidèle à ses habitudes et sans consulter ni les partis politiques ni les organisations nationales ni les acteurs de la société civile, a formé une commission dite commission nationale consultative pour une nouvelle République chargée d’élaborer le projet de la nouvelle constitution qu'il finira par jeter aux oubliettes. 

Le président de la République semble déterminé à faire passer son propre projet et il n'hésitera pas dans ce sens à promulguer un décret nous poussant à assister à l'une des campagnes référendaires les plus bizarres de l'histoire de la démocratie.

 

Le décret-loi n° 2022-34 du 1er juin 2022, modifiant et complétant la loi électorale, a posé de nouvelles conditions relatives à la participation au référendum. Ainsi, ceux désirant y adhérer devaient déposer une demande auprès de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie). Ils ont été amenés à procéder à la chose avant même la publication du projet de la nouvelle constitution faisant l'objet d'un référendum. Après avoir traité les demandes, l'Isie a publié une première liste comportant les noms de 26 organisations et associations, 24 partis politiques et 111 individus. Une deuxième liste établie sur la base de la position de chacun par rapport au projet de la nouvelle constitution comportait 148 noms (22 partis politiques, 22 organisations et associations et 101 individus). 

Ce chiffre semble, en premier lieu, "encourageant". Néanmoins, à la date du 12 juillet 2022, soit au dixième jour de la campagne référendaire, nous n'avons pas constaté le moindre mouvement de la part des participants. Nous avons, seulement, eu droit aux croisades électroniques des pro-Saïed et leur déchaînement sur les réseaux sociaux. Ils se sont, dans certains cas, retrouvés dans des escarmouches sans grandes conséquences et impacts.

 

Les emplacements devenus au fil des élections précédentes essentiels à la réussite d'une campagne électorale, n'ont pas été envahis par les tentes, les équipes mobiles, les produits dérivés et autres bricoles servant à attirer le plus de citoyens et à les convaincre. Certains endroits ont même été oubliés et désertés par les participants à la campagne. Les deux camps semblent avoir choisi de s'abriter dans leurs tranchées attendant chacun une offensive majeure de l'autre, s'imaginant une victoire écrasante et sans précédent. Ils ont choisi de se mettre à couvert et d'attendre, alors qu’ils étaient censés mener une campagne référendaire et essayer de motiver les citoyens et les citoyennes en faveur de telle ou telle position : une drôle de campagne !

Le plus grand exemple à prendre en considération : l'absence totale d'affiches dans les endroits fixés par l'Isie. En 2019, 2018 et 2014, les participants aux campagnes se ruaient pour accrocher leurs programmes, leurs logos et les portraits des candidats dès les premières minutes de l'entame de ce processus. Ils se prenaient fièrement en photo durant la chose et faisaient tout pour bombarder les internautes avec leurs selfies et leurs vidéos reflétant une véritable détermination et envie d’être victorieux. Les participants à la campagne référendaire ont, quant à eux, choisi une stratégie de communication ressemblant plus à l’anonymat ! Un constat inquiétant en vue de l’ampleur d’un référendum et des conséquences politiques et juridiques de l’adoption de cette constitution. Il ne s’agit pas seulement d’un passage vers une troisième République, mais d’un renforcement de la mainmise du chef de l’Etat sur les institutions de l’Etat.

 

 

D’ailleurs, Kaïs Saïed a bien joué son coup. Il a réussi à mettre en place, devant le silence complice de plusieurs acteurs de la scène politique, d’experts et d’organisations prônant la liberté et la démocratie, un système lui garantissant un contrôle absolu du déroulement de la campagne et une exclusion des opposants déguisée en normes électorales. 

Il lui a fallu, avant cela, bricoler une instance chargée des élections à sa botte et cherchant à faire passer ce référendum à la date choisie quel qu’en soit le prix. Par la suite, Kaïs Saïed a posé, par décret et dans le cadre de son entente avec l’Isie, la condition de s’inscrire à la campagne référendaire pour pouvoir y participer. Un processus mené à la hâte et de façon aléatoire manquant de transparence et de clarté. 

Le chef de l’Etat a affirmé, d’un côté, que le référendum s’adressait à tous les Tunisiens et qu’il leur permettra d’exprimer leurs véritables points de vue, pour choisir, d’un autre côté d’imposer des restrictions à la participation à cet événement et d’attribuer à quelques-uns le droit de s’exprimer durant la campagne. Par la suite, nous avons, aussi, découvert que le droit de s’exprimer publiquement et dans les médias au sujet de ce référendum n’était pas accordé à l’ensemble des Tunisiens. Il fallait, encore une fois, être inscrit sur la fameuse liste des participants à la campagne. C’est à ces 148 messagers que revient, donc, le privilège d’illuminer et d’instruire les Tunisiens au sujet du référendum et du projet de la nouvelle constitution.

 

Cette campagne, qui n’en est qu’à ses débuts, s’enfonce de plus en plus dans le ridicule. Le président de la République s'est même donné le droit de modifier le texte soumis au référendum en pleine campagne. L'Isie a, bien évidemment, choisi de faire l'autruche. Nous avons, également, observé l'usage illégal des banderoles et des panneaux publicitaires en contradiction totale avec la loi électorale.

Le dénouement semble se rapprocher de plus en plus. Néanmoins, il semblerait que la fin ressemble plus à une guerre totale plutôt qu’à une fin heureuse. Une guerre totale contre le pluralisme, l’Etat civil et de droit, les droits et les libertés politiques, l’épanouissement et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Une drôle de campagne précédant une dictature naissante !

 

Sofiene Ghoubantini

12/07/2022 | 12:01
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Chanchan
Réaction violente de nahdha
a posté le 13-07-2022 à 23:27
Sauf par les soudoyés par nahdha dont le gardien de parking de Carthage, un barbu, qui s'attaquait aux passants en les insultants et les traiter de pro-français comme s'il menait à lui seul une campagne de dénigrement contre ceux qu'il pense avec Kais Saied.
Bien sûr s'il a été chargé du gardiennage du parking se trouvant en face de la mosquée Anas Ibn malek, c'est qu'il a été certainement recruté par nahdha et mener sa campagne de dénigrement contre les passants dont les joggers qui passaient le mercredi 13 juillet 2022 devant l'accès, ou bien qu'il était l'invité du gardien de ce parking, sa violence était évidente et cherchait querelle contre les passants pour démontrer qu'il soutient nahdha.
Alya
BN et KS
a posté le 13-07-2022 à 16:07
Toute l equipe de BN et de puis 2019 ne s intéressé qu à KS . A croire que d aussi bons journalistes n ont pas d autres choses à faire. Pourquoi ne nous parlent ils pas des biens de benali que les 2 filles de la hanjjama Nesrine et Halima ont débloqué en France. Pendant 10 ans , les incapables qui se sont succède ont été incapables de défendre l état tunisien . spolié par ben ali et ses vautours? Les 2 filles vont débloquer une somme astronomique. Un média à vocation économique devrait nous expliquer l affaire et rappeler que KS est le seul qui a trop tard essayé de bloquer
Warrior
expédiez ce despote au Sri Lanka ...
a posté le 13-07-2022 à 11:56
connaissez vous, dans une dictature, un référendum se terminer par NON ?
COME ON !!
C63
@warrior..on va t'expedier au diable
a posté le à 14:48
Continue à faire le bouffon.
Toi et tes 0,0000001% vous êtes cuits depuis bien longtemps..
Allez prenez des cordes autour de vos cous et laisser ce pays tranquille....
Chanchan
Nahdha s'affole
a posté le 13-07-2022 à 11:11
Ces escrocs et mafieux sont devenus fous de savoir qu'ils n'auront plus le banditisme et la dictature qu'ils avaient pendant dix ans et plus, plus un jour avancé et plus leur campagne de de dénigrement saccentue, et en improvisant des scénarios et des apeurement inouïs et insensés auprès des gens pour leur faire croire que tout va culbuter et qu'ils n'auront plus leurs droits pourtant acquis et n'importe quel scénario est ainsi improvisé pour prétendre que le peuple tunisien sera négligé et que les faveurs octroyés, pourtant illégales, octroyées par nahdha seront retirées.
Voilà comme raisonne nahdha et qui suppose que tout peut sacquerir rien qu'en applaudissant nahdha même dans leurs arnaques, l'essentiel c'est que les menbres du clan nahdha soient favorisés et privilégiés comme ils le faisaient avec leur banditisme imposé depuis 23/10/2011 qui leur avait permis davoir des fortunes inimaginables, alors qu'ils n'avaient même de quoi s'acheter une cigarette et de s'approprier de liluc'xueuses demeures soit à Carthage, à Gammarth ou à Paris sans parler des commodités et des parcs autos qu'ils préservent jusqu'à maintenant sans parler des terres domaniales de grandes cultures qui leurs rapportent gros jusqu'à maintenant.
Et vous voulez les priver de tout cela par un oui ou un non, c'est pour cela que leurs campagnes de dénigrement sont financées par d'importantes sommes d'argent et sacrifient plusieurs sommes d'argent pour chuter l'initiative de délivrance du peuple tunisien.
Ils deviennent de plus en plus méchants chaque jour avant de passer au terrorisme et aux kamikazes de Bhiri et jebeli.
VA
Tout ce qui est plus grand que 8 bits et un échiquier, le Tunisien ne peut même plus le calculer ou le voir, et comme le Tunisien ne peut pas le faire, il a recours au lègumi et à la boukha. Depuis 1960, le temps s'est en effet arrêté là-bas.
a posté le 12-07-2022 à 16:11
Tout ce qui est plus grand que 8 bits et un échiquier, le Tunisien ne peut même plus le calculer ou le voir, et comme le Tunisien ne peut pas le faire, il a recours au la charia et surtout lègumi et boukha.

Depuis 1960, le temps s'est en effet arrêté là-bas.
Momo
La bérézina...
a posté le 12-07-2022 à 16:07
Un référendum sans tête ni queue, une ISIE et des médias à la botte... De quelle campagne pouvons nous parler ? Y a qu'à voir la pancarte qui trône à côté du siège de l'UTICA en complète violation de la loi électorale. Elle n'a pas fait réagir l'ISIE et pourtant plusieurs membres passent matin et soir devant et ne peuvent pas la louper sauf à dormir en roulant ou à regarder toujours du côté opposé...
AMMAR BEZZOUIR
La question est de savoir qui nous présente ces marionnettes.
a posté le 12-07-2022 à 15:28
Qui gouverne la Tunisie ? Selon les experts, c'est le RCD (anciennement PSD). Pour ne pas être reconnu, il a prétexté un assistant universitaire avec un penchant prononcé pour l'autopromotion.
Il se fait bien payer pour passer pour un coupable général. Il en va de même pour Poutine, Seleskyi, Biden, Macron, Scholz ...

La question est de savoir qui nous présente ces marionnettes ?
XXL
Je suis agacé !
a posté le 12-07-2022 à 15:10
Cher Monsieur Sofiene Ghoubantini,
Si vous écrivez de tels textes, il ne nous reste plus rien sur quoi médire, rire, s'énerver, s'insurger, condamner, calculer et s'agiter, c'est plutôt égoïste de votre part !
grendizer
comment
a posté le 12-07-2022 à 14:14
Avoir plus de 230 partis politique dont 95% d'entre n'ont jamais participer à aucune elections ( presidentielle , législative ou municipale ) et ils ne participeront jamais car la majorité est constitués par 2 ou 3 personnes .
Il faut revoir la loi sur les partis politique . par exemple :
- Si un parti a un pourcentage nul durant 2 élections conséqutive il doit être révoquer
- Si un parti ne participe pas à 2 elections consecutive il doit être révoquer
- Si un parti a moins de 1000 adhérants il doit être révoquer
- Un parti politique ne peut prétendre participer à des élections qu'aprés 1 an de sa constitution
- Si une parti ne présente pa son bilan financier pour 2 ans consécutifs ile sera révoquer
- Tout partis révoquer ne pourra se constituer qu'aprés 5 ans
- chaque partis doit présenter ses orientations : Ideologique , politique , economique et sociale et si 2 ou plusieurs partis ont les même orientations ils doivent fusionner , ou se rassembler en un seul parti sinon à la prochaine élection un seul parti restera les autres ils seront révoquer