alexametrics
dimanche 04 décembre 2022
Heure de Tunis : 16:45
Dernières news
Campagne du référendum : les croisades électroniques des pro-Saïed !
06/07/2022 | 13:16
4 min
Campagne du référendum : les croisades électroniques des pro-Saïed !

 

Depuis la Révolution, les réseaux sociaux se sont transformés en un véritable champ de bataille. Une guerre idéologique et politique s’était imposée au sein de différentes plateformes même celles dédiées à l'origine à des rencontres entre professionnels ou à de la création de contenu. 

Les Tunisiens ont su, tout au long de cette guerre, s’illustrer et développer les techniques et les moyens utilisés. Les plus impliqués dans cette guerre étaient les nahdhaouis et les islamistes en général. Ils avaient collectionné les pages et les photos montages s’attaquant à leurs opposants et à toute pensée visant à instaurer un Etat civil et à rompre tout lien entre la religion et le pouvoir en place. Il s’agissait pour certains d’une véritable guerre sainte. On avait baptisé ces milices électroniques « les mouches bleues ».

 

En Tunisie, l’usage de cette technique est devenu monnaie courante en politique. Plusieurs partis ou acteurs politiques ont mobilisé des ressources logistiques et humaines pour créer des pages et des profils sur Facebook et Twitter visant à influencer l’opinion publique et à parfois déformer la réalité. D’autres personnes avaient essayé de s’organiser à leur façon et de se rallier à une structure ou à intégrer un parti. Bien évidemment, les pro-Saïed font, également, partie du lot. Ils se sont organisés sur plusieurs formes (coordinations, coalitions, groupes autonomes…).

Nous avons eu, depuis le 25 juillet 2021, l’apparition de plusieurs pages reprenant des slogans inspirés des discours du chef de l’Etat, Kaïs Saïed, tel que « le peuple veut », « la nouvelle République » ou « A bas les nahdhaoui ». Celles-ci se sont données comme mission de dénigrer et d’insulter les opposants politiques de Kaïs Saïed. Ces mêmes pages ont harcelé plusieurs figures de la scène politique. Ils ont, ainsi, bombardé les internautes avec des vidéos et des photos essayant de démontrer à tout prix que le président de la République était le seul à avoir raison et à détenir la vérité. Ces entités agissent avec une coordination et une rapidité sans précédent. Ils sont capables de mener une véritable guerre éclair contre tout individu ou parti pouvant remettre en cause la crédibilité et la légitimité du chef de l’Etat et du processus mené depuis le 25 juillet 2021.

 

Ces machines de guerre se sont, aussi, prises au jeu du référendum. Elles appellent à voter massivement en faveur du projet de la nouvelle constitution tel qu'élaboré par le président de la République et malgré les nombreuses critiques dont il fait l’objet. Elles n’hésitent pas à mettre de côté le texte du projet en question, à élaborer une pseudo-analyse n’évoquant pas la tenue d’un référendum et à recourir à des arguments n’ayant aucun rapport avec cet événement mettant en péril les fondements de la démocratie et de l’Etat civil.

 

 

Ces pages traitent les médias de vendus et de traîtres, tels que le faisaient les mouches bleues évoquées précédemment. Elles affirment que les critiques émanent de nahdhaouis cherchant à rester au pouvoir. D’autres affirment que cette nouvelle constitution débarrassera la Tunisie pour de bon de l’injustice, de la corruption et des islamistes. Les milices électroniques pro-Saïed avaient même affirmé que la commission consultative chargée de présenter une proposition de nouvelle constitution, dont les membres avaient été choisis par le chef de l’Etat, faisait partie d’un grand complot orchestré par des forces étrangères après avoir qualifié ses membres, il y a de cela quelques semaines, de véritables patriotes. La raison derrière ces accusations : les critiques adressées par des membres de la commission au projet du président de la République.

 

 

Les milices électroniques pro-Saïed rôdent librement dans les réseaux sociaux depuis plusieurs mois et n’hésitent pas à lancer des accusations à tort et à travers, de déformer la réalité ou d’en inventer une toute nouvelle ! Elles camouflent la chose par des supposées bonnes intentions et noblesse de la cause. Un discours à l’image de celui auquel le chef de l’Etat ne cesse de recourir. L’absence de moyens de contrôle des réseaux sociaux et du contenu haineux et incitant souvent à la violence est un véritable fléau guettant une paix sociale et une unité nationale déjà fortement mutilées par la crise économique et politique que traverse le pays depuis plusieurs années.

 

 

 

S.G

06/07/2022 | 13:16
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Momolo
Merci Business news
a posté le 07-07-2022 à 05:51
En fait, vous ne faites que renforcer le rang Said en lançant cette vague de dénigrement hostile au président. Pour une fois dans notre vie, nous Tunisiens on voit un homme qui représente son peuple son héritage culturel son malaise social. Un homme qui ne dénigre pas son identité et qui n'est pas là pour être l'objet des supercheries liberalistes occidentales qui ne cessent de créer des guerres partout et des délinquances éthiques graves. Merci Business news
Chanchan
Cette secte nahdha qui ne connaît rien de l'islam.
a posté le 06-07-2022 à 23:14
Ces minables arnaqueurs osent parler d'islam.
C'est vraiment ridicule et risible.
Sans oublier qu'ils n'ont par ailleurs aucun niveau d'instruction.
Pauvre Tunisie qu'est ce qu'elle a ramené et traîné comme racaille d'un clan constitué de proches parents issus du sud qui ont sali l'image des sudistes honnêtes.
Houcine
Tout ce qui est excessif est dérisoire....
a posté le 06-07-2022 à 15:55
disait quelqu'un.
Parler de croisades s'est référer sans le savoir, ou expressément, aux guerres de religion.
On serait enclin à considérer que ce lexique indique l'origine, situe celui qui y recourt.
Et, en effet, nous observons une campagne de dénigrement sans retenue, et bien souvent sans rapporter des preuves convaincantes.
C'est un positionnement.
Sache le grand censeur accéder aux droits des parties qui ne sont pas de son rang ni de sa lignée, et qui s'efforcent non point de le seulement subir, mais aussi de produire des opinions plurielles.
Ghannouchi est attendu au pôle antuterroriste, ce qui lui sied à merveille. Nous pouvons, nous autres, contrairement à ses troupes, regarder ce qui lui arrive avec soulagement.
Je viens de relire un livre fort intéressant qui dormait quelque part dans ma bibliothèque, de monsieur Salah Eddine Al Munajid, qui traite de la justice en Islam.
Il n'est pas utile d'être un fin clerc pour déclarer que nos islamistes ont fait tout le contraire des préceptes rapportés et analysés par cet homme.
Comme quoi, lorsqu'on vend de la marchandise prévariquée, on finit par mettre sa boutique en péril.
Et ceux qui sans cesse nous parlent d'indépendance de la justice, de pouvoir judiciaire, nous aurions aimé les voir rendre justice à tous, faire le job avec sérieux, être propres comme dirait un ignorant, car d'expérience je déclare qu'ils trahissent les préceptes de l'islam, le déshonorent, en même temps qu'ils participent de la cabale au nom d'une démocratie qu'ils ont presque toujours méprisée,
Comme ils font par réflexe avec le citoyen.
C'est dur lire, à entendre, mais il fait nommer les actes par les mots qui les expriment.
Vive la démocratie.

Bruno
La vérité
a posté le 06-07-2022 à 14:48
N'importe quoi. Que des paroles. Il n'y a pas de plus facile que de dénigrer quelqu'un, cette fois c'est le président lui collant une milice sans aucune preuve. La presse tunisienne est corrompue et personne ne vous croira sauf les simples d'esprit.
Baccour Amel
Financement de campagnes
a posté le 06-07-2022 à 14:43
Quelle serait la source de financement de la logistique "Digital Campaign Pro KS ", elle necessite surement des fonds considérables. Qui est derriere tout ce fléau? Je n ai jamais cru et je ne croirai jamais à la thèse du proffesseur honnete et engagé qûi a dû influencé toute la population Tunisienne avec des discours dans les cafés du quartier. C est quelques chose d immense qui a basculé et le tout d'un coup l',opinion publique en 2019...il a écrasé tous les politiciens de la place..... y aurait-il une autre INSTALINGO ?
Robonot
moustiques pro dictature
a posté le 06-07-2022 à 13:49
c'est l'été. des moustiques ...
une variante islamophobe partie de France zammourisée, se propage.
Fly Tox, vite !!
Ammar
NON
a posté le 06-07-2022 à 13:49
Quoiqu'ils fassent, quoiqu'ils disent, le. chiffon écrit par leur président ne passera pas parce que les tunisiens sont libres et n'acceptent jamais une constitution approuvée par le rat, Al Kharadhaoui. Moi je vote NON, NON et NON à ce texte écrit par des incompétents et a le support des imbeciles heureux dont, Imed Hammami, Ridha J'rad, Chafter, Khalid Erkik, Bouderbala, Sarhan, etc'?'