alexametrics
lundi 30 janvier 2023
Heure de Tunis : 03:14
Dernières news
Le chef de l'Etat, premier à enfreindre le code électoral
11/07/2022 | 20:11
1 min
Le chef de l'Etat, premier à enfreindre le code électoral

 

L’instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a rappelé, ce lundi 11 juillet 2022, à travers un communiqué que les dispositions du Code électoral interdisent l’utilisation du drapeau de la Tunisie ou son emblème dans les affiches électorales.

 

L’instance rappelle, à l’occasion de la campagne référendaire, le devoir d’impartialité de l’administration et l’interdiction d’utiliser les moyens des autorités publiques dans la campagne référendaire, soulignant que les infractions sont passibles d’amendes.

 

Toutefois, il est à noter que le président de la République est le premier à enfreindre les dispositions du Code électoral. D’ailleurs, pas plus tard que cet après-midi, il a reçu la cheffe du gouvernement, Najla Bouden, réitérant la nécessité d'un travail intensif pour que la campagne explicative se déroule dans les meilleures conditions. Le chef de l’Etat, initiateur du projet de la Constitution avait, également, appelé les citoyens explicitement à voter oui au référendum.

« Dites oui afin d’éviter la désintégration de l’Etat et de réaliser les objectifs de la Révolution. Il n'y aura point de misère, de terrorisme, de famine, d'injustice et de douleur », lit-on dans une lettre adressée au peuple et publiée sur la page de la présidence de la République. Ce document publié après le démarrage de la campagne référendaire porte l’emblème de l’Etat tunisien.

 

S.H

 

11/07/2022 | 20:11
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Morjane
a posté le 13-07-2022 à 01:50
"Il n'y aura point de ....douleur ". Justement le risque de ce dernier est grand : derive autoritaire, une aubaine aussi pour les courants islamiteux, et la " chariia " et son interprétation va sombrer le peuple dans la douleur plus tard. Non non non !
Mansour Lahyani
Eh oui... mais c'est le chef de l'Etat : il peut tout oser!
a posté le 12-07-2022 à 14:02
Qui irait dire au chef de l'Etat fommek abkhar ? Même s'il a effectivement une haleine fétide ce qui est probable, personne n'oserait le lui reprocher : c'est le chefde tous les chefs (même des chefs d'accusation...), et en face du détenteur de tous les pouvoirs, il vaut mieux se tenir à carreau: Mornaghia n'est pas si éloignée... Et il est le seul à ne pas risquer d'aller voir à La Monaguia si je m'y trouve... ce qui, là non plus, n'est pas improbale ! Alors, il peut violer tant qu'il veut, il bénéficiera de toute la bienveillance du tribunal, et même des autres...
Houcine
Les veilleurs....
a posté le 12-07-2022 à 08:41
On a un plus de crédibilité quand on a fait preuve de résistance face aux fascistes islamistes.
Les résistants de la 25ème heure peuvent jouer leur nuleri, ils sont aussi factices que leurs déclarations, puisqu'ils sont coupables de collaboration avec les ennemis des lois, de la vérité des faits, de la liberté et de la démocratie.
Je vous rappelle juste un fait:
Quand Ghannouchi, votre personnalité de premier plan, déclarait Nabil Karoui innocent contre une décision de justice émanant de magistrats sous ses ordres, vous n'aviez pas crié au viol de la loi, au déni de la chose jugée.
Girouettes, gens de peu de vertu, hommes-liges, suiveurs et autres ralliés, passez votre chemin, l'Histoire se fera sans vous, contre vous.
Tunisino
L'enfantin
a posté le 11-07-2022 à 23:36
Les tunisiens ont trop souhaité se débarrasser du traître Ghannouchi, et maintenant il attendent avec impatience la chute de l'enfantin Saied. La chute du psychopathe n'est qu'une question de temps, ce qui inquiète est qui tiendra la Tunisie après lui, et est-ce que les dégâts de la république des imbéciles vont s'arrêter ou non?! Pauvre Tunisie.
Shems
Non
a posté le 11-07-2022 à 23:13
Par ce que dans la constitution il a le droit de tout faire mais il n'est responsable de rien.
BORHAN
LA PEUR AU VENTRE...!
a posté le 11-07-2022 à 22:00
Avec son coup d'état blanc, avec son putsch anticonstitutionnel de juillet 2021, Saied a en réalité peur et des tout ceux qui s'opposent à lui et au peuple difficilement contrôlable à tout moment.
Comme tout dictateur qui se respecte, le nouveau maître provisoire de la Tunisie tente tout les coups possibles pour s'agripper au pouvoir.
Après plus de deux ans comme location à Carthage, il a commencé à prendre goût de ce confort et de ce privilège d'avoir la chance de diriger le pays.
Effectivement, sur conseils de certains dictateur arabes notamment, Essissi, Saied cherche à nous imposer un régime tyrannique où il a la possibilité de concentrer tous les pouvoirs entre ses mains.
Jusqu'à ce jour, la chance est de son côté mais la roue peut se retourner contre lui à tout moment.
Car en matière politique, quelque soit la force et/ où le génie de l'instigateur, le risque d'échouer est potentiel.
Saied fait tout pour s'installer en tant que dictateur mais il néglige tous les problèmes qui traînent depuis des décennies sans que ses prédécesseurs en trouvent les solutions.
Il est quasiment acquis que le nouveau torchon de sa constitution sera validé de gré ou de force,
Et après !!!!?
Aura-t-il la capacité, les moyens, le temps, pour s'en sortir indemne d'une situation potentiellement explosive car l'économie est en faillite et la misère et la famine comment à pointer leur nez.
'?vènement inconnu dans le pays, depuis quelques temps, les queues s'allongent devant les boulangeries pour se procurer une baguette.
Peut être c'est le prélude d'une crise généralisee jamais connue dans le pays.
C'est ce que je crois.
Abel Chater
Fi Bilèd Ettarrarranni !!!
a posté le 11-07-2022 à 22:00
Le président Kaïs Saïed a réussi de nous détruire tous les acquis de fierté démocratiques, dont on a ébahi le monde entier depuis la Révolution du 14 janvier 2011.
Maintenant, il a réussi de nous transformer en la risée du monde entier.
Allah yostir Tounes de ce qui se passe à Sri-Lanka.
LE FUINEUR
RESTER EN LIGNE
a posté le à 09:39
Allo...
Ici Colombo...
C'est le chaos et l'anarchie ici mais la situation est bonnenfant.
Le palais présidentiel est devenu un lieu de pèlerinage.
La queue s'allonge sur des kilomètres.
Le dictateur a fui et il crèche dans un yacht en pleine mer.
Quant à son premier ministre, il a démissionné et il se cache quelque part.
La situation est très tendue.
Tout manque même les besoins vitaux notamment le pain, l'eau, les médicaments,....
Ils ont vendu nôtre pays.
Les chinois sont nos vrais maîtres car il ont acheté tout et l'ardoise est trop trop salée.
Et chez vous, en Tunisie, comment ça se passe !?
Ici, il fait très très chaud dans le vrai sens du terme.
Tout le pays est suspendu à l'épilogue d'un feuilleton polluant et pollué.
Le torchon brûle entre un dictateur esseulé et une société complètement désabusé qui commence à bouillonner.
Les jours et les mois à venir seront cruciaux pour un pays désorienté, un peuple fatigué et un pouvoir totalement perdu.
Notre président est apparemment malade surtout mentalement, mais son entourage se frotte déjà les mains car le pays réintégre petit à petit l'ancien nid de la dictature et l'avènement d'un nouveau clan à la TRABELSI se confirme de jour en jour.
Peut être nous sommes à l'aube d'une nouvelle révolte BOUAZIZI et croiez moi, ça sera sauve qui peut.
Nous gardons un notre souffle...
Tenez bon les amis.
Bien à vous.
Restons en contact.....



Sami
Overdose
a posté le 11-07-2022 à 20:58
Nous ne sommes plus à une violation de la loi près. Il a trouvé son rythme de croisière en terme de transgression de la loi. On doit pouvoir en trouver du même acabit dans les geôles voire même en liberté.
J'en peux plus de cet énergumène. C'est l'overdose. Vivement le 22eme siècle il ne sera plus là ni moi d'ailleurs.