alexametrics
lundi 17 juin 2024
Heure de Tunis : 23:09
A la Une
Les questions auxquelles Taoufik Charfeddine refuse de répondre
04/01/2022 | 11:36
4 min
Les questions auxquelles Taoufik Charfeddine refuse de répondre

 

Le ministre de l’Intérieur a donné, hier lundi 3 janvier 2022, une conférence de presse qui ne répond à aucune norme en la matière. Les journalistes étaient considérés comme une boite d’enregistrement, utiles uniquement pour relayer ses propos, sans poser de questions pour l’interroger, le confondre dans ses contradictions ou, tout simplement, déchiffrer ses propos.

Taoufik Charfeddine a pourtant commencé par passer de la pommade aux représentants des médias en leur rappelant qu’ils sont comme les policiers, instructeurs et chercheurs de la vérité. En tout cas, ses propos lors de cette conférence ne ressemblent pas beaucoup à la vérité, tant il y avait de langue de bois, de mystères et des inconnues. Le ministre n’a même pas cité les noms des personnes qu’il a évoquées. Voici une série de questions que les journalises auraient pu poser au ministre s’il respectait un peu son poste et les médias.

 

1/ Pourquoi invite-t-il à sa conférence la presse étrangère, notamment turque, et zappe une partie des médias tunisiens, notamment les médias mainstream et Business News en particulier, alors que le problème est tuniso-tunisien ?

2/ Qui sont les deux personnes debout derrière lui ?

3/ Pourquoi ne veut-il pas de séance questions-réponses, incontournables dans ce genre de rencontres et au vu des circonstances ?

4/ En quoi l’affaire de falsification des passeports est-elle en rapport avec le terrorisme qu’il a évoqué ?

5/ Dans tout ce qu’il a annoncé, il n’y a rien qui touche la sûreté nationale. Alors où est cette menace qu’il a évoquée au début de la conférence et qui a justifié l’application du décret 50 de 1978 à propos de l’assignation à résidence ?

6/ Le ministre a parlé d’instruction judiciaire, mais celle-ci n’a pas abouti à l’arrestation de Noureddine Bhiri et Fathi Beldi. Faute de preuves ou parce que le juge serait complice de Noureddine Bhiri ?

7/ Le ministre a dit avoir attendu impatiemment la réaction du parquet et a pressé la ministre de la Justice pour qu’elle réagisse dans ce sens, cela veut-il dire que le parquet et sa collègue ministre sont également complices de Noureddine Bhiri ?

8/ Qu’est-ce que le parquet (et la ministre) ont-t-il à voir dans cette histoire, puisqu’il y a déjà une instruction judiciaire et que, théoriquement, l’affaire n’est déjà plus de leur ressort, mais plutôt du ressort d’un juge d’instruction ?

9/ Le ministre parle de suspicion de terrorisme et les faits remontent, d’après lui, à 2013. Or il évoque une infraction à la loi de 2015. Sait-il qu’il y a là un vice de procédures ?

10/ Le ministre a passé plus d’une minute à parler de son propre patriotisme, de son engagement envers le pays et de son attente. Que cela a-t-il à voir avec le sujet du jour ?

11/ Le ministre a consacré près de la moitié de la conférence à un sujet autre que celui de Noureddine Bhiri, celui d’un inconnu qui aurait porté atteinte à des agents de la sûreté et qu’il va poursuivre devant la justice militaire. Que cela a-t-il à voir avec le sujet du jour ?

12/ Est-ce Samir Dilou ou Abderrazak Kilani qui est visé par cette procédure ? Si c’est le cas, entend-il coller d’autres affaires à d’autres islamistes ?

13/ Le ministre fait des va-et-vient entre deux sujets qui, a priori, n’ont rien à voir ensemble. En revenant sur l’histoire de Bhiri, il dit avoir demandé au gouverneur de considérer l’ancien ministre comme étant son invité. Peut-on considérer un suspect de terrorisme comme étant l’invité du gouverneur ?

14/ Le gouverneur a-t-il vocation à recevoir des invités suspects de terrorisme ?

15/ L’Etat n’a plus de prisons ou de maisons d’arrêt pour accueillir les suspects de terrorisme ?

16/ Le ministre dit avoir proposé à l’épouse de Noureddine Bhiri la visite de son époux, mais celle-ci a refusé. Quelles ont été les conditions imposées par son département qui ont poussé celle-ci à refuser la visite de son époux hospitalisé ?

17/ Le comité de défense de Noureddine Bhiri évoque des maltraitances policières à l’encontre du suspect. Qu’en est-il de cela ?

18/ Pourquoi a-t-on attendu 72 heures avant de dévoiler le lieu de l’assignation à résidence ?

19/ Pourquoi Noureddine Bhiri et Fathi Beldi n’ont pas été autorisés à saisir leurs avocats et à prendre contact avec leurs familles, comme l’exige la loi ?

20/ Maintenant qu’ils sont assignés à résidence, il se passe quoi exactement ? Il y a instruction ? Qui est le juge instructeur ?

21/ Le ministre évoque la possibilité que les deux assignés à résidence saisissent le tribunal administratif, leur a-t-il fourni un document les informant de leur état de captivité, comme l’exige la loi ?

22/ Le ministre évoque la question de falsification de passeports, alors que les passeports sont délivrés par son propre département et non par le ministère de la Justice. Combien d’agents du ministère de l’Intérieur sont impliqués dans cette affaire et sont-ils, eux aussi, assignés à résidence ?

23/ Le ministre évoque la question d’octroi de certificats de nationalité. Combien d’agents du ministère de la Justice sont impliqués dans cette affaire et sont-ils, eux aussi, assignés à résidence ?

 

Raouf Ben Hédi

04/01/2022 | 11:36
4 min
Suivez-nous
Commentaires
'?lu de la république française
ASSIL iRRiF, cordialement Mr le ministre merci d'avance
a posté le 05-01-2022 à 16:00
Mr le ministre de l'intérieur, j'attire votre attention sur le chef de la garde nationale commune de kerker délégation de boumerdès en Tunisie gouvernourat de Mahdia a été suspendu de son poste de chef de la garde Nationale, que j'ignore les raisons, la seule chose que j'ai fait , j'ai discuté avec certains habitants de la ville de kerker, ils m'ont confirmé, il a bien fait son travail ( il a nettoyé la ville des bandes tout genre) c'est pour cette raison je vous demande de l'entendre en personne pour savoir la vérité , je pense celui où celle qui veut travailler honnêtement en Tunisie ne sera jamais le où la bien venu, je me souviens toujours, quand mechichi vous a éliminé parce que ghannouchi n'a jamais souhaité votre nomination
'?lu de la république française
La justice tunisienne est cancérigène, quand la colonne vertébrale de l'être humain est cancérigène l'être humain ne pourra jamais se mettre debout pour les états du monde entier sont la même chose
a posté le 05-01-2022 à 05:19
Tant que certains nombres des juges sont contre le président de la république Tunisienne la Tunisie ne se mettra jamais sur pieds ( le salaire de ses juges est huit mille dinars par mois plus la voiture de fonction plus la réparation des voitures de la femme et leurs enfants personnelles sur le compte de l'état plus les bons d'essence je pense que les nombres de ces juges sont 32 , enfin de compte ils sont contre le peuple tunisien et surtout les plus démunis et les pauvres , il viendra un jour le peuple tunisien va se révolter contre ces juges, j'en suis sûr il y aura un bain du sang, la révolution de la famine est la plus sanglante
mansour
La réponse se trouve peut-être...
a posté le 05-01-2022 à 00:06
dans la foire des 23 questions
Abel Chater
Et la plus importante de toutes les questions à ajouter aux 23 interrogations objectives et neutres de notre RBH !!!
a posté le 04-01-2022 à 21:34
Et où était l'existence de l'Etat tunisien après la fuite du dictateur déchu Ben Ali du 14 janvier 2011, pour qu'on y inculpe les sauveurs du pays en ces temps difficiles, qui restituèrent l'ordre perdu de l'Etat tunisien entre 2011 et 2014, ayant réussi la Constitution et les élections présidentielles et législatives de 2014, par des décisions hors-norme, en adéquation avec les difficultés intérieures et extérieures de la Tunisie, qui furent absolument nécessaires en les difficiles circonstances de l'époque, comme absolument interdites en notre actuelle période de paix ?
Lorsque l'ensemble de notre armée nationale du Valeureux Général Rachid Ammar (santé, bonheur et joie à lui et à toute sa famille), fut occupée par garder la sécurité intérieure du pays, en l'absence presque totale des Forces de Sécurité du ministère de l'Intérieur, dont les postes étaient brûlés et les Sécuritaires de mauvaise réputation, disparus chez leurs proches lointains, là où personne ne les connaissait.
Lorsque les Révolutions et les Révolutionnaires arabes coopéraient entre eux, depuis la Syrie, le Yémen, l'Egypte et la Libye à nos frontières.
Lorsqu'après la chute du dictateur Kadhafi, les Révolutionnaires libyens menaçaient la Tunisie d'aller eux-mêmes prendre leur criminel de guerre Baghdadi Mahmoudi, détenu en Tunisie, si les Tunisiens ne l'extradaient pas vers la Libye. Je me rappelle d'un responsable des prisons tunisiennes, qui a déclaré aux médias, ne pas avoir même du personnel pour garder le détenu libyen Baghdadi Mahmoudi.
Lorsque les frontières tuniso-libyennes ressemblaient aux frontières du Far-West entre les cowboys américains et les (hobos) hispaniques du côté mexicain.
Lorsque les citoyens se protégeaient mutuellement, en portant un sous-vêtement blanc sur leurs vêtements.
Lorsqu'aucun policier ni garde nationale, n'osaient se montrer sur l'ensemble des routes tunisiennes.
Ont-ils tout oublié, en faisant semblant de parler d'un quelconque papier, extrait de naissance, nationalité, passeport ou carte d'identité qu'on remet maintenant à nos actuels hôtes, nos frères les réfugiés syriens en Tunisie et font-ils semblant d'appartenir aux hommes des cavernes «Ahl El-Kahf», qui furent en sommeil profond, depuis la Révolution du 14 janvier 2011!!!
Mille BRAVOS à RBH et au professionnalisme de BN.
Allah yostir Tounes.
BI
Citation d'Albert Schweitzer
a posté le 04-01-2022 à 20:04

"A la longue, même la propagande la plus insolente et la mieux organisée ne peut rien contre la vérité".

J'espère toujours que cela se concrétise enfin.
Momo
Test
a posté le 04-01-2022 à 19:02
Aller vendre du maadanous ça ira mieux pour nous et our vous
Ahmed Charfeddine
Médiocrité
a posté le 04-01-2022 à 18:39
Oh Mon Dieu. N'est jamais eu un jour où j'ai détesté mon propre nom!
En tout cas, cette stupidité du ministre prouve que ce coup d'état est voué à l'échec.
Désolé, mais c'est la loi de la Nature. Les imbéciles et les "low" IQ ne peuvent pas réussir un coup d'état.
Il n y a ni intelligence, ni bon sens, ni sang froid, ni rien du rien.
Le gars est assez nul pour vider plusieurs minutes nous parlant de ses propres qualités.
nazou de la chameliere
Bien vu Mr RBH
a posté le 04-01-2022 à 17:44
Le problème de Mr Charfeddinne, est qu'il ne contrôle pas le ministère de l'intérieur.
D'ailleurs ça n'es pas une conférence de presse. Mais plutôt une déclaration.
Et évidemment, les médias qui SE posent des questions ambarrassantes ne sont pas les bienvenus.
Ce pauvre ministre me donne l'impression qu'il a un flingue sur la tempe !!
Il tente de donner de la crédibilité, à une action de barbouzes !!!
Vous remarquerez que personne n'a le droit d'être interroger par les médias, dans ce gouvernement fantôme !!!
MFH
On verra bien.
a posté le à 20:51
Charfeddine ne maîtrise bla, bla bla...
k.Hamida 7806
Tu vois, c'est AMbarrassant.
a posté le à 18:52
c'est ce que j'ai dit un peu plus bas..

Eeeeeh ya hasra, ce fameux MI qui a déclaré qu'ils les attendait de devant, qu'ils étaient venus de derrière. Celui là oui, il répondait aux questions des journalistes. ça c'etait de la crédibilité dans un gouvernement d'anges.
nazou de la chameliere
Hmida matricule machin
a posté le à 21:28
C'est très bien d'être carré avec l'orthographe.
Mais il vous reste a être carré, avec le droit, la l'égalité , les lois, le respect des institutions, et l'équité !!
Y'a du boulot pour vous hein ?!

Allez un p'tit dernier pour la route !!!
Avez-vous une idée de ce que ça coûte à l'état, un prisonnier politique ?!
Ben Ali en homme pragmatique, avait fait le calcul ,LUI !!!
Vous en voulez encore ?
Jcrois bien ,qu'il y'a un N de trop, à charfeddinne .
Faîtes moi un procès
Looool !!!
VERITE
Alors M. Raouf Ben Hédi a plein de questions à poser..
a posté le 04-01-2022 à 17:12
Et c´est averé que des putschistes de ce forum savaient apparemment les réponses:
Nous attendons ces réponses à ces questions, vous avez le temps et suffisamment d'espace sur @BN pour nous renseigner et nous éduquer.

Nous attendons une explication forte et des réponses des participants suivants :
ghanou
Samy
Bourguibiste nationaliste
Carthage Libre
Karim
RA
Alya
MFH
Hamza
Lucas
Tireur d'élite
Zozo Zohra
MFH
La surprise ne va pas tarder.
a posté le à 20:49
Je signe.
AR
Vous cherchez quoi au juste ?
a posté le à 18:52
S'il s'agit de mon com, AR et non RA , quelles réponses et quelle explication forte ?
Nous sommes dans un forum et pas dans un poste de police.
Je comprends mal votre interpellation, je n'ai pas prétendu détenir les vérités de l'affaire.
Pouvez-vous être plus précis et plus explicite ?
Qu'est-ce qui vous dérange dans mon com ?
k.Hamida 7806
Bravo RBH
a posté le 04-01-2022 à 17:10
L'histoire retiendra qu'un jour, si raouf ben hédi , a été l'un des rares journalistes courageux à avoir manifesté ouvertement son mécontentement de tous les dépassements que vit le pays.
Le cercle de"citoyens contre le putsch" grandit à vue d'?il.; on le voit.
La ligne éditoriale de BN se précise de jour en jour.
vive la démocratie
ghanou
commentaire
a posté le 04-01-2022 à 16:11
Moi aussi après avoir lu toutes les questions je suis vraiment déçue par leur contenu et leur portée; d'autant plus que moi-même de mon canapé, ayant écouté la conférence de presse du ministre Tawfik Charfeddine, je peux répondre à plusieurs de vos questions qui font preuve de peu de professionnalisme et beaucoup de parti pris.
Allons voyons, un peu de sérieux. Notre pays n'a pas besoin de plus d'huile sur le feu....
Samy
Le ridicule ne tue pas
a posté le 04-01-2022 à 15:42
BN, vous n'avez qu'à lire un article similaire paru sur Tunisie numérique et qui répond à toutes ces questions.
Cordialement
Samy le démocrate
Bourguibiste nationaliste
CENSURE
a posté le 04-01-2022 à 15:39
La censure m'a frappé dûrement ce jour.
Jupiter
Des passeports délivré depuis 1981 et 1984
a posté le 04-01-2022 à 15:26
Comme par hasard l'histoire tombe sur bhiri vraiment c'est minable la fabrication d'une affaire
Carthage Libre
Ayyy Rassi ya BN...Il a enclenché une procédure tabou : Toucher aux khommejs nahdhaouis. C'est ce qui compte.
a posté le 04-01-2022 à 14:58
Il a eu ce courage, quoi que, c'est vrai, il aurait du y avoir une séance de questions/réponses.

OUI, cette agence "Anadlu" est partout en Tunisie, agence à la solde des islamistes turques...mais, avez vous sollicité une accréditation au ministère pour poser votre micro vous aussi?

Pourquoi il parle de son patriotisme? Parceque, ENFIN, rattacher le terrorisme (islamiste) à Ennahdha était un sujet TABOU : Même VOUS, Business News, vous étiez (êtes toujours?) les Champions de la Censure quand on fait une relation entre Terrorisme et Ennahdha ; yezzi, STOP, même un gamin de 7 ans sait que Ennahdha est gravement impliquée dans le Terrorisme ; cela s'est enfin dit à une échelle officielle du Gouvernement hier. Il parle de Patriotisme, parcequ'il a aussi peur pour sa vie et des conséquences : le kalb Khatmi est déjà entrain d'ameuter ses troupes Islamistes Terroristes.

Enfin, last but not least : ce Ministre a promis que cela était un premier "jet", une première conférence de Presse sans questions/réponses...mais qu'il y'en aura d'autres.

Alors, c'est à vous d'aller poser vos micros ya Business News.

Bravo au Ministre. Même Abir Moussi croit en son courage (mais demande aussi de vérifier la suite).
Karim
Deçu de BN
a posté le 04-01-2022 à 14:57
Bravo si raouf Ben hedi, tu nous déçois au fil des jours ,et BN est entrain de perdre de sa crédibilité pourtant on le respectait ....pour son serieux. Malheureusement
Brahim
Parce que l'auteur se pose des questions legitimes?
a posté le à 15:47
Si Raouf ben Hedi vous decoit par ses qustions, expliquez vous pourqioi vous etes decus
AR
Ce que je pense
a posté le 04-01-2022 à 14:56
B.N et son journaliste Mr R.B.H sont dans la légitimité journalistique, la liberté d'expression aussi leur donne le droit inconditionnel de s'exprimer à leur guise, et un journaliste n'est pas dans l'obligation de lécher les bottes du gouvernement pour se faire inviter dans une conférence.
Sauf que qqe remarques s'imposent :
1 ) Mr le M.I n'est pas le procureur de la république.
2 ) une agressivité un peu exagérée dans la forme de certaines questions.
3 ) l'ère Méchichi est bien révolu, la possibilité de chercher les info en on n'est plus d'actualité.
Les médias n'ont qu'à essayer de s'adapter à ce nouveau mode de communication étiré. Et c'est très difficile.
4 ) cette question , " coller des affaires aux islamistes " me semble déplacée et accusatrice.
Pour finir, il faut se rappeler que nous sommes dans une phase exceptionnelle, les mesures exceptionnelles, les institutions sont mal en point obligeant le pouvoir à user de l'exceptionnel.
Mais les libertés demeurent la ligne rouge infranchissable, celle des médias en premier.
Alya
Les lecteurs de BN
a posté le 04-01-2022 à 14:36
Les lecteurs de BN sont des habitues de la presse internationale et des conférences de presse accordées par un ministre ou un procureur lors des affaires graves. Ils savent que les renseignent sont distillés au compte goutte et sous grande reserve
MFH
Heureusement que la majorité des journalistes ne sont pas de cet avis.
a posté le 04-01-2022 à 14:35
23 questions qui n'ont ni queue ni tête, juste destinées à conforter et lever le moral des troupes nahdhaouies. L'auteur de l'article ne peut être qu'un Nahdhaoui, ou bicyclette, ou karama, ou collectif...
Hamza
Amateurisme
a posté le 04-01-2022 à 14:15
Juste une question que je dois ajouter :
- Bhiri le dinausore de nahdha est implique dans une affaire terroriste, le ministre de l'interieur ordonne son arrestation (dans une prison secrete) et il se permet de prendre des vacances de fin d'annee pour profiter de la dinde ?
- Bhiri implique dans une affaire de surete de l'etat. l'Etat a besoin de 3 jours pour justifier son arrestation ?
vraiement je suis etonne comment on gere la surete de l'etat. Je pense que le pays de san marion (200km2) veut coloniser la Tunisie il le fera en 1 jour ou 1 weekend
Lucas
C'est normal !
a posté le 04-01-2022 à 13:26
C'est normal qu'il zappe des médias et notamment BN et c'est à CAUSE de personnes tels que RBH, qui ne rate aucune occasion de taper sur le gouvernement et épargner les nahdhaouis dans tout ce qu'ils entreprennent pour essayer de détruire ce beau pays qu'est la Tunisie. Un commentateur a, ici même, conseillé à NB de se défaire de ce type de journalistes mais malheureusement le résultat est là.
Nejah
Merci
a posté le à 14:44
Rien à dire monsieur. Bravo. Grande déception de ce journal électronique que je suivaient avant même la merdolution
Bizertin
je n'aime pas l'INJUSTICE
a posté le 04-01-2022 à 13:03
il parait que les passeports en question datent de 1981 même avant le début de l'ère de BEN ALI
C'est à dire depuis 41 ans. Un Consult a Vienne en Autriche a vendu ces passeports contre l'agent et suffit que Noureddine Bhiri soit ministre de justice en 2015 pour que ça tombe sur lui comme par hasard.
Je suis certain que c'est un dossier bidon et les tunisiens détestent l'injustice.


Tunisino
Les questions sont discutables
a posté le 04-01-2022 à 12:14
Les questions sont discutables, mais l'amateurisme de Saied et de son équipe n'est que certain, ils sont incapables de paralyser Bhiri proprement! Il est devenu évident que les tunisiens vont payer très cher l'incompétence de Saied et de son équipe.
Sniper
réponse
a posté le 04-01-2022 à 12:06
D'abord je dis Bravo au ministre de l'intérieur pour cette excellente intervention médiatique
A mon avis toutes ces questions trouveront leurs réponses lorsque le dossier sera décortiqué par la justice et on percoit un acharnement contre le ministre par Mr Raouf ben Hédi
Mais personnellement je me demande pourquoi l'auteur de cet article veut connaitre l'identité des deux hommes derrière le Ministre ?! ( deux sécuritaires certainement )
En quoi ça peut avancer l'affaire !
zozo Zohra
Communication
a posté le à 12:32
Dommage c'est vrai que la communication est un gros problème dans ce gouvernement. C'est voulu ou pas ? Allah aalam
Ils auraient dû communiquer au même temps que l'arrestation.
Ca nous aurait dû épargner ce cirque et ce cinéma.

Bon courage le ministre de l'intérieur, ce colossal chantier
Rabi maak.

Quand à BN comment voulez-vous qu'ils vous acceptent, or que vous n'êtes pas partiel. Vous êtes toujours dans le critiques sévères vis-à-vis ce gouvernement, comme jamais vu. Honnêtement il faudrait vous vous posez la question.

zozo Zohra
Sniper
a posté le à 12:22
Le ministre de l'intérieur doit être l'homme à abattre. Il doit être protégé, les 2 hommes sûrement qu'ils veillent à sa sécurité. Il doit être en danger permanent. Quelle drôle de question ?
RASPOUTINE
UNE AUTRE QUESTION PLUS IMPORTANTE
a posté le 04-01-2022 à 11:50
6/ Le ministre a parlé d'instruction judiciaire, mais celle-ci n'a pas abouti à l'arrestation de Noureddine Bhiri et Fathi Beldi. Faute de preuves ou parce que le juge serait complice de Noureddine Bhiri ?

dans ce cas pour quoi votre maître THE KAISER n'as pas activé la justice militaire (puisque la justice civile est sous l'ordre de BHIRI) ?