alexametrics
vendredi 19 juillet 2024
Heure de Tunis : 00:30
Dernières news
Bassem Trifi : L’affaire Bhiri explique l’acharnement d’Ennahdha pour l’Intérieur et la Justice
04/01/2022 | 09:13
3 min
Bassem Trifi : L’affaire Bhiri explique l’acharnement d’Ennahdha pour l’Intérieur et la Justice

 

L'avocat et vice-président de la Ligue tunisienne de défense des droits de l'Homme (LTDH), Bassem Trifi, est revenu, mardi 4 janvier 2022, sur l’arrestation du dirigeant islamiste et ancien ministre de la Justice, Noureddine Bhiri, dans le cadre d’une affaire d’octroi illégal de passeports et certificats de nationalité.

Noureddine Bhiri a été arrêté vendredi 31 décembre 2021 et assigné à résidence dans un lieu inconnu sur instruction du ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine. Il a ensuite été transféré à l’hôpital Habib Bougatfa dans le gouvernorat de Bizerte après un malaise. Il aurait été admis au service de cardiologie dans la nuit de dimanche à lundi 3 janvier 2022.

 

Invité de la Matinale de Myriam Belkadhi sur Shems FM, Bassem Trifi a critiqué le déroulement de l’arrestation de Noureddine Bhiri notant que l’assignation à résidence était une mesure inconstitutionnelle bien que légale en vertu du décret de 1978. Il a avancé que l’arrestation de l’ancien ministre de la Justice aurait pu se dérouler dans le respect total des droits de l’Homme si on avait eu recours aux dispositions du code des procédures pénales. Cela aurait pu éviter tout le tohu-bohu qu’il a y eu autour de cette affaire, selon le vice-président de la LTDH.

Il a expliqué, dans ce sens, que le respect des procédures permettrait, avant tout, de protéger les victimes et surtout éviter que des affaires dangereuses soient classées pour vice de procédures.  

Le vendredi 31 décembre dans la foulée de l’arrestation de Noureddine Bhiri, des membres d’Ennahdha et des avocats adhérents de la section de Tunis de l’Ordre national des avocats (Onat) ont crié au scandale qualifiant l’opération de kidnapping. Des accusations tous azimuts ont, d’ailleurs, fusé sur les réseaux sociaux et les plateaux des médias tunisiens.

 

Interpellé sur le point de presse organisé par le ministère de l’Intérieur au sujet de l’arrestation du dirigeant nahdhaoui, Bassem Trifi a salué la transparence dont a fait preuve Taoufik Charfeddine notant, toutefois, qu’il aurait dû communiquer les détails de l’affaire plus tôt afin d’éclairer l’opinion publique d’un côté et permettre aux organisations nationales de construire des positions sur la base d’éléments concrets.

 

Taoufik Charfeddine s’est adressé, dans la soirée de lundi, aux médias et citoyens tunisiens pour expliquer l’affaire. Il a affirmé que les assignations à résidence avaient été décidées sur la base de procès verbaux dans une affaire d’octroi illégal de certificats de nationalité expliquant que certains  avaient été accordés à une date antérieure à l’obtention d’un extrait de naissance. Des personnes de parents de nationalités étrangères ont, également, eu de la même façon, la nationalité tunisienne.

« Ce sont des crimes très graves qui peuvent porter atteinte à la sécurité de l’Etat », a souligné Bassem Trifi avant de soulever des interrogations sur la vraie nationalité des djihadistes en Syrie présumés tunisiens et ceux qui ont commis des attentats ailleurs dans le monde alors qu’ils détenaient un passeport tunisien.

Le vice-président de la LTDH a, par ailleurs, avancé que cette affaire expliquerait, entre autres, l’acharnement du mouvement islamiste pour obtenir et garder les portefeuilles de l’Intérieur et de la Justice depuis son arrivée au pouvoir en 2011 notant qu’Ennahdha devrait répondre de ces actes notamment dans les dossiers des assassinats politiques et de l’appareil secret.

 

N.J.

 

 

04/01/2022 | 09:13
3 min
Suivez-nous
Commentaires
CESARIOS
saboter, verser l'huile au feu, inciter à la haine,,aggraver la banqueroute ,seule notre chère ................................
a posté le 04-01-2022 à 16:04
dilo et ses "fréros" n'ont qu'un seul objectif,ils font tout pour saboter, pour verser de l'huile sur le feu, souffler les flammes,envenimer la vie politique ,inciter les querelles et les aggraver, ils ont le pognon à gogo........ Les dons, les emprunts, les milliards et les biens laissés par le président ben ali et par les fameuses familles des "trabelsias" sont évaporés , aucun responsable politique, aucun P.D.G.
de la banque centrale n'a donné aucune information ou explication sur ses colossales sommes qui peuvent garantir aux TUNISIENS et aux TUNISIENNES un certain bon niveau de vie , un développement de l'économie même progressivement et un abaissement du taux de chômage qui sera constaté et ressenti par tout un peuple.....La caisse noire de la trésorerie du parti d'ennahdha et de l'ARP gérée par le seul et l'unique GOUROU prouve que notre TUNISIE était gouvernée par une junte de mafiosi ,espérons voir le 25 juillet renversera la situation et notre nation verra le jour d'une vraie transition démocratique où le témoin du pouvoir se passera dans les règles de l'art , de la légalité, de la transparence et dans l'égalité des chances
URMAX
"L'affaire Bhiri explique l'acharnement d'Ennahdha pour l'Intérieur et la Justice" ... ELEMENTAIRE, MON CHER WATSON ...
a posté le 04-01-2022 à 13:24
Ce n'est pas un acharnement ; c'est juste une logique propre a tous ceux désirant passer ou agir outre mesures légales :
En chapeautant ces deux entités, vous controlez (et réformez) plus facilement [ les "decisions" et les "applications" légales ], pratiquement, "comme bon vous semble".
Autrement dit, vous pouvez agir "selon la tete du client" (ndlr, "enterrer le dossier" ou, au contraire, lui "faire prendre des proportions disproportionnées", selon que vous voulez acquitter ou condamner" quelqu'un.
naif
Avocat des droits de l'Homme !!
a posté le 04-01-2022 à 12:51
le minable avocat de la ligue des droits de l'Homme essaie d'enfoncer un citoyen qui a subi les affres du dictateur et de ses sbires!!
La haine idéologique passe avant les droits de l'Homme!!
Quand tu entends ces extrêmes-gauchistes, tu te dis qu'Ennahdha n'a pas fait le boulot quand elle était au pouvoir, et que ces pourritures haineuses vont profiter de leur soutien au Putschiste Saied pour prendre des postes clés et pouvoir ainsi martyriser les musulmans dans ce pays.
Alya
Reponse a naif
a posté le à 14:45
Qui va martyriser les musulman? J ignorais que le tunisien avait besoin de ghannouchi et de ses ses sbires pour être musulman
Bourguibiste nationaliste
ATTENTION A CE QUE VOUS DITES M. TRIFI
a posté le 04-01-2022 à 11:43
Nous avons assez avec la LTDH qui a obtenu le Prix Nobel alors que la situation en Tunisie était catastrophique avec la domination des Khwanjias. Le gouvernement et le président de la République n'ont donc pas de leçon à recevoir de la LTDH qui s'est compromise avec l'islamisme. Quant à l'arrestation de Bhiri, elle est légale et conforme à la loi. Votre pseudo dissertation n'est que du Bla Bla. Le pays est en danger et il doit agir. La constitution de 2014 est caduque mais les lois ne le sont pas ez c'est conformément à la loi de 1978 que le Khwanji Bhiri a été placé sous résidence surveillé en attendant les enquêtes supplémentaires le concernant et son jugement.

Houcine
Les islamistes dévoilés.
a posté le 04-01-2022 à 11:39
"leur acharnement à tenir les ministères de l'intérieur et celui de la justice" est une phrase-clé.
Ces islamistes sont si cons pour l'avoir fait si ouvertement et je dirais de façon grossière, que même des gens très éloignés des cénacles où se côtoient les sachant et les décideurs l'ont compris depuis belle lurette.
Ce qui, en clair, veut dire que la justice ou l'ordre public n'ont aucun intérêt pour les islamistes, ils fallaient qu'ils leur servent.
Et, cela leur a servi.
Second élément, et non moins intéressant est l'article 78 du décret au titre duquel ont agi les autorités pour mettre à l'abri le grand "démocrate" Bhiri.
On apprend par un "informé" que Ennahdha tenait à de fameux décret datant de l'été Bourguiba.... escomptant y recourir contre ses opposants.
Et, le fatum voulut que cela finisse par servir contre eux.
Ils sont cons.
Alors, ceux qui leur tresse t des lauriers pour leur "stratégie", leur finesse ou don d'anticiper les coups, se trompent lourdement.
Nous avons subi une clique de nuls, incultes, mais fanatiques à souhait.
Nous avons la démonstration de leur bêtise crasse.
Avec leurs fuyards comme avec l'êtes fanfarons de petit calibre, nous avons les preuves d'avoir vécu sous la férule de gens sans courage.
Ceux qui se cachent,
Ceux qui fuient,
Ceux qui font des AVC,
Bref, que des courageux, dignes d'avoir le destin du pays entre leurs mains.
Vaut mieux en rire.
Et, surtout, rire de tous leurs supporters qui ne sont que des grandes gueules, de petits frelusuet juste capables d'insulter, diffamer.
sahoumti
analyse pertinente
a posté le à 13:02
j'aime bien votre article pour l'analyse que je trouve pertinente.
AB
Bonne continuation
a posté le 04-01-2022 à 10:36
Oui, bonne continuation, ils ne sont pas au dessus de la loi. Oui les crimes doivent être punis.
La tunisie a besoin de s'assenir trop c'est trop. Mme MOUSSI doit aussi comprendre que la gesticulation est inutile . Elle doit contribuer a faire compagne ave le Président sur le volet du térrorisme. et de la corruption. c'est ce qu'on appel L'UNITE NATIONAL.
Ennahdha à jouer à gauche et à droite pour cacher la vérité au Tunisiens. Il faut les militants islamistes qui sont honnêtes doivent liquider l'appareil politique d'Ennahda.
jilani
Voilà les les gens qui aiment leur pays
a posté le 04-01-2022 à 10:00
Les avocats qui ont des principes et qui veulent sauver le pays de ces islamistes terroristes agissant pour des agendas étrangers et aussi ces opportunistes comme ces chebbi mbarek belhaj ... des lèches bottes du gourou. C'est une vraie guerre menée par le président et le gouvernement sans le brouhaha des moussi et des médias qui cherche à nuire à ce changement.