alexametrics
jeudi 01 décembre 2022
Heure de Tunis : 14:10
Dernières news
L'effet boomerang de la politique Kaïs Saïed
25/08/2022 | 13:30
9 min
L'effet boomerang de la politique Kaïs Saïed

 

Depuis son coup de force du 25 juillet 2021, le chef de l'Etat Kaïs Saïed a multiplié les discours prônant la lutte contre la spéculation, la corruption et l'exploitation des richesses tunisiennes et du peuple. Le président de la République a tenu à en faire le fer de lance de sa politique et du processus entamé depuis cette date-là. « Nous prendrons les mesures nécessaires ! », « Les responsables seront poursuivis en justice », « Nous connaissons leurs identités », « Ils  complotent dans l'ombre », des phrases qui sont devenues au fil du temps très connues de la part des Tunisiens. Ayant été massivement répétées et sans qu'il n'y ait de véritable impact ou conséquences à ces propos, ces phrases ont perdu toute crédibilité et ont nui, indirectement, à la présidence de la République et aux institutions de l'Etat.

 

Mais pour comprendre le véritable impact des discours du président de la République et de sa politique, nous devons effectuer un petit retour en arrière et revenir en 2021, précisément le 11 août 2021, soit près de deux semaines après l'annonce des mesures exceptionnelles. La présidence de la République a fièrement exhibé une vidéo montrant le chef de l'Etat accompagné d'un ouvrier tenant un pied-de-biche et prenant d'assaut des centres de réfrigération des produits agricoles situés à Tebourba et Jedaïda, au gouvernorat de la Manouba. 

La séquence montre un citoyen tapant sur les cadenas et un président se ruant à chaque fois à l'intérieur de l'une des chambres frigorifiques pour tenir dans sa main une pomme, une poire ou une pomme de terre. Il inspectait avec confiance les légumes et les fruits et essayait de montrer qu'il se tenait bien dans ses bottes, qu'il savait ce qu'il faisait. Il a même utilisé un thermomètre pour vérifier l'état du produit. On aurait dit un véritable ingénieur agronome ! Le chef de l'Etat en avait, aussi, profité pour lancer quelques slogans de lutte contre la corruption et la vidéo s'est clôturée sur un discours évoquant les fameux "circuits d'affamement".  Bien-évidémmment, il n'y a pas eu de suite à cette affaire, car il ne s'agissait pas de spéculation et de la dissimulation d'un stock de pomme de terre. Les papiers des propriétaires étaient en règle. Par conséquent, il n'y a eu aucune baisse au niveau des prix. Pire, l'inflation a continué dans sa course folle et le prix de la pomme de terre et de l'ensemble des produits alimentaires a considérablement augmenté depuis cette période-là. Depuis cette première irruption dans les centres de réfrigération, les transporteurs et revendeurs sont de plus en plus méfiants et craignent d'être interpellés et arrêtés pour une simple opération de transport de marchandises. Les propriétaires de centres de réfrigération évitent, quant à eux, d'avoir de la marchandise sous la main !

 

Après ce premier échec, le président de la République avait, semble-t-il, décidé de frapper "fort" encore une fois, mais en changeant de secteur cible. Les yeux de Kaïs Saïed se sont rivés vers les matériaux de construction. Il a rendu visite, à la date du 20 août 2021, à une société de vente de matériaux de construction à Fouchana, (Gouvernorat de Ben Arous), pour inspecter les canaux de distribution. Un long cortège, des milliers de flashs de caméra et un bon discours bien préparé. 

Tous les éléments favorisant la réussite de cette opération de communication étaient réunis ! Un Kaïs Saïed ferme et déterminé avait même annoncé le limogeage du gouverneur de Ben Arous en raison de la présence d'un stock de fer dissimulé afin de faire grimper les prix ! Une foule présente sur place avait manifesté son soutien au président de la République et avait applaudi sa présence. 

Fier de lui,  Kaïs Saïed s'est adonné de nouveau à la saisie de matériaux de construction et de fer. Il s'était rendu, à la date du 28 août 2022, à la région de Bir Mecherga au gouvernorat de Zaghouan, après la saisie de près de 30 mille tonnes de fer par des unités de la Garde nationale et l’équipe de contrôle relevant du ministère du Commerce. Une opération sans précédent ayant nécessité la visite du plus haut responsable de l'Etat : le président en personne ! Un véritable dispositif exceptionnel, et qui dit dispositif exceptionnel dit mise en scène exceptionnelle. En effet, Kaïs Saïed ne s'est pas gêné pour faire de cet événement une véritable production cinématographique digne des plus grands succès hollywoodiens. Plan aérien par drone, survole du cortège présidentiel, ambiance sombre et discours populiste motivant ! « Voici la corruption ! Ça se trouve devant leurs yeux ! », s'était-il écrié.

Malheureusement, ces deux opérations s'étaient avérées être un fiasco total. Il n'y avait ni spéculation ni dissimulation de stock de fer. Les 30 mille tonnes de fer saisies étaient, en plus d'être légalement enregistrées et déclarées auprès des autorités nationales, en partie propriété de l'Etat tunisien et en partie destinées à l'export vers la Libye. Le propriétaire a, aussi, précisé que les prix de vente du fer étaient fixés par le ministère du Commerce, et n'étaient pas soumis à l’offre et à la demande. Il n'y a, donc, aucun intérêt à stocker ce produit contrairement aux affirmations du chef de l'Etat qui ne s'exprimera plus sur ce sujet et ne fournira aucune explication au sujet de cette bourde. Bien évidemment, la prise d'assaut de cet entrepôt a dissuadé tout producteur ou importateur de continuer à opérer dans ce secteur de peur de se faire malmener malgré leur situation régulière. Une véritable pénurie s'est installée et les leaders du secteur ont demandé à renégocier les prix de vente.

 

Mais, ces échecs ne découragèrent pas Kaïs Saïed qui, à la date du 14 mars 2022, s'était rendu lors d'une visite inopinée, en raison des pénuries de semoules et de pain, à une boulangerie se trouvant à l’avenue Hedi Chaker à Bab El Khadhra au centre-ville de Tunis. Il s'y est entretenu avec le propriétaire pour échanger au sujet de la disponibilité de la farine. C'est alors qu'un véritable interrogatoire a été initié par le chef de l'Etat. « Le pain est disponible ! », « La farine est disponible ! », « Pourquoi n'y a-t-il pas de semoule ? », « La farine n'est pas de retour ? », « Rien n'a changé ? », « Le pain est disponible ! », avait-il lancé au pauvre boulanger qui ne pouvait répondre que par quelques "non" et "je ne sais pas". Une autre opération de communication qui s'est transformée en une scène comique au lieu d'apporter l'effet escompté. Cette tentative n'a rien changé ! La farine est depuis un produit rare à trouver et la pénurie de pain s'est définitivement invitée à notre quotidien. 

 

Face à l'échec de ses "interventions" sur terrain, le chef de l'Etat a décidé d'opérer autrement. Pas le temps d'étudier la chose ou d'analyser les véritables raisons derrière les pénuries et les hausses des prix, une loi de lutte contre la spéculation est promulguée quelques jours après l'interrogatoire subi par le boulanger. Le texte a rapidement fait l'objet d'une polémique en raison des similitudes avec celui promulgué quelques mois auparavant par nos voisins algériens, mais aussi des ambiguïtés et des peines prévues par cette loi. Le scénario de l'emprisonnement à perpétuité a, même, été intégré au texte. La loi peut s'appliquer de façon aléatoire et à n'importe qui puisque l'Etat tunisien s'est empressé d'entamer un processus basé sur la criminalisation et la sanction des producteurs et des commerçants au lieu de régulariser et réglementer les défaillances du système. 

Deux descentes réalisées par la police et les équipes du ministère du Commerce sont même devenues célèbres sur les réseaux sociaux et dans les médias en raison du scandale qu'elles avaient provoqué. Elles ont démontré l'inefficacité et la défaillance du décret présidentiel. Le premier incident a eu lieu dans les entrepôts du groupe Diari et Spiga où sont stockées des quantités de blé qui ne répondent pas aux standards internationaux et ne peuvent, de ce fait, être exportées. Ces produits ont été confisqués sous prétexte d'être stockés à des fins de spéculation. Le syndicat du groupe a, d’ailleurs, exigé de l’Etat des excuses officielles. Le deuxième incident a eu lieu dans l’entrepôt d’une usine de fabrication d’huile végétale à Sfax. Son propriétaire a été accusé à tort de spéculation alors que les quantités d’huile stockées devaient être distribuées à des clients, selon l’avocat de l’entreprise.

 

L'ensemble de ces éléments couplés aux multiples accusations lancées par le président envers les hommes d'affaires et les industriels ont conduit à une véritable paralysie des chaînes de productions et de distribution. Face à cette approche excessivement agressive et mettant tout le monde dans le même sac, les producteurs, agriculteurs et intermédiaires se montrent de plus en plus réticents. On évite de stocker des marchandises ou de les transporter. Ceci a été observé au niveau de la production de pommes de terre. Les propriétaires de centres de refroidissement ont refusé d'entreposer cette marchandise de peur de faire l'objet d'une descente présidentielle et de voir leurs cadenas fracassés à coup de pied-de-biche. Les agriculteurs se sont, donc, retrouvés dans l'obligation d'opter pour le stockage traditionnel de leur produit. Cette situation a conduit à la perte de 30% de la production nationale. 

Dans une déclaration accordée le 24 août 2022 à Assabah, le secrétaire général de la Fédération nationale des producteurs de plants de pommes de terre, Mohamed Berrhouma a indiqué que le reste de la production nationale couvrira nos besoins jusqu'à septembre prochain seulement. Il a affirmé que la Tunisie devra faire face à une grande pénurie de pommes de terre.

 

Ainsi, à chacune de ses tentatives d'intimidation des spéculateurs et de lutte contre les monopoles, Kaïs Saïed a complètement raté le coche. Il s'est injustement attaqué à des commerçants en situation régulière. Au lieu de lutter contre les pénuries, il en provoque plusieurs. Il a mis en place une loi assez défaillante copiée sur nos voisins algériens et ne s'est pas soucié des conséquences de cet acte. 

La situation économique du pays a empiré durant cette année de façon assez surprenante et rapide. La peur des producteurs provoquée par l'attitude du pouvoir en place n'a pas arrangé les choses. De plus, l'instabilité politique durant les dernières années et l'incapacité du gouvernement Bouden à trouver un terrain d'entente avec l'UGTT bloquent complètement la production et la création de richesse. L'incapacité de certains ministres à suivre le rythme et à opérer un véritable changement a accentué la crise actuelle et la question des réformes structurelles et institutionnelles est devenue de plus en plus urgente. 

Le malheureux concours de circonstances regroupant inflation internationale et conflit russo-ukrainien, rapproche, aussi, la Tunisie du bord du gouffre. Les pénuries et problèmes d’approvisionnement se poursuivront en raison de l'absence de ressources financières. Le pays nage en eaux troubles et l'incertitude est devenue notre quotidien. A chaque réveil, à chaque matinée, on se lève pour découvrir la disparition d'un nouveau produit des étagères des supermarchés ou le rationnement opéré sur un autre.

 

Sofiene Ghoubantini

25/08/2022 | 13:30
9 min
Suivez-nous
Commentaires
Bbaya
Achaab Yourid
a posté le 26-08-2022 à 11:17
Celui qui a voté pour ce slogan n'est qu'un tunisie de simple esprit qui croient encore à Ali baba et populisme dans 21ème siècle! Cela est la conséquence d'une grande partie de la population "johel"

Maintenant un an après, Aachab yourid : Farine, sucre, eau, essence, café, fruits abordables, .... bientôt vos économies dans les banques ...
Fares
La faillite des banques
a posté le à 11:58
"bientôt vos économies dans les banques ..."

Très bientôt on vous refusera de retirer vos économies des banques, si elles sont encore là.

Mabrouk la constitution, l'avenir avec Kaisollah sera radieux.

Il a perdu plus d'un an à réaliser ses fantasmes au frais des contribuables. Il rendra des comptes un jour.
Bbaya
Non pas la faillite des banques mais de l'état
a posté le à 23:47
Les banques font des bénéfices pour l'instant mais quand l'?tat fait faillite elle ramasse tout l'argent dans les banques avec la force s'il le faut (sous prétexte l'intérêt sperme de l'?tat), après il va falloir attendre une dizaine d'année pourque l'?tat s'en sort et commence à rendre l'argent aux banques (entre temps ces banques font faillite aussi), ensuite il faut une 2ème dizaine d'années pourque les banques s'en sort! Puis arrive une 3ème dizaine pour rendre l'argent selon le tour aux citoyens (hetha s'il est encore vivant! )

Le liban est entrain de vivre ce scénario !
Nephentes
Malgré tout , saluer le courage de Mr SAED
a posté le 26-08-2022 à 09:42
On peut légitimement etre tres critique vis a vis de l'action de Mr Saed

Mais il faut saluer malgré tout son combat son courage et son intégrité.

A cet égard Mr Saed est vraiment digne des plus hautes considérations et il risque réellement sa vie; bien que je désapprouve totalement sa façon de mener notre barcasse je m'incline sincèrement

N'oublions pas que des groupes de sécuritaires mafieux ont ASSASSINE l'épouse de Mr Charfeddinne en voulant l'assassiner lui même, dans son propre domicile. Vous savez ce que c'est vous de voir assassiner votre femme sous vos yeux, de manière lâche et ignoble par vos propres services de sécurité ?


Il faut Mr le Président, nous vous en conjurons :

1 - impliquer directement l'Armée a la gestion technique et administrative des points névralgiques de la gouvernance de cet Etat gangréné jusqu'à la moelle

Douane
Travaux publics et aménagement territorial
Santé
Gestion des marchés publics
Lutte contre le trafic de stupéfiants

2- Instaurer une Loi Martiale pour crimes économiques qui relèvent réellement, dans le cas tunisien, de crimes de Haute Trahison-
Djodjo
Les groupies de kaisoullah
a posté le à 03:36
Faire intervenir l'armée, c'est un gag ? Notre armée n'a de républicaine que le nom, elle a une certaine forme d'appétence pour les dictateurs et ne protège jamais les interêt du peuple qui est pourtant sa vocation, du faire intervenir l'arme c'est juste remplacer une dictature par une autre.

Kaisoullah, un homme intègre, j'ai envie de dire LOL , il a violé toutes les lois qu'il avait juré de respecter.

Le programme de kaisoullah, diviser pour mieux régner.
le dèçu
IL EST TRES URGENT QU'Il repense son staff ET PRATIQUER LA R'?ELLE POLITIQUE
a posté le 26-08-2022 à 08:24
Le parcours du président a été jusqu'ici émaillé de trés nombreuses maldonnes qui portent préjudice à sa crédibilité et surtout porte tord aux intérêts vitaux du pays tant sur les plans intérieurs QU' extérieurs!IL faut impérativement qu'il sorte de son autisme dans lequel semblele maintenir son cercle rapproché..IL LUI REVIENT URGEMMENT DE REVOIR SON STAFF ET LA COMPETENCE DE SES CONSEILLERS!!!l L A FUITE DE PLUS EN PLUS END'?MIQUE DU PAYS DE CITOYENS DE TOUTE CATEGORIE D'AGE ET SOCIALE NE CONSTITUE T_ELLE PAS UNE COTE D'alerte qui devrait le rendre insomniaque et l'obliger à revoir sa politique!!le peuple MANGER A SA FAIM? SE SOIGNER, S'EDUQUER POUR CELA IL FAUT LUI CREER DES EMPLOIS ET L'obliger aTRAVAILLER ET CREER DES RICHESSES POUR PRESERVER SA DIGNITE.QUE NOS SOMMES EN PHASE DE LA PERDRE CAR VIVANT D'AUMONEs et de CREDITS
JeNeVeuxPlusPayerPourToutCa
Incompétence contagieuse
a posté le 26-08-2022 à 08:05
Savez-vous quel est le pire de l'incompétence, c'est de s'entourer d'encore plus incompétent que soi. Tous les échecs cités ne proviennent que d'un manque flagrant de connaissance et de préparation de toute l'équipe qui entoure notre messie. Tant que les Knatria auront pignon sur rue, tout ceci n'est qu'une arnaque pour les minables tunisiens que nous sommes. Allez arrêter les toyota vendeurs d'essence qui s'installent dans tous les centres-villes de nos régions, allez arrêter les toyota vendeurs de légumes sur l'autoroute, allez arrêter les changeurs Elli Ymarouhou avec des billets d'Euros dans les rues de Ras-ejdir, allez arrêter les vendeurs de coffre-fort (d'ailleurs qui a encore besoin d'un coffre-fort, à part les knatria eux-mêmes), allez arrêter toute l'économie parallèle visible.
Je ne veux plus payer pour tout ca, de toute façon le coffre-fort est vide.
Nephentes
Agir par l exemple
a posté le 26-08-2022 à 07:24
Une seule solution et une seule est encore possible

le deploiement de l Armee au niveau des zones operationnelles de corruption

la corruption est avant tout un reseau; soit

Mais prenons l 'exemple du port de Rades qui est un des principaux foyers de purulence

l 'Armee tunisienne possede toutes les competences necessaires pour administrer de A a Z le port de Rades

une telle initiative qui demande un peu de sens de la responsabilite sera a dupliquer et permettra des avancees rapides dans la lutte contre la contrebande et la corruption

Soit disant lutte qui commence clairement tourner a la comedie grotesque
R.T.
Devenir president ne suffit pas d'être honnête
a posté le 26-08-2022 à 02:42
Il ne faut pas être étonné de notre president car ça lui manque l'experience politique qui est primordiale pour présider un pays . Le "ACHAAB YOURID" donc voilà ce qu'il YOURID ? Tant qu'on a pas mis nos pieds sur terre et faire tout dans les règles de l'art sans faux pas et faux calcules ; nous resterons toujours au point ZERO !!!!
VIO
Darit IlEyèm M. 3adli Mansur Ettounsi (Kaisoullah)
a posté le 25-08-2022 à 23:48
3adli Mansur Ettounsi (Kaisoullah) oufat Flousou, son role est fini et très bientôt apparaitra notre Issisi Ettounsi ..

Mabrouk 3linè Sissinè Elmountathar ! Alors chantons bientôt ensemble fi Elwatania Ya7ia El3askar : tala3a Elbadrou 3leinè..
Djodjo
Photo pertinente
a posté le 25-08-2022 à 19:15
Je trouve que la photo est pertinente, on dirait un type hors sol, il espère trouver quoi sur le paquet de farine? Ce boulot de dictateur est trop lourd pour un type qui a de toutes petites épaules
AMMAR BEZZOUIR
Apprentissage des tunisiens?
a posté le 25-08-2022 à 18:33
Je ne crois pas à l'effet d'apprentissage. Ils n'apprennent rien, même s'ils se font matraquer pendant des années. S'ils apprenaient quelque chose, nous n'aurions pas de telles situations ni de tels politiciens.
Cet automne, on s'attend à des pillages : oui
mais révoltes : jamais
TRE
Rabbi Yoster !
a posté le 25-08-2022 à 18:19
..Vous ne pouvez pas manger autant que vous devez vomir..++++++++++++++
VIO
Les Tunisiens et leur dictateur..
a posté le 25-08-2022 à 18:12
Recemment, Kaisoullah a décidé qu'il fallait pendre certains tunisiens.
Les personnes concernées ont pris la précaution de demander : "Monsieur le Président, devons-nous aussi apporter la corde et le savon ?"
Djodjo
Excellent
a posté le à 19:08
J'ai adorée ce commentaire, vous avez égayé ma soirée.
R.T.
Ces ballons d'essai doivent finir !
a posté le 25-08-2022 à 18:04
C'est dommage que nous avons des gens cracks et sages qui savent très bien gérer le pays ; mais le destin nous a imposé des gens amateurs et malhonnêtes pour foutre le désordre et la pauvreté dans les tunisiens . Au secours !
Zouari Mohamed
Contre attaque
a posté le 25-08-2022 à 18:01
Ce nom célèbre par l'origine et la richesse hors borne..était à l'origine pieds nus en prenant son premier ticket de train pour la la capitale. Pour intérêts propres est revenu fermant défenseur des ..............normal qu'il suit de près les soi-disant faux pas d'un président élu à la majorité des laissé pour compte et qui représentent 90% de la population activé exploités par les 10% restant..et qui bloquent tout développement durablement viable pour l'ensemble. ..Heureusement les dès sont jetés pour mettre fin à leurs explications abusives..et cela grâce à un providentiel don de Dieu.....KAIS. ..SEIF...... les bon plats se mangent à ......le train de développement du pays avancé sûrement. .........malgré. .. aboiements derrières des chiens sauvages. ....WAIT AND SEE..M
Djodjo
Problème avec ton correcteur
a posté le à 20:12
On comprend rien à ce qui est écrit, ton correcteur est en panne, y'a que la fin du texte qui est clair, alors pour te répondre : on a attendu et on a rien vu.
Abidi
L'effet
a posté le 25-08-2022 à 17:39
Mr tu ne connais pas l'effet il vaut mieux que tu te tais ,je suis polis
KEVIN
Hors Sujet
a posté le 25-08-2022 à 17:06
KS est hors sujet et hors des temps modernes. Je n'arrive jamais a comprendre comment on a pu mettre une personne aussi catastrophique a Carthage. Il n'a aucune compétence ni politique ni économique ni sociale d'ailleurs il n'a aucune vision. Le seul outil auquel il cri haut et fort sur tout les toits est cette fameuse constitution qui d'ailleurs n'a ni tête ni queue. Bref, il faut que le tunisien mette terme a cette mascarade et aux prochaines élections choisit des personnes qui représentent bien le décollage de notre Tunisie. Tahya Tounes.
Nephentes
Hors sujet.Il est hors sujet.
a posté le 25-08-2022 à 15:49
Et quand on est président de la République on n'a pas le droit d'être hors sujet sur des questions aussi cruciales.

Monsieur Saed vous ne savez pratiquement rien d'utile au redressement des bases d'une économie moribonde et de l'endiguement de la spirale de la faim qui concerne plus de la moitié de la population;

Rien sur les mécanismes abjects de détournement de l'argent public rien sur l'implication directe de vos fonctionnaires dans le trafic de stupéfiants dans le blanchiment massif de capitaux internationaux illicites dans l'enfouissement clandestins de déchets hospitaliers en provenance de l'Europe dans les véritables circuits de spéculation des produits de première nécessité

Et pourtant vous avez la responsabilité directe du sort et de la santé de ces 4 millions de nécessiteux auxquels en fin de compte vous n'avez comme réponse que la violence d'Etat et le sang versé

l'Histoire vous juge d'ores et déjà mais vous ne comprenez rien car vous êtes hors sujet
Corto
Karakouzeries zakafounniennes
a posté le 25-08-2022 à 15:45
Il inspecte comme il a enseigné le droit : du vent. Il est comme des prédécesseurs, les khwanjias, avec lesquels il partage la même doctrine : il vent du vent aux flûtes.
Forza
Et oui c'est ce qu'on appelle populisme
a posté le 25-08-2022 à 15:24
Les populistes une fois au pouvoir, échouent et doivent quitter la scène.
Houcine
Une démonstration ?
a posté le 25-08-2022 à 14:54
Ce qui a l'air d'une démonstration se révèle juste une copie à charge.
Parce qu'il y manque l'essentiel, à savoir pourquoi on en est là, et il ne suffit pas de désigner le Président pour y répondre, et qui est au fondement de cette épidémie. Parce que c'est le nom qui lui convient.
Plus précisément, vous reprochez au Président de fouiner là où ça pêche sans parvenir à rétablir les choses.
Vous aurez pu vous interroger sur les responsabilités des uns et des autres, et par une enquête montrer l'ineptie ou la justesse de cette quête du Président.
Les monopoles, les trafics, les fiefs sous contrôle, cela existe.
Et ce ne serait pas une découverte, mais une mise au jour avec faits à l'appui.
Mais, il est plus commode d'en rendre responsable celui qui voudrait y mettre un terme ou à défaut en réduire la nuisibilté.
Acmon tour d'émettre une considération générale, mais démontrable, si ce pays est tombé, oui tombé, entre les mains de voleurs, de prêcheurs, de faux-jetons et en a subi la vindicte une décennie durant, c'est bien parce que le terrain s'y prêtait.
Il ne manquait pas de voyous, de trafiquants disposés à se vendre, d'indics et supplétifs, et c'est là que réside "le mal tunisien".
Pour le dire en un mot, n'est pas responsable d'un mal celui qui recherche à soigner le patient.
Djodjo
Kaisoullah chirurgien
a posté le à 15:39
« Pour le dire en un mot, n'est pas responsable du mal celui qui cherche à soigner le patient » c'est la fin de ton texte, d'accord, mais si le chirurgien est incapable de soigner le mal, il doit laisser la place à plus compétent que lui. Le risque s'il ne le fait pas c'est d'achever le patient.
Houcine
TOI, tu sembles savoir.
a posté le à 17:21
En revanche, moi je sais une seule chose qui me paraît décisive à ce propos, c'est le civisme.
Vous ne cessez de trouver aveugle l'autre, et vous oubliez que vous participez de cet aveuglement.
Ce pays est infecté de mauvais esprit, d'envie, de veulerie, et ne peut se sauver de ses tares que par lui-même.
Alors, mouille la, chemise, et va prendre une place décisionnelle pour redresser la barre.
Ou soigner les maux, puisque tu trouves l'autre incompétent.
Djodjo
Oui mais encore
a posté le à 15:35
On sait tous que les spéculateurs, mafieux voleurs voyous etc'?'. Font du tort au pays, mais le journaliste dit à juste titre que kaisoullah n'est pas l'homme qui peut mettre fin à tout ça et redresser le pays par la même occasion., il est trop limité, pas de charisme, pas d'intelligence, pas de culture etc'?' bref juste de bon à gérer un amphithéâtre, pas un pays.
Houcine
Oui, mais pas encore ?
a posté le à 18:05
La gangrène des corruptions est aussi tenace que la bêtise.
Ainsi, l'Italie dut faire montre d'une volonté politique, mobiliser une "armée" d'enquêteurs, et charger un ou quelques magistrats courageux, citoyens, qui malgré les services de sécurité mis à disposition, l'ont payé de leur vie.
Ici, pas un magistrat ne prendrait ce rusqye, sinon, il m'aurait fait face à ce que tu appelles
"tout le monde le sait".
Donc, ne fanfaronne pas, et va faire mieux, ou monyre-nous cet homme ou cette femme parés de toutes les vertus, "scientifique" comme vous aimez fabuler, et nous serons sauvés.
C'est pour cela que je te revoie le civisme, le sens du commun, de l'intérêt général, la citoyenneté, absents de vis lexiques et de vos coutumes.
Alors, l'homme qui sait que l'autre "n'est pas compétent" fais-nous des prodiges et nous te suivrons.
Le pays ne s'en sortira que s'il mobilise ses énergies positives.
S'il en reste après le massacre organisé par ceux qui, au fond, n'ont jalis eu face à eux ce "courage" exhibé depuis que la donne a changé.
En ce temps-là, la trouille faisait des ravages.
Fazzainy
Djodjo a disparu
a posté le à 10:32
Eh bah alors? Djodjo, ou es-tu? T'es mort ou...mort? T'arrives pas à suivre, fanfaron de bouffon?
URMAX
... il y a autre chose ...
a posté le 25-08-2022 à 14:02
Le bétonnage sauvage de nos terres agricoles.
...
Que ce soit les alentours de Gabes, Sfax, Mahdia, Monastir, Sousse, ou les oliveraies et vergers de grenadiers, font place a l'extention urbaine, ou encore la plaine de la Soukra qui, entre 1970 alors pleine de verger et qui fournissait tous les besoins du grand Tunis, est actuellement pleine de béton.
...
Probleme, le béton ne se cultive pas.
...
Le circuit d'affamement est - en fait - cette fievre maladive de construction (anarchique, en grande partie) et de bétonnage des sols agricoles.
Scorpio
Hamir Taquduhom Himar ....... faite payer les riches ........................
a posté le 25-08-2022 à 14:01
ce despote absolu, incompétent, ne sait rien à l'économie.
a t-il jamais entendu parler des ... signes extérieurs de richesse.
saisissez ces belles voitures importées, ces belles villas, ces salles de bain plaquées or ....
si le propriétaire ne paie ni impots ni zaqat, ce qui est souvent le cas.
NO PASARAN !!
Djodjo
Pas un politique, c'est un manipulateur
a posté le 25-08-2022 à 13:58
Ce type n'est rien d'autre qu'un intrigant qui s'imagine pouvoir rentrer ds l'histoire alors qu'il n'en a pas le charisme, d'ailleurs a par lancer des accusations (diffamations) sur les uns et les autres, il propose quoi. On connais tous ce genre de profil qui passes leurs temps à créer des conflits en diffamant pour mieux se positionner.

Quelle politique d'investissement a t'il prévu pour le futur ? quelle politique économique nous propose t'il ? pour la politique de l'enseignement de nos enfants, il propose quoi ? Quelle politique a t'il en poche pour faire reculer le chômage ? bref que propose t'il concrètement pour que le pays aille mieux ? Rien, comme tout intriguant, l'essentiel pour lui c'est de garder ses privilèges.
Justice justice
Silence radio
a posté le 25-08-2022 à 13:51
Vous remarquerez que pour un sujet aussi grave on ne lit aucun commentaire......