alexametrics
lundi 24 juin 2024
Heure de Tunis : 01:16
A la Une
Fatma Mseddi, la politique du mensonge pour exister publiquement
30/05/2024 | 12:20
4 min
Fatma Mseddi, la politique du mensonge pour exister publiquement

 

Défenseure acharnée du régime, promotrice de la ligne la plus dure, la députée controversée Fatma Mseddi fait l’objet d’une demande de levée d’immunité parlementaire, suite à une plainte déposée par Farouk Bouasker, lui aussi considéré (à tort ou à raison) comme membre à part entière du régime.

 

Parmi les figures les plus zélées du régime de Kaïs Saïed, Fatma Mseddi occupe une place de choix. Elle est toujours là pour défendre le président de la République et ses décisions, elle est souvent aux premiers rangs pour attaquer l’opposition, y compris la plus conciliante.

Pour elle, Kaïs Saïed est le sauveur de la Tunisie et elle aimerait carrément qu’il soit plus dictateur, comme elle l’a dit en janvier dernier au micro de Khouloud Mabrouk sur IFM.

Elle refuse de toucher au décret 54 liberticide, en vertu duquel des dizaines de journalistes et opposants au régime croupissent actuellement en prison, et fait tout pour qu’il ne soit pas amendé tout de suite, comme le réclament la société civile, les médias et l’opposition. « Il sera amendé après l’élection présidentielle », disait-elle il y a à peine quinze jours, estimant que ce décret a assaini le climat politique lors de la campagne électorale des législatives et réduit les rumeurs.

Elle a parlé un peu vite, car c’est elle-même qui annonce mercredi 29 mai 2024 faire l’objet d’une demande de levée d’immunité parlementaire, suite à une plainte déposée par Farouk Bouasker, président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) en vertu de ce décret 54. « Tel est pris celui qui croyait prendre ».

 

Les poursuites engagées contre Fatma Mseddi ont tout de suite fait le tour des réseaux sociaux et des médias, la catapultant à la une de l’actualité du jour. C’est peut-être l’objectif recherché de la dame, un peu comme pour dire « voilà, moi-même je ne suis pas à l’abri, je suis poursuivie comme les opposants par ce décret 54 ».

Sauf qu’il y aurait un gros mensonge, formulé par Mme Mseddi et repris tel quel par l’ensemble des médias.

C’est vrai que Farouk Bouasker a déposé plainte contre elle, mais celle-ci date d’août 2022, bien avant la promulgation du décret 54 qui date de septembre 2022. N’étant pas rétroactif, en aucun cas la députée n’aurait pu être poursuivie en vertu du décret 54. Juridiquement et techniquement, c’est impossible.

En jouant publiquement la victime poursuivie par le biais d’un décret liberticide, Fatma Mseddi fait l’intéressante et cherche à se faire de la publicité pour occuper l’espace médiatique.

D’après nos informations, la députée serait poursuivie en vertu du code électoral, et ce pour avoir dit que la que la composition de l’Isie était illégale.

« On cherche à me faire taire », s’est-elle exclamée jeudi 30 mai au micro de Khaled Abidi sur IFM.

La dame ne fait que se victimiser, afin de se faire une place, car M. Bouasker ne la cible nullement personnellement.

En cet été 2022, M. Bouasker a déposé des plaintes contre tout le monde, opposants, journalistes et partisans du régime. Il a vraiment tiré sur tous ceux qui s’en prenaient à son organisation, jusqu’à ses propres collègues, dont notamment Sami Ben Slama qui a eu la part du lion en matière de plaintes déposées par le président de l’Isie.

Estimant que ses propos étaient mensongers, Farouk Bouasker a déposé plainte contre elle, comme il l’a fait avec des dizaines d’autres acteurs et observateurs de la vie politique.

Qu’elle dise aujourd’hui qu’on chercherait à la faire taire et qu’elle est poursuivie en vertu du décret 54, est un double mensonge. Personne ne cherche à faire taire aujourd’hui Mme Mseddi, puisque la plainte remonte à près de deux ans. Il fallait bien qu’elle remonte à la surface un jour ou l’autre, la justice nous a toujours habitués à prendre tout son temps et ce timing de deux ans est très fréquent et habituel.

 

À vrai dire, Fatma Mseddi est une habituée des déclarations controversées et polémiques. Elle peine à imposer le respect et elle est davantage considérée comme opportuniste ayant retourné sa veste au gré du vent qu’une véritable défenseure sincère du régime de Kaïs Saïed. Elle ressemble plutôt à Wafa Chedly et Néjib Dziri (qui ont fait le tour des partis avant d’atterrir dans le giron de Saïed) qu’à des Ridha Lénine ou Ahmed Chaftar qui font partie de l’entourage de la première heure du président de la République.

Avant de devenir partisane zélée du régime Kaïs Saïed, Fatma Mseddi a longuement milité au sein de Nidaa Tounes qui a fait d’elle une députée. Sentant le navire tanguer, elle a quitté opportunément Nidaa pour atterrir chez Abdelkarim Zbidi, lors de sa campagne électorale pour la présidentielle de 2019. Aujourd’hui, elle est aux premières lignes aux côtés des partisans opportunistes et zélés du pouvoir, pour dénigrer la « décennie noire » à laquelle elle a bel et bien appartenu.

Elle crie sur tous les toits vouloir un climat politique sain et une Tunisie nouvelle, or elle représente à merveille le climat politique pollué et la Tunisie ancienne. La Tunisie des laudateurs, du tabbel et du zaccar.

 

Raouf Ben Hédi

30/05/2024 | 12:20
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Mohamed Obey
L'article a pour objectif de tternir la réputation de Fatma Mseddi, et rien de plus!
a posté le 01-06-2024 à 10:47
Dans le présent article, l'auteur a mobilisé& toutes ses ressources lexicales, historiques, rhétoriques, juste pour faire apparaître la personne de madame Fatma Mseddi dans l'image d'un monstre. Je pense qu'elle est citoyenne sincère et patriotique _ sans être infaillible....
Hamza Nouira
Et bien...
a posté le 30-05-2024 à 18:45
Cette femme est une abomination qui fait honte à toutes les Tunisiennes. J'espère qu'un jour elle fera face à la justice.
Latifa
***
a posté le 30-05-2024 à 16:34
Elle est tout simplement une *** bienvenue à mediocristan. Elle ne mérite pas que j'écrive même pas un mot sur cette inconnue.
Citoyenne
Une marmite vide qui fait bc de bruit
a posté le 30-05-2024 à 16:27
Le dictons semble fait pour elle, vide, plate, arrogante, "l'arrogance de l'ignorance" comme dit le penseur
Chelbi
C'est tout?
a posté le 30-05-2024 à 15:57
Je trouve le ton de l'article quand meme doux et gentil a l'encontre de cette ***. Dire qu'elle est simplement opportuniste et cherche à une place dans les premiers rangs serait un compliment comparativement à son vrai agenda et ses idées fascisantes.

Fatma Mseddi est une figure du secte « fasco-laïciste » qui se croit en mission sacrée pour imposer le fondamentalisme laïciste et écraser tous les obstacles qui entravent à ce processus en commençant par sa bête noire « les islamistes ». Pour elle, la fin justifie les moyens y compris la violence d'où d'ailleurs sa déclaration que KS n'est pas assez dictateur.

Je me trouve seul parfois à pointer du doigt ce courant auquel appartient Mseddi malgré le fait qu'il joue à visage découvert maintenant surtout après le maudit 25/7. Juste a écouter quelques interventions sur les antennes, les publications facebook ou meme quelques commentaires sur ce site pour se rendre compte qu'on est devant un phénomène incontrôlable qui risque de noyer le pays dans drames interminables.
elfribo
Deja Vu
a posté le 30-05-2024 à 15:16
Cette dame est decidee a rester visible, elle a adopte le slogan: parlez bien de moi ou parlez mal, pourvu qu'on parle de moi.
Hannibal
La roue tourne
a posté le 30-05-2024 à 14:56
L'arroseuse arrosé
Saga
Nidation est la cause de tous nos malheurs
a posté le 30-05-2024 à 14:39
J'ajoute que toute la mauvaise graine de nidaa a basculé côté zbidi ou côté karoui
FALLAG
Encore une fois
a posté le 30-05-2024 à 13:52
Un poisson rouge tourne moin en rond dans son bocal que cette députée.
Citoyen_H
ET BIEN ENTENDU
a posté le 30-05-2024 à 13:36
toutes les forces obscures en place, se liguent contre Mme Mseddi, sachant bien que si d'autres sources d'argent sales alimentant les vendus, les r'khass, les traitres et tout le toutim des imposteurs, venaient à être démantelées, ce sera un coup très rude pour tous ceux qui glandouillent depuis le 25 juillet béni, l'an de grâce 2021, tout en menant à ce jour, un train de vie fastueux.
Allez-y, Mme Mseddi, qu'on en finisse, une fois pour toutes, avec ces parasites stériles et improductifs.
Que la bête meurt !!!


The Mirror
Fatma Mseddi, le patriotisme au féminin
a posté le 30-05-2024 à 12:53
La députée Fatma Mseddi s'occupe en ce moment d'un sujet qui va faire tomber plusieurs têtes corrompues, elle projette de revoir le texte de création des Associations.

Ces boutiques (je parle des associations) à pognon sale sont dans leur totalité corrompues et bourrées d'argent venant de l'étranger.

Fatma Mseddi sortira tête haute de ce contre-temps et elle fera débarrasser la Tunisie de toutes ces associations fantoches, créées par les khouanjia.