alexametrics
samedi 27 novembre 2021
Heure de Tunis : 16:27
Dernières news
Création d’un Front pour le référendum
28/06/2021 | 11:22
1 min
Création d’un Front pour le référendum

 

La création d’un Front pour le référendum a été annoncée, lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 28 juin 2021.

 

Le Front réunit de nombreuses associations, mouvements et personnalités politiques et publiques à l’instar de Mohsen Marzouk, Sahbi Ben Fredj, Chaouki Tabib et Saïd Aïdi. Le collectif Soumoud fait également partie des promoteurs de ce projet.

 

Le Front estime que le sauvetage du pays doit nécessairement passer par le changement du système politique et l’amendement du code électoral à travers un référendum. Il a souligné qu’il est ouvert à tous les citoyens, politiques, partis, organismes et à la société civile pour que soit rendu le choix au peuple de décider de son destin.

 

 

M.B.Z

28/06/2021 | 11:22
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
Il n'y a pas plus fort et plus solide Front démocratique, que les résultats des urnes électorales périodiques.
a posté le 28-06-2021 à 20:18
La politique dans les vraies démocraties de ce monde, a horreur des méthodes sandwichs, d'usage répandu dans les dictatures. Les urnes démocratiques décident et eux, ils serpentent entre les résultats, pour revenir par leurs méthodes mafieusement financées et médiatiquement soutenues, par toutes les forces antidémocratiques.
Qui ne connaît pas cette ruse des dictateurs, lorsqu'ils prétendent vouloir se désister de la présidence de la République, puis ils font mobiliser leurs machineries de pions, pour manifester dans les rues et par le biais de leurs médias, appelant le dictateur à ne pas démissionner. Et comme par "miracle", le dictateur se "plie à la volonté du peuple"!!!
Qui a oublié les appels à la candidature de Ben Ali, aux élections de 2014, et comment Ben Ali faisait semblant de ne pas en vouloir?
Ce sont toujours les mêmes méthodes antidémocratiques d'attrape-nigauds, qui sont toujours utilisées par les mêmes pions de la faillite politique en Tunisie, de l'espèce de Mohsen Marzouk, de Sahbi Ben Fredj et de Saïd Aïdi, qui veulent réussir ce qu'ils ont perdu par les élections démocratiques.
Au lieu que ces comiques appellent d'abord à la création de la Cour constitutionnelle, pilier essentiel pour la moindre possibilité de tenir n'importe quelle sorte de référendum, ils appellent d'abord au retour de la dictature à la présidence de la République de notre deuxième République au palais de Carthage, tant que l'état de santé du président Kaïs Saïed, y joue en leur faveur. Ils ne rêvent encore, que de s'emparer de la scène politique tunisienne par des "nominations presidentielles", comme ils y avaient profité de leur approche du défunt président Beji Caïd Essebsi.
Qui sont Mohsen Marzouk, Saïd Aïdi et Sahbi Ben Fredj sans le défunt président Beji Caïd Essebsi?
Ce sont les mêmes figures de la devise des lâches :"le roi est mort, vive le roi". Des ennemis jurés et grands saboteurs de notre transition démocratique en Tunisie.
Rien ne sera jamais plus possible en Tunisie, sans la création de la Cour constitutionnelle. Le président Kaïs Saïed et ses acolytes putschistes, seront destitués. La démocratie et le sang des Martyrs de la Révolution tunisienne du 14 janvier 2011, vaincront de gré ou de force.
Vive la Tunisie. Vive la Révolution tunisienne.
bbaya
pas possible sans justice constitutionnelle
a posté le 28-06-2021 à 19:22
vous voyez pourquoi je critique ces anarchiques? car ils n'ont pas un cerveau pour penser et imaginer!
et comme on dit wesal serak el beb eddar!

poussez dans le sens d'avoir cette justice! puis nous parlons de référendum! sinon vous disperser l'idée déjà!
ourwa
Front bien bas...
a posté le 28-06-2021 à 18:53
Ce " front" semble bien bas, vu ceux qui le composent :
- Mohsen Marzouk et son machin machrou tounes; cet opportuniste co- fondateur de nidâa tounes, larbin de BCE, lequel était comme cul et chemise avec ghannouchi, n'a plus aucune crédibilité...
- Sahbi Ben Fredj, fondateur d'un parti, " «Wattan Adel», parti qui se présente comme une alternative politique misant surtout sur les jeunes ( cf La Presse), ne manque pas d'air, ex tahya tounes, pro BCE, comme le fut Marzouk, collé par moment à machrou tounes, ne sait plus où donner de la tête...
- Chawki Tabib, avocat, ex directeur de l'INLUCC viré par fakhfakh, devrait comprendre que toute instance dite " indépendante", comme l'INLUCC, n'a d'indépendant que le nom. Depuis sa création, cet inlucc n'a fait preuve que de son incapacité à barrer la route à la corruption qui sévit dans les sphères étatiques et dans la société civile. Sa collaboration avec Mohsen Marzouk et
Sahbi Ben Fredj dans cet appel à référendum laisse songeur, elle nous interroge...
- Saïd Aïdi, le génie de la bande, ex ministre de la formation professionnelle sous la Troïka, ministre de la santé dans le gouvernement de Habib Essid, il n'a rien réalisé de notable ni dans le domaine de la formation professionnelle, au moment où le chômage commence à battre son plein, ni dans celui de la santé quand ce secteur a déjà entamé sa descente en enfer... Il faut quand même lui reconnaitre cet exploit, il a inauguré une clinique privée spécialisée dans la chirurgie esthétique accessible, de part ses prix, aux " patients" étrangers, notamment européens...
- Le Collectif Soumoud , fervent du caractère civil de l'Etat et de la constitution, solidaire avec le PDL, soutien de la procédure du retrait de confiance à ghannouchi en tant que président de l'ARP...n'hésite pas à s'allier à présent avec Mohsen Marzouk, Sahbi Ben Fredj, Chawki Tabib et Saïd Aïdi, opportuniste de la 25e heure, comme lui, pour appeler à l'organisation d'un référendum pour " sauver le pays, changer de système politique et amender le code électoral " . Rien de moins. Que n'auraient-ils pas pensé à lancer cet appel quand ils étaient au pouvoir, ou du moins dans une position politique qui leur permettait d'être plus audible!?...Mystère!...Savent-ils déjà que le résultat d'un référendum, quel qu'il soit, n'a de valeur que consultative ? Ces génies auraient-ils pensé à allier leurs partis respectifs, machrou tounes, Wattan Adel, Chawki Tabib, Saïd Aïdi et Le Collectif Soumoud, ces 3 derniers dans le cadre de 3 nouveaux partis vite constitués et ce au sein d'une immense coalition de 5 partis qui pourraient avoir un poids politique non négligeable et peser ainsi sur le cours des choses? Pourquoi pas, à moins que la confiance entre eux n'est que de façade ( ah bon!)... Leur appel pour un référendum, comme c'est constaté, semble être un appel dans le vent, emporté avant d'être entendu et apprécié, tant il se révèle, malgré eux, comme un chant de cygne à un pas de l'extinction.
CITOYEN
ABIR MOUSSI NE POURRAIT ETRE ECARTER DE CETTE DEMARCHE
a posté le 28-06-2021 à 14:57
Cette idée de référendum est bonne. Elle pourrait déboucher à débloquer la situation politique en Tunisie, Il pourrait faire sauter le verrou qui bloque et empêche le pays d'avancer. Pour avoir une assise démocratique solide les responsables politiques doivent en même temps organiser des élections présidentielles et législatives anticipées. Les islamistes au pouvoir ont échoué, la crise sanitaire s'ajoutant à d'autres crises économiques et sociales a anéanti tout espoir de redressement et d'émancipation. Le régime ibride tunisien est un régime qui permet à la corruption de se développer davantage.
Mike Kim
OUI pour changer le code électoral
a posté le 28-06-2021 à 13:37
Le plus important pour la Tunisie est de changer le code électoral :
Le régime en Tunisie est essentiellement parlementaire, avec des prérogatives limitées à la présidence de la république (défense nationale, diplomatie'?'), prérogatives que KS respecte. C'est un régime moderne et il n'est pas mauvais. Mais il est un peu fragile, voir la 4ème république en France. Il a besoin d'ajustements.
Actuellement, il y a un problème au parlement : des partis plus ou moins représentatifs, pas très honnêtes, font ce qu'ils veulent'?' Et il devient nécessaire et urgent de limiter le rôle des partis dans le fonctionnement de cette assemblée.
Donc, le constat est clair : le scrutin législatif actuel (proportionnelle au plus fort reste) est inadapté.
Autre constat : les électeurs forment, à peu près, une population tripolaire, avec trois pôles antagonistes :
'?' 24 % des électeurs votent à un premier parti et jamais au second,
'?' 16 % des électeurs votent à un deuxième parti et jamais au premier,
'?' Le reste, soit la majorité des électeurs, ne votent jamais à ces deux partis.
Donc une piste vraiment sérieuse serait d'adopter un scrutin plurinominal majoritaire à trois tours aux élections législatives.
De plus, ce mode de scrutin garantit, in fine, au bout du 3ème tour, que les candidats élus soient tous élus par une majorité d'électeurs. Ce qui est un des buts ultimes de toute élection. Et cela permettra de vraiment renouveler l'ARP.
N'importe qui peut faire facilement des simulations et il le constatera aisément.
Tn
Lors de la crise sanitaire, Les crétins.... opportunistes sont toujours là...
a posté le 28-06-2021 à 13:18
L'ordre de priorité des partis politiques et société civile tunisienne...
Ils s'en foutent de la situation pandémique.... aucune action n'est réalisé par ces vils et pleutre lors de cette crise sanitaire...
La Tunisie mérite mieux...
Tunisino
C'est malheureusement vrai!
a posté le à 14:37
C'est malheureusement vrai, ils sont si égoïstes qu'ils ne voient que ce qui leur intéresse, la politique, le reste pour eux ne vaut rien!
Moi
Referundum
a posté le 28-06-2021 à 12:34
J'adhère tout de suite à cette action !
DARK VADOR
Les progressistes, les modernistes, les laïques
a posté le 28-06-2021 à 12:31
Sont les parties les plus bêtes du monde, ils donnent le bâton pour ce faire frappée, ces anciens de nidaa tounes ne veulent pas comprendre qu'ils font parti du problème, ils se prennent pour des messagers envoyé par le bon dieu, ce sont des apprentis politiciens stériles et lâches, ce n est pas un référendum mais plutôt une enquête sur tous le territoire qui est un corrompu qui c est servi dans les caisses de l état
Tunisino
Un fond
a posté le 28-06-2021 à 11:34
Il faut aussi prévoir un fond pour financer le référendum, il n'est pas normal que les tunisiens payent l'incompétence des politiciens.