alexametrics
mercredi 29 juin 2022
Heure de Tunis : 04:02
A la Une
Belaïd et Bouderbala à la commission nationale consultative : réactions de la scène politique
21/05/2022 | 12:42
5 min
Belaïd et Bouderbala à la commission nationale consultative : réactions de la scène politique

 

Le président de la République, Kaïs Saïed, a officialisé, vendredi 20 mai 2022, la création de la commission nationale consultative pour une nouvelle République. Le décret présidentiel publié à l’occasion n’a pas manqué de faire réagir la scène politique. Plusieurs personnalités ont critiqué les noms assignés, notamment la désignation du bâtonnier, Brahim Bouderbala, à la tête comité consultatif des affaires économiques et sociales.

Selon le décret présidentiel paru dans le Jort de vendredi, la commission est répartie en trois structures : un comité consultatif des affaires économiques et sociales composé de représentants de l’UGTT, de l’Utica, de l’Utap, de l’UNFT et de la LTDH, un comité consultatif des affaires juridiques composé des doyens des facultés de droit, des sciences juridiques et politiques et présidé par le membre le plus âgé et un comité du dialogue national composé des membres des deux comités précédents et présidé par le président coordinateur de la commission nationale consultative, le doyen Sadok Belaïd.

 

Elle aura pour mission de présenter – à la demande du président de la République – un projet de constitution pour une nouvelle République dans le respect des principes et objectifs de l’article 22 du décret 117, et des résultats de la consultation nationale, initiée par le locataire de Carthage. 

Un des premiers à réagir à cette annonce a été le député d’Attayar, Hichem Ajbouni. Dans un long statut sur sa page Facebook, il a, entre autres, dénoncé l’exclusion des partis politiques de la composition de ladite commission, d’un représentant du gouvernement en charge des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) et d’un représentant de la Banque centrale de Tunisie (BCT).

Hichem Ajbouni n’a pas hésité à relever – sur un ton ironique – l’absurdité de certaines nominations, celles de Brahim Bouderbala et Sadok Belaïd. Le député s’est appuyé sur la déclaration médiatique du bâtonnier des avocats pour attaquer ce dernier sur son manque de compétences économiques. Me Bouderbala a, rappelons-le, estimé que la gestion des affaires économiques du pays était tâche facile et qu’il était tout à fait capable de s’acquitter de cette mission puisqu’il sait le faire pour ses dépenses personnelles. Pour ce qui est de Sadok Belaïd, Hichem Ajbouni a raillé le savoir-faire du doyen, un spécialiste, selon ses dires, dès qu’il s’agit « de broder une constitution sur mesure ».

L’ancien dirigeant nahdhaoui et avocat islamiste, Samir Dilou, a, lui, qualifié le décret présidentiel de « chef d’œuvre ». Sur un ton sarcastique, il a relevé l’absence d’un comité spécialement conçu pour le gouverneur de Tunis, Kamel Fekih, un des fidèles proches du chef de l’Etat, laissant ainsi entendre que le président de la République a confectionné une commission nationale consultative sur mesure en guise de récompense pour ses plus grands aficionados. 

Abdellatif Mekki, également, ancien dirigeant nahdhaoui et ancien ministre de la Santé converti en « militant politique », s'est laissé emporter par un élan de patriotisme mettant en garde Kaïs Saïed, Brahim Bouderbala, et Sadok Belaïd sur les répercussions de leurs actes. « La Tunisie n’est pas votre propriété privée pour en faire ce que vous entendez », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Réagissant au même sujet, l’ancien ministre des Domaines de l’Etat et avocat, Mabrouk Korchid, a estimé que par son décret le président de la République a définitivement enterré le dialogue national. Selon une publication sur sa page Facebook, le décret 30 n’est qu’un « bouche-prétexte ».

Le dirigeant du Collectif « Citoyens contre le coup d’Etat », Jaouhar Ben M’Barek, n’a pas hésité, pour sa part, à rabaisser au plus bas le bâtonnier des avocats et le doyen Sadok Belaïd. En référence au manque d’expérience de Brahim Bouderbala en termes de gestion économique, il a affirmé que la seule expertise dont ce dernier jouissait était son « avarice ». Il a, également, critiqué le doyen Belaïd sur son âge notant : « Le monsieur qui va rédiger la constitution de la génération de la 5G est né avant la découverte de la télé et dans sa jeunesse, le transistor était la plus grande technologie ».

L’ancien ministre de l'Éducation, Salem Labiadh, a, de son côté, critiqué la désignation de Sadok Belaïd en tant que président coordinateur de la commission nationale consultative rappelant que celui-ci – âgé de plus de 90 ans – n’avait pas réussi en 2011 à gagner la confiance du peuple tunisien et n’avait collecté lors des élections que quelques 4.391 voix. Indigné de l’exclusion des partis politiques, il a appelé ceux-ci à manifester clairement leur opposition au projet de Kaïs Saïed ou fermer définitivement leurs locaux. « Il n’y a plus de juste-milieu pour les partis politiques ; ou l’opposition ou la mort (…) même la fourmi défend son nid ! », a-t-il écrit.

Le député nahdhaoui, Noureddine Bhiri, a, lui – semble-t-il – oublié l’adage « charité bien ordonnée commence par soi-même ». Commentant l’annonce de Kaïs Saïed, il a critiqué la nomination de Brahim Bouderbala et Sadok Belaïd à la commission consultative non en remettant en doute leurs compétences, mais à cause de leur âge. « Dans le royaume du putsch, il n’y a pas d’huile de cuisson et il n’y pas de place pour les jeunes et les compétences », a lancé Noureddine Bhiri.

Les partis ayant appuyé la démarche du président de la République depuis le 25 juillet – le mouvement Echâab, entre autres – n’ont, notons-le, toujours pas réagi à la décision de Kaïs Saïed. 

 

Nadya Jennene 
21/05/2022 | 12:42
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Nephentes
On a les idiots que l'on mérite
a posté le 22-05-2022 à 10:19
Nommer Mrs BELAID et BOUDERBELA a la tète d'une instance aussi vitale pour l'avenir de ce pays relève du clownesque. Cela signifie que la raison d'être -officielle-, les objectifs opérationnels ainsi que les moyens mis a disposition de cette commission ne sont pas encore identifies

On improvise, a l'aveuglette, entre copains et nouvelles "amitiés" opportunistes.

L'indigence comme mode de gouvernance :

Mr Saed ignore son ignorance et "gouverne" par l'indigence intellectuelle et matérielle; il est illuminé par l'obscurité de son ignorance et de son infantilisme. Il se veut un berger éclairé et bienveillant; ce n'est qu'un panurge de troisième ordre qui entraine avec lui une horde famélique de moutons galeux vers un marécage sans issue

Il est le pur produit de l'ère benaliste: Luis Borges disait "Les dictatures fomentent l'oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu'elles fomentent l'idiotie."

La dynamique engendrée par Mr Saed et ses vrai-faux supporters consacre l'institutionnalisation de cette idiotie collective.
Abir
Lex choix non innocents de ks
a posté le 22-05-2022 à 09:40
Tout ceux qui ont une bonne relation avec les kwanjias , ks les engage et surtout elfèchilines la preuve bouderbala, bel3id,bou3asker tlili pro kwanjias aussi, ça confirme que ks est un pur kwanji ou un vrai complice ! Moralité : l'oiseau rare des kwanjias et tout ce que se passe entre eux, c'est du cinéma, le temps que cet oiseau s'installera pour du bon ! Voilà le nadhif de quoi est capable pour détruire bledou !Hasbouna allah wa naama elwakil fih wa fi les kwanjias
Momo
El maréchal 3ammar
a posté le 21-05-2022 à 23:38
Ca ne vous rappel pas la célèbre pièce de théatre : el maréchal ! Je vous laisse répartir les autres rôles, mais certains sont évidents : ces deux là me rappellent Hsen oue Hssine, el 3zouza hazha el oued, whia t9oul el 3am 3am saba...
BIEN
Monkeypox : la situation actuelle
a posté le 21-05-2022 à 22:14
Combattant '?' il y a une heure
Monkeypox : la situation actuelle
21/05/2022

Pays : nombre total de cas (cas suspects)

' Espagne : 90 (50)
' Portugal : 34 (11)
' Grande-Bretagne : 21 (0)
' Canada : 26 (21)
' Italie : 3 (0)
' Allemagne : 5 (2)
' Belgique : 3 (0)
' Australie : 2 (0)
' Pays-Bas : 3 (1)
' '?tats-Unis : 2 (0)
' Suisse : 1 (0)
'France : 1 (0)
' Suède : 1 (0)
' Israël : 1 (0)

Total : 193 infections dans 14 pays (dont 85 cas suspects)
https://bnonews.com/monkeypox/
Tunisien
Belle brochette des pseudo politiques
a posté le 21-05-2022 à 22:00
Les commentateurs et intervenants dans le présent article sont soit des idiots de naissance soit des gens de mauvaise foi. Honnêtement j'hésite entre les deux alternatives qui traduisent l'état d'esprit d'une caste qui a brillé par son incompétence et son manque de civisme de de clairvoyance. Ils oublient qu'ils étaient à l'origine de la situation actuelle et leur participation à un quelconque dialogue ou participation à quelque titre que ce soit est on ne peut plus nuisible. J'ose même pas citer leurs noms tellement ils sont répugnants. Leur point commun c'est leur grande gueule pour aboyer sauf que comme l'adage le rappelle "la caravane passe et les slouguis aboient".
EL OUAFI
Est-il acceptable ?
a posté le 21-05-2022 à 21:17
Un commentateur, se permet d'insulter ceux qui ne partagent pas son avis.
Ces gens que ce Monsieur traite sans honneur, nous on se permet de lui renvoyer l'ascenseur. C'est lui-même qui est sans honneur.
Forza
tlaha brouhek
a posté le à 10:18
Ils sont sans honneurs car pour des postes et pour des dinars, ils participent dans la destruction de la constitution et des institutions. Les avocats n'ont pas élu Bouderbala pour qu'il fasse du bindir au putschiste, Belaid lui est un flatteur des dictateurs depuis longtemps. Ceux qui les applaudissent comme toi le sont aussi, attouyourou al amtalioha taqaou.

Tlaha brouhek, tu n'es pas obligé de lire mes commentaires.
Guide de tourisme
Walou
a posté le 21-05-2022 à 19:24
Aux critiques de tous bords et à BN aussi, vous ne méritez que Ben Toumia & Co. C'est votre niveau, votre destin!
Houcine
Un conglomérat de gens brillants?
a posté le 21-05-2022 à 19:00
De ceux qui clament "il ne partira jamais", ce qui donne une idée de leur attachement aux institutions.
Nous avons vécu, ce qui semble leur échapper, une décennie où les gouvernements vivaient en sursis, n'ayant ni le temps pour durer et mettre en place des mesures adéquates, ni le pouvoir réel.
C'était à Montplaisir que se faisaient et défaisaient tous les choix et les nominations.
Et, aussi évident était le constat qu'on devait faire allégeance à Ennahdha pour être nommé et particulièrement pour durer.
Quant aux considérations oiseuses sur l'oubli, ou la mise à l'écart des "jeunes", relève à mon humble avis de la courte vie.
Car, le monde ne se divise pas entre jeunes et vieux, et pour le cas qui nous intéresse il vaut bien mieux considérer la ou les compétences, et l'expérience.
Alors, on me dira que notre bâtonnier en est dépourvu et présente le défaut indélébile d'être "vieux".
Je pense même que ce qui est visé le concernant, c'est plutôt son ralliement au Président.
Cette "tare" aux yeux de certains le disqualifie sans coup férir.
Ce n'est pas que je plairais à ce jeu de bras de fer pour porter la contradiction, mais l'on me concédera que jusqu'à plus ample informé je quête encore ces compétences liées à l'âge, et je peine à identifier ce qui chez cette race en ferait une sorte d'aristocratue de l'intelligence, du savoir et de la compétence.
Je sais, par expérience, que la jeunesse des artères vous donne des ailes, et peut vous porter à vous attribuer toutes sortes de mérites et de qualités, ce qui se comprend vu du point de ceux qui en sont.
'? contrario, on pourrait trouver conseil et recommandations auprès de personnes blanchies sous le harnais, car la vie nous en apprend beaucoup sur nous, sur les autres et sur le monde.
Elle réfrène nos passions et nous épargne des mauvais coups du sort si l'on se garde assez de soi et faisons place à l'autre.
Mais, tout cela va sembler dérisoire à ces messieurs si pressés.
Il n'y a rien contre cet élan.
Continuez à demander la tête de qui dérange vos projets ou bouscule vos calculs.
Je garde l'?il fixé, cependant, sur ce qui rassemble ce pays, l'intérêt général.
Il faut des hommes - au sens générique - pour l'incarner.
Et, ils auront toujours une armée d'intrigants face à eux.
Le Président n'est sans doute le meilleur pour cette place, mais il est le Président.
En principe, et lorsqu'on invoque sans cesse la démocratie, on doit accepter qu'il achève son mandat.
Viendra le moment où vous pourrez le faire "partir".
En attendant, une chose doit nous occuper tous, c'est le souci de l'intérêt du pays, de son peuple.
Et, le respect de ses institutions déjà très malmenées.
C'est ce qui motive mes interventions.
retraité
les partis politiques exclus
a posté le 21-05-2022 à 17:53
les partis politiques qui ont failli à leurs missions et ils ont appauvri le pays et sa population sont exclus ainsi que les partis politiques qui ont récolté moins de 5 % du suffrage lors de la dernière élection législatives de 2019 . s'ils croient qu'ils ont du poids chez la population ils n'ont que faire campagne pour le non et si le non l 'emporte au référendum ils n'ont qu'a faire un autre projet et le présenter à la population par un autre référendum et si le oui l'emporte le président doit l'accepter et qu'on termine avec cette crise politique qui dure depuis 10 ans et tant pis pour le peuple qui a fait un mauvais choix .
Forza
Il utilsie les opportunistes
a posté le 21-05-2022 à 16:52
les flatteurs et les hommes et femmes sans honneur pour continuer sa destruction.
AVERROES
Mme ABIR MOUSSI EST OPTION SERIEUSE POUR UNE ALTERNATIVE DEMOCRATIQUE
a posté le 21-05-2022 à 16:50
Le slogan populiste du locataire de Carthage tourne à la dérision et l'ironie. L'anti islamisme hebdomadaire est devenus aux yeux des citoyens un moment de loisir et de détente attractive. Saied détient tous les leviers de l'état depuis le 25/7/21 il a de ce fait les moyens et les lois existants pour renverser la table et provoquer des élections démocratiques anticipées. Au lieu de suivre cette voie tant attendue il a préféré celle qui mène au despotisme et au pouvoir personnel. son populisme ne fait plus recette, les désespérés d'hier sont devenus les précaires désespérés de demain, nul n'est en capacité de gouverner seul le pays, la démocratie ne se pratique qu'avec ses paramètres et ses principes, tels le dialogue et le pluralisme politique. Les Tunisiens ne veulent plus revivre la sombre décennie qui vient de s'écouler, ils ont tout simplement besoin de respirer et de vivre librement leur histoire .
BAA
Je commence à paniquer quand je vois et entends ces créatures..
a posté le 21-05-2022 à 16:43
Et aujourd´hui , je suis arrivé au point où je me vois comme un singe dans le miroir!

Dieu merci, le Razzi est à la porte !
Tunisino
God save Tunisia!
a posté le 21-05-2022 à 15:51
La Tunisie est entre le marteau du psychopathe Zakafouna et ses soutiens bêtes, et l'enclume du traître Ghannouchi et ses soutiens imbéciles, alors que les pauvres tunisiens, simples et innocents, espèrent que la Tunisie soit épargné et que le marteau se fragmente en cassant l'enclume!
JUDILI58
LIBRE CHOIX
a posté le 21-05-2022 à 15:42
Au-delà des personnes Le Président de la République a choisi une démarche. La "phase d'élaboration" comme il l'a nommée lui appartient. La " phase d'approbation" appartient au vote référendaire. Entre les deux rien ou presque. La responsabilité de ce choix lourd de conséquences incombera exclusivement à son initiateur . La mise en cause de la légitimité du référendum qui se profile, l'instabilité politique et sociale , la réponse autoritariste qui en résulterait, les conflits institutionnels qui naîtront après les élections législatives tout ceci trasformera le 25 juillet 2021 d'une date salvatrice en une date cauchemardesque. Ceci sans avoir besoin d'évoquer la "victoire" du NON qui remettrait en cause toutes les légitimités. Néanmoins tout est fait comme si la "victoire" du OUI ne faisait aucun doute. C'est tout simplement de l'irresponsabilité pour rester poli.
Le sens du devoir devrait amener les partis politiques à préparer d'ores et déjà la campagne du NON en dénonçant le DEFICIT DEMOCRATIQUE que constitue le choix d'annuler ou presque toute campagne du référendum. En attendant la suite.....
Abir
Suite
a posté le 21-05-2022 à 14:40
Ni le criminel ganouchi ni toi ks , vous n'allez pas garder ce pays en otage, ABIR ELWATAN wa elwatanyne ne vous laisseront se réjouir de votre vengeance contre notre pays ! Vive la Tunisie Vive ABIR TOUNES et le PDL Vive tout watani qui défendra son pays contre ces malfaiteurs politiques
Abir
C'est une stratégie de haineux
a posté le 21-05-2022 à 14:33
Le criminels ganouchi a fait la même chose ,il engage que les incompétents et les corrompus pour détruire le pays et ce type ks fait la même chose, ils engage les vieillards les incompétents les opportunistes elmonbat7ine pour les mettre sous ses godas et pour que personne ne lève le petit doigt pour lui signaler ses erreurs ! Ya ks tu as dépassé les lois pour détruire la Tunisie mais on ne peut te dire que ya9wa 3lik Rabi
Bruno
La vérité
a posté le 21-05-2022 à 14:08
Ce que vous présenter ne sont pas des personnalités. Ce sont des personnes ordinaires ,des citoyens tout court. Quand vous dîtes Ajbouni le député,vous m'excuserez mais c'est vraiment ridicule,Dilou l'ancien Nahdhaoui,il l'était et actuellement il n'a aucun statut. Mekki, un infirmier qui en un jour est devenu médecin. Vous appelez ça du journalisme ?
hamadi
à bruno
a posté le à 15:19
bravo, ton commentaire est une GIFLE.
Jilani
BN à de bonnes références
a posté le 21-05-2022 à 14:01
Mekki, dilou, bhiri, l'orchidée, mbarek ... Heureusement qu'il existe encore dans le pays des hommes de la trempe de sadok belaid, Bouderbala, je leur souhaite du bon courage, mais avec cette scène politique dont parle BN et ces médias poub ... Ce n'est pas evident
nazou de la chameliere
Les chaabistes n'ont pas réagi ?
a posté le 21-05-2022 à 13:30
Normal ,ils sont sonné !!!
Mais pour sauver la face ,ils vont bien trouver une parade !!!
Morte de :)))))
The Mirror
Les meilleurs sont aux commandes
a posté le 21-05-2022 à 13:05
Le Président a mis le train en marche, c'est au Doyen Belaid et son équipe d'accomplir leur mission historique.
Le peuple attend, la Tunisie aussi.
Je suis convaincu que Sadok Belaid et son équipe vont réussir en un mois, ce que les charlatans de la merde ANC n'ont pas pu faire en trois ans.