alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 10:51
BN TV
Les agents des péages annoncent une nouvelle grève de trois jours
01/02/2023 | 16:25
1 min
Les agents des péages annoncent une nouvelle grève de trois jours

 

Les agents des péages de Tunisie Autoroutes observent une grève de trois jours sur l’ensemble du territoire tunisien à compter de dimanche 12 février 2023. C’est ce qu’a annoncé le secrétaire général adjoint du Syndicat des agents de Société Tunisie Autoroutes, Chokri Jarrar, mercredi 1er février 2023.  

Dans une déclaration à Mosaïque FM, il a précisé que des sit-in de protestation seraient, également, organisés avant la grève. 

La grève prévue le 12 février serait la deuxième que les agents de Tunisie Autoroutes observent en moins d’un mois. Une première grève a, rappelons-le, été organisée les 30 et 31 janvier 2023. 

 

Cette décision intervient au lendemain de l’arrestation du secrétaire général du syndicat des agents de Tunisie Autoroutes, Anis Kaâbi. Celui-ci a été interpellé dans la soirée de mardi après une visite inopinée du président de la République à la caserne de la Garde nationale d’El Aouina. 

Face à de hauts responsables sécuritaires, le chef de l’État a évoqué la grève des agents des péages de Tunisie Autoroutes et a affirmé « que ceux qui barrent les routes ne peuvent rester dans l’impunité ». 

Anis Kaâbi a été placé en détention et sa garde à vue prolongée, selon Chokri Jarrar. 

 

N.J. 

 

01/02/2023 | 16:25
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Akoubi Ammar
C est le moment pour les affiliés d assainir la centrale de Hached.
a posté le 01-02-2023 à 22:51
L UGTT s est habituée à des cadeaux des gouvernants tunisiens durant les vingt trois années de la dictature de veb Ali et sa maffia puis durant la décennie de la décadence. Les époques de donnant donnant ont coûté très cher à l économie du pays et aux finances publiques et la productivité s est dégradée dans tous les les domaines et surtout dans le secteur public où ses entreprises et établissements ont connu les difficultés, les pertes et le désastre. Les syndicalistes gâtés par une législation conçue sur mesure et d une façon illégale leur permet d être mis à la disposition de la centrale avec la prise en charge de leurs employeurs de l intégralité de leurs salaires, indemnités, primes, avantages en nature et avantages sociaux et en plus d un plan de carrière exceptionnel au cas par cas. Ainsi des milliards sont payés aux frais des contribuables Tunisiens à ces personnes qui installent le banditisme dans les divers services publics sur tout le territoire de la République. L état major national ou régional jouit d un standing mis sur mesure non pas pour améliorer les conditions de travail des salariés et élever leur niveau de vie mais de travailler dans les ateliers du diable nuisant à l économie et à la productivité. Arrêtons la flagornerie et les mensonges qui ne correspondent pas aux réalités. Hached c est le grand leader nationaliste à l international. Il est exceptionnel. Ahmed Tlili, Habib Achour sont de grands leaders incontestables. L UGTT a enfanté aussi de grands syndicalistes dont la liste est certainement longue. Mais il y a des vérités que tout le monde connait, les syndicalistes issus du congrès qui a parachuté Smail Sahbani à la tête de l UGTT sous l ère ben Ali sont incapables en majorité de prouver leur militantisme et leurs compétences en la matière. C est facile d auditer leurs dossiers. Personne ne peut falsifier l histoire.
DHEJ
Taboubi doit enseigner...
a posté le 01-02-2023 à 21:41
A ces disciples ce qu'est grève!
SALIM
SYNDICALISME SAUVAGE OU SYNDICALISME BOVIN EN TUNISIE
a posté le 01-02-2023 à 21:23
J'ai écouté les declarations de ce 'syndicaliste'.Il a menacé d'une greve sauvage par l'abaissement des barrières pour bloquer la circulation.Je me demande ,de quel droit ,les grévistes se permettent d'acceder aux cabines de commande pour bloquer les barriéres.Ils sont en greve,donc ils ne doivent pas acceder aux cabines des stations de péage.

L'état doit appliquer FERMEMENT les articles du code de travail afférant à la réquisition:

ARTICLE 389 du code de travail:
Lorsque la réquisition concerne une entreprise ou l'ensemble du personnel d'une entreprise,la notification peut avoir lieu par voie d'affichage dans l'entreprise concernée ou par les moyens d'information.

ARTICLE 390 du Code de Travail: Quiconque n'aura pas déféré aux mesures de réquisition sera passible d'un emprisonnement d'un mois à un an ET d'une amende de 100 à 500 dinars.

L'état doit préparer le plan B en cas de gréve portant préjudice aux citoyens ou à l'état: appel des retraités ou aux militaire pour maintenir le fonctionnement normal des entreprises publiques.
ALLER
HOP
a posté le 01-02-2023 à 19:08
Virez-les tous et remplacez tous ces crétins par des Tunisiens qui ont la gnaque et qui ont envie de travailler en gagnant honnêtement leur vie et non de nous imposer leur loi à tour de bras, en nous faisant chanter alors qu'ils ne sont que de simples exécutants.
Un pays de bougnoules qui n'a appris qu'à faire grève depuis l'avènement de la révolution des orties.
Un peuple de paresseux et de fainéants, amateurs inconditionnels du tout cuit et des figues de barbaries épluchés.
Kalou le printemps arabe. éttfouh aalihom. Ils nous ont enfoncé dans la merde jusqu'à la pointe des cheveux et se sont barrés à fond la caisse, quand ils s'étaient rendus compte de la tartufferie des enfoirés de la maudite terka.
Bélléhi, citez-moi un pays du quart monde émergent, qui dispose de variétés de syndicats de bons à rien aussi destructeurs que les nôtres.


cavalero
ils font la greve qu'ils ***
a posté le 01-02-2023 à 17:53
c'est ca la liberté d'xpression dan un pays sous développé des citoyens et des syndics qui ne savent pas les limites de leur prérogatives le but c'est de détruire et ne pas construire