alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 09:44
A la Une
Tawfiq Omrane caricature le régime
22/09/2023 | 11:01
6 min
Tawfiq Omrane caricature le régime

 

Et un de plus ! Les poursuites judiciaires et les arrestations de journalistes n’en finissent pas, décidément, avec le régime de Kaïs Saïed. La dernière en date, celle du caricaturiste Tawfiq Omrane, a cependant brillé par un état de confusion total du régime avec des ordres et des contre-ordres en l’espace de quelques heures seulement.

 

Le président de la République a beau crier sur tous les toits qu’il respecte la liberté d’expression, il est bien démenti par les faits. Et il est le tout premier puisqu’il lui arrive de se démentir lui-même.

Jeudi 21 septembre 2013, vers 20h15, les Tunisiens apprennent l’arrestation du caricaturiste Tawfiq Omrane. Un des plus célèbres caricaturistes tunisiens (qui sont loin d’être nombreux) connu pour son ton acide et son crayon acerbe. Connu également pour être un fervent défenseur des droits, de la justice et des libertés.

La nouvelle de son arrestation, qui a eu lieu vers 17 heures à son domicile, a très rapidement fait le tour des réseaux sociaux et provoqué un immense élan de solidarité et de dénonciation de la répression du régime. « Non, pas Tawfiq ! », « La caricature n’est pas un crime », « Nos libertés en danger ». Immédiatement, plusieurs médias privés ont pris le relais pour informer de l’arrestation, tout en attendant de savoir quelles sont ses véritables motifs. Était-ce pour un dessin ou pour un délit qui n’a rien à voir avec la liberté d’expression ? Les médias publics ont, comme à leur habitude, préféré le mutisme complice.

La nouvelle tombe finalement vers 22h15, Tawfiq est bel et bien arrêté pour deux dessins. Des dessins qui tournent en dérision le nouveau chef du gouvernement Ahmed Hachani. Rien de méchant, tout ce qu’il y a de plus classique dans le monde des caricatures. Tawfiq Omrane est connu pour son crayon acerbe, certes, mais il est loin d’être dans les extrêmes et certainement pas dans le vulgaire.

Aussitôt la nouvelle tombée, les internautes changent leurs photos de couverture et leurs photos de profil sur leurs pages Facebook. Idem pour certains médias (dont Business News). Les deux caricatures sont massivement partagées et tout le monde se laisse aller dans la critique de ce régime répressif qui n’aime pas la critique et poursuit les journalistes pour avoir fait leur travail. À ce jour, on compte une bonne vingtaine de journalistes poursuivis pour différents chefs d’accusation ayant tous un point commun, le crime de lèse-majesté.

Coup de théâtre tard la nuit, vers 2 heures, Tawfiq Omrane est libéré ! Une première ! Jamais, ou presque, un détenu est libéré le soir même après une décision de garde à vue. D’habitude, on attend le lendemain, voire deux ou trois jours après sa comparution devant une cour. Dans le cas de Tawfiq, c’est le parquet qui a désavoué le parquet !

 

Ce qui s’est passé a été raconté par l’avocat Ayachi Hammami. « L’arrestation puis la libération de Tawfiq Omrane reflètent l’état de confusion du régime », dit-il vendredi 22 septembre 2023 au micro de Borhane Bssais sur IFM. L’avocat relève, dans la foulée, des aberrations procédurières. Si certaines étaient à l’encontre des intérêts du prévenu, et violant ses droits, d’autres ont conduit à sa libération.

Après son interpellation, le caricaturiste a été interrogé au poste de police de Megrine et obligé de signer le procès-verbal, alors qu’il n’était pas assisté de son avocat. On ne lui a même pas lu ses droits pour lui signifier qu’il avait droit à cette assistance. Ce vice de procédures devrait conduire à l’annulation des poursuites qui peuvent conduire jusqu’à deux ans de prison.

À l’origine de cette procédure, un rapport rédigé par un agent de police zélé qui est tombé sur les deux caricatures et qui a considéré qu’il s’agissait d’une atteinte au président de la République. Visiblement, il ne connait pas le journaliste et sa notoriété et n’a jamais entendu parler de ce qu’est la liberté d’expression.

Après l’interrogatoire et la consultation du parquet, Tawfiq est placé en garde à vue et emmené, menotté, au centre de détention de Bouchoucha. Là où sont emmenés tous les délinquants et criminels en attente de leur traduction devant le ministère public, puis devant une cour en comparution immédiate.

Théoriquement, vu que le poste de police est à Megrine, c’est le parquet près le tribunal de Ben Arous qui a ordonné la garde à vue. Théoriquement, toujours, c’est ce parquet qui a décidé de sa libération. Sauf que cela n’a pas été le cas, comme le relate Me Hammami, puisque c’est le parquet près le tribunal de Tunis qui a décidé de la libération à 2 heures du matin.

« Durant la nuit, l’information a fait le tour des réseaux sociaux. Ceci aurait placé le ministère public dans le doute. Ils ont senti qu’ils avaient commis une grande erreur… Le ministère public est politisé… Il n’y a pas de justice indépendante. Le ministère public manœuvre selon les instructions de la ministre de la Justice », analyse Ayachi Hammami.

Avec ce rétropédalage, Tawfiq Omrane a réussi à caricaturer le régime de Kaïs Saïed. Par ses dessins, il l’a poussé à l’erreur une première fois, avec le déclenchement des poursuites et la garde à vue et à l’erreur une seconde fois en cherchant à corriger la première erreur.

 

Ces balbutiements des parquets reflètent l’état dans lequel est le régime de Kaïs Saïed. Certains veulent la répression, d’autres non. Certains cherchent à éviter la polémique stérile et l’effervescence des réseaux sociaux, d’autres la provoquent. Certains considèrent qu’un dessin ou un article de presse font partie de la liberté d’expression, bien garantie par la constitution, d’autres considèrent tout comme étant un crime de lèse-majesté.

En vérité, le président de la République lui-même ne sait pas ce qu’il veut et dit, parfois, le contraire de ce qu’il fait.

Il a ainsi beau dire respecter la liberté d’expression, cela ne l’empêche pas pour autant de s’immiscer dans le travail des journalistes, notamment ceux de la TV nationale. Il lui est même arrivé, par deux fois en l’espace de trois mois, de critiquer le journal télévisé de 20-Heures et l’ordre des nouvelles.

En dépit de ses appels à la liberté d’expression, c’est lui qui est derrière le décret 54 liberticide qui punit jusqu’à dix ans de prison les intox touchant les fonctionnaires.

Ses ministres, et son ancienne cheffe du gouvernement, ont intenté des procès contre des journalistes, sur la base du décret liberticide, suite à des articles de presse ordinaires, mais critiques à l’encontre de ces ministres.

Le journaliste Khelifa Guesmi croupit aujourd’hui en prison, après avoir été condamné à cinq ans ferme, pour avoir fait son travail et refusé de dévoiler ses sources.

Le déclenchement des procédures contre Tawfik Omrane est dû à un policier zélé, appuyé par le chef du commissariat et validé par le parquet de Ben Arous.

Tout cela remet en question la sincérité de Kaïs Saïed quand il dit défendre la liberté d’expression. Si c’était vraiment le cas, pourquoi y aurait-il eu un décret 54 et toutes ces procédures iniques contre les journalistes ? Mais si ce n’était pas le cas, pourquoi Tawfik Omrane a été libéré et pourquoi les dossiers judiciaires des journalistes dorment dans les tiroirs depuis des mois sans qu’ils ne soient ni classés, ni traduits devant une chambre ?

 

Raouf Ben Hédi

22/09/2023 | 11:01
6 min
Suivez-nous
Commentaires
SALIM
IL ME SEMBLE QUE L'AFFAIRE DU CHEQUE CARTOON EST REELLE ET NON UNE CARICATURE
a posté le 23-09-2023 à 16:29
Car je ne pense pas que la présidence du gouvernement pourrait évoquer cette affaire s'il n' avait pas pris connaissance auprès de son ministre de la justice qui est le président du parquet.
Je me demande pourquoi ce AYACHI HAMMAMI ou SAMIR DILOU se melent dans cette affaire.
Est ce l'émission de chèques sans provision fait partie des droits de l'homme ou des libertés personnelles. Malheureusement, ce 'caricaturiste' serait cèlebre, non pour ses caricatures, mais pour son chèque CARTOON.
Larry
Je n'ose même pas imaginer....
a posté le 23-09-2023 à 09:23
Ce que seraient les caricatures de l'Alien de Carthage....
Si Charlie Hebdo mettait son nez en Tunisie....
A4
Juste pour rire ...
a posté le 22-09-2023 à 20:56
LE BADAUD ET LE TROUILLARD
Ecrit par A4 - Tunis, le 11 Juin 2023

Maître Trouillard dans son palais retranché
Grelottant de peur dans son triste isoloir
Sent que ses vieilles guiboles vont bientôt flancher
Et que sa tête ne produit que des cauchemars
Prit la décision, toutes alarmes déclenchées,
De déclarer la guerre à tous les bobards

Maître Badaud qui flânait là par hasard
Caressa soigneusement ses grosses moustaches
S'est dit tout content: "Ciel, ça sent le caviar !"
Et se mit à aiguiser couteaux et haches,
"A moi de jouer avec finesse et art
Pour envoûter à fond ce naïf potache !"

Et c'est ainsi que notre Maître Badaud
Echafauda plein de plans machiavéliques
Pour mettre désastres et malheurs sur le dos
De ceux qui ne font pas partie de sa clique
Et se dépêcha avec son commando
Pour tout rapporter aux bidasses et aux flics

Le surlendemain, en maître des offices
Notre Trouillard, de derrière ses barricades
Ordonna la soumission à ses caprices
Et lança Maître Badaud et ses brigades
Aux trousses du père, de la voisine et du fils
Dans tous les villages, patelins et bourgades

"Ce sont eux !", lui déclara le charlatan
En lui montrant les comploteurs arrêtés,
"Ils ont salé toutes les eaux des océans,
Ont supprimé la pluie hiver comme été
Et se préparent avec un pinceau géant
A peindre le ciel en gris désargenté !"

Envoûté par tant de bravoure et courage
Maître Trouillard reconnaissant et content
Se mit derrière le Badaud, dans son sillage
En lui promettant un éternel printemps
Caviar à gogo, cadeaux et avantages
Et s'il le désire, sa couronne de sultan !
SALIM
ET SI CETTE AFFAIRE DE CHEQUE CARTOON SERAIT CONFIRMEE.CA SERAIT UNE TRES TRES GRANDE GIFLE (CHALBOUK) POUR LUI ET SES SOUTIENS
a posté le 22-09-2023 à 20:56
'Animateurs' et 'chroniqueurs' de 'RADIO', 'journalistes', FAKEBOOKERS, commentaires,.....
Et je n'ai pas compris ce syndrome de cheque CARTOON ,chez des artistes, professeur (ZAKR....les 2 à la fois), .Et toujours la meme chanson, ils ont oublié ce chèque!!!!.
SALIM
MOSAIQUE S'EST POSEE LA QUESTION : Affaire Taoufik Omrane: Caricatures ou chèque sans provisions?
a posté le 22-09-2023 à 20:08
REPONSE DE SALIM : C'EST DU CARICA-CHEQUE !!!! ou OMRANE CARTOONS PAR DES CHEQUES CARTONNES (en bois) ou OMRANE CARICATURE les emetteurs des chèques sans provison.

MOSAIQUE choisissez la réponse qui vous convient
takilas
Lotfi Lâamari dit du n'importe quoi.
a posté le 22-09-2023 à 19:17
De lui rappeler que dans certains pays européens, il y a soit des journaux (le canard enchaîne, le hérisson...) , ou des emissions télés comiques (les guignols....) ou autres qui sont destinés pour rire ; donc libre celui qui décide d'y acheter ou de voir, et non pas d'imposer ces caricatures en public et n'importe comment.
Donc si Lotfi est censé revoir sa copie et ne pas dire du n'importe quoi....
Assala
Réponse à takilas
a posté le à 21:10
Votre réponse à Lotfi Lâamari est aussi du n'importe quoi !
SALIM
REMPLACEMENT DE DERNIERE MINUTE: TAOUFIK OMRANE REMPLACE ZIED EL HENI DANS L'EQUIPE DE B.N ET DES PLATEAUX DES RADIOS.
a posté le 22-09-2023 à 19:10
Suite aux mauvaises prestations de ZIED EL HENI qui ne fait plus le spectacle. Imaginez ZERO COMMENTAIRE sur l'article de B.N du 18/09/2023 | 17:11 'Zied El Heni laissé en liberté'.
ZIED était tellement étonné et déçu de la chute de sa popularité , qu'il avait le regard perdu, les mains croisées et le moral au plus bas. Mais un petit conseil à TAOUFIK OMRANE : Changer votre nom : WALIS TAOUFIK ou TAOUFIK ZIED ,ou TAOUFIK ENNACEUR sont plus attractifs et plus artistiques.
hsan
dernier rempart
a posté le 22-09-2023 à 17:35
Messieurs les journalistes,les caricaturistes,les dessinateurs,les hommes de théâtre,les humoristes, les élites'?'
SVP ne baissez pas vôtre pantalon face aux crapules des temps modernes
Vous êtes notre dernier rempart à moins que ce peuple ne se réveille nouveau comme il l'a fait un certain 14 janvier face à cette nouvelle dictature aux manières moins élégantes que celle du temps feu ben ali
N'ayez pas peur,ils cherchent à vous intimider
SVP ne baissez pas votre pantalon et soyez des hommes et non des moutons
Morjane
Agent à poursuivre
a posté le 22-09-2023 à 16:14
Le policier " zélé "devrait être le premier à rendre des comptes auprès de la justice et une mesure disciplinaire en conséquence. Tout mon soutien au caricaturiste qui subit la méchanceté d'un régime de l'aile droite de l'extrême droite panarabiste fasciste sans,qu'elle ne porte son nom
Carthage Libre
Au moins, avec le Dictateur Ben Ali que j'ai combattu, l'économie avançait et la vie était moins chère....
a posté le 22-09-2023 à 15:58
Est ce que un JOUR j'aurais IMAGINER dire ça?

Bin ce jour est arrivé et je le dis...

Tellement je suis dégoûté d'Ennahdha et khwenjias et là, maintenant, d'un malade mental qui fait n'importe quoi au pays et l'enfonce TOUS les JOURS dans la MERDE tout en se prenant pour un Kaiser aux pleins pouvoir!

Et bien oui, sous Ben Ali le salopard de Dictateur la Tunisie allait mieux....
FALLG
Et quand verrons-nous..
a posté le 22-09-2023 à 15:47
La caricature des chars placés à l'entrée de notre ARP M. Tawfiq Omrane ?
Fares
Patrick Bruel
a posté le 22-09-2023 à 15:39
Patrick Bruel criait dans les années 80 avec sa voix de Sentor: Qui a le droit, qui a le droit?

En Tunisie, on le sait, c'est un enseignant à la retraite qui le détient. Un outsider qui prend le pays et son peuple pour son joujou. Un outsider qui est entrain de définir une nouvelle morale qui s'aligne bien avec ses ambitions purement égoïstes.

Ben Ali, avec toutes ses dérives, avait beaucoup plus de scrupules que ce président accidentel. Le régime actuel se comporte comme un voyou et raquetteur. L'intimidation est son outil de travail quotidien. Quand aux réalisations, rabbi yjibhoum!!!
Zarzoumia
Société de droit ?
a posté le 22-09-2023 à 14:33
Là où on a detricoté l'état de droit en malmenant les principes et les procédures qui garantissent aux citoyens et aux justiciables leurs droits, notre président ose parler de société de droit. Un policier, aussi zélé soit-il, derrière chaque conscience, y compris la sienne, pour la sensurer. A coup d'intimidations et de procès, ce pouvoir compte contrôler les pensées pour les rendre libres de n'avoir plus le droit de critiquer et de s'exprimer. Voilà la société de droit vers laquelle on se dirige.
Nos anciens disaient bessyassa wé sayoussa yod5ol ejmal fi namoussa. Ce pouvoir continue son '?uvre, bil m7akem welmornaguia yod5el el5ouf lithihnya.
Il faut que cette mascarade cesse.

takilas
Dis-lui d'arrêter ,decrire des insultes !
a posté le 22-09-2023 à 12:04
Et d'aller à l'école pour s'instruire par ce qu'ils ne savent pas écrire ces faux diplômés ; à part insulter et démontrer leur haine envers autrui et surtout vlcertainescregions du nord de la Tunisie qui l'ont pourtant bien accueilli et traité d'égal à égal.
Mais comme le dit le proverbe tunisien "tu dois t'épargner de celui que tu as offert le bien".
Ou selon la conduite du "rassoul sidiennebi" quant il a répondu à la question de quelqu'un qui rencontre de mauvais agissements de la part d'un autre de lui répondre : " rend lui en bien".
Mais avec nahdha le bien connaît pas, il n'y a que l'argent qui compte pour eux et de vivre en nababs par l'arnaque et la corruption.
ourwa
@ takilas
a posté le à 16:52
Dans votre bafouille " analytique" à propos d'Omrane et ses semblables, " faux diplômés" en ce qui concerne son dessin, vous écrivez :" ...insulter et démontrer leur haine envers autrui et surtout vlcertainescregions du nord de la Tunisie qui l'ont pourtant bien accueilli et traité d'égal à égal." sic. Ah bon ! après les Sudistes, qui bénéficient de votre haine farouche, les " régions du Nord" aussi versent dans cette haine, parce que inféodées à Nahdha également? Que reste-t-il alors de la Tunisie qui échapperait au noyautage néfaste de vos amis islamo-fascistes? Logiquement le Sahel et le Centre... On comprendrait bien votre opposition farouche à nahdha, à l'islamo-fascisme et vous n'êtes pas le seul. Dans ce cas, il vous faut ARGUMENTER avec raison et non pas tenter de persuader vos lecteurs avec vos suppositions régionalistes à l'emporte-pièce...qui fleurent mauvais les miasmes nauséabonds de votre racisme dans lequel vous végétez et votre incapacité intellectuelle à argumenter selon les canons de la Raison et de la Logique en ce qui concerne les principes fondateurs et universels de la Démocratie, laquelle rejette justement l'immiscion du religieux dans le champ politique... En êtes-vous capable ? J'en doute. Pire, bien que rejetant nahdha, sans explications, alors que celles-ci ne manquent pas, vous demeurez, en ce qui vous concerne, imbu fortement de références islamistes, des arguments d'autorité idéologique, islamistes ( hadiths du rassoul) pour convaincre. Et si une bonne partie des Tunisiens, réputés pourtant " musulmans", jetaient aux orties hadiths, sunna, charia, koran, refusant leur immiscion dans le politique et auxquels KS demeure attachés ( cf ses déclarations rapportées par BN), que souhaiteriez-vous? leur embastillement ? Selon les normes démocratiques universelles , qu'accorderiez comme définition au terme " respect des libertés" énoncé dans la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de l'ONU ratifiée par la Tunisie et inscrite même dans la constitution de votre mentor de 2022 ?
MFH
Du n'importe quoi..
a posté le 22-09-2023 à 11:34
Lâchez le un peu. Qui vous dit que c'est lui qui donne les ordres d'arrestation des artistes ?
Carthage Libre
Brabbi sama7ni..."MFH" ça veut dire "MHAF"
a posté le à 16:01
Ya MHAF, comme tous les MHAFFAT qui croient en Sidhom le MALADE de Carthage...surtout waqtelli iboss, isafqoulou.
Ammar
Elle est bonne celle la mfh
a posté le à 13:24
Vous pouvez faire mieux pour des trouver des excuses au putschiste incompétent. Bientôt on verra le portrait de ce *** partout dans le pays pour nous rappeler ses réalisations pendant les 5 dernières années.
Optim
Réponse évidente
a posté le à 12:42
Qui s'est octroyé tous les pouvoirs ?
Il faut savoir assumer.
lambda
lâchez aussi
a posté le à 12:35
BN a le mérite d'être clair et elle se positionne contre le pouvoir. Donc si cette ligne éditoriale ne vous plait pas, personne ne vous oblige à la consulter et la commenter. Ils sont libres de s'en prendre à qui ils veulent et de lâcher qui ils veulent.
Pour le présent article, il n'est nullement indiqué que c'est saied qui a ordonné l'arrestation, ils suggèrent même le contraire et disent que c'est lui qui a ordonné la libération (propos de ayachi hammami)