alexametrics
mardi 25 juin 2024
Heure de Tunis : 15:48
A la Une
Sur quel pied doit-on danser monsieur le Président ?
05/05/2023 | 10:30
6 min
Sur quel pied doit-on danser monsieur le Président ?

 

La Tunisie doit se décider une fois pour toutes, veut-elle oui ou non du prêt du FMI ? Pour le moment, il y a une incohérence totale entre l’exécutif et la tête de l’exécutif. Le gouvernement se presse pour obtenir ce crédit de 1,9 milliard de dollars, alors que le président de la République multiplie les signes de refus. 

 

Limogée avec l’humiliation en prime. Par un communiqué sec publié jeudi 4 mai 2023 vers 20h30, la présidence de la République annonce le limogeage de Neila Gongi, ministre de l’Industrie, des Mines et de l'Énergie, Neila Nouira Gonji. Sans explication comme d’habitude, bien entendu. 

Quelques heures plus tôt, la dame était toute contente de participer à la pose de la première pierre d’une deuxième usine de la société allemande Marquardt à El Fejja. Plus tard, dans une déclaration aux médias, elle évoque la question de la compensation pour dire que Le gouvernement s'est penché sur l'étude des hypothèses concernant le système de compensations et le moyen de l’orienter efficacement. « Nous sommes dans les dernières étapes, et au cours des prochains jours, nous terminerons notre travail. Ainsi, les dates des augmentations du prix du carburant, qui pourraient être décidées, seront claires », a indiqué Mme Gongi.

Il s’agit là d’un des engagements du programme de réformes du gouvernement soumis au Fonds monétaire international (FMI) pour l’obtention d’un prêt de 1,9 milliard de dollars. 

Il se trouve cependant que Kaïs Saïed n’est pas d’accord avec ces réformes et ce n’est pas la première fois qu’il le dit. 

Un peu après 22 heures, la présidence de la République publie un second communiqué réitérant des positions anciennes du chef de l’Etat. « La Tunisie n'acceptera aucune ingérence de quelque partie que ce soit. Les solutions doivent provenir de la volonté populaire tunisienne et doivent être totalement tunisiennes et au service de la majorité démunie qui a souffert et continue de souffrir de la misère et de la pauvreté. Les déclarations venant de l'extérieur n'engagent que leurs auteurs et personne n'a le droit d'imposer à l'État quelque chose qui ne convient pas à son peuple, de même qu'aucune partie en Tunisie n'a le droit d’agir contrairement à la politique définie par le président de la République. »

Il semble tacler la ministre limogée en soulignant « la nécessité d'une coordination plus étroite entre les ministères car chaque secteur est lié à aux autres et parce que l'État tunisien est indivisible. »

Mais Neila Gongi n’est pas la seule à être taclée, Kaïs Saïed épingle également Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, qui a déclaré que le dossier tunisien a bien progressé et touche à sa fin. Dans une interview publiée mardi 2 mai par Bloomberg, M. Azour affirme que le FMI a travaillé de concert avec les autorités tunisiennes et ses partenaires afin de mobiliser des garanties de financement supplémentaires. 

 

Une nouvelle fois, l’exécutif tunisien montre son inconstance. D’un côté, on a un gouvernement qui parle de réformes et de crédits multipartites, le FMI en tête, et de l’autre on a un président qui multiplie les déclarations refusant les ingérences étrangères et les réformes imposées par l’extérieur. 

Il y a moins d’un mois, le 6 avril à Monastir, Kaïs Saïed a clairement annoncé ne pas vouloir de ce prêt. Il a affirmé la Tunisie était « capable de sortir de la crise par ses propres moyens (…) Le monde et les entités financières, telles que le Fonds monétaire international (FMI), doivent comprendre que l’être humain n’est pas un simple chiffre… »

Le souci est que concomitamment, on avait à Washington deux représentants de l’État tunisien qui participaient aux rencontres du printemps du FMI, Samir Saïed, ministre de l’Économie et Marouane Abassi, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie. 

Aussi, le gouvernement n’a rien fait pour concrétiser les propos du président de la République qui sont restés comme des propos en l’air. C’est Jihad Azour qui l’affirme le 13 avril en annonçant que la Tunisie n’a présenté aucune demande pour annuler la procédure en cours. 

Plus clairement, le gouvernement a présenté un dossier au FMI, il a besoin de financement extérieur et l’a mentionné dans la Loi de finances 2023 avec tout un plan de réformes et n’a rien fait pour retirer ce dossier. Le gouvernement était sur la voie d’entamer (enfin !) les réformes douloureuses et ceci a été confirmé jeudi 4 mai par Mme Gongi. 

Le président de la République n’est pas d’accord, il l’a dit le 6 avril et l’a répété le 4 mai. 

Il n’est pas le seul à ne pas être d’accord, l’UGTT aussi ne veut pas du prêt du FMI et des réformes du gouvernement et c’est son secrétaire général, Noureddine Taboubi, qui l’a dit haut et fort le 1er mai dans son discours lors de la Fête des travailleurs. Or, le FMI a clairement conditionné son accord par celui des partenaires sociaux à la tête desquels on trouve l’UGTT. 

 

Tout est clair, rien n’est clair ! Comme le disait jadis Ibn Khaldoun, « les Arabes sont d’accord pour ne pas être d’accord ». Là, on est dans un problème tuniso-tunisien. Pire, on a une incohérence entre l’exécutif et la tête de l’exécutif. 

Ce qui est ahurissant, c’est que les deux parties font le travail à moitié. Si le président n’est pas d’accord avec la démarche de son gouvernement, pourquoi a-t-il ratifié la Loi de finances et pourquoi a-t-il limogé Neila Gongi seulement et non Samir Saïed, Sihem Nemsia, ministre des Finances, voire leur cheffe Najla Bouden ?

Par ailleurs, si la cheffe du gouvernement n’était pas d’accord avec son président, pourquoi n’a-t-elle démissionné et continue-t-elle à agir comme si le chef de l’État n’avait rien dit ? 

En revanche, si Mme Bouden était d’accord avec son président, pourquoi alors n’a-t-elle pas retiré son dossier du FMI et pourquoi autorise-t-elle ses ministres à aller à Washington et à continuer à parler des réformes

Dans cette bataille non dite entre l’exécutif et la tête de l’exécutif, le gagnant est connu d’avance, ce sera Kaïs Saïed. Le gouvernement n’a aucune légitimité, il n’a pas été élu et n’a pas été adoubé par un parlement. Il ne doit son existence qu’à Kaïs Saïed, c’est lui qui l’a nommé et il peut donc le gommer à tout instant. Le président ne se gêne pas d’ailleurs, puisqu’il limoge régulièrement des ministres et en fait l’annonce directement sur la page de la présidence. Et quand il nomme de nouveaux ministres, il ne se donne même pas la peine de faire assister la cheffe du gouvernement à la cérémonie de prestation de serment. 

Sachant que le pouvoir absolu revient à Kaïs Saïed, c’est même la constitution qui le dit, le gouvernement doit jeter à la poubelle tout le programme de réformes sur lequel il est penché depuis octobre 2021. 

Najla Bouden n’a pas encore compris cela, elle continue à agir comme si le président n’existait pas. En limogeant Neila Gongi et en rappelant qu’aucune « partie n'a le droit d’agir contrairement à la politique définie par le président de la République », Kaïs Saïed ne fait pas qu’un rappel à l’ordre, il donne carrément une claque à Najla Bouden. 

Si elle veut sauver sa peau, elle doit illico presto présenter un plan B (qu’elle n’a pas) et envoyer une demande de retrait de dossier à Washington. 

Si elle veut sauver sa dignité, elle doit tout juste envoyer sa démission et celle de son gouvernement. 

 

Nizar Bahloul 

 

05/05/2023 | 10:30
6 min
Suivez-nous
Commentaires
FALLAG
La politique de la mort aux rats ..
a posté le 08-05-2023 à 16:28
La politique de la mort aux rats de nos dirigeants, révélée par l'exemple de l´ économie , du decret 54 et le Covid..

Les rats ressemblent beaucoup à l'homme. Ils sont intelligents et sociaux. Ils souffrent toutefois d'un défaut similaire à celui des humains : ils ont la mémoire courte. Si l'on donne aux rats un appât empoisonné qui entraîne rapidement la mort, ils ne toucheront plus à cet appât. Ainsi, on leur donne un poison qui ne provoque la mort qu'après plusieurs jours. Ils ne peuvent alors plus faire le lien entre l'appât et la mort et continuent à manger l'appât mortel. Les politiciens au pouvoir agissent avec les électeurs comme avec les rats. Ils adoptent des lois toxiques qui déploient leurs effets avec un certain retard et font ainsi oublier qui est responsable des dommages qui en résultent. Et ces derniers ne peuvent plus guère être évités.

C'est dans ce sens qu'il faut considérer les injections de Covid et surtout l'attitude des politiques à leur égard. Comme il apparaît de plus en plus clairement, ces injections de Covid sont comme de la mort-aux-rats. Elles déploient leur effet mortel avec un certain retard, ce qui permet de dissimuler ce qu'elles font réellement. Entre-temps, on apprend de plus en plus que ces injections rendent les hommes stériles et provoquent des avortements en masse chez les femmes enceintes. Les décès immédiats après les injections sont plutôt rares. Quelle est donc la différence avec la mort-aux-rats ?

Adopter des lois qui n'entrent en vigueur qu'après un délai plus ou moins long n'a rien à voir avec une politique honnête. Bien sûr, on peut planifier. Même loin dans le futur. Cela devrait absolument être le cas. Mais cimenter dès maintenant ce qui devra être fait en 2030 va à l'encontre de tout bon sens et de toute expérience. C'est ainsi que l'économie locale kaddafienne est envisagée par Kaiis Saied, sans savoir comment nous y arriverons. C'est à peu près aussi intelligent que de déverser sa réserve d'eau au milieu du désert, sans l'utiliser, dans l'espoir de tomber bientôt sur une oasis. Et ce n'est qu'ensuite que l'on se demande quel chemin mène à une oasis et s'il y en a une à proximité.
MH
Mr. Kais Said est le meilleur de tous, il est intelligent, il est courageux et il est cool...
a posté le 07-05-2023 à 20:21
Mr. Kais Said est le meilleur de tous, il est intelligent, il est courageux et il est cool...
Mr. Kais Said est sur le bon chemin et le chemin même fait partie des buts à atteindre...
Vive Mr. Kais Said, notre libérateur des pseudo-démocrates et des corrompus...


Fares
Saïed is the new Marzouki
a posté le 07-05-2023 à 16:07
En lisant le livre "Bonté divine" de Nizar Bahloul je n'arrête pas de penser qu'on peut très bien en dériver un autre livre sur Kais Saied en deux clics de souris, il suffit de remplacer toute occurence de "Marzouki" par "Saied" et le tour sera joué.

Les deux étaient respectés, voire même aimés avant de devenir présidents. Mais le pouvoir les a corrompus tous les deux, ils sont devenus des crapules détestables exhibant un comportement qui frôle par moments la criminalité. De sérieux doutes planent sur la santé mentale de Marzouki. Marzouki ne s'intéressait qu'à l'avenir de Marzouki, du populisme à outrance et au diable la Tunisie. Marzouki a traité des salafistes de microbes, il a limogé le directeur de la BCT sans en avoir les prérogatives et sans expliquer les raisons de cette décision. Ensuite il a fait du chantage et a pris toute la Tunisie en otage en refusant de signer une loi en rapport avec le FMI à moins que le directeur de la BCT soit limogé. Les deux personnages sont habités par une haine et un désir de vengeance immenses.

Le livre s'indigne devant ces agissements de Marzouki qui restent tout de même une version très light de l'arrogance de Saied.

En fin de compte, Saied n'est qu' un Marzouki, mais élevé à la puissance 1800000.

Bémol: Marzouki était un militant et il est médecin. Saied n'a jamais milité dans vie au contraire il rôdait du côté des bureaux du RCD et il n'était qu'un enseignant dont la thèse a été refusée
car il n'avait le niveau nécessaire pour devenir un chercheur.
takilas
Non marzouki jamais respecté c'est faux
a posté le à 20:09
Peut-être par nahdha et ghanouchi comme bouc émissaire et une image pour occuper une place ni plus ni moins. Tout comme nahdha que tout le monde sait qu'ils n'ont aucune compétence et qu'ils sont connus par leur criminalité et leur arnaque. Donc ...du n'importe quoi.
Jelel Bouharb
SEULE SOLUTION: KAIS SAID ET NAJLA BOUDEN DOIVENT DEGAGER IMMEDIATEMENT SINON LA TUNISIE COULERA RAPIDEMENT!
a posté le 07-05-2023 à 14:55
Ni Kais Said ni Najla Bouden ne sont capables de diriger la Tunisie, parce qu'ils sont tous les 2 visiblement ARCHI INCOMPETENTS DANS TOUS LES DOMAINES DU GOUVERNEMENT, SURTOUT SUR LE PLAN ECONOMIQUE, SANS PARLER DE L'ASPECT GEOSTRATEGIQUE, CRUCIAL POUR LA TUNISIE!

( Je connais personnellement Najla Bouden depuis l'époque du lycée Alaoui et je sais exactement à quoi m'en tenir la concernant, étant la fille de Mohamed Bouden, un proviseur surtout connu à Alaoui pour ses crimes de toutes sortes et même ses agressions sexuelles contre certaines élèves, mais totalement impunissable à cause de ses relations au plus haut niveau dans le parti de Bourguiba!)

Personnellement, en tant que citoyen Tunisien vivant en France, je suis très pessimiste sur l'avenir de la Tunisie entre les mains de ces 2 charlatans ignares, incompétents, démagogiques et qui sont en train de conduire la Tunise droit vers la catastrophe et la ruine totale!

J'espère que les Tunisiens cesseront le plus rapidement possible d'être des idiots et de croire naivement que la Tunisie ait la moindre chance de s'en sortir tant que ces 2 là sont encore aux commandes de l'Etat Tunisien!

Le plus vite ils en seront chassés par le Peuple Tunisien lui-même, le mieux ce sera pour la Tunisie!

Et bien sûr, ils devront en temps voulu répondre de tous leurs crimes commis gratuitement contre des centaines de Tunisiens, devant les mêmes tribunaux qu'ils instrumentalisent en ce moment à leur encontre!

J'AI UN MESSAGE POUR EUX!

A KAIS SAID, JE DIS CECI!

NE T'ACCROCHE SURTOUT PAS AU POUVOIR, COMME L'ONT FAIT AVANT TOI BOURGUIBA ET BEN ALI!

LA TUNISIE N'EST PAS TA PROPRIETE PERSONNELLE, HERITEE DE TA FAMILLE!

TU N'AS PAS LE DROIT DE TOUT DECIDER SEUL A LA PLACE DE 12 MILLIONS DE TUNISIENS!

N'ABUSE PAS DES ARMES DES SOLDATS ET DES POLICIERS POUR IMPOSER TA VOLONTE AUX TUNISIENS, COMME L'ONT FAIT AVANT TOI BOURGUIBA, BEN ALI, ET MEME AUSSI AVANT EUX LES BEYS JUSQU'A CE QU'ILS DEVIENNENT EUX-MEMES DES PANTINS DANS LES MAINS DES FRANCAIS!!!

TOT OU TARD, TU SORTIRA DU POUVOIR, MEME SI TU TE TRANSFORMES EN PRESIDENT A VIE, COMME BOURGUIBA!

TOT OU TARD, KAIS SAID, TU REPONDRA DE TOUS TES CRIMES DEVANT LES TRIBUNAUX TUNISIENS!!

PARS TOUT DE SUITE AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD, CAR TOUS LES TUNISIENS VOIENT CLAIREMENT QUE TES MAIGRES CONNAISSANCES DU "DROIT' NE TE QUALIFIENT AUCUNEMENT POUR RESOUDRE LES ENORMES PROBLEMES DE LA TUNISIE QUI TE DEPASSENT DE TRES LOIN!!!

DEGAGE, KAIS SAID!

ERHAL YA KAIS SAID!
ERHAL! ERHAL! ERHAL!
RAK KHARABT TOUNES!

Quant à Najla Bouden, je dis ceci!

CHERE NAJLA BOUDEN, N'OUBLIE PAS QUE TON PERE MOHAMED BOUDEN TRAFICOTAIT TES NOTES AU LYCEE ALAOUI AFIN QUE TU PASSES POUR "BRILLANTE"!

N'OUBLIES PAS QU'EN 1970, JE SUIS ENTRE AU LYCEE ALAOUI ET TON PERE M'A MEME INVITE CHEZ VOUS, DANS L'APPARTEMENT DE FONCTION DU LYCEE!

JE SAVAIS DEPUIS CE JOUR QUE TU N'AVAIS AUCUN DON ET QUE TU PROFITAIS SEULEMENT DES MAGOUILLES DE TON PERE!

TE VOILA PREMIER MINISTRE AUJOURD'HUI!
QUELLE CATASTROPHE!!
TOUTE LA TUNISIE VOIT CLAIREMENT QUE TU ES ARCHI INCOMPETENTE, IGNARE, SERVILE TOTALEMENT A KAIS SAID, LUI-MEME TOTALEMENT INCOMPETENT!

ENSEMBLE, VOUS MENEZ LA TUNISIE A LA CATASTROPHE!

VOUS EN REPONDREZ ENSEMBLE DEVANT LES TRIBUNAUX TUNISIENS, TOT OU TARD!!!


DEGAGE DE LA KASBAH, NAJLA BOUDEN, CAR TU N'Y ES PAS A TA PLACE!!
DEGAGE!
ERHAL! ERHAL! ERHAL!
KANE
Post à archiver (au cas où...)
a posté le à 16:22
J'enregistre cette charge violente contre KS et sa PM, au cas où elle venait à être "effacée" suite à une quelconque pression. L'auteur me parait sincère.
Nephentes
KS contre KS
a posté le 06-05-2023 à 18:07
Ou l impossibilité de gouverner
Une simple synthèse des décisions et actes du président depuis 2020 montre de manière claire cette impossibilité
AHA
Enfin, la plus grande affaire de ma vie!
a posté le 06-05-2023 à 17:06
je voudrais acheter quelques centaines de milliers d'actions de cette banque afin de les revendre après avoir reçu les quelques dizaines de milliers d'actions gratuites. Enfin, la plus grande affaire de ma vie!

Gardons un minimum d'honnêteté!
@AHA, Bonne Chance :))
a posté le à 06:23
Certes, ça pourrait être "la plus grande affaire de votre vie" mais ça pourrait devenir aussi la plus grande catastrophe financière de votre vie et du système bancaire tunisien, si jamais des dizaines de milliers de personnes auraient la même idée que la votre (sans entrer dans les détails)

Bonne Chance :))
KIVIV
Danse ....
a posté le 06-05-2023 à 01:29
De qy danse parlez vous ?! ...La danse de la mort ?!.... Qu'à Dieu ne plaise !....
Zarzoumia
Le ballet ou du balai
a posté le 05-05-2023 à 21:57
Inutile de lui demander sur quel pied il faut qu'on danse. Vu le break danse qu'il est entrain de nous faire, je pense que même lui, a le tournis. Bientôt, il aura la danse du ventre creux et là, peu importe le pied, ça sera sur wa7da wnoss. Il y aura malgré tout des Zakafounas pour crier RAASSNI YA GADA3.
Fares
Break dance
a posté le à 17:46
Break dance: danser sur la tête tout en tournant en rond, ce danseur amateur finira par se briser la nuque.

Nostalgie des 80s: break machine

https://tinyurl.com/292jxhxw
'Gardons un minimum d'honnêteté!
Le problème principal de la Tunisie était/est plutôt son système bancaire!
a posté le 05-05-2023 à 20:34
@La Présidence de la République Tunisienne,
@Gouvernement Tunisien,
@Banque centrale de la Tunisie
@La bourse de Tunis

Introduction: le problème principal de la Tunisie était/est plutôt son système bancaire et la non efficacité de son contrôle par notre banque centrale (BCT).


Je cite un article de Business News TN du 28.04.2023, et voilà ce qu'a écrit une banque tunisienne lors de sa dernière assemblée générale :

"La première phase sera à hauteur de 18,91 millions de dinars par l'émission de 3.783.000 actions nouvelles d'une valeur nominale de cinq dinars chacune. Ces actions seront attribuées gratuitement à concurrence d'une action nouvelle gratuite pour sept anciennes et porteront le capital à plus de 151,32 millions de dinars. [...] La deuxième phase sera à hauteur de 23.280.000 dinars par l'émission de 4.656.000 actions nouvelles d'une valeur nominale de cinq dinars chacune. Ces actions seront attribuées gratuitement à concurrence de deux actions nouvelles gratuites pour treize anciennes et porteront le capital à 174,6 millions de dinars. "

--> mais enfin, c'est quoi cette connerie ruineuse des petits porteurs et au profit des grands actionnaires, en particulier étrangers. En effet, celui qui a 1,4 Millions d'actions aurait gratuitement 200000 actions et celui qui n'a que 70 actions n'aurait que 10 actions gratuites en plus --> ce qui fait il recevrait beaucoup moins de dividende malgré les 10 actions gratuites. Puis ce sont les grands actionnaires étrangers qui profiteraient le plus de cette connerie...
-->
non, non et non, aucun pays au monde (ou même dans l'univers, s'il y aurait des extra-terrestres quelque part) ne permettrait une pareille connerie. En effet partout sur notre planète terre, aucune entreprise n'a le droit d'offrir des actions gratuitement à ses actionnaires. a) Certes elle pourrait racheter des actions afin de minimiser le nombre d'actions sur le marché et ainsi l'action gagne en valeur. b) L'entreprise pourrait aussi échanger par exemple 7 actions contre une action et ainsi l'action gagne en valeur. Par contre offrir 8 Millions d'Actions gratuitement aux actionnaires (une action gratuite pour 7 anciennes) est une connerie sans limite

Que fait au juste notre BCT qui est responsable du contrôle de notre système bancaire tunisien? Que fait la bourse de Tunis afin de tolérer une pareille connerie?

@Madame Bouden, prière, prière, prière de nous donner des explications concernant cette offre gratuite de 8 Millions d'Actions.


Bonne soirée
'Gardons un minimum d'honnêteté!
@Mr. Bahloul, Faut-il réformer d'abord le FMI avant de réformer la Tunisie socio-économique?
a posté le 05-05-2023 à 16:40
Introduction: Faut-il réformer d'abord le FMI avant de réformer la Tunisie socio-économique?

@Mr. Bahloul, Vous écrivez: "En revanche, si Mme Bouden était d'accord avec son président, pourquoi alors n'a-t-elle pas retiré son dossier du FMI et pourquoi autorise-t-elle ses ministres à aller à Washington et à continuer à parler des réformes ?"
--> non @Mr. Bahloul: Madame Bouden et le président de la République n'ont pas a retirer le dossier auprès du FMI --> Il faut comprendre que le FMI a posé ses conditions et de même la Tunisie a posé ses conditions. En effet, on ne va pas acheter un chat dans un sac (acheter / prendre quelque chose sans s'être assuré de sa qualité ni de sa véritable valeur).

@Mr. Bahloul: que diriez vous, si je vous proposais 1,9 Milliards de dollars a condition que vous sautiez d'un avion de sport aérien sans parachute?:)

@Mr. Bahloul: vous écrivez "Dans une interview publiée mardi 2 mai par Bloomberg, M. Azour affirme que le FMI a travaillé de concert avec les autorités tunisiennes et ses partenaires afin de mobiliser des garanties de financement supplémentaires."
-->
Il faut comprendre enfin que le FMI n'est pas ses directeurs, le FMI est plutôt la Russie, la chine, le Canada, certains pays européens, L'Arabie Saoudite, les pays émergents entre autre le Brésil, certains pays arabes, les USA, etc. --> oui, tous ces pays injectent de l'argent dans le fonds monétaire, même le groupement du BRICKS y injecte des milliards de dollars dans le fonds.

Alors que l'on nous donne l'impression sur le Web, que ce sont les USA et l'Europe qui décident des modalités d'usage du fonds. --> ce qui devrait être complètement absurde et faux.

Faut-il réformer d'abord le FMI avant de réformer la Tunisie socio-économique? La réponse est sans aucun doute oui... Je m'explique:
- Entre autre, La Russie, la Chine, les pays émergents comme le Brésil, le Canada et certains pays arabes injectent de l'argent dans le fonds monétaire mais leur poids de vote au sein du FMI est relativement faible...
- Les pays émergents injectent annuellement autour d'une centaine de milliards de dollars dans le Fonds monétaire mais leur poids lors des votes au sein du FMI est moins considérable que celui de l'Europe ou d'autres pays.
- Certains pays de l'Europe suivent comme des moutons d'autres pays lors du vote au sein du FMI
-->
Et si la Tunisie n'arrive pas à réaliser un accord avec le FMI (et implicitement ne pourrait pas avoir une aide monétaire directe de L'Arabie Saoudite), c'est d'abord la faute à l'Europe qui a une position dominante au sein du conseil d'administration du FMI --> oui, les membres non européens décident relativement peu des modalités d'usage du fonds. Et ceci n'est pas un secret, tout le monde sait que le poids des pays émergents comme le Brésil (et les membres du BRICKS), et même du Canada est relativement faible lors des votes au sein du FMI --> Le Canada et le Brésil l'ont signalé et le signale encore...

d'autre part:
a) L'Arabie Saoudite ne pourrait pas injecter directement quelques milliards de dollars en tant que renforcement à la Tunisie socio-économique sans le feu vert du FMI (donc implicitement en particulier de l'Europe), ceci même si elle ( L'Arabie Saoudite) le voudrait...
b) Certains directeurs du FMI se prennent pour les seuls décideurs de l'usage du fonds alors qu'en réalité c'est par le vote que l'usage du fonds devrait se faire --> il y a du jonglage et un abus de pouvoir --> ce qui a pour conséquence que certains pays riches minimisent leur participation au fonds --> par exemple les pays émergents, la chine ou même le Canada et la Russie --> la Chine injecte autour de 60 Milliards de dollars dans le fonds monétaire, par contre c'est en particulier l'Europe qui décide de l'Usage de ces 60 Milliards de dollars:)

Fazit:
- les pays qui injectent beaucoup plus d'argent dans le fonds monétaire ne voudraient pas que ceux qui injectent beaucoup moins qu'eux décident de l'usage de leurs dons, et de même ceux qui injectent beaucoup moins d'argent ne voudraient pas que leur voix lors des votes restent sans grand poids.
- Puis, pourquoi ne pas permettre à L'Arabie Saoudite d'injecter directement quelques milliards de dollars en tant que renforcement à la Tunisie socio-économique sans attendre le feu vert du FMI? Une question sans réponse pour le moment...

Bonne soirée
takilas
Nahdha à marché dix ans, voire plus, sur les pieds des tunisiens. N'est-ce pas ?
a posté le 05-05-2023 à 16:23
Il faut d'abord écraser les pieds de nahdha qui trop marchevsur les pieds des tunisiens et sans demander ni excuses ni pardons.
"La wassaâ la balek âafess we dima machine el gouddam dazziha âa trich, wa bâinha blifta. Hat barka yesslebou flouss echâb, wa ma chabôuch hal kallaba ". Pendant dix ans d'arnaques et de massacres socio-économiques. Laôunata âlihom.