alexametrics
lundi 27 mai 2024
Heure de Tunis : 13:51
A la Une
FMI : un jour, on y va ; un jour on n’y va pas
17/04/2023 | 09:00
5 min
FMI : un jour, on y va ; un jour on n’y va pas

 

Incohérence totale au sein de l’exécutif tunisien. D’un côté, on a un président qui refuse l’indispensable crédit du FMI et, de l’autre, on a un gouvernement, une banque centrale et une diplomatie qui font tout pour l’avoir. Paris et Rome observent avec inquiétude ce qui se passe et tentent par tous les moyens de « sauver » la Tunisie de l’effondrement.

 

Jeudi 6 avril 2023, face aux médias, le président tunisien Kaïs Saïed exprime son opposition « aux instructions émanant de l’étranger et appauvrissant les Tunisiens ». Il a assuré que la Tunisie était « capable de sortir de la crise par ses propres moyens (…) Le monde et les entités financières, telles que le Fonds monétaire international (FMI), doivent comprendre que l’être humain n’est pas un simple chiffre… ». Ces propos viennent suite à une question concernant le crédit qu’entend souscrire la Tunisie auprès du FMI.

Des propos ahurissants quand on sait que le gouvernement, qu’il a lui-même nommé, court depuis plus d’un an pour obtenir ce crédit de 1,9 milliard de dollars pour combler un déficit budgétaire abyssal. Encore plus ahurissant quand on sait que le crédit était clairement inscrit dans la Loi de finances 2023 signée par le président.

Juste après la déclaration, les partisans du président se sont félicités de ces propos qui refusent le diktat des puissances étrangères. Pendant plus d’une semaine, on a eu droit aux propos les plus démentiels et les analyses les plus farfelues comme, par exemple, la future adhésion de la Tunisie au groupe des Brics ou la nécessité que le FMI révise à la baisse ses prétentions et cesse d’exiger des conditions appauvrissant « le grandissime peuple tunisien ».

 

La messe est dite, la Tunisie a dit non au FMI et va régler toute seule ses problèmes ? Loin de là, car dans les faits, la Tunisie n’a présenté aucune demande pour annuler la procédure en cours, comme l’a assuré Jihad Azour directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI lors d’une conférence de presse tenue jeudi 13 avril.

Juste avant, il a eu des rencontres avec Samir Saïed, ministre de l’Economie et Marouane El Abassi, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, partis à Washington assister aux Réunions du printemps.

Au même moment, en Europe, l’Italie et la France continuent de s’activer pour que la Tunisie obtienne son crédit.

La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Anne-Claire Legendre a affirmé, lors d’un point de presse, jeudi 13 avril 2023, que la finalisation de l’accord entre la Tunisie et le FMI est « une priorité pour la France ».

Lors d’une conférence de presse tenue le même jour à Rome, le ministre italien des Affaires étrangères Antonio Tajani a déclaré que son pays souhaitait que le FMI commence à octroyer des financements à la Tunisie sans poser de conditions. Il était accompagné de son homologue tunisien, Nabil Ammar, qui lui a assuré que les réformes se poursuivent. Propos étranges du ministre tunisien, quand on sait qu’il n’y a point de réformes encore. Il n’y a eu aucune augmentation des prix du carburant en 2023, comme cela était planifié dans la Loi de finances et le décret amendant la loi 9-1989 relative à la restructuration des entreprises publiques n’a toujours pas été publié dans le Journal officiel, bien qu’il ait été débattu lors d’un conseil des ministres depuis le 10 février.

 

Cette dichotomie entre les propos du président et les actions de ses ministres est difficilement interprétable à Tunis. Que doit-on comprendre ? On y va ou pas ?

Loin des publications farfelues des partisans du président sur Facebook, les analystes sensés et réputés soutiens du président tentent des explications. Fatma Karray, célèbre journaliste et chroniqueuse radio, affirme que la Tunisie va s’orienter désormais vers la Chine dont l’amitié avec la Tunisie est ancestrale et légendaire. À l’inverse, l’avocate et chroniqueuse Maya Ksouri, tout aussi célèbre, explique que le président n’a jamais dit non au FMI, mais qu’il refuse les conditions drastiques pouvant appauvrir le peuple. Comprenne qui pourra.

La question est restée entière jusqu’à ce que le président surprenne, de nouveau, tout le monde, au soir du jeudi 13 avril, c’est-à-dire après les déclarations du ministre italien, de la responsable française et du directeur du FMI. Au cours d’une rencontre avec sa cheffe du gouvernement, Kaïs Saïed a réitéré ses propos d’une semaine plus tôt comme quoi « les êtres humains ne sont pas des unités arithmétiques et ou de simples chiffres et que tout équilibre doit être basé sur la garantie des droits des citoyens et la préservation de la paix sociale ».  

C’est une évidence, la Tunisie doit entamer ses réformes. Et ces réformes n’ont pas été décidées par le FMI, comme le laissent entendre le président et ses partisans, mais par le gouvernement lui-même.  Elles sont les plus appropriées pour la Tunisie, comme l’a assuré M. Azour lors de sa conférence de presse et comme le soulignent plusieurs analystes et experts économiques tunisiens.

Dans les faits, quand on suit l’actualité tunisienne au jour le jour, on a droit à un comportement (presque) rationnel des représentants de l’État et des déclarations (presque) irrationnelles du chef de l’État. On a un programme de réformes établi noir sur blanc par le gouvernement et zéro réalisation de ces réformes sur le terrain.

Laissons de côté le programme de réformes établi par le gouvernement et son prêt du FMI et suivons  les propos de Kaïs Saïed qui dit que l’on doit compter sur soi. Dans ce cas, le président doit donner sa feuille de route pour montrer comment il envisage de résoudre le problème du déficit budgétaire de 2023. Point que lui a fait remarquer jeudi 13 avril l’économiste Ahmed El Karm. Mais, là aussi, on trouve zéro réalisation. Les programmes du président concernant les sociétés communautaires et la récupération des fonds soi-disant spoliés n’ont abouti à rien à ce jour.

Le président de la République a le chic de parler pour ne rien dire. Son gouvernement a le chic de bouger sans avancer. Les deux, en dépit de pouvoirs absolus depuis près de deux ans, n’ont inscrit aucune réalisation dans leur bilan. Telle est la conclusion abracadabresque de ce qui se passe actuellement en Tunisie.

 

Nizar Bahloul

17/04/2023 | 09:00
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Nephentes
Avec ou sans le FMI ce sera la merde
a posté le 17-04-2023 à 20:54
L économie tunisienne est une économie de copinzge et de rentes de situation
Elle est ingouvernable en l '?tat et les réformes qui s iimposent ne peuvent pas se déployer a court terme

Sauf dans un cadre élargi et puissant de concertation nationale

C pas les misérables cacahuètes du FMI qui vont changer la donne
retraité
le FMI est un mal nécessaire
a posté le 17-04-2023 à 14:26
puisque le pays est très endetté et sa population est affamée et appauvrie par la faute de ses nouveaux dirigeants les islamistes en tête le crédit FMI est nécessaire et urgent car il ouvre la boite de pandore de plusieurs crédits extérieurs des instances financières internationales et des pays riches frères et amis comme tout emprunteur privé ou public et comme ce qui se passe au niveau des citoyens veut pour octroyer son crédit les garanties nécessaires et parfois des gages pour octroyer des crédits en ce qui concerne le FMI veut des réformes obligatoires de l'économie et du social du pays surtout que le premier crédit a été détourné par les islamistes et leurs alliés au pouvoir dans le recouvrement des déficits publics et le financement du commerce extérieur qui est trop déficitaire oui c'est une intervention des bailleurs de fonds dans les affaires intérieures de notre pays mais c'est un mal nécessaire il faut avouer l'ancien régime de feu Ben ALI qui a soldé le crédit de 1986 avant son terme en 1991 et depuis cette date jusqu en 21011 le FMI n 'est pas intervenu dans nos affaires intérieurs donc il ne faut pas pleurer ou attaquer le FMI , le Maroc et l' '?gypte reçoivent des crédits FMI à gogo parce qu'ils acceptent d'appliquer les réformes exigées par le FMI et si la France et l'Italie veulent aider notre pays à recevoir son crédit FMI parce qu'ils ont peur d'une révolution en Tunisie et le déferlement des tunisiens clandestins dans ces deux pays fuyant la misère , la pauvreté et l'insécurité de leur propre pays .
'Gardons un minimum d'honnêteté!
@Madame Najla Bouden,
a posté le 17-04-2023 à 13:08
Dans l'Article de Business News tn (daté du 28/07/2016 à 15:46) dont le titre "En l'honneur de Frédéric Oudéa, Kamel Néji réunit le tout-Tunis à la résidence de France"
--> on peut lire: "[...] Frédéric Oudéa a tenu à saluer la Banque Centrale Tunisienne avec à sa tête son gouverneur, Chedly Ayari, pour l'ouverture du marché des capitaux que celui-ci a rendu possible. "

Ainsi, en tant que citoyen tunisien, je voudrais savoir comment et sous quelles conditions l'ouverture du marché des capitaux de la Tunisie a été faite, le 28.07.2016 (c'était un jour après l'arrivé de Mr.Youssef Chehed an tant que Premier Ministre).

Sur les photos de l'article on voit des syndicalistes et des politiciens de l'an 2016 en extase à l'ambassade de France à Tunis, alors que l'on nous parlait de l'exportation de nos capitaux de l'endettement.

Où sont passés entre-temps tous ceux qui étaient durant la dernière décennie à l'avant-garde de l'exportation de notre argent de l'endettement sans retour?

D'après l'Article du Business News TN du 28/07/2016 à 15:46, même BCE était informé de l'ouverture du marché des capitaux de la Tunisie.

On voudrait savoir plus sur l'ouverture du marché des capitaux de la Tunisie en 2016 (l'argent de l'endettement) de la bouche de ceux qui l'ont permise.

Bonne journée


Léon
Pour les adeptes de vielles chansons tunisiennes
a posté le 17-04-2023 à 12:05
Ya Mabrouka Walli
Ya Mabrouka Walli

Ya Mabrouka Walli
Tallaq willa Khalli

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya
(je préfère quand même l'Hymne National à ya mabrouka)

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.
Petit x
Attention à une éventuelle révolution des affamés...
a posté le 17-04-2023 à 10:29
Deux grosses conneries mortelles à ne pas commettre par le Président et par son gouvernement faute de quoi il y aura à coup sûr une révolution des affamés, il s'agit de:
- La première bourde; sortie tout droit du chapeau magique de K.Saeid et ses fidèles, apprentis sorciers qui consiste à tourner le dos au FMI et par voie de conséquence tourner le dos aux différents accords de coopération avec l'Occident (UE et USA) et se jeter dans les bras du bloc des "BRICS" avec la Chine et la Russie en tête pour combler le déficit budgétaire et réduire le déficit de la balance commerciale (sic) !

- La deuxième grosse connerie; la fameuse idée qui consiste à orienter la subvention des produits de première nécessité aux ayants droit (lesquels ?MANIDROUCH) que le gouvernement BOUDEN ne cesse de rabâcher avec les oreilles des tunisiens depuis presque deux ans !

Enfin et en ce qui concerne les solutions pour redresser le pays, elles ne manquent pas; il suffit de revenir au PAS de la sortie de crise des années 80 pour comprendre ce qu'il faut faire aujourd'hui et s'en inspirer pour élaborer un programme d'ajustement structurel version 2023/2030...

A bon entendeur salut.

Bouba
Incohérence
a posté le 17-04-2023 à 10:00
Mr Bahloul ,je regrette que vous ne voyez que de l'incohérence que vous vous obligez à voir ,sauf que le Président a dit oui au FMI sans certaines conditions qui risquent de faire éclater une "guerre civile " que vous ne souhaitez pas naturellement
Mozart
abracadabresque ?
a posté le 17-04-2023 à 09:15
Non. Le terme abracadabresque n'existe pas.

C 'est en fait Abracadabrantesque.
Masumba
La Tunisie "broie du noir" !
a posté le 17-04-2023 à 08:32
La Tunisie "broie du noir" ... au sens propre et figuré...