alexametrics
samedi 21 mai 2022
Heure de Tunis : 14:22
Dernières news
Saïed : les faits reprochés à certains sont passibles de la peine de mort !
10/01/2022 | 21:10
2 min
Saïed : les faits reprochés à certains  sont passibles de la peine de mort !

 

Lors de sa rencontre, lundi 10 janvier 2022, avec la cheffe du gouvernement, Najla Bouden, le président de la République, Kaïs Saïed s’est attardé, une nouvelle fois sur l’assignation à résidence du dirigeant nahdhaoui Noureddine Bhiri, toujours sans le citer, saisissant l’occasion pour s’attaquer à la justice.

 

« Ils auraient dû être en prison, mais nous ne sommes pas des magistrats pour les mettre en prison. Ils ont été placés en résidence surveillée. L’administration tunisienne et les autorités sécuritaires possèdent les documents prouvant leur implication dans plusieurs crimes, notamment, la falsification des passeports, l’octroi des passeports à des personnes placées sur des listes terroristes. Qui a été jugé pour ses opinions ou ses positions ? pourquoi ils ne proposent pas des idées constructives ? Tout simplement, ils sont incapables de le faire. Après, les organisations internationales s’indignent de leur assignation à résidence, alors qu’ils sont à l’hôpital, entourés de médecins et bénéficient d’un traitement humain. Tout cela, parce qu’il y a des affaires contre eux devant la justice depuis 2013, sauf qu’elles n’ont pas été examinées. La problématique ne concerne ni les juges, ni la justice, mais plutôt une justice indépendante », indique Kaïs Saïed.

 

Et d’ajouter, « Il faut mettre à disposition des juges toutes les conditions nécessaires afin qu’ils accomplissent leur mission, mais en aucun cas, ils ne peuvent se substituer au législateur. Nous pouvons les faire participer, prendre leur avis, les consulter, mais ne peuvent devenir des législateurs. Ils doivent être au service de l’Etat. Les documents incriminant ces gens sont bien là, et les jugements peuvent atteindre la peine de mort, mais n’allons pas jusque-là. Il y a des traitrises, des relations avec l’étranger et des financements étrangers. Certains pays occidentaux, sous l’influence de certains cercles financiers, veulent dire que nous ne respectons pas la loi. Le peuple tunisien ne croit plus en ces mensonges et ces balivernes ».

 

 

S.H

10/01/2022 | 21:10
2 min
Suivez-nous
Commentaires
riri
***
a posté le 11-01-2022 à 09:38
"Certains pays occidentaux, sous l'influence de certains cercles financiers" ...?

Ca y est la paranoia est là? il parle de qui au juste? de Soros et Bill Gates c'est ça?
AB
OK on a compris
a posté le 11-01-2022 à 09:13
Monsieur le Président, Ok ce que vous dites dans vos interventions...la justice est saisi OK
maintenant les tunisiens demandent de l'assurer ... ils attendent qu'on rétablisse la confiance..
faites nous un discours, pour retrouver une perspective d'avenir.
Monsieur le Présient, vous avez l'ensemble des dossiers des maffieux alors allerdroit au but.
Le peuple attend que ça termine avec les Nahddaoui and co... PASSEZ à autre chose.
du boulot et la confiance au peuple...
Abir
@monsieur KS
a posté le 10-01-2022 à 23:31
Bi jeh Rabi , faites ce que vous voulez de vos amis Elkwanjias et quand votre histoire avec eux sera fini , faites nous signe! Vos discours sont lourds ça nous fatiguent , vous répétez la même chose sur les mêmes sujets et vous faites le surplace! C'est trop
Abel Chater
Je dois reconnaître, ne plus arriver à comprendre tout ce non-sens d'un discours superflu, inutile, improductif et nuisible à tous les angles géométriques de la morphologie de la nation.
a posté le 10-01-2022 à 21:58
Je ne trouve même pas un seul iota d'utilité pour ce discours unilatéralement hostile et extrêmement agressif, à la manière de l'Ingénieux Noble Don Quichotte de la Manche, dont la morale tragique, ne réside que dans l'impossibilité d'être quelqu'un d'autre.
Le président Kaïs Saïed, est arrivé au point de non-retour, jusqu'à nous faire perdre de précieux mois, dans la construction d'un château de cartes, conçu à s'effondrer avec tous ses auteurs et ses acteurs, du jour au lendemain.
Cela ne pourra plus durer longtemps.
Welles
Pour Bhiri
a posté le à 22:48
« Cela ne pourra plus durer longtemps «  pour Bhiri, la peine de mort l'attend apparemment .