alexametrics
mercredi 17 août 2022
Heure de Tunis : 04:37
Dernières news
Le protestataire mort à Tataouine a été piétiné par ses camarades, selon Imed Hammami
22/05/2017 | 16:09
3 min
Le protestataire mort à Tataouine a été piétiné par ses camarades, selon Imed Hammami

 

Le ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, Imed Hammami, a affirmé que le protestataire mort ce lundi 22 mai 2017, à Tataouine,  a succombé après avoir été piétiné dans une bousculade par « ses camarades » qui se dirigeaient vers le district de la police pour y mettre le feu.

Il a expliqué que le mouvement de protestation à Tataouine a cessé d’être pacifique depuis le 22 avril dernier, quand la route d’El kamour a été fermée. « Malgré cela nous avons continué à dire qu’il s’agit d’un mouvement pacifique, par pure complaisance » a ajouté le ministre.

 

Imed Hammami a précisé que les revendications à Tataouine concernent l’emploi « dans les sociétés pétrolières ».

« Le chef du gouvernement a proposé, lors de son déplacement sur place, la création de 3500 emplois avec un budget de développement de 100 millions de dinars alloués à la région, alors que le budget initial prévu dans la loi de Finances 2017 est de 70 millions de dinars. Ces propositions ont été refusées car les jeunes de Tataouine qui veulent être embauchés par les sociétés pétrolières, nous leur avons donc proposé entre autres, lors de notre visite le 15 mai, de pareils postes et ils ont cette fois accepté dans leur écrasante majorité » a déclaré le ministre.

Il a précisé que cette offre a été acceptée par près de 2000 protestataires sauf qu’un petit groupe de 150 personnes ont tenu à rester sur leur position et on tenu à semer le chaos dans la région.  « Ces personnes n’ont pas l’emploi ni le développement pour revendication » a estimé Imed Hammami.

 

Le ministre a confié que ce qui se passe à Tataouine sert des agendas de parties « qui ont commencé une campagne électorale avant l’heure » et qui veulent semer le chaos dans le pays.  Il a ajouté que le jour-même où un accord a été trouvé avec les manifestants de Tataouine,  « quelqu’un a versé 12 mille dinars et donné un 4*4 au petit groupe de réfractaires ».

« Il s’agit d’une personne dont nous connaissons l’identité, c’est quelqu’un qui veut récupérer de force un contrat dans l’appel d’offre lancé par l’ETAP et qui a été remporté il y a deux mois par une tierce partie. Il veut donc forcer l’ETAP à lui céder ce contrat et il ne l’aura jamais ! » A précisé Imed Hammami.

 

« Nous appelons au calme et nous allons encore mener le dialogue à Tataouine, où les décisions qui ont été prises pour le développement de la région sont en train d’être appliquées. Ceux qui veulent semer le chaos seront soumis à la justice, nous ne sommes pas un gouvernement qui veut mettre des citoyens en prison, mais nous avons des partenaires avec lesquels nous avons des contrats d’investissement et il est de notre devoir de respecter nos engagement en protégeant les sites de protection. Nous ne permettrons pas que la production soit entravée. Il est important que les jeunes de la région comprennent cela. Nous nous engageons, dans les limites du possible,  à répondre aux revendications pacifiques et légitimes, mais quand celles-ci émanent d’agendas politiques et de conflits d’intérêts alors la justice tranchera ! ,  a-t-il conclu.

 

M.B.Z

22/05/2017 | 16:09
3 min
Suivez-nous

Commentaires (8)

Commenter

Forza
| 22-05-2017 21:22
et Hammami raconte ses salades. Sa méthode propagandiste est pire que la visite de Ben Ali à Bouazizi a l'hôpital des brûlures de Ben Arous.
Je ne pense pas qu'il se rendra a Tataouine après ses déclarations.

ALOUANE
| 22-05-2017 19:45
Ce ministre Nahdha paraît très sérieux et très honnête. Il incarne vraiment la probité intellectuelle. Un des rares Nahdhaouis crédible et nationaliste.

Un tunisien.
| 22-05-2017 19:34
Il me rappelle les idiots du RCD.
Il n'a rien compris!
Comme tout arabe arrivé au pouvoir, il devient aveugle et il ne voit plus plus loin que le bout de son nez.
Mais ôù a débuté la révolution, pauvre c.. !

Simon
| 22-05-2017 17:37
Quel curieux hasard que ce groupe obscur apparaisse toujours à l'endroit et au moment où les tyrans commencent à perdre le contrôle de la situation !

Daech est apparu à point nommé en mai 2013 pour sauver la mise à Nouri Al Maliki en Iraq en face d'une insurrection hors de contrôle.

Puis Daech a servi à faire avorter la révolution syrienne grâce à des vidéos bien sordides ....

Par contre Daech n'a pas fait long feu en Libye, où il s'est fait exterminer..

Ah tu me feras toujours rire HatemC, tu es sans doute le seul à gober ta propagande.

HatemC
| 22-05-2017 17:18
Alors simon ... tu cache ton identité zarabe derrière un prénom juif ... pourquoi fais-tu cela l'arabe ... on a compris qui tu es l'arabe de service .. 60 ans de dictature .. 60 ans de soumission ... tj le même connard ... les Snippers sont sortis petite racaille ... tu bandes à l'idée de voir la Tunisie livré aux Daechiens ... saloperie ... Vous n'aurez pas la Tunisie les islamo crétins ... HC

HAtemC
| 22-05-2017 17:09
Ils sont des criminels ... manipulés ... la milice Nahdhaouis Ansar Charia et du Harak les LPR les manipule pour le compte de DAECH ...

Aftar le Libyen pousse la vermine soit à déposer les armes ou trouver refuge ailleurs ... les contrebandiers Tunisiens sont les relais des djihadistes aux abois ... et préparent le terrain pour leur installation ... ils sont à un vol d'oiseaux de Tataouine ...
Les Djihadistes veulent les champs de pétrole pour payer des armes ... et soumettre le Sud ... et rien à foutre de la population locale ... la population de Tataouine va morfler comme les Syriens et les Libyens .... La population qui cri famine et veulent partager l'usufruit du pétrole ... et du travail n'auront que leurs yeux pour pleurer avec l'installation de DAECH ...

ET on voit bien que le GVT a accédé à leur revendication et n'ont pas accepté ... le BUT est ailleurs ... non les recrutements mais l'installation de DAECH en Tunisie ... Hatem Chaieb

Simon
| 22-05-2017 17:02
La vérité est la première victime dans les conflits.

Celui ci ne fait pas exception.

Le sang tunisien a coulé pour que le pétrole continue d'être volé et envoyé vers l'étranger, sous l'oeil bienveillant de la classe politique corrompue jusqu'à l'os depuis 70 ans...

Mirfof
| 22-05-2017 16:38
Bravo à ce ministre, pourtant nahdhaoui. En ces jours difficiles il paraît que seuls les responsables nahdhouis ont les couilles pour parler vrai. Ils recolteront probablement des voix même chez leurs adversaires