alexametrics
A la Une

Kaïs Saïed – Un bilan qui laisse à désirer

Temps de lecture : 7 min
Kaïs Saïed – Un bilan qui laisse à désirer

 

Cent jours se sont écoulés depuis l’investiture de Kaïs Saïed, le chef de l’Etat indépendant élu avec 72,71% des suffrages. Bien que quelques mois ne suffisent visiblement pas à évaluer une performance qui se manifestera pendant les cinq ans à venir, cette période est susceptible d’annoncer la couleur du mandat présidentiel et de donner un aperçu de la ligne de conduite de Kaïs Saïed.


Après l’achèvement des délais constitutionnels en rapport avec la vacance définitive du poste du chef de l’Etat et la fin de l’intérim de Mohamed Ennaceur, c’est Kaïs Saïed qui a prêté le serment de la magistrature suprême 90 jours après le décès du chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi.

Dans son discours prononcé sous l’hémicycle du Bardo le 23 octobre 2019, Kaïs Saïed s’est positionné en garant de l’esprit de la Révolution. Il s’est engagé, entre autres, à concrétiser les aspirations des Tunisiens à la liberté, la dignité et la justice sociale et a réitéré cet engagement lors d’un discours prononcé à l’occasion de la célébration du nouvel an de 2020.

 

Des revendications exprimant la volonté populaire autour de laquelle la « campagne électorale » de Kaïs Saïed a été articulée. « Je n’ai pas le droit de décevoir ces attentes », a déclaré Kaïs Saïed sauf que son bilan jusqu’à présent est loin d’être gratifiant et ce selon plusieurs acteurs sur la scène politique à l’instar du secrétaire général d’Attayar, Mohamed Abbou.

En effet, M. Abbou a relevé la défaillance de Kaïs Saïed sur le plan communicationnel. Une défaillance qui se manifeste notamment par l’absence des sorties médiatiques officielles de Kaïs Saïed ainsi que de l’indisponibilité constante des services de communication de la présidence de la République.

Une absence de réactivité au niveau communicationnel qui a souvent poussé les journalistes à puiser leurs informations des médias étrangers comme c’était le cas pour la visite en Algérie prévue pour le 2 février 2020 et dont l’annonce a été faite en retard par rapport aux médias algériens.  

Le SG d’Attayar a aussi reproché à M. Saïed son inaction en matière de politique étrangère, ce qui fait partie de ses prérogatives principales soulignant qu’il n’est pas appelé à faire des déplacements à l’intérieur du pays vu qu’il n’a aucun pouvoir sur les plans économique et social.

 

L’article 77 de la Constitution de 2014 stipulant que « le président de la République représente l’Etat » et que c’est à lui qu’appartient « de déterminer les politiques générales dans les domaines de la défense, des relations étrangères et de la sécurité nationale relative à la protection de l’Etat et du territoire national des menaces intérieures et extérieures, et ce après consultation du chef du gouvernement ».

M. Saïed a dû attendre au mois de janvier pour effectuer sa première visite à l’étranger. Il s’est rendu au sultanat d’Oman le 12 janvier 2020 afin de présenter les condoléances de la Tunisie suite au décès du sultan Kabous Ben Saïd. Il n’a reçu une personnalité étrangère de premier rang qu’au mois de décembre quand il s’est entretenu avec le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’Union nationale reconnu par l’ONU, Fayez El Sarraj. Une entrevue qui a porté sur les relations économiques et politiques entre les deux pays ainsi que sur les questions humanitaires en suspens ayant souligné la nécessité de parvenir à une solution à la crise libyenne qui découlerait de la volonté des Libyens eux-mêmes.

 

Deux semaines plus tard, Kaïs Saïed s’est réuni avec les représentants du conseil suprême des tribus libyennes pour débattre d’une initiative permettant la résolution de la crise libyenne. Une entrevue venue après que le conseil ait décidé de charger le chef de l’Etat d’intervenir en urgence pour trouver une solution au conflit libyen.

Ajouté à cela, la visite non annoncée du président turc Recep Tayyip Erdoğan en Tunisie le 25 décembre 2019. Une visite qui laisse entendre un parti pris pour le camp d’El Sarraj au détriment de celui du Maréchal Khalifa Haftar et qui a été fortement critiquée par certains partis politiques à l'instar de Machrouû TounesAfek tounes et du Parti destourien libre (PDL) ayant dénoncé l'alignement de la Tunisie dans des axes régionaux. Un alignement rompant avec six décennies de tradition diplomatique de neutralité positive et de non-ingérence dans les affaires internes des autres nations.

La réponse de la présidence de la République est venue en retard attisant ces allégations. Bien que Kaïs Saïed ait déclaré que la souveraineté du pays ne sera pas atteinte et que la Tunisie ne s’alignera dans aucun axe, l’ambiguïté de la position de la Tunisie envers le conflit libyen a déjà eu un impact négatif sur l’image de la diplomatie tunisienne.

 

Une image qui a été ébranlée davantage lorsque la Tunisie a décliné l’invitation adressée par la chancelière allemande, Angela Merkel à Kaïs Saïed pour assister à la conférence de Berlin consacrée à la crise en Libye. Ce refus a surpris les leaders européens qui ont, par la suite, exprimé leur compréhension de la position de la Tunisie.  

En effet, la Tunisie a jugé que l’invitation à la conférence était « tardive » vu qu’elle était envoyée deux jours avant l’événement qui a eu lieu le 19 janvier 2020. La Tunisie a contesté, par ailleurs, « son absence des préparatifs qui ont débuté en septembre dernier malgré son attachement à être en première ligne des pays participants à la résolution de la crise libyenne ».  

 

Kaïs Saïed est conscient que son rendement à la tête de l’Etat aussi bien que les choix qu’il a pris pendant ses cent premiers jours au pouvoir ne font pas l’unanimité. Son message adressé à ses détracteurs à l’occasion du neuvième anniversaire de la Révolution à Sidi Bouzid en était la preuve.

« Je suis en train de travailler en silence en vue de réaliser les revendication des Tunisiens. Je en souhaite pas parler de mes accomplissements jusqu’à ce qu’ils se concrétisent », a-t-il précisé dans un discours livré devant les habitants de la région.

Un discours alarmiste indigne d’un chef de l’Etat mais plutôt d’un révolutionnaire en colère, compte tenu des termes utilisés à l’instar de complot, manœuvres, oppression, bourreaux et tortionnaires.

Evoquer, de surcroît, des complots qui se tissent tous les jours dans des chambres obscures contre la volonté du peuple a donné l’image d’un président vulnérable, dépassé, sans aucun contrôle sur les institutions de l’Etat et qui est visiblement incapable de détecter la véritable corruption pour y remédier.

Cependant, la conseillère à la présidence de la République chargée de la communication, Rachida Ennaïfer a tenté d’atténuer les propos de Kaïs Saïed appelant à les contextualiser.

Pour Mme Ennaïfer, le discours du chef de l’Etat était franc et spontané et les machinations relevées par Kaïs Saïed ne visaient pas sa personne mais plutôt la Tunisie car il y a un blocage au niveau des institutions de l’Etat. Un blocage dont est accusé à tort le président de la République.

 

Le bilan de Kaïs Saïed sera dressé lors du passage du chef de l’Etat à la télévision tunisienne ce soir du 30 janvier 2020. Le président de la République reviendra, entre autres, sur ses prérogatives constitutionnelles ainsi que sur les questions fondamentales intéressant les citoyens et la société, selon un communiqué de la télévision tunisienne. Kaïs Saïed honorera, ainsi, son engagement à revenir aux studios d’Al Wataniya pour faire le bilan des cent premiers jours de son mandat. Un engagement qu’il avait pris lors de son premier débat présidentiel télévisé, le 9 septembre 2019.

 

Boutheïna Laâtar

 

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

Mohamed Ettounsi
| 31-01-2020 19:44
Le titre de l'article est trop gentil. Laisse à désirer, insinue que le bilan est plus ou moins proche de la moyenne. Rien de tout cela.

Un bilan catastrophique sur tous les plans:

Communication de l'institution présidentielle indigne ;
Déplacements à l'intérieur : discours de campagne électorale, populiste et partisan voire extrémiste en divisant la population ;
Désignation du CdG : un processus très moyen et un choix non justifié et non expliqué, avec une tentative de récupération;
Politique extérieure : incompréhension totale des enjeux régionaux et internationaux. Absence totale de vision et de stratégie sur la crise libyenne et une prestation très médiocre lors de la visite du président turque ;
Interview télévisée : inconscience totale du sens de l'?tat et hors sujet sur prérogatives de politique intérieure.

Une calamité à la tête de la présidence de la république.

Il faudra, dès que possible, lancer une pétition pour la démission de KS car il est inapte à une fonction politique et représente un danger pour la sûreté et l'unité nationales.

Ghazi
| 31-01-2020 16:22
d'un tennisman israélien muni d'un passeport français à un tournoi Tunisien.

Waowwwwww, oui c'est le seul israélien rentré et sorti, ni vu ni connu ..... Sans blague il parle vrai ?

@Ministère de l'intérieur : Billehi dites lui que nous sommes devenu un pays 'Fief' des services de renseignements depuis 2012, on a tout le monde ici, ils vivent parmi nous avec plusieurs nationalités, ce n'est pas un secret, on sait ça depuis 8ans, mais il parait que KS ne le sait pas, il se fait du mavais sang pour un tennisman israélien !!! Lol.

EL OUAFFY Y
| 31-01-2020 13:45
Il n'est pas au courant que la dite-révolution lui a causé ces perturbation dans le control de l'état il n'a pas remarqué que le non choix du chef du gouvernement revient au constitution d'après l'état profond il n'a pas remarqué aussi qu'il ne gére rien dans la pratique il a intérêt d'éviter de prononcer :mot révolution :car lui il aussi probable qu'il n'échappera pas d'une deuxième revolution s'il avait bien étudié les consequences dont laquelle a déroulé les contestations de 2011 il ne prononcera jamais mot (REVOLUTION ) soit qu'il en soit la situation, dans l'ensemble était mieux que l'instant dans toutes les secteurs comment ce président n'a pas encore reconnu que toutes les manifestations populaires c'est le résultat de la situation de la vie et lorce que l'état tombera dans une crise économique dans un milieu ou la vérité est absence dans les discourts des hautes responsables . .

Justinia
| 31-01-2020 11:48
Un bilan positif et ambitieux dont M. Badran a contribué en grande partie avec le Président de la République.

cesarios
| 31-01-2020 11:17
Avec le rouge qui plane dans tous les domaines et les secteurs, avec des caisses vides et des budgets alarmants et des clans pour le pouvoir qui se déchirent et qui combinent comme il leur semble dans les coins sombres et les chambres noires et secrètes , avec des des gouvernements instables et qui changent comme on change nos chaussettes, et la liste de nos défaillances et de nos malheurs qui durent depuis une belle lurette et aucune lueur d'espoir à l'horizon pour tout chambarder et changer de cap et de stratégies, comment on veut demander à un président sans antécédents et expériences de gouvernance politique, entouré d'experts désorientés, qui nagent dans le vague , le soupçon et l'aléatoire, des résultats prometteurs et réjouissants, on n'a eu que ce qu'on mérite, nos actuels décideurs politiques ont d'autres chats à fouetter, et le peuple en a marre des attentes pour leur bien étre à tous les niveaux, chaque jour se réveille, il n'est informé que d'étre prét à se préparer pour subir plus de difficultés et plus de souffrances, le stress et le pessimisme qu'ils sont en train de l'envahir et l'engloutir vont lui laisser des séquelles difficilement et chèrement remédiables, , il lui reste actuellement que supplier de bon DIEU de lui éviter et lui éloigner des gouvernants narcissiques , prétentieux magouilleurs, et combinards pour renforcer l'hégémonie de leurs partis au détriment des intérêts de notre chère TUNISIE qui est la victime de leur soif au pouvoir par tous les moyens déguisés , hypocrites , mensongers et déloyaux

Pauvre Tunisie
| 31-01-2020 09:42
On est au bord du gouffre, inchallah Rabbi ykadder elkhir li Touness

Mouga
| 31-01-2020 09:22
RIEN, que de brasser du vent !

CHDOULA
| 31-01-2020 07:59
Ce n'est pas clair , ç'a part dans tous les sens , c'est brouillon , un mélange de sunnisme , de chiisme , de druzisme , de chrétienté , d'orthodoxie, c'est tellement flou que je ne sais plus ce qu'il a fait ,ce qu'il est entrain de faire ou ce qu'il compte faire ! l'escargot sort de temps en temps de sa coquille mais notre champion de la constitution NIET !

le déçu
| 31-01-2020 06:58
Lorsque tout le monde perrore sur le pseudo unanisme autour du président de la République du fait de son score électoral,il convient de relativiser car le score obtenu ne représnte en réalité qu'à peine 72 pour cent des 33 pour cent du corps électoral inscrit.

Achille
| 31-01-2020 01:08
Il est bon ou mauvais le bilan de votre révolution en 9 ans ?
Et le bilan de votre parlement balkanisé, il est bon ?
Et le bilan de vos partis politique il est bon ? Abbou Afek Machrou et même Qalb Tounes qui a fait élire Ghanouchi président du parlement, il sont bon ?
Et le bilan de votre journalisme boudé par la population pour aller se réfugier sur les pages fb, il est bon ?

Vous jugez Kais Said sur 100 jours, 100 jours passé a faire la guerre politique a essayer de partager le gâteau ou comment vous appelez ça 'former un gouvernement'.

Vous êtes heurté par le refus de Kais Said a se rendre au sommet de Berlin sur la Libye, pourtant il souhaite une solution libienne pour la Libye, quel est donc votre problème ? est ce de ne plus être partenaire de l'OTAN ? ou est ce de chercher une solution libienne a la Libye ?

Sinon pour tout le reste, je vois pas ce qui vous dérange, ça montre votre position flou, auriez vous le courage de dire vraiment ce que vous souhaitez pour la Tunisie ?

A lire aussi

Pour l’instant, l’Etat se contente de « mesurettes » qui entravent le secteur plus qu’elles

25/10/2020 15:59
2

Retour sur un an d’exercice d’un président atypique.

22/10/2020 19:25
20

Peut-être il est temps de mettre à nu le mal qui ronge notre

21/10/2020 19:59
3