alexametrics
mercredi 28 juillet 2021
Heure de Tunis : 05:56
A la Une
Jeunesse tunisienne : la répression s’intensifie
04/03/2021 | 19:49
5 min
Jeunesse tunisienne : la répression s’intensifie

Il ne fait pas bon être jeune en Tunisie.

Rania Amdouni, militante féministe et jeune activiste queer de 26 ans, l’un des rares visages tunisiens de la lutte pour les droits LGBTQ, a été condamnée aujourd’hui jeudi 4 mars 2021 à six mois de prison ferme. Accusée du fameux outrage à agent – une accusation fourre-tout – elle est aussi accusée d’atteinte à la morale publique. En réalité, Rania a été arrêtée après s’être rendue au poste de police porter plainte suite à une campagne de dénigrement la visant à cause de son militantisme en faveur des droits LGBTQ. De victime de harcèlement, Rania est devenue coupable et la plainte s’est transformée en accusation.

 

A l’image de cette jeunesse qui n’aspire qu’à vivre à pleins poumons dans son propre pays, Rania représentait une minorité dont elle voulait être le porte-drapeau. Alors qu’elle voyait la vie en mode arc-en-ciel, on a voulu éteindre ses couleurs aujourd’hui en la condamnant à l’ombre et au silence.

L’ancien secrétaire d’Etat à la Jeunesse, Abdelkaddous Saadaoui, s’est dit, lui, « honteux d’avoir un jour servi cet Etat », réagissant à la condamnation de Rania Amdouni.

 

Mais Rania n’est pas la seule.

 

Les jeunes Tunisiens sont en colère aujourd’hui après le décès tragique d’un jeune homme dans la ville de Sfax. Arrêté hier soir avec son frère pour infraction aux dispositions du couvre-feu, il a été conduit au poste de police à cause, encore une fois, d’une plainte pour outrage à fonctionnaire public. La porte ouverte à toutes les dérives.

Diabétique et insulino-dépendant, Abdessalem est mort en route vers l’hôpital pour ne pas avoir reçu sa dose d’insuline.

La mère de Abdessalem a indiqué, dans un témoignage rapporté par la ligue des droits de l’Homme, que son fils Wael, arrêté avec son frère, avait beau hurler et crier réclamant le traitement d’insuline pour son frère souffrant, il n'a obtenu aucune réponse. Il avait même été insulté par les agents du poste de police.

 

Un état de fait qui resserre encore plus l’étau sur une jeunesse qui suffoque et dont les raisons d’aimer leur pays, de s’y identifier et de ne pas avoir envie de le quitter, se font de plus en plus rares.

« Lorsque nos jeunes haïssent leur pays, quel espoir reste-t-il ? » a écrit l’ancien chef de cabinet à Carthage Adnen Mansar. « Il n’a jamais été question de pauvreté, ni de choses matérielles. Il s’agit tout simplement d’une affaire de mental. Lorsqu’une jeune fille qui va porter plainte pour harcèlement se retrouve accusée d’outrage à agent et d’atteinte à la morale et condamnée à six mois de prison, ceci n’a aucun rapport avec la pauvreté ou l’emploi. Lorsqu’un jeune homme insulino-dépendant est arrêté pour avoir violé le couvre-feu et décède en détention car privé de traitement, ceci n’a également aucun lien avec le budget ou le FMI. Personne ne rendra des comptes car la Tunisie est devenue un Etat injuste », a écrit l’ancien dirigeant politique.

 

 

Les cas de Rania et de Abdessalem ne sont en effet loin d’être des faits rares ou isolés. La répression contre les jeunes est si courante que les faits s’accumulent et tomberaient presque dans l’oubli, tellement ils s’enchainent à une vitesse folle.

 

La condamnation absurde de trois jeunes Keffois à la peine surréaliste de 30 ans de prison ne fait presque plus parler. Elle date pourtant d’un mois. Il y a seulement un mois, le 2 février dernier, trois jeunes Tunisiens ont été condamnés par le Tribunal du Kef à 30 ans de prison pour consommation et détention de cannabis dans un lieu public. Le pays est en émoi. Mais pas assez pour que les choses changent. Deux semaines plus tard, un autre jeune, Taher, est condamné à 17 ans de prison pour consommation de cannabis.

 

En janvier 2021, des manifestations, organisées en majorité par des jeunes, ont subi la répression et la violence policières. Sortis manifester contre le chômage, le manque d’avenir, la répression policière, la crise sociale…ils ont été accueillis par des jets de gaz lacrymogène et des arrestations à la pelle.

 

Deux mois plus tôt, Badreddine Aloui, jeune médecin résident en chirurgie à l’hôpital de Jendouba, trouve la mort dans une chute d’ascenseur. Un drame qui survient alors que les jeunes médecins n’ont pas arrêté, depuis des années, de dénoncer le délabrement des hôpitaux publics, devenus un danger pour les citoyens et pour le personnel soignant. Une situation qui fait que de très nombreux jeunes médecins décident chaque année de quitter la Tunisie pour tracer leur route sous de meilleurs cieux…à côté d’autres jeunes diplômés qui choisissent de faire carrière à l’étranger et d'abandonner un pays qui n'a pas su leur donner leur chance. 

 

Si l'on remonte plus loin encore, on se rappellera du décès d’Omar Laâbidi, jeune supporter du club africain mort en 2018, à proximité du stade de Radés suite à des échanges de violences avec les policiers. Un drame qui avait donné naissance au tristement célèbre hastag #T3allem-3oum [apprends à nager ndlr.]. Avant Omar, des centaines de jeunes avaient péri en mer dans des embarcations clandestines dans laquelles ils tentaient de fuir le pays...

 

Les répressions, les injustices et les drames se suivent mais ne se ressemblent pas. Ils font que cette même jeunesse qui avait eu un jour foi en un avenir meilleur et foi en son pays, perd chaque jour un peu plus espoir. Personne ne pourra leur en vouloir…

 

Synda Tajine

 

04/03/2021 | 19:49
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Morjane
Pays de merde
a posté le 05-03-2021 à 08:51
Déposer une plainte pour rechercher sa sécurité qui est un droit et on devient coupable parce qu'on défend une manière de vivre c'est encore une fois une étape vers la république islamo-fasciste. Quand au pauvre jeune décédé les policiers fascistes méritent la prison et la suspension définitive.
Le Numide
Montrer un bout de sein n'est pas une atteinte à la morale publique
a posté le 05-03-2021 à 08:47
Voler un peuple est une atteinte à la morale publique.
Violer un peuple est une atteinte à la morale publique.
Abuser d'un peuple est une atteinte à la morale publique.
Mentir à un peuple est une atteinte à la morale publique.
Terroriser un peuple est une atteinte à la morale publique.

https://www.tunisiefocus.com/culture/montrer-un-bout-de-sein-nest-pas-une-atteinte-a-la-morale-publique-248238/
Be zen
HONTE
a posté le 05-03-2021 à 08:30
Condamner des jeunes de la sorte est tout simplement HONTEUX.
Qui veut tuer son chien, l'accuse de la rage.
C'est exactement ce que fait l'exécutif en fermant les yeux devant les dépassements nombreux de la police et de la justice.
Je soutiens tous ces jeunes, et moins jeunes qui sont victimes d'un justice scélérate, arbitraire, endoctrinée et infiltrée.
Dehors tous les politiciens véreux qui détruit notre pays !
Abir de Gabès
La police parallèle d'Ennahdha et la justice de BHIRI également d'Ennahdha
a posté le 04-03-2021 à 22:09
sont responsables de cette injuste condamnation
Les amis de Rania doivent porter l'affaire aux instances internationales
Abir de Gabès
Condamner à la prison ferme la militante Rania Amdouni pour atteinte à la morale publique est une atteinte à la démocratie et à l'intelligence.
a posté le 04-03-2021 à 21:56
https://www.tunisiefocus.com/culture/montrer-un-bout-de-sein-nest-pas-une-atteinte-a-la-morale-publique-248238/
Agatacriztiz
Les voyants de notre jeunesse sont "au rouge"
a posté le 04-03-2021 à 21:41
Les ingrédients d'une nouvelle révolution sont là, il suffit d'un autre faux pas de la part des autorités et cette fois ci, croyez moi, ça sera une vraie révolution, car ça sera celle de la jeunesse qui en a assez de brimades, de manque de vision pour elle, celle de ceux qui représentent l'avenir du pays et elle submergera tous ceux qui, à contre courant, essayeront de l'arrêter...
DIEHdiehk@gmail.comK
Mais que fait le tartour de Carthage ?
a posté le 04-03-2021 à 20:38
Dans son château sans châtelaine, il passe sont temps à compter les doses de vaccins?
En se posant des questions d'1 existentialiste primaire qui ne maîtrise pas les pouvoirs d'1 Tartour sans conseil con stitutionnel!!!:
Allons enfants de la patrie Bagla Liha :
Que faire de , je veille sur votre"covid" !
Mme Akacha : Apportez moi , mon encrier et ma plume et du papier svp.
J'ai des calculs savants à faire pour le comment je vais dispatcher ces 1000 doses de poison des koufars et qui ne sont pas hallal en plus.
Allons avec 1000 doses, je peux vacciner toute ma cour à condition d'utiliser la moitié d'1 dose
Comme ça , j'ai la pssibiltié de mon infinie bonté de vacciner "TOUT" le personnel du château et il restera encore 1000 demi doses à fourguer aux corrompus pour que dalle !
Vérifions ça tout de suite:
1000 / 2 =500 x 4 =2000 personnes vaccinée à moitié et je ne garantie pas le résultat!
1000 x 2=2000 demi doses qui permettent? de vacciner 2000 personnes !
C'est con, gueux et inculte de raisonner de cette façon!
Bon, je vaccinerai 500 personnes de la famille et les amis et pour "Echabou Layourido" tant pis et il ne sert à rien ce peuple d'incultes, de gueux et malade du lablabi.
Ne rêvez pas trop, parce que le rêve est devenu payant dans le pays qui ne porte plus son nom car la verte s'est faite la malle et a des bureaux à Dubai et son adresse "Borj Khelifa" !
Il faut que j'arrête de boire de l'eau et passer au "Hard Drink" comme mo n psy m'a con seillé.
C'est comme ça que ça se passe dans le pays où il fait bon de vivre et où l'iode est remplacé par les déjections humaines partout et où tu deviens dingue à force de slalomer entre les mosquées pour aller boire 1 "export".
Vous avez compris qqc à ce com? Moi : Non !
Yes No, je fais confiance à votre sagacité de faire un peu de "Felssafaaa"...
Skander
Bravo
a posté le à 23:45
J'ai kiffé ton commentaire
Bravo !!

Allez, enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé!!!

Faites table rase de cette médiocrité et de ces corrompus et PROCLAMER la Nouvelle R'?VOLUTION.... Celle de la jeunesse et de la lumière et jetez en enfer toute cette vieille Tunisie enchaînée par des islamistes venus de la préhistoire

Oui, vous belle jeunesse de Tunisie '?ternelle et Universelle, vous avez droit à tout, comme toute les jeunesses du monde : liberté, sexualité, amour, fantaisies, homosexualité, lesbian, athés, etc...

Brûlez tout sur votre passage, faites table rase partout et edifiez cette Nouvelle Tunisie ouverte sur le monde

N'ayez pas peur de briser vos chaînes, de casser les tabous, de contester l'ordre établie,

Pour renaître, il faut détruire .... Sinon c'est vous jeunesse qui serez détruit.