alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 15:15
Dernières news
Hdider : les pêcheurs ont été humiliés par le ministre de l'Agriculture et de la Pêche
31/05/2023 | 09:24
5 min
Hdider : les pêcheurs ont été humiliés par le ministre de l'Agriculture et de la Pêche


Le vice-président de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la Pêche (Utap), Salah Hdider a indiqué que plusieurs dépassements avaient été enregistrés au niveau du secteur de la pêche. Les marins s’inquiètent, selon lui, du futur du secteur en raison des décisions aléatoires de l’autorité de tutelle. Celle-ci ne communique pas avec eux.

Invité le 31 mai 2023 à « La Matinale » de Khaled Melki sur Shems FM, Salah Hdider s’est interrogé sur l’absence de canaux de communication et sur la non-consultation de l’Utap lors de prises de décisions. Il a estimé que les pêcheurs ont été humiliés et que cette attitude était une insulte pour eux.

Salah Hdider a évoqué l’introduction de frais de 2% appliqués aux marins. Il a expliqué que l’Utap n’a pas eu vent de cela avant l’annonce de cette mesure. De plus, d’autres frais ont été doublés. Le marin paie désormais des frais de 4% sur ses revenus et non 2%. Il s’agit, selon lui, d’une décision imposée par l’autorité de tutelle sous la menace. Les marins doivent soit accepter la décision soit se voir privés de certains services. M. Hdider a, également, expliqué que chaque marin avait droit à une quantité de carburant compensé. Celle-ci a été diminuée par 30% suite à la publication d’une circulaire du ministère de l’Agriculture.

« On travaille sous les menaces du ministère de l’Agriculture… Il ne s’agit pas de fausses accusations… Les plus de 60.000 pêcheurs faisant partie de ce secteur peuvent vous le confirmer… Prenons l’exemple du système satellite. Il a été mis en place dans le but de sauver et secourir… On l’utilise pour suivre les mouvements des pêcheurs… Il y a des abus visant les marins sous prétexte d’appliquer la loi… Ce système est défaillant… Il y a des problèmes de connectivité au réseau… Lorsqu’on contacte le ministère au sujet de ces problèmes, on répond : « Monsieur le ministre ! ». Que veut dire cette réponse », a-t-il dit.


Salah Hdider a indiqué que l’Utap et lui-même avaient du mal à obtenir des réponses auprès des autorités de tutelle et que le ministère n’a pas répondu à leurs correspondances. Il a critiqué la promulgation de décisions de façon unilatérale et sans consulter les pêcheurs. M. Hdider a critiqué l’absence de décision en faveur de ces derniers et a pointé du doigt une injustice les visant. Il s’est interrogé sur les raisons du silence du ministre de l’Agriculture Abdelmonem Belati et sur le refus de collaborer avec les pêcheurs.




« Nous avons envoyé des courriers… Une simple rencontre de cinq minutes pouvant calmer les tensions est-elle de trop ? C’est le ministre qui prend les décisions ! Même les autorités régionales nous affirment que c’est lui qui tranche… Nous avons le droit, en tant que marins, de travailler dans des conditions adéquates… Nous attendons les décisions depuis samedi dernier… Nos dossiers sont prêts… Nous avons tout envoyé au ministère… Or, des décisions peuvent être prises en quelques instants et à l’occasion d’une petite rencontre », a-t-il critiqué.

Salah Hdider a indiqué que l’Utap avait demandé la mise en place d’un système de couverture sociale juste et de garantir un salaire minimum pour les pêcheurs. Actuellement, la pension de retraite des pêcheurs est égale à 140 et 150 dinars seulement. Il a expliqué que l’Utap a proposé la division des revenus selon un système de parts. Il a espéré une réaction de la part de la cheffe du gouvernement, Najla Bouden ou du président de la République, Kaïs Saïed.

Le vice-président de l’Utap a appelé à une application juste de la loi et à la préservation de l’égalité des citoyens devant la loi. Il a évoqué de nombreux dépassements non sanctionnés par les autorités tunisiennes. Les petits pêcheurs sont sanctionnés, mais d’autres intrus enfreignent la loi publiquement et en toute impunité.

Salah Hdider a indiqué que la hausse des prix des poissons résultait de la spéculation et de l’exploitation du système par les intermédiaires. Il a estimé que la révision des circuits de distribution permettra de diminuer le prix de certaines marchandises. Il a appelé à préserver la richesse maritime en protégeant les frontières tunisiennes et en renforçant la lutte contre la pollution et la surpêche. 


S.G

31/05/2023 | 09:24
5 min
Suivez-nous