alexametrics
A la Une

La concurrence s’échauffe à la Kasbah !

Temps de lecture : 6 min
La concurrence s’échauffe à la Kasbah !

 

Avec 134 voix contre, le gouvernement de Habib Jamli n’a pas réussi à obtenir la confiance des députés imposant un passage systématique au « gouvernement du président ». C’est désormais à Kaïs Saïed qu’incombe la tâche de désigner un chef du gouvernement parmi les noms que les différents partis politiques lui ont proposés. Des propositions qui ont commencé à être annoncées depuis hier, mercredi.  


Sans grande surprise, le gouvernement de Habib Jamli, candidat d’Ennahdha à la Primature n’a pas pu passer, approuvé uniquement par 72 élus essentiellement des blocs d’Ennahdha et de la Coalition Al Karama. Après l’échec des concertations avec les partis politiques et les organisations nationales, Habib Jamli a décidé de mettre en place un gouvernement loin des tractations partisanes.

Ce gouvernement apolitique de compétences nationales, comme il l’avait appelé, était incapable de convaincre les députés du Parlement. Ces derniers ont fait part de leurs réserves quant à sa composition, contestant principalement son aptitude, son indépendance et son intégrité. Au final, leur refus s’est concrétisé et le gouvernement a fini par être rejeté.

 

Conformément à l’article 89 de la Constitution, le président de la République est le seul qui pourra tranchera sur la question. Kaïs Saïed doit, ainsi, établir des concertations avec les différents partis politiques et nommer, dans un délai de dix jours de la date du rejet du premier gouvernement, un chef du gouvernement. Ce dernier devra constituer son gouvernement dans un délai n’excédant pas un mois.

Cependant, le chef de l’Etat a choisi une méthode assez inhabituelle quant au processus de formation du gouvernement. Au lieu de passer de longues semaines en concertations, accords de principe, tergiversations et désistements comme le cas Jamli, M. Saïed a opté pour une procédure plus simple, précise et efficiente que les négociations directes.

Il avait, en effet, adressé 38 correspondances aux présidents de partis politiques, des coalitions ainsi que des blocs parlementaires les appelant à présenter leurs candidats à la Primature par écrit, à justifier leurs choix et à détailler les critères adoptés. Ces correspondances ne concernent que les formations politiques représentées sous l’hémicycle du Bardo et n’excluent pas les propositions individuelles des élus non-partisans ou qui n’appartiennent à aucun bloc parlementaire.

 

Les premiers à avoir présenté leurs propositions étaient le parti Errahma et la Coalition Al Karama qui ont respectivement proposé Saïd Jaziri, chef du parti, et l’ancien élu Al Harak, Imed Daïmi qui a été désigné après des élections internes portant sur huit noms proposés.

Imed Daïmi est, également, l’un des deux candidats proposé par le mouvement Amal de Yassine Ayari. L’autre candidate étant l’ancienne présidente de l’Instance Vérité et Dignité (IVD), Sihem Ben Sedrine.

Le parti La Voix des agriculteurs de Fayçal Tebini a proposé l’ancien ministre, Mongi Hamdi, l’économiste Jamel Eddine Gharbi ainsi que l’élu de la liste indépendante « Nahnou Houna », journaliste et auteur, Safi Saïd.

D’autres formations politiques ont pris plus de temps à se mettre d’accord sur leurs candidats vu que certains ont fait le choix de présenter des candidats conjointement avec d’autres partis. Attayar, à titre d’exemple qui aurait présenté son secrétaire général, Mohamed Abbou, s’est concerté avec les partis étant concernés par les négociations autour de la constitution du gouvernement de Habib Jamli à savoir Ennahdha, Tahya Tounes et Echaâb avec lequel il forme le Bloc démocrate.

Naturellement, la proposition d’Echaâb serait conforme à celle d’Attayar et sera présenté au nom du Bloc démocrate selon le secrétaire général du Mouvement, Zouhair Maghzaoui. Toutefois, ce dernier avait précisé que le futur chef du gouvernement doit être indépendant et non-partisan, des qualificatifs qui ne s’appliquent pas sur M. Abbou. En effet, selon des sources bien informées, le choix d'Echaâb se porterait plutôt sur l'ancien ministre Elyes Fakhfakh.

Pour ce qui est de Tahya Tounes, ayant pris part aux négociations avec Attayar et Echaâb, le parti avait précisé qu’il ne présentera aucun candidat à la présidence du gouvernement y compris son président et chef du gouvernement sortant, Youssef Chahed.

Néanmoins, Tahya Tounes pourrait présenter une femme à la tête du gouvernement bien que le nom le plus probable pour l'instant soit celui de l’ancien ministre, Ridha Ben Mosbah.

Un choix partagé par Qalb Tounes ayant jugé que « l’idéal serait de nommer une femme qui peut se montrer plus diplomate et plus apte à apaiser les tensions », d’où le nom de l’ancienne présidente de l’Utica, Wided Bouchamaoui qui circule déjà.

Les anciens ministres, Fadhel Abdelkefi et Ridha Ben Mosbah, le président du Mouvement démocratique, Ahmed Néjib Chebbi, le président du Centre financier aux entrepreneurs (CFE Tunisie), Radhi Meddeb ainsi que la CEO Chief Strategy Officer de One tech holding, Lamia Fourati figurent, également, sur la liste de Qalb Tounes qui négocie essentiellement avec les blocs parlementaires de la Réforme nationale et d’Al Mostakbal.

Pour Ennahdha, parti vainqueur aux législatives, les noms les plus probables sont les anciens ministres Elyes Fakhfakh, Mongi Marzouk et Habib Kchaou, ancien conseiller dans le gouvernement Hamadi Jebali. Marzouk et Kchaou étaient sur la même liste définitive d’Ennahdha des candidats à la Primature qui comportait Habib Jamli. Ennahdha avait relevé, dans ce sens, qu’il soumettra à Kaïs Saïed trois noms à qui n’appartiennent pas au parti islamiste.

Ennahdha avait, de surcroît, exprimé son attachement à un gouvernement politique de compétences nationales basé sur les partis politiques et traduisant la volonté du peuple exprimé par les urnes.

Ses critères pour le futur chef du gouvernement consistent primordialement en la compétence et la vision. Il doit, aussi, être une personnalité fédératrice et consensuelle afin de réussir à constituer un gouvernement englobant un maximum d’acteurs politiques, d'après les critères formulés par le parti.

L’ancien ministre de la Justice, ex gouverneur de l’Ariana et candidat à la présidentielle, Amor Mansour ainsi que le président de l’Inlucc, Chawki Tabib figurent, par ailleurs, parmi les noms proposés pour occuper le poste du chef de gouvernement.

 

Cependant et selon la présidence de la République, seules les formations politiques représentées au Parlement sont concernées par ces propositions. Ainsi, les suggestions des listes partisanes, indépendantes ou de coalitions qui n’ont pas remporté de sièges à l’Assemblée ne seront pas retenues.

Kaïs Saïed est appelé à examiner les propositions et à en choisir une seule à la tête du gouvernement dans les quatre jours à venir, comme il peut théoriquement nommer une personnalité qui n’a pas été proposée. Une décision qui sera imprudente et irréfléchie car le futur chef du gouvernement doit bénéficier d’un soutien parlementaire et populaire et faire l’unanimité, ou du moins, obtenir la majorité dans les rangs des élus.

 

La même décision compromettrait le vote de confiance au gouvernement et engendrerait la dissolution de l’Assemblée aussi bien que la convocation de nouvelles élections législatives dans un délai de trois mois au plus tard. Un scénario que la Tunisie ne peut pas se permettre de vivre notamment dans cette conjoncture socio-économique délicate et les défis sécuritaires à affronter dans la région.

 

Boutheïna Laâtar

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

Maxula
| 19-01-2020 20:10
. . . à un âne bâté, vous pouvez déjà être sûrs et certains que les kelbistes-maqrounisres voteront en bloc en sa faveur. . . dans l'espoir que KS ne dissolve pas l'Assemblée !
Sinon, ils se retrouveront, tout aussi en bloc, devant l'agence pour l'emploi !
Maxula.

Nazou de la chameliere
| 17-01-2020 14:37
Peut parfaitement choisir un jaziri !! Prénom said Jaziri !!
Après tout il avait rendu hommage a mort qui portait aussi le prénom de sa3yed !!
Souriez ya saa3dkoum !!!

DHEJ
| 17-01-2020 14:06
Dommage pour les twensas sans le "noss"!

Mohamed
| 17-01-2020 01:53
Nahdha recycle deux noms, Marzouk et Kchaou (médecin?, sinon au CV inconnu pour sortir le pays du marasme économique, financier et social !), qu'elle a éliminés pour favoriser Jemli. Si ces deux profils ont la compétence et la capacité de diriger le gouvernement, alors pourquoi les avoir recalés lors de la précédente désignation ? Pas sérieux et pas crédible. A leur place, je refuserai d'être proposé par nahdha.

Ceux qui proposent Hakim Ben Hamouda, se moquent de lui. Il a déjà refusé le portefeuille des finances à cause des difficultés pressentis à la tête de ce ministère (trouver des crédits de près de 11 milliards DT). Comment pourrait-il réussir à diriger un gouvernement tout entier !?

Karim Jamoussi, magistrat (pour sortir le pays du marasme économique, financier et social !), actuel ministre de la justice et ministre par intérim de la défense. Même Kais Saied ne l'a pas reconduit à la tête du ministère de la défense dans l'équipe proposée par Jemli.

Elyes Fakhfakh n'a pas brillé dans les gouvernements de la troïka. Il était à plusieurs fois mis en difficulté lors de ses participations aux débats publics (entre autres par Nabli et Dimassi). Comme ministre (tourisme puis finances), il était plutôt le gestionnaire effacé. Comment pourrait-il réussir à diriger un gouvernement et sortir le pays de son marasme économique, financier et social, avec un profil de gestionnaire effacé ?

Sans parler de Daimi (même son ancien président Marzouki ne l'aurait pas proposé), ben Sedrine & Co !!!!

Le président de la république a demandé aux partis politiques de justifier leurs choix. Ont-ils vraiment bien lu et compris son message ?

hamdi
| 16-01-2020 22:24
Elyes Fakhfakh futur premier ministre..relisez bien l'article: il est proposé par Echaab , attayar et ennahdha..

A lire aussi

S’il atteint les poumons de l’être humain, le Covid-19 va jusqu’à affecter ceux de l’économie

05/04/2020 15:59
0

lLhôpital Charles-Nicolle étant en première ligne dans le combat contre le Covid-19 a besoin de

03/04/2020 16:10
10

je pense que notre politique anticipative est en train de porter ses

02/04/2020 20:58
35

cette période, aussi délicate soit-elle, a été marquée par une campagne de diabolisation des hommes

01/04/2020 20:59
3