alexametrics
dimanche 03 mars 2024
Heure de Tunis : 14:20
A la Une
Steg et Sonede dans la ligne de mire de Kaïs Saïed
13/07/2023 | 10:57
6 min
Steg et Sonede dans la ligne de mire de Kaïs Saïed

 

En recevant les PDG de la Steg et de la Sonede, Kaïs Saïed a laissé entendre qu’il y aurait un complot derrière les récentes coupures d’électricité et d’eau dans certaines régions, concomitamment avec plusieurs pénuries. Qu’en est-il réellement ?

 

Le président de la République, Kaïs Saïed, a reçu mardi 11 juillet 2023, le PDG de la Steg, Hichem Anane, et le PDG de la Sonede, Mosbah Helali, deux entreprises de l’État ayant respectivement le monopole de distribution de l’électricité et de l’eau.

Le chef de l’État a appelé les responsables à travailler à mettre un terme aux coupures continues d’eau potable et d’électricité constatées dans certaines régions le plus vite possible. Il a également indiqué que ces coupures ne peuvent être justifiées par des opérations de maintenance de routine, précisant que ces opérations auraient pu être menées avant l’arrivée de l’été.

Le Président a également souligné que les coupures continues ont lieu dans des zones déterminées et durent pendant des jours et des semaines. En plus, elles sont concomitantes avec l’absence de certains produits de base comme le pain, le sucre ou encore les médicaments.

On rappelle que plusieurs villes, y compris de grandes villes comme Sfax, font face à ces coupures d’eau et d’électricité provoquant la colère des riverains. Il y a même eu une manifestation à Redayef à cause des incessantes coupures d’eau.

 

Si l’on lit entre les lignes le communiqué présidentiel, publié mardi à 23h13, on comprend qu’il existerait quelque part un complot ourdi par ces deux entreprises de service public pour couper sciemment l’eau et l’électricité et que les prétextes de maintenance, présentés officiellement, sont fallacieux.

Si ce qu’insinue le chef de l’État est vrai, il y aurait donc quelqu’un quelque part en train d’empoisonner l’existence des Tunisiens, en plein été et en pleines canicules dans l’objectif de provoquer la colère des citoyens contre l’État.

Y aurait-il donc un agent de la Steg qui appuierait sur un interrupteur pour couper l’électricité sur certaines régions ? Et un autre de la Sonede qui fermerait le robinet d’eau destinée à d’autres régions ?

 

Comme souvent, le président de la République fait du populisme. Il convoque les PDG des entreprises publiques pour les sermonner et réduire en miettes leurs prétextes. Concrètement, il les discrédite devant l’opinion publique et s’offre l’image du chef qui sait tout et refuse de croire aux bobards de l’administration. Dès lors, et fort de cette opinion présidentielle, le citoyen lambda en colère ne peut plus croire aux réponses données par les fonctionnaires de ces entreprises. Le chef de l’État met, tout simplement, face à face le citoyen et l’administration et risque, sans aucun doute, d’envenimer davantage la situation sur le terrain.

En convoquant ensemble les PDG de la Steg et de la Sonede, en l’absence de leurs ministres de tutelle (Industrie et agriculture), Kaïs Saïed donne l’impression que leurs problèmes sont liés.

Or ceci est totalement faux. Il n’y a quasiment aucun lien entre les problèmes des deux entreprises, à l’exception de leurs éternels problèmes de moyens matériels dont l’État est le premier responsable.

 

Pour ce qui est de la Sonede, le président de la République gagnerait à se rappeler que la Tunisie vit, en 2023, une exceptionnelle année de sécheresse. C’est ce qu’indiquent les spécialistes. C’est même la quatrième année consécutive de sécheresse, comme l’a rappelé le PDG de la Sonede dans une interview donnée à Midi Show sur Mosaïque FM en mars dernier. 

Cette exceptionnelle sécheresse a poussé le ministère de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche à annoncer une batterie de décisions et de mesures relatives à la mise en place d’un système de roulement conjoncturel et une interdiction temporelle de certains usages de l’eau, qui prennent effet à partir du 29 mars 2023 jusqu’à fin septembre 2023.

Dans son communiqué daté de vendredi 31 mars 2023, le ministère a interdit l’utilisation de l’eau potable, distribuée par la Sonede, pour l’agriculture, l’irrigation de zones vertes, pour le nettoyage des rues et des endroits publics et pour le lavage des véhicules.

Le ministère annonce aussi la mise en place d’un système de roulement conjoncturel pour l’approvisionnement en eau potable, pendant cette période.

Outre le problème de sécheresse, il y a de gros problèmes de réserves de barrages en baisse de plus de 42% en février dernier, selon l’Observatoire national de l’Agriculture. Des barrages qui souffrent, en sus, de problèmes de nettoyage.

En plus de tout cela, et ceci est un problème bien ancien, il y a le fléau de la déperdition de l’eau. Les spécialistes estiment que la Tunisie perd près de 40% de ses eaux à cause notamment des fuites dans les canalisations vétustes et des barrages mal entretenus.

 

Pour ce qui est de la Steg, le problème des coupures n’a rien de nouveau et n’est pas du tout exclusif à la Tunisie. Chaque année, avec les canicules estivales, il y a un pic de consommation d’électricité à cause des climatiseurs. Les capacités de la Steg étant limitées, il y a donc des coupures.

Pour résoudre ce vieux problème, il y a plusieurs pistes de solutions, mais que la Steg ne peut adopter à cause de l’État et d’une législation archaïque.

Ainsi, par exemple, on refuse encore aux Tunisiens de produire leur propre électricité (avec l’énergie solaire et autre) et vendre le surplus à la Steg.

L’absence totale de concurrence fait que la Steg est monopolistique et se trouve seule confrontée aux problèmes de surconsommation.

Il y a également le gros problème de moyens matériels. L’électricité est fortement subventionnée en Tunisie et l’État refuse que les quartiers huppés paient le prix réel et non subventionné de leur électricité.

À tout cela s’ajoute, les impayés de la Steg qui frôlent les trois milliards de dinars représentant 44% de son chiffre d’affaires. L’État, les entreprises publiques et les collectivités locales accaparent 44% de ces impayés. 

 

Au lieu de balayer d’un revers les prétextes justifiant les coupures d’eau et d’électricité, Kaïs Saïed aurait dû étudier les dossiers de ces deux entreprises publiques.

Il est fort à parier que les deux PDG, et leurs ministres, ont bien expliqué les problématiques au président de la République, mais ceci n’a pas été dit dans le communiqué présidentiel nocturne. Le chef de l’État préfère laisser miroiter un quelconque complot devant l’opinion publique plutôt que d’expliquer ce qu’il en est réellement et assumer son rôle de chef de l’État.

Si le président de la République ne veut plus de coupures d’électricité et d’eau, qu’il donne les moyens de travailler aux deux entreprises, qu’il paie leurs dettes et qu’il ouvre ces secteurs à la concurrence privée, comme cela se fait dans les pays développés.

 

Raouf Ben Hédi

13/07/2023 | 10:57
6 min
Suivez-nous
Commentaires
Trabelsi Jalel
Steg
a posté le 21-07-2023 à 12:07
J'espère que Mr le Président posera cette question au PDG de la STEG:
Pourquoi pour avoir un nouveau compteur et après l'avoir on antenne plus que 6 mois?.
Hammadi
Elle est bizarre la tunisie
a posté le 16-07-2023 à 08:03
KS a le droit de parler a tous les responsables dans l etat tunisienne et a tout moment et c est son devoir de le faire pour trouver des solutions.
Le grand probleme avec KS et que ces reunions finissent tous sans resultats et sans actions concretes ,que du bla bla pour la TV
Ce que la steg et la sonede font subir aux citoyens et inacceptable ,coupure eau,qualite eau n en parlons pas, coupure electricite, la fameuse facture et la grande bizarrerie c est qu il n y a plus de compteurs de steg tu dois attendre deux ans pou en avoir un.
La steg et la sonede sont devenus un casse tete pour les tunisiens, il faut les restructurer et les considerer comme des entreprises independantes ( etat doir payer ces dettes envers ces entreprises) ou les privatiser..
Ibrahim
Proposition
a posté le 15-07-2023 à 22:37
Bonsoir,

La situation est difficile et insupportable dans certaines régions.

Du temps que les autorités n'ont ni les moyens ni les idées pour faire face à ces difficultés, les citoyens doivent exploiter toutes les niches pour économiser la consommation de l'énergie. Pourquoi ne pas éteindre les enseignes lumineuses des commerces et autres locaux pendant cette période de forte demande. A bon entendeur. Bonne chance et beaucoup de courage à tous les tunisiens qui travaillent dur et qui cherchent un peu de repos.

zack zizou
zack zizou
a posté le 15-07-2023 à 11:08
Certes les coupures sont fréquentes, mais pour y remédier il faut que l'état (ministères, collectivités publiques ....)paye ses dettes envers la steg et la sonede et le problème sera résolu de suite
Ancien élu de la république française
C'est incroyable même le compteur d'électricité n'existe pas en Tunisie suite à mon coup de téléphone à la Steg d'El Jem d'après eux
a posté le 14-07-2023 à 16:42
Le 8 novembre 2022 pendant mon séjour en Tunisie de 2 mois j'ai réglé 280 dinars jusqu'à ce jour j'attends l'installation d'un compteur d'électricité. J'ai contacté quelqu'un de la Steg au bureau d'El Jem il m'a répondu qu'il n'y a pas de compteur d'électricité et la personne m'a informé comme quoi le président de la république est au courant. Mais paroles contre paroles je sais que les tunisiens sont très forts pour nier. La seule preuve c'est le dépôt de mon dossier le 08.11.2022 jusqu'à ce jour il n'y a rien de fait pour l'installation du compteur mais par contre ils ont encaissé les 280 dinars. Je vais envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception parce que l'ancien directeur aurait fait de la prison et il vient d'être libérer.
Le pack chiche avec moi ça n'existera jamais
DHEJ
Oui il y a complot et autres
a posté le 14-07-2023 à 12:07
CHAPITRE III du code pénal
Des infractions commises par les fonctionnaires publics ou assimilés dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leurs fonctionsSection première
Dispositions générales...



Il faut mettre de l'ordre dans ces entreprises par le pouvoir judiciaire qui complote contre ROBOCOP!
Agatacriztiz
On va encore se les supporter longtemps ?
a posté le 14-07-2023 à 11:35
Une STEG qui ne profite pas de l'inépuisable "réservoir" d'énergie solaire pour réduire la coûteuse dépendance du pays à l'énergie thermique et une SONEDE qui ne recycle pas assez ou pas du tout les eaux usées, qui ne fait aucune promotion d'équipements et petites constructions de rétention, de filtrage et de collecte d'eaux de pluie, ne planifie pas la mise en place de petites unités, ne serait-ce mobiles, de désalinisation d'eau de mer dans des régions ou le stress hydrique fait ou risque de faire de serieux ravages dans un futur proche.
Et ne parlons pas du remplacent des réseaux de distribution vétustes et sources de pertes considérables aussi bien en eaux qu'en électricité.
Ces deux entreprises publiques méritent d'être "revisitées" de fond en comble jusqu'au moindre recoin pour qu'elles soient aussi efficientes que performantes et qu'elles cessent surtout de mettre les bâtons dans les roues à toute initiative intelligente émanant de jeunes et brillants ingénieurs, surtout celles faisant appel aux énergies renouvelables.
Dr Médecin.
Paranoia.
a posté le 14-07-2023 à 11:27
Les illusions de complots constituent une maladie psychiatrique qui se soigne : paranoia.
Hamza Nouira
Et bien....
a posté le 13-07-2023 à 23:36
Que dire.... Voir des complots de partout c'est très fatiguant....

à force de crier au loup.... Il y a une explication à cette expression qui est souvent suivie d'une proposition négative.

Au VIe siècle av. J.-C, Esope raconte l'histoire d'un jeune berger qui s'amusait à crier au loup pour s'attirer la protection des villageois. Mais personne ne vint lorsque le loup arriva pour de bon. Ainsi, une véritable alerte n'est plus prise en compte lorsqu'elle est précédée de fausses alertes à répétition.

Conclusion : Il joue le rôle du berger à merveille.
Tunisino
Il ne faut plus
a posté le 13-07-2023 à 22:34
Il ne faudrait plus blâmer Zakafouna pour son populisme, son incompétence, son irresponsabilité, sa malhonnêteté, son égoïsme, sa paresse, et son immaturité, il faudrait plutôt espérer son départ avec les moindres dégâts.
Nephentes
Pin Pon
a posté le 13-07-2023 à 18:36
ce que montre cette fixation infantile c est l incapacite de Mr Saed et de son equipe a gouverner
Citoyenne
Saccage des institutions et maltraitance des responsables
a posté le 13-07-2023 à 18:25
Pour camoufler son incompétence tout en continuant à caracoler dans les sondages (son vrai but) KS bafoue les PDG, comme il bafoue ses ministres, conseillers,parlementaires et d'une pierre deux coups discrédite les institutions de l'Etat. Lui reste au dessus de la mêlée comme le stipule sa constitution, il a le plein et aucune responsabilité. Il se permet cette curieuse postute tant que Le peuple veut, mais la roue de l'histoire, ettarikh comme il dit, n'a jamais cesse de tourner.
Citoyen_H
CES DEUX BOITES DRAINENT
a posté le 13-07-2023 à 18:12
à elles seules, des milliers de parasites qui n'en fichent pas une, tout en constituant une énorme charge dans le déficit budgétaire de la NATION.
Il faut tout dégraisser, et cela, à la serpe !!!!
L'ensemble des entreprises publiques sont dans le même cas, si ce n'est pire.
Rajoutez à cela, tous ceux qui touchent une très forte retraite alors qu'ils n'ont jamais travaillé (les terroristes libérés par la maudite troika), plus les milliers d'emplois fictifs (magouilles montées de toutes pièces par les multiples ramifications de l'ex-troika), et là, vous aurez une idée de la taille du TROU NOIR ABYSSAL dans lequel nous sommes enchevêtrés.
Il faut éliminer tous ces glandeurs parasites que nous payons et qui ne donnent absolument rien en contrepartie.
Ya Kasissoune, il va falloir agir au plus vite. Ces sangsues sont très voraces.
Ils nous ont coulés !!!


Lol
Meilleures compagnies au monde
a posté le 13-07-2023 à 15:49
En résumé ks devrait se taire car la steg et la sonede n'ont rien à se reprocher.
Il ne faut pas que le politique pense aux problèmes des tunisiens. Le président n'a pas le droit de dialoguer avec les PDG des entreprises publiques, il doit seulement leur donner les moyens financiers que la Tunisie n'a pas et n'aura jamais.
Merci pour la blague
EL OUAFFY Y
EN ETE FAUT PRENDRE EN CHARGE LES PANES DE FORCE MAJEUR .
a posté le 13-07-2023 à 15:41
En ete les pane d'eaux et d'électricité sont frequent les specialistes a la matiere sont en courant de ce phenomene l'utilisation des equipements de froids sont tres eleves qui influe sur l'amperage .
Adnène
Pourquoi ne pas laisser la STEG , la SONEDE donner leurs arguments!
a posté le 13-07-2023 à 15:03
Les pdg de la Sonede, de la Steg peuvent donner des arguments objectifs, sur la base de rapport d'experts neutres sur leur gestion des difficultés. Il est inconcevable que la STEG n'ait pas fait la moindre démarche en justice pour tenter de récupérer ce qui lui est dû depuis des années. A la justice de statuer sur ces dettes, et ne pas laisser les débiteurs profiter d'un silence qui peut être complice. La politique de la STEG sur les prix, les énergies renouvelables reste bien obscure, la STEG affiche ses prix sans la moindre consultation des partenaires publics et sociaux. La pénurie de compteur d'électricité pendant des mois montre bien le peu de cas que l'entreprise fait des besoins des citoyens. Quant à la SONEDE, elle balance des rationnement dans la distribution de l'eau, suspend l'approvisionnement de nouveaux quartier, affiche des prix fantaisiste en connivence avec l'ONAS.....rien de transparent dans les bases de calculs des prix ...... Ces deux entreprises ont des budgets opaques, à partie desquels on ne devine que les généreux avantages sociaux des cadres et employés. Il en est de même de la SNCFT, de Tunis-Air...... et de Tunisie Telecom qui est passé maître dans la facturation des services non rendus ....quand ses câbles sont non fonctionnels pendant des mois. Kais Said a bien raison de remonter les bretelles au pdg, ils doivent être vigilants aux dérives et surtout être bien clair vis à vis des citoyens.
EL OUAFFY Y
Effacement des dettes possible
a posté le à 19:46
Mieux si on procéderai au effacement des dettes des abonnes vue la crise financiere a l'échelle mondial et l'etat pourra prendre la decision .
Hatem
BEN NEJI
a posté le 13-07-2023 à 14:51
Il y a un grand problème de gouvernance de la sonede et de la steg , la deuxième , elle est en train de mettre des battons dans les roues pour le projet de déploiement des énergies renouvelables ,elle veut toujours garder le statut de monopole de l'Energie de la pays et elle met des obstacles pour les projets de partenariat public privé relatifs à la production de l'électricité , il y a deux centrales électriques qui produisent de l'électricité , celle de Rades dont le contrat de concession est arrivé à terme , l'Etat n ' a pas renouvelé le contrat , bien que le prix de vente de l'électricité produite est inférieur au cout de production de celui de la STEG étant donné de l'importance des charges du personnel . la SONED est aussi une des entreprises qui souffrent des problèmes structurels dus à la mauvaise gestion et le manque d'une vision stratégique . dernièrement , dans une information diffusé par un média électronique , la société STAFIM a remportée un appel d'offre de 20 millions de dinars pour l'acquisition de véhicule , alors que le parc de celle ci est plein de véhicules en panne certains d'eux il lui faut de changer une batterie. Cette somme colossale pourrait servir pour l'entretien le réseau pour réduire les coupures fréquentes d'eau dans plusieurs zone sou pour réaliser de nouveaux forages .
AHE
Marre du monopole
a posté le 13-07-2023 à 14:18
Je ne comprends pas la logique de l installation des panneaux photovoltaiques en tunisie: interdit de produire la quantite d electricité souhaitée, interdit de stocker l electricite, tu ne peux pas vendre ce que tu as produit. Enfin de compte la steg exploite le toit des maisons gratuitement sans aucune redevance. Les tunisiens sont des moutons pour accepter une telle cahier des charges.
Bbaya
Il faut enlever la gestion des autorisations des installations photovoltaïque à la STEG
a posté le 13-07-2023 à 12:39
Cette STEG met les bâtons aux entreprises, elle leurs refusent les installations photovoltaïque en traînant les dossiers de plus 3 et 4ans, leurs réponses comme toujours : l'ingénieur chef en mission, en vacances, déplacements sur chantiers,... ine réunion est nécessaire entre les différents services puis te dis la réunion a été reporté,... et c'est le boucle durant des années!

Ces installations photovoltaïque sont très importantes pour les industriels, ils aident à surmonter les ruptures, les coupures et surtout réduire le coût du production afin de pourvoir être competitive face aux produits importé et surtout espérer exporter!

C'est lamentable quand on entend que le maroc est dans le top 5 des pays qui exploite l'énergie solaire dans le monde et commence à exporter par contre la tunisie ne figure meme pas dans le Top 10 des pays arabe!

Pourquoi? Pourquoi ce gâchis Notre emplacement géographique est parmi les meilleurs au monde! Pourquoi le gvt ne fait rien Pourquoi notre président n'impose pas la libération ce domaine? Dans d'autres pays où le soleil n'est pas tjrs présent, leurs gvt subventionne les installations!

Le photovoltaïque peut générer une croissance de 2 à 6% à notre pays, pourquoi ce jahel est bien installé dans nos administrations

Pourquoi ce gâchis à cause ces vieux ingénieurs installés dans la tête de nos administrations?

Laisser les gens innover et exploiter l'innovation!

Dégagez nous ce DG de la steg et ramènez nous une personne qui pense à l'intérêt du pays et pas à garantir sa retraite!

Il faut absolument déléguer les autorisations des photovoltaïque (au moins pour les industriels) à une autre institution au plus tôt possible! La STEG n'est pas à la hauteur de répondre aux demandes des simples citoyens!

Liberez notre pays de cette bureaucratie!!
Juan
ingénieur zéro
a posté le à 13:51
les ingénieurs de STEG sont là pour meubler les bureaux.
leur salaire correspond au diplome, pas au travail qu'ils font.
le culte du diplome héritée de la colonisation.
Le Baron
ce fut un temps ou un sage a dit
a posté le 13-07-2023 à 12:28
estimez vous heureux d'avoir de l'eau qui coule du robinet et de la lumière quand vous appuyez sur l'interrupteur c'est la que la horde a commencé a gesticuler et a ricaner tels des chimpanzés dans un zoo ,ce sont les mêmes lorsqu'un autre sage a dit qu'il faudrait instaurer un ministère de l'eau afin de préserver les réserves hydriques et un département de la mer afin de la sauvegarder le littorale et les ressources de la mer ...