alexametrics
A la Une

Slim Riahi et Hafedh Caïd Essebsi, les nouveaux complices

Slim Riahi et Hafedh Caïd Essebsi, les nouveaux complices

 

Avec 51 députés, le bloc de la coalition nationale se positionne aujourd’hui en tant que 2ème force parlementaire. Nidaa Tounes, constitué désormais de 39 députés, arrive derrière. Avec ses 14 députés, l’UPL, composante importante du bloc Nidaa, dispose d’un poids considérable capable de redéfinir les forces politiques au sein de l’ARP. Un poids que le président du parti, Slim Riahi tente de regagner suite à la récente fusion du bloc de l’UPL avec celui de Nidaa Tounes.


Formé officiellement le 7 septembre 2018, le bloc de la coalition nationale présidé par Mustapha Ben Ahmed a réussi à rassembler des députés du Bloc national, ceux dissidents de Nidaa Tounes, de Machrouû Tounes, de Afek Tounes ainsi que les députés de l’Union patriotique libre (UPL). La nouvelle coalition reste, en outre, ouverte à toutes les forces progressistes souhaitant la rejoindre, annonce-t-on. 

Effectivement, le bloc a continué à attirer de l’attention notamment de la part des députés de Nidaa Tounes. Mécontents de la gestion de l’autoproclamé directeur exécutif, Hafedh Caïd Essebsi du parti ainsi que de sa prise de décision unilatérale au sein de Nidaa Tounes, ces députés ont choisi de démissionner du bloc parlementaire du parti pour intégrer celui de la coalition nationale.

Le bloc s’est explicitement prononcé sur son soutien au chef du gouvernement, Youssef Chahed et à son attachement à la stabilité politique. Une position qui a valu à Youssef Chahed, par la suite, des accusations émsies par la direction de Nidaa Tounes. Cette dernière l’ayant suspecté d’avoir reçu les députés en question afin de les convaincre de se retirer du bloc parlementaire de Nidaa Tounes et de rejoindre la coalition.

 

La coalition nationale a également réussi à attirer les députés de l’UPL dont le bloc a été dissous après la démission de 12 députés. Une intégration qui s’est effectuée suite à l’appel du président revenant Slim Riahi pour que ces mêmes députés soient, après un mois, exhortés à quitter la coalition pour rejoindre le bloc de Nidaa Tounes. Un parti gangrené par les divisions et les conflits internes devenant ainsi un moyen du règlement de comptes entre son directeur exécutif, Hafedh Caïd Essebsi et le chef du gouvernement et fils de Nidaa Tounes, Youssef Chahed.

Pour se justifier, Slim Riahi a indiqué lors du congrès de l’UPL tenu les 13 et 14 octobre 2018 à Sousse, que « la politique du parti et l’éthique ne permettent pas que l’UPL rejoigne un bloc composé de députés qui ont démissionné de leurs partis et qui veulent créer une force dans le Parlement pour gouverner ». Et d’ajouter qu’il s’agit d’un complot en douceur et qu’il refuse de participer à des conspirations pareilles en parlant du bloc de la coalition nationale.

Il a par la même occasion, annoncé la fusion de l’UPL avec Nidaa Tounes soulignant qu’il ne soutient pas le gouvernement actuel et appelant à un remaniement ministériel en vue de mettre fin à la dégradation économique et sociale et dépasser la crise politique qui menace la transition démocratique. Une position qui s’oppose entièrement à celle du bloc de la coalition nationale, que les députés de l’UPL ont intégré le mois dernier. D’après les bruits de couloir, Slim Riahi serait secrétaire général du parti, Hafedh Caïd Essebsi président du bureau politique et Ridha Belhaj coordinateur général. Cependant, Samira Chaouachi, porte-parole de l’UPL a déclaré que la répartition définitive des postes au sein de Nidaa Tounes sera annoncée mardi 16 octobre 2018 lors d’une conférence de presse.

Un revirement peu étonnant de la part de Slim Riahi dont le parti a fait partie des signataires de l’Accord de Carthage avant qu'il ne s'en retire ultérieurement en 2016 et se retrouve dans le camp de l’opposition. Toutefois, un rapprochement ensuite, avec Nidaa Tounes et Ennahdha lui a permis de réintégrer l’Accord en faisant allégeance au gouvernement en place. Pourtant, l’UPL n’a décroché aucun poste au sein de ce gouvernement. 2 ans auparavant et lors d’une interview télévisée, Slim Riahi a assuré qu’il lui était inconcevable d’intégrer un parti « jetable, dénué de toute vision et de tout projet », en parlant de Nidaa Tounes.

 

Un revirement suspect qui a incité l’avocat et l’ancien dirigeant au sein de Nidaa Tounes, Lazhar Akremi à se questionner sur les réels motifs de la fusion entre l’UPL et Nidaa Tounes dirigé par Hafedh Caïd Essebsi. Pour M. Akremi, il s’agit uniquement d’un marché conclu avec la famille Caïd Essebsi pour l’annulation du gel des avoirs de Slim Riahi après qu’ils aient réglé son affaire de chèques sans provisions. L’avocat a précisé que Riahi avait préalablement demandé cela à Youssef Chahed qui n’a pas pu intervenir en sa faveur dans cette affaire. Et d’ajouter que l’alliance contre-nature entre Slim Riahi et Hafedh Caïd Essebsi était prévue mais ne durera pas longtemps soulignant que Riahi savait déjà que la formation du bloc de la coalition nationale pro Chahed était une tentative d’un putsch en douceur.

De ce fait, Slim Riahi qui a été le sujet de plusieurs déboires judiciaires notamment des affaires de blanchiment d’argent et de corruption remettant en cause les sources de ses revenues et les affaires fructueuses qu’il entretenait en Libye et en Grande-Bretagne semble chercher à trouver par cette fusion une porte de sortie et à se refaire une virginité. Après avoir démissionné en décembre 2017 de la présidence de l’UPL, gelé ses activités partisanes et politiques « dans un contexte où il lui est impossible de poursuivre ses activités dans les meilleures conditions » et cédé la place à Samira Chaouachi, vice-présidente du parti, Slim Riahi est revenu à la tête de l’UPL en août 2018, disant qu’il n’aurait jamais osé réintégrer la politique sans être certain de son innocence.

 

Dans ce sens, la fusion entre l’UPL et Nidaa Tounes consiste à un soutien que Slim Riahi apporte à Hafedh Caïd Essebsi au détriment de Youssef Chahed. Elle semble, de surcroît, être un signe de reconnaissance envers la famille Caïd Essebsi et pour, vraisemblablement, régler ses comptes et servir ses intérêts personnels. Néanmoins, certaines coordinations régionales de Nidaa Tounes se sont opposées à cette fusion et ont réitéré leur refus du gel d’adhésion du chef du gouvernement au parti dénonçant, par ailleurs, son exclusion de la réunion du bureau politique élargi de Nidaa Tounes tenu à Monastir dimanche 14 octobre 2018.

Elles ont, de plus, annoncé qu’elles étaient prêtes à l’escalade et à toutes les formes de militantisme en cas d’obstination de la direction actuelle du parti. D’ailleurs, une vidéo de la réunion a circulé sur les réseaux sociaux montrant les participants contester la direction du parti et scander des « dégage » à l’encontre de Hafedh Caïd Essebsi.

 

En tout état de cause, le plus conséquent enjeu auquel Slim Riahi est confronté, pour l’instant, est le « transfert » des députés UPL du bloc de la coalition nationale à celui de Nidaa Tounes. Le député UPL, Tarek Ftiti a, néanmoins, précisé que 15 députés UPL dont 14 appartenant déjà au bloc de la coalition nationale rejoindront le bloc de Nidaa Tounes. A travers ces mouvements, le bloc Nidaa Tounes deviendra, avec 54 députés, la 2ème force parlementaire après Ennahdha. Les députés UPL, obéiront-t-ils aveuglément les directives de Slim Riahi ? Ne serait-il pas, un jour, victime de ses caprices ?

 

Boutheïna Laâtar  

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (21)

Commenter

Catastrophes
| 18-10-2018 12:55
Sont-ils conscients qu'ils n'ont aucune chance ?
Sauf celle de se retrouver dans la poubelle de l'histoire.

Mouzal
| 18-10-2018 11:17
Avec deux têtes pareilles un SR et un HCE, plus de raisons de s'inquiéter. Un "homme d'affaires" au passé douteux et un "débile" confirmé, l'un qui parle trop et l'autre que l'on entend pas du tout parler.
C'est ce que l'on appelle un team complémentaire
Un mélange, des plus détonnant, qui est la bouée de sauvetage que le pays attendait.
Il est enfin là!

EL OUAFFY
| 17-10-2018 13:02
Pouruoi vous moquez des hommes qui ont la volonté de mettre la situation meilleure que l'actuelle .

IMOU
| 17-10-2018 10:02
RIAHI, TOUBEL, BELHAJ & HCE, avenir assuré pour la Tunisie hahahahahah.

EL OUAFY Y
| 16-10-2018 17:53
Quelle jalousie , Slim Eriahi et Hafed Caid Sebsi sont en train de préparer un programme pour mettre fin au chômage en créant des postes de travail rentable pour les jeunes diplômés ou non car HCE préfère qu'il se rapproche des jeunes pour faire le maximum d'effort pour que les jeunes seront très satisfait car HCE sait pertinemment que les hommes de politiques sont très avantageux dont la majorité vive dans les meilleures conditions et c'est la justice sociale si HCE donne l'importance aux jeunes qui vivent dans la précarité .
HCE du courage votre honnêteté et votre bon foie envers les jeunes c'est un devoir sacré .

eshmoun
| 16-10-2018 15:10
les jeunes consplissent

Nephentes
| 16-10-2018 11:53
cette alliance est un symbole de l'agonie du pays

Cette oligarchie qui nous gouverne est véritablement une voyoucratie : une caste de coquins pour qui la société est un échange convenu de fausse monnaie, un coupe-gorge feutré décoré de politesse et embelli de faux bijoux obscènes

C'est cette bande de voyous en costard-cravate qui nous a dérobé notre révolution

Nous sommes théoriquement encore en démocratie : entre la racaille islamiste et la racaille "progressiste" il reste encore quelques hommes de bonne volonté comme Said Aidi Kamel Morjene ou Youssef Echahed (avec réserves)

Kameleon78
| 16-10-2018 11:05
Boule Slim et Bill Hafedh. Qui se ressemble s'assemble.

Ameur k
| 16-10-2018 10:34
Une m***e dans un egout.....qu est ce que cela peut donner....
Une grosse M***E

Hadj
| 16-10-2018 10:21
Pour sortir de la crise la tunisie aligne ce qu'elle a de meilleurs sur la scène politique :hafedh caïd essebsi, riahi et belhadj!!Un mélange explosif qui finira par sauter à la figure de cette bande de cancres manipulateurs et opportunistes.

A lire aussi

« Pas de citoyenneté sans justice sociale » ! Ceci n’est pas le slogan du Front populaire, ni d’El

24/06/2019 20:17
8

Cela fait maintenant 1 an que la loi n°2018-35 du 11 juin 2018 portant sur la responsabilité

23/06/2019 15:59
0

Son petit itsi bitsi tini ouini, tout petit, petit bikini, chantait Dalida. A l’heure du marasme

21/06/2019 20:59
19

Le 18 juin 2019 a été voté l’amendement de la loi électorale comme proposé par le gouvernement et

20/06/2019 19:59
3

Newsletter