alexametrics
dimanche 05 février 2023
Heure de Tunis : 03:00
Dernières news
Sahbi Ben Fredj : Tout mon soutien aux journalistes dénigrés !
07/07/2018 | 00:39
3 min
Sahbi Ben Fredj : Tout mon soutien aux journalistes dénigrés !

 

Le député Machrouû Tounes, Sahbi Ben Fredj a publié un statut, ce vendredi 6 juillet 2018, pour revenir sur la polémique déclenchée par l’article du Guardian et toute la campagne qui s’en est suivie.

 

« L’histoire a commencé par un article publié par un journal britannique et la question adressée par un député à son gouvernement concernant des fonds dépensés pour les besoins d’une campagne médiatique en faveur du gouvernement tunisien. Le député a conclu que l’argent public britannique est adressé au gouvernement tunisien pour le protéger de la vague de protestation à cause des mesures douloureuses imposées par le FMI. Et là, la campagne commence : la Grande Bretagne finance Youssef Chahed contre les intérêts du peuple tunisien à travers des agences de communications étrangères ».

Et au député d’ajouter : « Le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani est sorti au grand public pour démentir toute relation contractuelle entre la Tunisie et toute agence britannique. Il a déclaré qu’il s’agit d’un accord de partenariat signé par Habib Essid avec le gouvernement britannique qui s’engage à soutenir les efforts du gouvernent dans l’explication des réformes économiques. Ainsi, le volet de l’assistance technique a été confié à une agence de communication britannique. Quant aux fonds reçus, ils sont dépensés sous la supervision du financeur étranger ».

 

Sahbi Ben Fredj relève que « la campagne « Comprenons les réformes » a commencé durant les mois de mars et avril, à la suite des tensions entre Youssef Chahed et Noureddine Taboubi à propos des réformes, et qui reste loin des manifestations qui ont eu lieu durant le mois de janvier. L’ambassadrice britannique a fait pratiquement la même déclaration que Iyed Dahmani, mais la même troupe considère que « l’ambassadrice dément Dahmani ». L’ambassade publie alors un communiqué pour dénoncer la déformation des propos de l’ambassadrice. Mais là, la chaîne Nessma entre en jeu, on y lit en direct des PV des séances du parlement britannique, et l’animateur indique en substance : « la Grande Bretagne a accordé 20 milliards à Youssef Chahed personnellement. Il les a utilisés sous forme d’une caisse noire pour le recrutement et le financement de tout un réseau de journalistes et de blogueurs qui travaillent pour son compte ».

 

L’élu Machrouû Tounes évoque ainsi l’affaire de la liste de journalistes qui a fait beaucoup de bruit, vendredi : « Une liste noire est publiée par la suite, sur laquelle, on retrouve les noms des journalistes qui auraient affiché leur soutien à Youssef Chahed. Ils sont présentés en tant que traitres et mercenaires. La même troupe revient à la charge, et l’histoire est récupérée par certains hommes politiques », indique le député dans son statut.

 

Sahbi Ben Fredj a fait part de son entier soutien aux journalistes, (seulement les journalistes), rappelant à tous ceux qui partagent ladite liste qu’ils contribuent à la politique de la terre brûlée. « Je respecte les avis de ceux qui contestent le gouvernement actuel par principe et en toute honnêteté, seulement ceux-là ».

 

S.H

 

07/07/2018 | 00:39
3 min
Suivez-nous

Commentaires (7)

Commenter

houda
| 07-07-2018 20:05
personne ne t a sonnè casse toi finalement tu defends les traitres et les vendus je crois que tu as l eau dans la bouche

Abel Chater
| 07-07-2018 13:47
Sahbi Ben Frèj, est un membre de la Bande à Mbarka, ayant fait le voyage en Syrie pour soutenir le bourreau génocidaire des Syriens et destructeur de la Syrie, le Saffah Bachar Assad. Sa clique se compose de Mbarka Aouinia, Mongi Rahoui, Abdelaziz Kotti, Khemais Ksila, Issam Matoussi, Nouredine Merabti et lui Sahbi Ben Frèj bien sûr. Ceux-là soutiennent les génocidaires et les dictateurs arabes, mais n'arrivent pas à soutenir le jeune premier ministre tunisien Youssef Chahed. Il est impossible que ce même Sahbi Ben Frèj, qu'il soit de la débilité à ne pas comprendre et à ne pas réaliser, qu'on n'a pas besoin de corrompre les journalistes pour qu'ils constatent d'eux-mêmes, la souffrance mondiale à la suite de l'actuelle crise économique mondiale. Cette crise économique dont souffrent la Jordanie et même les pays riches du golfe, ne peut être de la faute du premier ministre Youssef Chahed ni de l'actuel gouvernement ou de ses prédécesseurs les anciens gouvernements post-révolutions de la Tunisie. L'Egypte est au bord de la famine, au point que son dictateur vole le pétrole de la Libye. Chez nous en Tunisie, nous avons la chance d'avoir une transparence politico-économique, une liberté de la presse, une liberté de la parole et une Justice avec ses deux branches la civile et la militaire, qui veillent sur la sécurité du pays et contre sa trahison au profit de forces étrangères. Donc, ce qui paraît pour Ben Frèj, une manipulation jusqu'à la corruption de journalistes tunisiens, de la part de l'Angleterre ou d'un autre pays ami de la démocratie tunisienne, n'est en vérité que l'échec de ce même Ben Frèj, qui ne cherche avec son lobby, qu'à destituer le premier Ministre Youssef Chahed, dans l'espoir de s'emparer du pouvoir, malgré le beau travail de ce même Youssef Chahed. Malgré l'absence totale de la part de Ben Frèj et de sa clique, d'un programme pouvant nous faire comprendre, qu'à la destitution de Youssef Chahed, son successeur va faire de la Tunisie l'Eden tant attendu et tant rêvé, les ennemis de Youssef Chahed au sein de la Bande à Mbarka, d'Abdelaziz Kotti, de Mongi Rahoui, de Ben Frèj & Co., ne manifeste sa vigilance que contre la vraie réussite de notre transition démocratique, en hostilité incompréhensible contre toutes les forces qui aident la Tunisie à se maintenir dans la bonne voie en direction des pays les plus avancés de ce monde, comme l'Angleterre, la France, les USA, la Turquie, le Qatar, l'Italie et tant d'autres pays amis et frères, qui n'ont pas peur de la démocratisation de la Tunisie et de la réussite de sa Révolution du 14 janvier 2011.

parents
| 07-07-2018 12:43
Une analyse non innocente. D.Sahbi a un pied chez Machrouu Tounes et l'autre chez des voisins !!!!! Pour qui il roule ?

citoyenne
| 07-07-2018 09:14
que ce soient les journalistes visés qui font un démenti, sinon on ne peut plus croire qui que ce soit ds cette histoire

Hadou
| 07-07-2018 08:58
Demissionnez de ce Parlement de la honte et c comme ça que vous servirez la tunisie. .

Ali Baba au Rhum
| 07-07-2018 07:06
Il me semble que dans toute cette salade, et pour le dire crument, le vrai scandale, ainsi qu'en a fait état le député britannique, c'est la collaboration "technique" entre les Etats britannique et tunisien afin de permettre à ce dernier de lustrer une politique économique contestable, auprès de sa propre population.Que cela soit utilisé hors contexte dans la guerre des factions qui se déroule actuellement et dont l'enjeu est la présidence du gouvernement , n'est pas le plus important, Monsieur le Député.