alexametrics
Dernières news

Rachida Ennaïfer : Moncef Baâti a commis une faute diplomatique grave

Temps de lecture : 1 min
Rachida Ennaïfer : Moncef Baâti a commis une faute diplomatique grave

 

La conseillère à présidence de la République, Rachida Ennaïfer a assuré dans une déclaration accordée, ce samedi 8 février 2020, à Shems Fm que le limogeage du représentant de la Tunisie auprès de l’ONU, Moncef Baâti, est motivé par des fautes professionnelles.

 

« Il s’agit d’une absence de coordination et de concertations avec le ministère des Affaires étrangères et le reste des membres du groupe arabe au sein du conseil de sécurité à propos de la diffusion du document de projet de résolution onusienne stipulant la condamnation du « Deal du siècle » présenté par le président américain, Donald Trump », assure Rachida Ennaïfer.

 

Elle a tenu tout de même à préciser que le contenu du document distribué par M. Baâti ne diffère pas de la position de la Tunisie envers la cause palestinienne, tout en qualifiant le comportement de Moncef Baâti de faute diplomatique grave.

 

S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (43)

Commenter

Carthage Libre
| 10-02-2020 13:14
D'un côté elle dit "on l'a limogé car il distribuait des textes contre la résolution Trump" et d'un autre côté elle dit "on est effectivement contre cette résolution Trump"...

Vous avez mis des AMATEURS à la tête de l'Etat ; un peuple BAGRA : Karoui la maqarouna aurait fait 100 fois mieux que Saied, pour le BEABA de la diplomatie internationale et des relations internationales.

Toute façon, ma dépression je l'ai faite entre octobre et décembre, je m'attendais à tous ça.

Mansour Lahyani
| 10-02-2020 09:18
Il faut bien se résoudre à voir la réalité en face : "si faute il y a, c'est bien celle de ceux qui nous ont déposé leurs déchets à Carthage..." Voilà c'est dit, et bien dit, même si ça fait mal ! Mais écouter les fanfaronnades de cette pimbêche est au-dessus de mes forces ! Cette pauvre dame n'a même pas été capable présenter un argumentaire cohérent : elle a vaguement navigué de la présentation d'arguments faux à leur contraire, en passant par l'opprobre et la calomnie la plus évidente... et la moins justifiée !
Bravo, momo !

aldo
| 10-02-2020 06:55
La TUNISIE a besoin d un homme de terrain qui sait jongler suivant la conjoncture , le stylo à plume et vas y que je te fait des poésies ou HAK ELLAOUI c est mort .

Aboubih
| 10-02-2020 03:49
Et voila qu'une assistance universitaire se retrouve experte en diplomatie et donne des leçons à ceux qui ont tout pour lui faire apprendre les ficèles du métier. En Tunisie, beaucoup aujourd'hui s'érige en expert et tous apprennent dans les cafés ou les salons, pour les plus aisés.

Momo
| 09-02-2020 22:20
C'est dans la presse mondiale : le gendre de Trump a appelé Saied pour lui exprimer le mécontentement de son beau père a cause du succès diplomatique que rencontre le projet de résolution que devait présenter la Tunisie au conseil de sécurité. Du coup Saied a viré notre représentant pour contanter Trump et le projet a été modifié pour ne plus critiquer le deal du siècle. Et maintenant il veulent nous faire gober l'histoire de la faute professionnelle... si faute il y a, c'est bien celle de ceux qui nous ont déposé leurs déchets à Carthage...

mizaanoun
| 09-02-2020 18:12
En tout cas on voit bien que le document distribué par le délégué tunisien aux membres du Conseil de Sécurité avant terme, ne plait particulièrement beaucoup à l'auteur de l'Affaire du Siècle, à savoir, l'Empire US, l'Empire du Mal absolu de tous les temps jusqu'à présent. Surtout venant d'un grand « allié », sans être membre à part entière de l'OTAN comme le disait le grand M'Barak Abou Aamama, ou Barak Obama. '? propos les noms et prénoms sont toujours « simplifiés » ou mutilés, dans l'Empire, comme par exemple William Jefferson Clinton, qui est devenu Bill Clinton'?'», assure.
L'affirmation de Madame Rachida Ennaïfer d'une absence de coordination et de concertations avec le ministère des Affaires étrangères et le reste des membres du groupe arabe au sein du conseil de sécurité à propos de la diffusion du document de projet de résolution onusienne stipulant la condamnation du « Deal du siècle » présenté par le président américain, Donald Trump » est d'une logique incontestable. Il est très fort probable que M. Baâti ait voulu informer le délégué de Trump afin qu'il ait suffisamment de temps pour bien préparer sa réplique pour le mardi 11 février. On ne pense nullement pas qu'il ait agi en toute innocence. Le temps le dira.
Ceci dit il est évident, quoi qu'en dise, que le Président Tunisien actuel ne plait beaucoup ni à Trump ni à Netanyahu et à leurs alliés en Tunisie comme par exemple l'allié numéro1, Ghanouchi, ni dans le monde arabe en l'occurrence à la tribu Saoud dont les membres savent mieux manier les scie, pour dépecer ceux qui osent leur résister, que la diplomatie ni à la tribu des Khalifa du Qatar, celle de Zayed bin Sultán Al Nahayan ou As Sabah, dont les mercenaires campent officiellement depuis 2011 au sud de la Tunisie. Ces tribus ont un point commun indéniable celui de comploter contre tous les peuples arabes ou musulmans ou même contre les tous les peuples de la terre qu'ils préfèrent dans la misère totale et ainsi dilapider des quantités considérables d'argent volé soit pour « tuer le temps » soit pour satisfaire leurs instincts les plus primitifs, soit pour corrompre à coup de milliards partout.
Enfin le Président ne devrait pas plaire non plus aux alliés de l'Empire en Europe ou dans le reste du monde. En réalité il jouit de très peu de sympathie à l'échelle mondiale dans sa configuration politique actuelle. Ce qui ne veut pas dire que les choses soient irréversibles. Les courageux ont toujours été un peu « seuls », c'est la condition principale pour réussir d'une manière ou d'une autre pourvu qu'ils soient honnêtes et vont jusqu'au bout.

TunPat
| 09-02-2020 16:40
'?coutez , on s'est mis dans une situation très délicate en acceptant une place dans le conseil de sécurité de l'ONU .

Au moment des faits j'allais donner un avis négatif sur cette question mais j'ai reculé à la vue d'une réaction globale de quasi satisfaction générale , où tous les commentateurs à commencer par les officiels ont loué le fait que la Tunisie a été élue au Conseil de sécurité avec plus de 190 pays pour ( si je me rapelle , en fait presque tous les pays étaient favorables à la désignation de la Tunisie ) et bien sûr les "Kafkafa" ont loué BCE pour cet grand acquis et bla bla , bla bla bla .....

Oui mais c'était une connerie (que dis je une imbécilité) , il ne fallait absolment pas poser notre candidature au conseil de sécurité , parce qu'on ne peut pas se permettre de jouer les " paons " . Il est clair qu'en l'état actuel des choses , avec une économie catastrophique , on ne peut pas se mettre à dos les USA , les USA de TRUMP , qui a plusieurs fois déclaré que ceux qui sont contre lui , sont carrément ses ennemis .

Alors à quoi sert une position au conseil de sécurité , pour défier les USA ? avec toutes les graves conséquences économiques qui s'en suivraient , faut'il rappeler que les Américains soutiennent les efforts de la lutte contre le terrorisme et le soutien en armement ( plusieurs dizaines de million de dollars ) , renseignement et formation à nos forces de défense et de sécurité nationale ?

faut t'il rappeler les garanties financières américaines qui nous permettent d'acquérir des crédits etc...

Et supposant qu'on puisse présenter une résolution condamnant le plan de paix du siècle , es ce qu'il pourrait passer ? notre pays n'a aucun poids au conseil de sécurité et un simple veto des USA ferait capoter toute résolution allant à l'encontre de leurs intérêts , alors pourquoi nous nous sommes jetés dans la gueule du loup ?

Dans notre situation cahotique avec pleins de problèmes internes , avec une situation dangereuse à nos frontières libyenne , un raz le bol intérieur contre les politiciens à deux sous qui s'entredéchirent pour les chaises , une corruption comme jamais dans l'histoire de notre pays , il ne fallait pas se mettre en avant et jouer les fanfarons en tout cas ce n'est pas le moment regardez les dégâts maintenant .

Cette pauvre Ennaifer , dit d'une part que Moncef Baâti a commis une faute diplomatique et d'autre part elle dit que le document qu'il a préparé ne diffère pas de la position officielle de la Tunisie , cela montre la connerie des uns et des autres et le désaroi dans lequel nos politiciens à deux sous se sont mis .

Il est clair que le fameux plan de paix est une foutaise qui ne sera jamais accepté ni du côté palestinien ni du côté de la majorité des pays arabes ,

Il est courageux pour notre pays de nous positionner contre ce plan , mais faut t'il pour cela nous mettre en avant ? La diplomatie c'est l'art , l'habileté et le tact dans la conduite des affaires dans l'intérêt de notre pays et apparemment on a perdu cette habileté .

Med Ali

Le fait qu'on soit au conseil de sécurité , on s'est mis bêtement entre le marteau et l'enclume , maintenant il vaut mieux se la boucler .

Pan
| 09-02-2020 16:33
Chez les autres : Meyer Habib est un citoyen français, son pays lui donne le droit de s'exprimer, il est dans un pays libre, et dans un pays de liberté.
Chez nous : Moncef Baâti, représentant de la Tunisie auprès de l'ONU, un diplomate chevronné, est limogé parce qu'il voulait traduire la position de la Tunisie concernant le conflit du Proche-Orient, mais diplomatiquement, en régulant le ton non-diplomatique de notre cher président ; un président qui croit encore que le discours se construit sur des slogans et que l'orateur peut user sa langue et non sa cervelle, notre Meskine Moncef Baâti est limogé parce qu'il croyait fermement que le droit international n'est pas basé sur la rhétorique mais sur une certaine logique.
L'anecdote, la conseillère du président, cherche à nous faire inculquer l'idée des « fautes professionnelles »

Monsieur Meyer Habib vous ne pouvez être que notre meilleur amour....

lagon
| 09-02-2020 16:15
KS vous incarnez l'incompétence. Vous nous rendez ridicules, c'est lamentable on touche l'abîme. Démissionnez et allez en Palestine si vous voulez Y'en à marre marre

A lire aussi

Les contaminations sont réparties sur 21 gouvernorats

28/03/2020 23:19
0

il ne s’engage pas à émettre une circulaire portant organisation de l’économie

28/03/2020 22:08
0

La présidence de la République a fait part de la disposition de la Tunisie à mettre ses

28/03/2020 21:29
7

A l’initiative du Ministère des Finances et dans le cadre de l’effort national pour lutter contre la

28/03/2020 20:48
0

Newsletter