alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 17:46
Chroniques
Quand les populistes traitent de migration
Par Marouen Achouri
29/03/2023 | 16:59
4 min
Quand les populistes traitent de migration

 

L’Italie semble être très préoccupée par la situation en Tunisie. Les ministres italiens de l’Intérieur et des Affaires étrangères multiplient les rencontres et les déclarations pour alerter sur la gravité de la situation en Tunisie et pour dire, en un langage à peine caché, qu’ils n’ont pas envie de payer le prix migratoire d’un effondrement économique de la Tunisie.

De son côté, la Tunisie et ses autorités semblent s’accommoder de cette situation. Ni le chef de l’Etat, inactif depuis le début du mois de ramadan, ni le ministre des Affaires étrangères, n’ont jugé bon de porter la parole officielle tunisienne sur cette question de migration clandestine et de possibilité d’effondrement. L’Etat tunisien semble se contenter des quelques millions d’euros qu’il obtient de la part des Italiens pour jouer le rôle de garde-côte de la rive Nord de la méditerranée. La Tunisie fait la une des journaux internationaux, se retrouve au centre de consultations et de réunions en Europe et ailleurs, mais n’a apparemment pas les ressources nécessaires pour répondre à cela. Il s’agit, évidemment, d’une réponse coordonnée, pesée et efficace. Non pas d’une énième envolée lyrique à propos de la souveraineté et de l’indépendance de la décision nationale. Espérons que le silence tunisien ne soit pas motivé par la volonté d’obtenir le prêt du Fonds monétaire international sans faire trop de concessions au niveau des « réformes ». L’on pourrait se dire que les Italiens et les Européens s’occuperont de faire pression sur le FMI pour débloquer le prêt de 1,9 milliard de dollars en faveur de la Tunisie puisqu’ils sont apeurés par le risque migratoire et d’un effondrement économique qui serait accéléré par la non-obtention de ce prêt.

 

Depuis quelques mois, l’Italie est gouvernée par l’extrême droite. Il n’est guère étonnant de voir que la question migratoire représente un thème central pour Girogia Meloni et son gouvernement. Elle avait, d’ailleurs, axé une grande partie de sa campagne sur cette question avec un traitement populiste. Encore une fois, rien d’étonnant venant d’une politicienne qui voyait en Mussolini un « bon politicien ». Toutefois, l’Italie feint d’ignorer qu’il existe aussi des médecins, des ingénieurs et même des hommes d’affaires qui travaillent en Italie et qui, eux, sont accueillis à bras ouverts en Europe et ailleurs. Ce sont pourtant des Tunisiens formés et éduqués en Tunisie par l’Etat tunisien. Les concernant, l’Italie, à l’instar d’autres pays étrangers, exprime beaucoup moins de scrupules et encore moins d’inquiétudes.

D’un autre côté, il est important de rappeler que les flux migratoires ont toujours fait partie de l’histoire de l’humanité. Même l’homme préhistorique a migré pour des raisons liées à sa survie. C’est une chimère de penser qu’un Etat ou même une coalition d’Etats puisse un jour maitriser ces flux à sa guise ou procéder à une sélection qualitative sur les migrants qui arrivent sur son sol. Il s’agit d’un mouvement tout à fait normal quoi qu’en disent les fascistes qui y voient une menace pour leur identité ou pour leur sécurité et toute la ribambelle d’arguments fallacieux qui accompagne généralement de tels discours.

A la décharge des Italiens, il nous est arrivé aussi, en tant que Tunisiens, d’avoir peur pour notre « composition démographique ». Mais cela ne rend pas l’argument valable, loin de là. Tout cela sans compter les flux migratoires ponctuels, comme ceux qui avaient conduit des centaines de milliers d’Italiens à se réfugier en Tunisie à cause de la deuxième guerre mondiale. A cette époque, ils avaient été accueillis à bras ouverts. Dans tous les cas, tant qu’il y aura une aussi large différence de développement, de conditions de vie et de confort entre les deux rives de la méditerranée, il y aura toujours un appel d’air migratoire qui poussera des centaines de milliers de personnes à tenter l’aventure de la traversée. La détérioration des conditions de vie en Tunisie poussera encore des milliers de cadres, de médecins ou de développeurs informatiques à quitter leur pays pour aller s’installer dans des pays étrangers.

 

Nous partageons avec l’Italie des milliers d’années d’histoire commune et de relations fructueuses dans l’ensemble. Il est dommage de voir tout cet héritage, par la faute de gouvernants populistes des deux côtés, réduit à l’unique dimension migratoire et sécuritaire. Les possibilités de coopération et d’entraide sont pratiquement infinies, pourtant nous sommes tous empêtrés dans le fait que la Tunisie soit géographiquement proche des côtes italiennes. Par ailleurs, certaines pratiques comme celle de droguer les clandestins pour qu’ils restent tranquilles dans l’avion qui va les ramener chez eux n’aident pas à aborder la question migratoire avec la sérénité nécessaire.

De son côté, la Tunisie ne peut faire l’économie de concevoir une vraie politique migratoire et ne peut se contenter de l’unique traitement sécuritaire de la chose. Le président de la République, Kaïs Saïed, a dit à plusieurs reprises que maitriser ce phénomène passe forcément par un réel travail sur les causes de la migration clandestine. Des études existent sur le sujet. Le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, pour ne citer que cette organisation, a fait un travail remarquable sur le sujet. Il ne reste plus que la volonté de changer les choses.

Par Marouen Achouri
29/03/2023 | 16:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Lol
Regardez comment ça se passe ailleurs
a posté le 30-03-2023 à 09:43
Ce qui se passe entre la Tunisie et l'Italie n'est pas sans lien avec la migration ailleurs dans le monde.
Cette année la France a été payée par l'Angleterre pour surveiller ses frontières.
Le royaume uni veut faire comme le Danemark qui envoi les migrants au Rwanda. Et aussi comme les états unis ou les demandes d'asile se font au Mexique.
Ce n'est pas seulement une histoire de populistes. Il faut vraiment regarder ce qui se passe dans le monde avant de faire des jugements
Gg
Populiste!
a posté le 29-03-2023 à 21:33
"il existe aussi des médecins, des ingénieurs et même des hommes d'affaires qui travaillent en Italie et qui, eux, sont accueillis à bras ouverts en Europe et ailleurs"

Oui, mais ceux la viennent avec des visas, et ils vont gagner leur vie autrement que par les aides sociales.
Ne faites pas semblant d'être populiste, en laissant entendre qu'un analphabète du bled peut s' intégrer comme une personne de bon niveau...
Mozart
Pourquoi seulement populiste ?
a posté le 29-03-2023 à 18:43
Que ce soit en Italie ou en Tunisie, il s'agit aussi de discours complotistes.
retraité
tles pays du mondeexpulsent des migrants clandestins et illégaux s
a posté le 29-03-2023 à 17:59
tous les pays du monde et en particulier les pays d'Amérique du nord et les pays européens s'occupent des migrants clandestins et irréguliers chez eux , ils les mettent dans des centres de rétentions jusqu'à leur régularisations ou les expulser chez eux sauf en Tunisie des centaines de milliers de migrants étrangers clandestins et illégaux et parfois accompagnés de leurs familles nombreuses qui travaillent sans permis de travail et sans titre de séjour alors que nous avons un taux de chômage supérieur à 35 % et qui prennent nos cotes pour leurs migrations clandestines vers les cotes italiennes distantes de 150 km au maximum et lorsque le président a soulevé ce problème grave et il a décidé que les étrangers clandestins et illégaux qui ne sont pas des réfugiés politiques fuyant la répression ou la guerre civile chez eux doivent quitter notre pays selon le droit international et le droit de chaque pays de protéger sa population et de ne pas avoir une immigration subie non contrôlée les partis d'opposition et les associations financées par l' étranger ont crié au racisme et ils ont manifesté alors que les tunisiens depuis les phéniciens qui ont acheté un terrain sur le littoral de Tunis et ils ont crée un empire carthaginois ont toujours reçu des étrangers chez eux comme les subsahariens réguliers avec leur titre de séjour comme des étudiants les syriens et les palestiniens qui fuient la guerre civile chez eux pour les premiers et l'occupation et la répression israélienne pour les seconds qui ont leurs permis de séjour et de travail et parfois naturalisés tunisiens