alexametrics
A la Une

Pourquoi la loi s’applique sur Nessma et non sur Zitouna TV ?

Pourquoi la loi s’applique sur Nessma et non sur Zitouna TV ?

 

 

La saisie des équipements et matériels de Nessma TV va faire couler beaucoup d’encre. La plus grande chaîne tunisienne, de par son taux d’audience, ne laisse pas indifférent aussi bien le grand public que la scène politique. Plusieurs partis ont manifesté leur soutien et par là à la liberté d’expression, à Nessma, son directeur Nébil Karoui et son personnel.

 

Du côté du gendarme de l’audiovisuel, la Haute autorité indépendante pour la communication audiovisuelle (Haica), on indique que l’on ne fait qu’appliquer la loi. Une loi qui souffre, hélas, d’une multiplicité d’interprétations. La légalité même de la Haica et de sa composition est remise en doute en raison de la multiplicité des interprétations.

N’empêche, la Haica a décidé de passer à l’acte en saisissant le matériel de Nessma et ce après plusieurs avertissements et communiqués publics. S’estimant dans son bon droit, Nessma a balayé d’un revers ces avertissements et a publié, elle aussi, des communiqués publics s’en prenant, plus d’une fois, à certains membres de la Haica, dont Hichem Snoussi. Des plaintes en justice ont d’ailleurs été déposées de part et d’autre à ce sujet.

Aujourd’hui, coup de théâtre, la Haica a ordonné la saisie du matériel de la chaîne et les locaux de Nessma ont vu débarquer les forces de police en nombre pour encercler les lieux. Les unités sécuritaires ont encerclé le siège de la chaîne à Radès. Les policiers ont saisi les équipements de Nessma et bouclé les locaux de la chaîne. A 11h45 Nessma a arrêté de diffuser…

 

L’opération de saisie d’aujourd’hui est comparable à la saisie ou la destruction d’une échoppe ayant occupé illégalement le trottoir ou d’un étal anarchique. « Sauf que l’on ne peut pas comparer un média à une échoppe, quand bien même ce média ne respecte pas une autorité supérieure », répliquent plusieurs politiques et journalistes au nom de la liberté d’expression.

Ce qu’a fait la Haica aujourd’hui n’a rien d’une première cependant. Il existe des précédents, notamment avec la Chaîne Zitouna TV considérée, à tort ou à raison, comme illégale par la Haica.

Zitouna TV, non plus, n’a pas respecté les sommations de la Haica et a fait l’objet, aussi, d’une opération de saisie le 15 juillet 2015 (voir notre article à ce sujet). Tout comme Nessma, les responsables de Zitouna ont manifesté bruyamment leur désaccord total et comme pour Nessma, plusieurs hommes politiques se sont mobilisés pour la soutenir et la défendre (voir notre article à ce sujet).

Grâce à ces soutiens, Zitouna TV a pu défier la Haica et par là défier la loi et l’Etat représenté par cette haute autorité indépendante. Nous étions alors en 2015 et le nouveau régime venait à peine de prendre le pouvoir. Ne cherchant pas à s’attirer les accusations d’atteinte à la liberté d’expression et de retour à la dictature, il a laissé faire Zitouna. Interrogé aujourd’hui à ce sujet, Nouri Lejmi, président de la Haica, a admis qu’il n’a rien pu faire contre la chaîne en raison, justement, des soutiens politiques dont elle bénéficie. 

Depuis, la chaîne islamiste fait ce qu’elle veut sans que personne ne puisse quoi que ce soit contre elle. Ses animateurs dénigrent ouvertement leurs adversaires politiques, on y injurie ceux qui s’opposent à elle, on diffame… Le tout en toute impunité. Mieux encore, la chaîne islamiste réussit à inviter des députés et hommes politiques sur ses plateaux, parmi ceux qui appellent sur tous les toits à la suprématie de la loi. Rien qu’au cours des dernières semaines, elle a invité Moncef Marzouki et Yassine Ayari. Les islamistes et autres révolutionnaires radicaux y sont tous les jours. Autant d’invités qui se transforment en soutiens et lobbys influents quand l’Etat (via la Haica) décide d’appliquer la loi.

Il est bon de rappeler que la Haica ne peut pas appliquer la loi sans passer par le pouvoir exécutif et l’appareil sécuritaire lequel est commandé par le gouvernement.

Il se trouve que Nessma n’est pas, ou n’est plus, dans cette configuration. Pendant très longtemps, elle a bénéficié de soutiens politiques majeurs.

Trois jours seulement après l’une des dernières sommations de la Haica dans laquelle elle annonce la fin de la procédure de régularisation, Nébil Karoui a réussi à inviter le président de la République Béji Caïd Essebsi. C’était en juillet dernier. Si le chef de l’Etat lui-même bafoue la loi en acceptant l’invitation d’une chaîne considérée comme illégale par une institution supérieure de l’Etat, que peut faire la Haica ? Nouri Lejmi ne s’est pas embarrassé pour tancer publiquement le président de la République en affirmant qu’il n’aurait pas dû aller à Nessma.

Avril 2019, la donne semble avoir changé. La Haica n’a pas changé de position et a toujours affirmé haut et fort que Nessma (tout comme Zitouna TV) ne respecte pas la loi. Ce qui a changé cependant, c’est que la Haica a pu aujourd’hui bénéficier du soutien politique nécessaire à l’exécution de sa décision, à savoir la mobilisation de l’appareil sécuritaire. Et cet appareil dépendant du ministère de l’Intérieur (donc du gouvernement) est devenu, par miracle, opérationnel. C’est ce même appareil, pourtant, que les municipalités ne réussissent pas à mobiliser pour l’exécution des décisions municipales de démolition des constructions anarchiques.

En clair, quand il y a une volonté politique d’exécuter des décisions, la décision s’exécute ! C’est ce qui s’est passé ce jeudi 25 avril avec Nessma.

 

Quant aux raisons, on peut deviner aisément lesquelles. Nébil Karoui est parti en campagne électorale pour la présidentielle 2019 et utilise ouvertement sa chaîne Nessma pour ce faire. Il fallait donc l’arrêter dans sa lancée. Qui a décidé de l’arrêter ? Pourquoi maintenant à la veille du mois de ramadan, le mois où les chaînes s’arrachent le plus gros taux d’audience pour obtenir les plus grosses recettes publicitaires de l’année (90% du chiffre d’affaires se fait au cours de ce mois) ? Ce n’est certainement pas la Haica qui est derrière la saisie, bien que ce soit elle qui l’est officiellement et médiatiquement.

 

Ikhlas Latif

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (10)

Commenter

Dubitatif
| 26-04-2019 16:12
On dit s'applique à et non s'applique sur

hamza
| 26-04-2019 14:52
si la chaine ZITOUNA est soutenue par un parti politique, alors pourquoi elle n'a pas pu avoir son autorisation comme les ,autres chaines? si Lejmi arrêtez de prendre le peuple pour des cons!!! on sait bien que la HAICA est le fief des communistes extrémistes.

Citoyen de Tunisie
| 26-04-2019 13:49
Ils cesseront de nuire le jour où le pays sera à plat. C'est leur v'?u le plus cher. Pourquoi ?
Parce qu'ils en veulent aux tunisiens de ne les avoir pas défendu sous le régime de Ben Ali. Au fait, ce dernier paraît plus juste envers le peuple par rapport aux commerçants de la religion.

mjr
| 26-04-2019 10:19
Appliquer la loi. Nessma devrait régler sa situation administrative et juridique et puis reprendre ses émissions.
La même chose pour Zaytouna et les autres ;appliquer la loi.
Les programmes actuels de TV de toutes les chaines malheureusement restent médiocres..
Aucun programme,historique,scientifique,économique , pour améliorer le niveau du citoyen pour une prise de conscience face aux problèmes et aux priorités pays
Aucun programme éducationnel pour la jeunesse.C'est malheureux.

Trançonneuse
| 26-04-2019 08:00
Il faudrait fermer toutes les chaînes sans exception... elles contribuent à rendre le peuple bête et ignorant. Peut-être se mettra-t-il à lire des livres.

Jamel
| 25-04-2019 22:19
Ce qui est passé aujourd'hui est une illustration parfaite que vit le pays: à mon avis le premier responsable est le chef du gouvernement: c'est un sale jeu qui doit être sanctionner: car par ses agissements ils contribuent a la descente aux enfers tôt ou tard la vérité éclatera enfin Abir est la plus légitime .

fethia
| 25-04-2019 20:05
la décision de mettre sous scellé la chaîne nessma a été prise en 2018 et n'a pu être appliquer qu'aujourd'hui.

Amilcar
| 25-04-2019 18:45
Mis à part le fait que ce Nabil Karoui, utilise son média pour mousser sa propre campagne à la présidentielle ce qui constitue en soi un conflit d'intérêt et contraire à loi électorale, mais essentiellement jette de l' ombre sur le chef du Gvt. Soutenu par Ennahdha!

Ce qui prouve que Y. C est bien le poulain de Ennahdha à la présidentielle..

Que Ennahdha tient le Gvt par les c... Mais Chahed, lui peut continuer à mousser sa campagne sans que Ennahdha ne pipe mot?

C est clair!

Sinon pourquoi Zitouna continue la diffusion malgré toutes les mises en demeure?

Quand on pense aux déclarations de Ganmouchi de la collaboration des partis satellites Nida, MACHROU, et cité le Gvt actuel de partenaire du consensus!! ajoutez à cela le silence assourdissant de Y. C quand a son positionnement face à la Secte islamiste le doute n' est plus permis!

Il espère refaire le coup de Bce? Peut-être?
Laisser les incrédules voter tahya alors qu' une entente tacite avec les islamistes est déjà actée dans les faits? Ennahdha va voter Chahed aux présidentielles, en échanges de ses bons et loyaux services

Le législatives risquent de tomber entre les mains des islamistes si le taux d' abstention est élevé

C' est le pire scénario qui peut arriver
Vous pouvez sire adieu à la Tunisie juste telle qu ' on.la voit jusqu' ici

L" alternative c' est un parti fort aux législatives qui emporte la majorité a l' ARP.

Ce parti doit être le P.D.L de Abir Moussi. Le seul à offrir la garantie de changement de sortir du concept de collaboration, consensus des islamokharab qui veulent le statutquo pour mieux implanter l' Islam politique, ideologie fasciste qui a pour but une république islamiste

Votez Abir Moussi en très grand nombre, donner une leçon à ces prétentieux qui se voient déjà arrivés!

Abir
| 25-04-2019 17:58
Le responsable de la Haica l'a dit ,nous ne pouvons appliquer la loi sur Zaitouna parce qu'elle est soutenue par des partis,donc il n'ya pas de loi en Tunisie mais la loi du plus fort

magri
| 25-04-2019 17:26
Le président de la Haica à fait un constat de carence de cette institution indiquant qu'elle n'a pas pu agir contre une chaîne TV tout aussi défaillante vis à vis de la loi "parce qu'elle est soutenue par un parti politique "
C'est un coup dur pour l'Etat de Droit qu'on croyait possible .
Le pire est que depuis 2011 toutes les institutions de l'état et tous ses pouvoirs pâtissent des interférences partisanes avec leurs diktats insidieux ou apparents mais certainement contraires à toute éthique.
Ce n'ai pas rassurant sur la fiabilité des prochaines élections .
Le rapport de la Cour des comptes ajoute aux legititimes interrogations de l'opinion publique une note déconcertante.

A lire aussi

Les vacances touchent à leur fin et les syndicats préparent déjà la rentrée.

19/08/2019 20:59
3

Malgré une conjoncture difficile et une augmentation des taxations, 2018 a été au final une assez

18/08/2019 16:59
0

Une nouvelle fois, l’affaire des parrainages fictifs refait surface à quelques semaines du coup

16/08/2019 19:59
7

Cela étant, l’électeur tunisien éprouve un certain désarroi devant la pléthore de candidatures qui

15/08/2019 19:59
7

Newsletter