alexametrics
Dernières news

Nouri Lajmi : Le chef de l’Etat n’aurait pas dû accorder cette interview à Nessma

Temps de lecture : 2 min
Nouri Lajmi : Le chef de l’Etat n’aurait pas dû accorder cette interview à Nessma

 

 

Le président de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica), Nouri Lajmi, est revenu sur l’interview du président de la République Béji Caïd Essebsi et sur la situation de Nessma, dans une déclaration accordée ce lundi 16 juillet 2018 au micro de Mohamed Bayar dans l’émission Houna Shems sur Shems Fm.

 

Ainsi, M. Lajmi a estimé que «normalement la présidence de la République devait suivre les décisions de la Haica, cette dernière étant une instance constitutionnelle, et surtout qu’elle est au courant que la chaine n’a pas régularisé sa situation devant de ce faite une chaine hors la loi»

«Dans les pays démocratiques, lorsqu’un président de la République veut s’adresser au peuple, il le fait à travers les médias publics», a-t-il affirmé. Lorsque l’animateur lui précise que ce n’est pas un discours mais une interview, le président de la Haica a souligné qu’il s’agit d’«une interview commandée qui s’est faite à la demande de la présidence de la République selon sa page Facebook», donc le chef de l’Etat devait choisir en priorité un média public, au moins pour prendre part à cette interview. Il reproche ainsi, au président de la République, de ne pas avoir fait cette interview, importante et dans le contexte actuel du pays, dans un média public.

«Certes le président est libre, a-t-il ajouté, mais il fallait éviter de donner cette interview à une chaine privée illégale et qui est devenue une cellule de communication pour une partie politique en particulier, surtout lorsqu’en sait que l’interview a été manipulé et que des parties ont été supprimées. On peut se demander qui a enlevé ces parties et pour le compte de qui. Il y a un mécontentement même de la part des chaines et radios qui devaient retransmettre en direct l’interview avec Nessma Tv. Il y a une problématique soulevée et le président ne devait pas être une partie prenante», a-t-il affirmé.

 

S’agissant de la régularisation de la situation de Nessma, Nouri Lajmi a expliqué que la chaine n’a pas manifesté d’intérêt pour le faire. Suite à ce constat, l’instance a décidé d’arrêter toutes les procédures ce qui en fait une chaine hors la loi, surtout que la régularisation devant se faire en un an selon les délais réglementaire depuis la publication des cahiers de charge en 2014.

La chaine n’a pas voulu communiqué son budget à l’instance, ni changé le statut de la société, donc n’a pas voulu respecter la loi, a-t-il martelé.

 

I.N

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

takilas
| 17-07-2018 15:22
Pur tous ceux qui.parlent ou manifestent leur mécontentement, est-ce qu'il y a quelqu'un, ou n'importe quelle organisation quelle qu'elle soit, qui a pu s'opposer à nahdha et à ses crimes, ses délits et ses banditismes, et ce depuis huit ans ?
Aucun !
Donc assumez et taisez-vous !
Cest la colonsation, par les suddistes, du ord de la Tunisie et de Tunis, qui continue.
Jolie la révolution !

Imed
| 16-07-2018 20:57
Une erreur monumentable d un president depasse par les evenements d avoir accorde cette interview a Nessma de la famille Karoui Nabil comme cette autre erreur d avoir accorde sa premiere interview a Jean pierre el Kabach...pourtant la priorite aurait ete nos medias publics et nos journalistes.

kamel
| 16-07-2018 18:58
Haica est instance politisé depuis sa promotion de la part de CPR et ses compagnies islamistes pour attaqué les média tunisiens.

Mansour Lahyani
| 16-07-2018 16:18
Aucun BCE de ma connaissance n'aurait accepté de marcher dans cette combine en forme de piège que lui a tendue le loup-boss Karoui ! Oui, je sais, BCE aurait dû s'abstenir... Mais il avait pris la précaution de soumettre cette interview à des garanties, la participation de Hiwar et de Mosaïque n'étant pas la moindre... Mais il aurait dû se méfier jusqu'au bout, et ne pas laisser l'original de l'enregistrement entre des mains aussi peu fiables que celles de Karoui ! Si la HAICA avait été chargée de veiller à la conservation et à la diffusion de cette interview, le boss en aurait été pour sa désillusion, et le citoyen tunisien bien informé... Au lieu de cela, l'interview a été tellement bidouillée qu'elle a fini de rendre le son de celui qui y a veillé : celui du boss des boss !
Une troisième amende de 250.000d devrait être infligée à ce boss, n'est-ce pas, Si Lajmi ? Il ne la paierait pas plus que les deux premières, mais vous auriez au moins eu la satisfaction de la lui infliger!!!

Aksel
| 16-07-2018 15:07
Et vous vous croyez que la halca a le droit de donner son avis

A lire aussi

Le président du parti Qalb Tounes, Nabil Karoui a accordé une interview spéciale, ce dimanche 25

25/10/2020 21:46
1

lui demandant d’abandonner son immunité

25/10/2020 21:23
1

Notre histoire est celle de la lutte contre les tyrannies et les

25/10/2020 20:04
10

es tentatives de manipulation et de banalisation de l’affaire

25/10/2020 19:06
2