alexametrics
samedi 13 avril 2024
Heure de Tunis : 01:40
A la Une
Noureddine Boutar, silence radio !
21/02/2023 | 13:38
9 min
Noureddine Boutar, silence radio !

 

Après avoir mis au pas l’administration et les magistrats, le pouvoir se tourne vers les avocats et les journalistes et ce avant d’attaquer les syndicalistes. Dernière victime de la machine répressive, Noureddine Boutar, jeté en prison à cause, notamment, de la ligne éditoriale de sa radio.

 

Séisme dans le paysage médiatique tunisien avec l’arrestation de Noureddine Boutar, directeur de la radio la plus écoutée du pays et une des rares radios tunisiennes qui a gardé un ton mordant après le 25 juillet 2021, date à laquelle le président Kaïs Saïed s’est accaparé les pleins pouvoirs.

Lundi 20 février 2023, le juge d’instruction chargé de son dossier a émis un mandat de dépôt et ce après une semaine de garde à vue. Noureddine Boutar passera ainsi sa première nuit à la prison de Mornaguia à côté des criminels.

Son crime est d’avoir fondé une radio écoutée par la majorité des Tunisiens et à la tête des radios les plus écoutées du pays depuis une bonne quinzaine d’années non-stop. Le secret du succès de Mosaïque FM est la liberté et le professionnalisme dont bénéficient les journalistes et animateurs de la station. Lui-même journaliste, M. Boutar a su comment mettre à profit son expérience pour en faire bénéficier son équipe et, forcément, ses 1,3 million d’auditeurs quotidiens.

La radio est l’un des rares médias tunisiens (avec Diwan FM et Business News) à avoir mis une charte éditoriale visible par tout le monde. Elle est la première à avoir créé le poste de médiateur entre le public et la station. Mosaïque est aussi l’un des rares médias tunisiens à dégager des exercices bénéficiaires. Si sa ligne éditoriale progressiste, démocrate et républicaine est claire, cela ne l’empêche pas d’ouvrir ses ondes à toutes les couleurs politiques du pays. Pour diriger sa radio, Noureddine Boutar avait un seul et unique leitmotiv : professionnalisme. Et il en connait un coin.

 

Ce professionnalisme et cette liberté de ton avaient de quoi agacer le pouvoir politique en place. Forcément. La radio a été flanquée du sobriquet « média de la honte » (اعلام العار) sous la troïka post-révolutionnaire avec pour objectif de la discréditer auprès du public. Elle n’était cependant pas la seule, plusieurs médias progressistes et ouvertement anti-islamistes avaient droit au même traitement de la part des islamistes et des autoproclamés révolutionnaires du CPR de l’époque.

Un seul cependant était dans la ligne de mire du pouvoir, Sami El Fehri, patron de la chaîne TV Ettounsia, alors télé la plus regardée du pays. Officiellement, M. El Fehri avait des casseroles judiciaires en raison du lourd contentieux qu’il avait avec la télévision publique, du temps de l’ancien régime. Officieusement, c’était la ligne éditoriale de la télévision qui était visée. La chaîne avait une grande liberté de ton et des émissions qui dérangeaient vraiment le régime de la troïka. Des animateurs vedettes au ton acerbe, comme Moez Ben Gharbia, des émissions satiriques débordantes d’énergie et de créativité comme les Guignols, des plateaux politiques polémiques, des reportages qui mettaient à nu la corruption du régime (comme celui des Chocotom), etc. Jeté en prison à plusieurs reprises, Sami El Fehri a même fait l’objet d’un chantage à l’intérieur même de sa cellule. L’épouse de l’ancien ministre de la Justice Noureddine Bhiri (actuellement en prison) est carrément venue lui proposer la liberté contre le changement de sa ligne éditoriale. Il a compris tardivement le message et a fini par jeter l’éponge, sa chaîne ne diffuse plus aucune émission politique depuis 2019.

 

La « disparition » d’Ettounsia (devenue par la suite El Hiwar Ettounsi) a fait que Mosaïque soit le premier média politique réellement indépendant du pays. Alors que plusieurs de ses concurrents ont ouvert leur antenne aux sbires du régime de Kaïs Saïed et ce en créant de toutes pièces des postes de chroniqueurs, Noureddine Boutar a choisi la carte de l’indépendance totale et du ton ouvertement critique contre le régime. Derrière les micros, il n’y avait que des journalistes et chroniqueurs professionnels, originaires du secteur.

Son émission phare « Midi Show » est l’émission politique la plus suivie du pays. Cinq fois par semaine, elle décortique la politique de Kaïs Saïed et analyse, mot à mot, ses discours décousus. En fait, Mosaïque a maintenu, telle qu’elle, sa ligne éditoriale et c’est ce qui dérange le régime.

Un contrôle approfondi de l'Etat a été ordonné, mais il n’a abouti à rien, d’après l’un de ses avocats. « Tout est transparent, la comptabilité est tenue d’une manière religieuse, tout est déclaré aux autorités que ce soit fiscales, administratives, judiciaires ou celles s’occupant de la lutte anti-corruption », nous dit-il.

Du côté du syndicat des journalistes, on ne tarit pas d’éloges sur le management de M. Boutar. « Les journalistes ont tous leurs droits, des salaires décents et les primes prévues par la loi », témoigne Mahdi Jlassi, président du syndicat dont la première vice-présidente est, elle-même, salariée de la radio.

Faute de casseroles, comme Sami El Fehri, il est devenu difficile d’attaquer la radio sur des faits tangibles. Peu importe.

Kaïs Saïed joue l’intimidation et invective Chaker Besbes, un des animateurs-vedettes de Mosaïque, venu l’interroger en marge du sommet de la francophonie et quelques jours seulement après la plainte déposée par la ministre de la Justice contre Business News, sur la base du décret 54 liberticide. Ce décret, pondu en septembre dernier par le président, vise à museler la presse et punit, jusqu’à dix ans de prison, les articles diffamatoires ou injurieux.  

Ce double avertissement lancé par le pouvoir n’a pas été reçu par Noureddine Boutar. La station n’a pas changé d’un iota sa ligne éditoriale et Midi Show n’a pas du tout calmé son ton acerbe. C’est même tout le contraire.

 

Refusant d’abdiquer devant des critiques quotidiennes aussi virulentes de sa politique, le pouvoir est monté d’un cran la semaine dernière en faisant arrêter à son domicile Noureddine Boutar, tard le soir. Que lui reproche-t-on au juste, pourquoi cette arrestation spectaculaire nocturne, pourquoi la garde à vue, alors qu’il ne présente aucun danger ? Traduit devant le pôle antiterroriste, le journaliste-directeur est interrogé sur la ligne éditoriale de la radio et sa politique de recrutement. Le milieu médiatique, les partis politiques et les ONG nationales et internationales crient en chœur au scandale. D’autant plus que cette arrestation coïncidait avec celles de plusieurs autres figures publiques du pays.

Au vu du dossier vide, tel que décrit par son avocate Dalila Msaddek, la brigade antiterroriste n’a pas trouvé grand-chose pour le traduire devant un juge d’instruction. Noureddine Boutar est traduit quelques jours plus tard devant le pôle financier. On aurait pu croire qu’il avait des opérations de malversation ou de blanchiment d’argent, mais rien de bien concret de transparait.

Transmis à un juge d’instruction, ce dernier a décidé lundi 20 février d’émettre un mandat de dépôt. Les raisons ? « Pour avoir utilisé la ligne éditoriale de Mosaïque Fm afin de porter atteinte au plus haut sommet du pouvoir et aux symboles de l’État, mais aussi pour envenimer la situation dans le pays », a déclaré Ayoub Ghedamsi, avocat mandaté par le Syndicat des journalistes tunisiens (SNJT) pour défendre le patron de Mosaïque. Précision, l'avocat est sommé de se retirer tout de suite s'il y a la moindre suspicion que M. Boutar est arrêté pour un autre motif que la liberté de la presse. « C’est une persécution flagrante de Noureddine Boutar à cause des activités des journalistes de la radio. C’est la ligne éditoriale qui dérange. L’accusation de blanchiment d’argent est une couverture pour dissimuler la principale accusation en rapport avec la ligne éditoriale », a ajouté Me Ghedamsi.

Quel est le rapport entre le pôle financier et ces accusations ? Officiellement, il est poursuivi pour blanchiment d'argent et enrichissement illicite. Y a-t-il un seul fait tangible ? Non, répond Me Ghedamsi. Ce dernier ose même préciser : "le juge d'instruction lui même a admis qu'il n'y avait pas de crime !". Autre précision de l'avocat, le juge n'aurait pas respecté les procédures classiques et, bien qu'il soit théoriquement indépendant, il aurait consulté le parquet avant d'émettre son mandat de dépôt.  

Si l’on se réfère donc à ce que dit la défense, le seul crime de M. Boutar est d’avoir une ligne éditoriale hostile au régime et au président de la République.

Refuser de faire de la propagande, s’opposer et critiquer la politique présidentielle s’apparenterait désormais à un crime suffisant pour mettre son auteur derrière les barreaux.

Noureddine Boutar n’est pas seul à devoir répondre de ce nouveau crime, Kamel Letaïef, Lazhar Akremi, Khayam Turki, Abdelhamid Jelassi, ont été arrêtés comme lui la semaine dernière et doivent, comme lui, répondre d’actes comparables. Leur crime est d’avoir participé à un débat politique durant lequel on cherchait comment s’opposer efficacement à Kaïs Saïed. Noureddine Bhiri doit pour sa part répondre d’un speech hostile, lors d’une manifestation anti-régime organisée le 14 janvier dernier. Tous logés à la même enseigne, tous en prison, tous criminels.

Quid de la justice ? « Elle est au pas, explique un avocat, depuis la dissolution du Conseil supérieur de la magistrature et le limogeage de 57 magistrats désobéissants ».

L’association des magistrats tunisiens a beau appeler à ne céder à aucune pression ou intimidation, elle est devenue inaudible, ses adhérents craignent, ni plus ni moins, de perdre leurs fonctions si jamais ils ne cèdent pas.

 

Ce tournant répressif n’étonne qu’à moitié et n’est qu’un début. Si le nombre d’arrestations se compte sur les doigts de la main, pour le moment, plusieurs personnalités politiques sont en liberté provisoire. Des avocats, des journalistes et des syndicalistes risquent de se trouver bientôt sur le chemin de la Mornaguia, à cause de plaintes et de procès fallacieux en cours. Il est amusant ici de noter que le pouvoir actuel utilise les mêmes méthodes et les mêmes manœuvres utilisées par les islamistes quand ils étaient au pouvoir. Pourtant, le régime de Kaïs Saïed n’a cessé de clamer qu’il serait en rupture avec les « anciennes pratiques ».

La confiance en la justice vaut désormais son pesant de cacahuètes vu que les magistrats se sont trouvés, malgré eux, entre le marteau et l’enclume. Et inutile de compter sur un soutien extérieur, car on risque carrément l’accusation de haute trahison. En une semaine, nous avons eu droit à deux sorties présidentielles qui parlent de la souveraineté de la Tunisie dans ses prises de décisions et à un communiqué, dans la même ligne, du tout nouveau ministre des Affaires étrangères.

À qui le tour ? Après les magistrats, les avocats, les journalistes et les figures politiques, viendra le tour sans aucun doute de la puissante UGTT et, peut-être, l’Ordre des avocats et la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, uniques forces à rester encore debout devant le régime.

Les autres organisations nationales, Utica (patronat), UNFT (femmes), Utap (agriculteurs) se sont couchées rapidement dès le lendemain du 25-Juillet.

 

Nizar Bahloul

21/02/2023 | 13:38
9 min
Suivez-nous
Commentaires
Eddy
Ceux qui font du bruit
a posté le 24-02-2023 à 02:06
Et noircissent des pages au km ont sûrement des cadavres dans le placard, sinon ils ne seraient pas en train de gesticuler comme on le voit...
MIN-TEHT-ESSOUTOUR
La fin des laquets toleres a la table hexagonale
a posté le 23-02-2023 à 20:19
A QUI LE TOUR ( possedant evidement un passeport francais)
GZ
Pour l'heure, c'est votre tour.
a posté le à 06:01
"Les laquets" sont des petites étendues d'eau.
Vous ne détenez probablement pas un passeport français. Vous ne maîtrisez pas l'orthographe non plus.
Vous n'êtes pas digne d'être un simple laquais.
SALIM
CHEMS FM VOUS N'AVEZ PAS HONTE EN SE MOQUANT DES TUNISIENS PAR VOTRE SLOGAN : CHEMS FM EST LA RADIO LA PLUS NEUTRE EN TUNISIE.
a posté le 22-02-2023 à 09:28
Vous n'etes pas conscients que vous etes devenus le grand BOUK de la NACHEZ qui se pretend une opposition à KAIS SAIED.Et que vous etes en train de la DOPER. Une 'opposition' qui passe de ZERO VIRGULE à ZERO SANS VIRGULE. Regardez la liste des invités de CHAMS FM. Ne pensez pas que ,parce que vous n'avez pas un DIRECTEUR, que vous serez à l'abri de la JUSTICE. Non, vous serez poursuivis ALAL AFRAD ( UNINOMINALEMENT).
CHB
Mosaïque n'est pas une radio modèle !
a posté le 22-02-2023 à 08:01
L'arrestation de N.Boutar est certainement injustifiée et inacceptable. Par contre encenser la radio Mosaïque Fm et la présenter comme une radio modèle est largement excessif. En dehors de son émission politique Midi Show qui émet des critiques souvent justifiées à l'égard du Régime, la majorité de ses autres émissions sont débiles (en dehors des émissions de sport par exemple). En fait cette radio est à l'image des attentes et du goût de l'auditeur tunisien moyen. Cela ne vole pas forcément très haut !!
SALIM
L'ACTUALITE,ENTUNISIE PORTE UN PRENOM
a posté le 22-02-2023 à 06:33
Noureddine BHIRI, Noureddine Tabboubi, Noureddine Boutar
SALIM
DE LOIN JE L'AI CONFONDU AVEC L'HOMME A L'HARMONICA
a posté le 21-02-2023 à 22:30
DOnc ce Bou TAR est multi-instrumentiste
Djodjo
@salim
a posté le à 00:40
Toi, il te faut d'urgence des lunettes de qualité.
Nephentes
Nous basculons vers l'irréversible, pour peut être de nombreuses années
a posté le 21-02-2023 à 21:33
Il est inutile de se mentir

Il s'agit du déploiement d'un scénario étudié depuis longue date : un scénario de gestion de la terreur et de terrorisme d'Etat, sans exagération.
@Nephentes
De quoi avez-vous peur?
a posté le à 13:45
Si vous n'avez rien fait d'illégal vous n'avez rien à craindre mais si vous avez des "casseroles" cachées alors préparez-vous ! La justice vous rattrapera comme bien même votre corruption active ou passive daterait de plusieurs années passées.
Seule une personne en paix avec elle même et avec son dieu peut dormir tranquillement.
Bbaya
La seule radio que j'écoute en tunisie!6
a posté le 21-02-2023 à 18:24
Apparemment cette radio a beaucoup dérangé! Il faut la mettre à genoux!
Dommage que nous arrivons là!
Bye bye liberté!
Cela va venir doucement que même sur ce forum vous aller avoir peur de s'exprimer! Vous retourner chuchoter dans les coins des cafés!
moha
C'est bien fait pour sa gueule, On ne portera pas le deuil
a posté le 21-02-2023 à 17:26
C'est bien fait pour sa gueule, On ne portera pas le deuil
OMBRAX
Je te soutiens, tu me soutiens...
a posté le 21-02-2023 à 15:56
Nous nous soutenons et ainsi va la vie! comme article je pense qu'on a lu mieux côté objectivité. Mais que peut-on attendre d'autre de BN? RIEN.
Observateur réaliste
Il y a peut-être "anguille sous roche"...
a posté le 21-02-2023 à 15:50
Récemment, une enquête de la cellule investigation de Radio France, avec le consortium Forbidden stories, a dévoilé que le journaliste de BFMTV, Rachid M'Barki, a diffusé, à l'insu de sa direction, des informations fournies par une agence de désinformation israélienne "Team Jorge" dirigée par des anciens de l'armée et du sinistre service secret hébreu "Mossad".
Cette même agence se vante, entre autres, d'avoir réussi à "déstabiliser" des pays entiers, être à l'origine de décisions capitales prises par certains gouvernements et avoir fait, par son "subtil" réseau de "faux profils" sur les réseaux sociaux, capoter des élections dans plusieurs pays africains notamment.
Le journaliste en question a été longuement interrogé par les services de contre espionnage français et n'a toujours pas été réintégré à BFMTV.
Et si notre cher Boutar, dont BN ne tarit pas d'éloges à son sujet, s'était au mieux laissé "embobiné" par des spécialistes de la désinformation pour glisser de temps en temps une "nouvelle" ou des "infos" à but de déstabilisation ou, ce qui est encore plus grave, aurait "collaboré" de son plein gré avec ces mêmes spécialistes moyennant finances ?
Si cette arrestation a été suivie aussi sec d'une mise sous dépôt, c'est qu'il doit y avoir un peu plus que de simples reproches pour des articles, des critiques acerbes, un éditorial vengeur ou une émission sulfureuse...
GZ
'?lucubrations et conjectures
a posté le à 06:11
"Et si notre cher Boutar..."
Vous échafaudez des scénarii sur des "si...".
Et si tout cela n'est fantasme.
Avec des si vous pouvez transformer le monde en vaste prison.
Team Jorge
Manipulation des masses
a posté le à 18:42
C'est vrai, BN !
Informez-nous sur TEAM JORGE plutôt que de mâchouiller le chewing gum de la "dictature".
Yacine
'?a a commencé avec Al Jazeera
a posté le 21-02-2023 à 15:48
Où étiez vous lorsque les bureaux de Al Jazeera ont été le lendemain du 25 Juillet ? Montrez-nous votre article critique au regime et solidaire avec vos collègues d'Al Jazeera.

Il n y a rien, parce que vous étiez aussi content de ce qui s'est passé. Et bah voilà. Votre tour est venu, et vous le méritez amplement. La malhonnête intellectuelle est une spécialité tunisienne.
Zarzoumia
La lutte
a posté le 21-02-2023 à 15:25
Les intentions sont claires, faire le ménage avant la casse sociale. Et cela passe inexorablement par l'affrontement avec l'UGTT.
Dans ce paysage politique, la responsabilité des partis de gauche ou nationalistes arabes, qui se disaient progressistes, sera énorme à cause de leur silence complice devant tant d'injustices. L'heure est à la lutte contre ce pouvoir fou. Lui chercher des excuses serait coupable envers la Tunisie.
De quoi avez-vous peur?
Zarzoumia visqueuse
a posté le à 16:18
Si vous n'avez rien fait d'illégal vous n'avez rien à craindre mais si vous avez des "casseroles" cachées alors préparez-vous ! La justice vous rattrapera comme bien même votre corruption active ou passive daterait de plusieurs années passées.
Seule une personne en paix avec elle même et avec son dieu peut dormir tranquillement.
Zarzoumia
Visqueuse
a posté le à 19:12
Oh, l'argument qui tue. Je vous félicité pour tant de sagesse. Excusez moi, j'ai oublié qu'on a affaire aux intègres et aux véridiques. Comment dormir tranquillement alors qu'on est face à un pouvoir qui se déchaîne sur ses opposants et qui menace les libertés dans ce pays? Je ne sais pas si vous l'êtes mais je suis en paix avec mon dieu car je n'ai jamais accusé injustement une femme d'adultère. Je suis en paix car je n'ai jamais raconté de bobards aux familles de Zarzis. Je suis en paix car je n'ai jamais coupé les vivres et affamé des juges malgré une décision de justice...ect.
Le mythe de l'homme intègre a volé en éclat sauf pour les crédules et les opportunistes.
J'espère que vous n'avez pas cautionné tout ça car vous serez rattrapé par votre conscience.
Allez faites Dodo paisiblement, on vous reveillera le jour où la Tunisie sera rendue aux tunisiens et libérée de ce pouvoir inique.
Eddy
@visqueux zazous
a posté le à 13:41
Vous perdrez comme vous avez perdu votre pari "footballistopolitique", reprenez un autre congé...C'est sérieux la politique.

Croyez moi, laissez choir.

Pas de retour au 24, oubliez et faites votre deuil !!
Tunisino
Il est vrai que
a posté le 21-02-2023 à 15:24
Il est vrai que les citoyens et les médias tendent à allez vers l'extrême en libertés en général et en expression en particulier mais leur contrôle est à être pour le bien du pays (présent et futur) d'une part et par les moyens les plus civilisés d'autre part, ce qui contribue au développement du pays. Ce que nous vivons est ni pour le bien du pays, ni civilisé, d'où il est à condamne, en attendant que le verre soit plein et le pouvoir paye cher son amateurisme.
AMMAR BEZZOUIR
La dictature de la peur a besoin de toujours plus de peur :
a posté le 21-02-2023 à 15:24
Le 15 juillet 2021 est un moment "révolutionnaire" où l'éventail des possibilités est beaucoup plus large qu'en temps normal et où ce qui est impensable en temps normal devient non seulement possible, mais se produit réellement, parce que les gens sont désorientés et effrayés.
Abir
Zidouh fi les sondages le mois prochain
a posté le 21-02-2023 à 15:06
Les sondages lui donnent des griffes et des sabots pour vous écraser ! Vous pouvez féliciter Segma et Emrhod ! Ks lui même n'en revient pas ! Ses résultats positifs zéros et les sondages montent en flèche ! Pourquoi, mystère de mystère !
retraité
c'est de l'xagération
a posté le 21-02-2023 à 14:58
Mr Bahloul si le président actuel est pire que du président Ben Ali vous n'écrivez un tel article vous êtes content de la situation actuelle du pays et de son peuple qui traversent la pire crise de leur histoire et pourtant tout le monde parle et écrit librement sans être interrogé ni trainer en justice il est temps que les gens ont commis des crimes ou transgressés les lois du pays ou affamés leurs citoyens doivent rendre des comptes tôt ou tard .
Nephentes
Terrorisme d'Etat et gestion de la terreur
a posté le 21-02-2023 à 14:01
La gestion de la terreur en complicité avec des organisations criminelles censées représenter la Loi est une impasse mortelle

Mr Saed s'est engagé dans une spirale qui va bientôt nous conduire a la guerre civile; il figurera dans la page obscure de l'histoire de la Tunisie