alexametrics
lundi 27 mai 2024
Heure de Tunis : 14:02
Communiqués
Les échanges mondiaux de marchandises ont-ils atteint leur apogée?
26/03/2023 | 11:24
5 min
Les échanges mondiaux de marchandises ont-ils atteint leur apogée?

L'expansion significative du commerce international des marchandises a été l'un des piliers de l'économie mondiale au cours des cinquante dernières années. Il s'agit d'un moteur de croissance essentiel qui a entraîné des gains économiques significatifs en termes de baisse des prix pour les consommateurs et d'augmentation de la productivité dans le monde entier. Toutefois, si l'on considère le commerce en tant que pourcentage du PIB mondial, il semble que la progression du commerce se soit arrêtée depuis la crise financière mondiale de 2008-09.  Le commerce mondial de marchandises a-t-il atteint son apogée?

Dans cet article, nous affirmons que la période des vents structurels favorables à la croissance du commerce mondial est loin derrière nous et que de nouveaux facteurs laissent présager des vents contraires dans un avenir proche.

 

Échanges de marchandises en proportion du PIB (%)



La forte croissance du commerce international de marchandises avant la crise financière mondiale a été stimulée par différents facteurs. Tout d'abord, des progrès significatifs ont été réalisés en termes de libéralisation du commerce. Plusieurs accords commerciaux régionaux ont été conclus dans les années 1990, notamment l'Association nord-américaine de libre-échange (ALENA), l'Union européenne (UE), le Marché commun du Sud (Mercosur) et l'Association des économies de l'Asie du Sud-Est (ANASE). Grâce à ces accords, et en plus des négociations multilatérales et des réformes commerciales unilatérales des pays qui s'ouvrent, les barrières commerciales ont considérablement diminué. En fait, le  taux moyen des droits de douane appliqués aux marchandises dans les pays à revenu moyen et faible a été ramené de 23 % en 1989 à moins de 5 % ces dernières années.

Par ailleurs, le processus de développement économique dans les différents pays a également contribué à la croissance des échanges. Des pays comme la Chine, l'Inde et d'autres marchés pionniers d'Asie du Sud-Est se sont fixé des objectifs plus ambitieux : réduire les niveaux de pauvreté, passer de l'agriculture à l'industrie manufacturière et s'intégrer dans l'économie mondiale. En fait, le "rattrapage" de la Chine vers des niveaux plus élevés de revenu par habitant a été mené par un processus intense d'industrialisation et a produit une abondance de biens destinés à l'exportation. De même, l'Inde a augmenté le volume de ses échanges commerciaux par rapport à son PIB de 16 % en 1990 à 56 % en 2012, et de nombreux pays d'Asie du Sud-Est, tels que le Vietnam, l'Indonésie et la Thaïlande, ont enregistré une croissance encore plus forte.

 

Moyenne des tarifs appliqués

(pondérée, %, dernier chiffre disponible)

 

 

Finalement, le progrès technologique a eu un impact positif sur le commerce international par le biais de différents canaux. Il a amélioré les communications et réduit leurs coûts, permettant une meilleure coordination des entreprises et des fournisseurs, y compris la mise en œuvre de processus de fabrication à flux tendus à grande échelle, avec des durées de cycle commercial plus courtes. Le développement des systèmes de paiement électronique a réduit les coûts de transaction du commerce international, rendant la participation aux marchés mondiaux plus abordable pour les entreprises. En outre, il a amélioré l'accès à l'information, ce qui permet d'atteindre plus facilement des marchés et des fournisseurs plus éloignés.

Ces évolutions ont donné naissance à des chaînes de valeur mondiales (CVM), la production commençant à s'effectuer par étapes dans différents pays. Les chaînes de valeur mondiales ont un effet multiplicateur sur les volumes d'échanges, car chaque unité de produit exportée nécessite des intrants et des produits semi-finis qui traversent plusieurs fois les frontières. Par exemple, l'iPhone nécessite des composants provenant de fournisseurs situés dans 43 pays, qui à leur tour nécessitent des intrants intermédiaires provenant de différentes sources.

Toutefois, des vents contraires dominent désormais la situation à long terme de la croissance du commerce.

En ce qui concerne la libéralisation des échanges, la marge de manœuvre pour des réductions supplémentaires des droits de douane est désormais plus limitée. Alors que la réduction des droits de douane a été un moteur important de la croissance du commerce dans le passé, notamment en intégrant les pays à revenu moyen et faible dans l'économie mondiale, le taux des droits de douane appliqués est actuellement faible en moyenne, tant dans les économies avancées que dans les marchés émergents. En outre, il n'y a pas d'intérêt politique à réduire davantage les droits de douane actuellement bas, car ils s'appliquent principalement à des secteurs sensibles, tels que l'agriculture et les secteurs liés à la sécurité nationale.

En outre, le processus d'intégration des décennies précédentes est désormais menacé par des tensions géopolitiques ainsi que par un protectionnisme commercial accru. Les différends en cours entre les États-Unis et la Chine, qui ont débuté en 2018, et plus tard le conflit russo-ukrainien, conduisent à des barrières commerciales, des sanctions et des interdictions technologiques de plus en plus nombreuses. À titre d'exemple, fin 2022, le département américain du commerce a émis un ensemble exceptionnellement large d'interdictions sur les exportations vers la Chine de puces à semi-conducteurs et d'autres équipements de haute technologie. En outre, le protectionnisme est apparu sur la scène même lorsqu'il s'agit du commerce entre alliés. La loi américaine sur la réduction de l'inflation (IRA) approuvée au milieu de l'année dernière, par exemple, contient des subventions directes aux industries où la concurrence avec les entreprises européennes est intense, créant de facto des barrières contre les acteurs extérieurs sur le marché américain.

En ce qui concerne les facteurs liés au développement économique, le changement favorise également un ralentissement de l'importance relative du commerce. La croissance se caractérise par une transformation structurelle qui accroît la part des services dans l'économie par rapport à l'industrie manufacturière et à l'agriculture. Ce processus réduit naturellement le poids du commerce dans l'économie. Les niveaux d'échanges de la Chine, qui représentaient 64 % de son PIB au pic de 2006, sont aujourd'hui déjà inférieurs à 40 % et sont en passe de converger vers ceux des "méga-économies" comme les États-Unis, qui s'élèvent à environ 25 %. À mesure que la Chine rééquilibre son modèle de croissance en privilégiant la consommation intérieure plutôt que les exportations, ce processus ne peut que s'accentuer.

En résumé, si le commerce restera un élément clé du paysage mondial, la période de forte expansion commerciale est derrière nous. De nouveaux vents contraires provenant de l'épuisement de la libéralisation tarifaire, des tensions géopolitiques et de la nouvelle dynamique de développement en Chine devraient conduire à un ralentissement marqué de la croissance du commerce.

 

Communiqué

26/03/2023 | 11:24
5 min
Suivez-nous