alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 15:57
Dernières news
La Tunisie propose son aide à la Libye après l’explosion d’un camion-citerne
02/08/2022 | 08:33
1 min
La Tunisie propose son aide à la Libye après l’explosion d’un camion-citerne


La Tunisie a exprimé son soutien à la Libye après l’explosion d’un camion-citerne dans le sud du pays voisin, a annoncé, tard dans la soirée de lundi, le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. 

Le département a précisé que le président de la République, kaïs Saïed, avait donné ses instructions pour apporter l’aide médicale nécessaire à la Libye. 

 

L’explosion du camion-citerne, qui a eu lieu dans la localité de Bent Baya dans le district de Sebha dans le sud de la Libye, a fait plus de 70 blessés et au moins sept morts, selon le ministère libyen de la Santé. 

Le drame s’est produit dans la matinée de lundi 1er août 2022 alors qu’une foule s’est rassemblée autour d’un camion-citerne – alors en direction d’une station de service – pour s’approvisionner en carburant.

N.J. 

02/08/2022 | 08:33
1 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Mansour Lahyani
N.J. devrait s'abstenir d'être toujours au garde-à-vous ...
a posté le 02-08-2022 à 10:32
"La Tunisie a exprimé son soutien à la Libye après l'explosion d'un camion-citerne dans le sud du pays voisin" : pays voisin, l'Algérie, le Niger ? Quel autre pays voisin !!! Non, décidément, nos très braves journalistes sont à réformer, au plus vite !!!
DIEHK : Casher ou Halal ?
Q'on nettoie sa M.....
a posté le 02-08-2022 à 09:51
Qu'on nettoie son caca avant d'aller nettoyer celui de tribus libyennes !!!
Votre bhimcop national est spécialiste des coups de menton "casher" et il ne veut pas normaliser avec les "cashers" ?
BORHAN
FINLANDISATION...!
a posté le 02-08-2022 à 09:33
La recente intervention du président algérien ne fait aucun doute.
Elle confirme bel et bien qu'aux yeux du pouvoir Algérien la Tunisie est considérée comme une simple province de la grande Algérie.
En outre, diplomatiquement, ce genre de déclaration est évidemment une ingérence de fait dans les affaires tunisiennes et elle constitue une réponse directe aux Américains.
Autrement dit, à travers cette prise de position officielle, le pouvoir Algérien déclare que la Tunisie est une zone faisant partie de l'influence algérienne.
Confronté à divers problèmes notamment, à l'instabilité permanente en Kabylie, le risque d'un conflit ouvert dans l'ouest du pays avec la voisin marocain, la détérioration flagrante des relations avec l'ancien colonisateur,... l'Algérie cherche à maîtriser ses frontières de l'est.
Après trois ans de fermeture, les frères de l'ouest sont autorisés à envahir les sites touristiques tunisiens.
C'est un geste fort.
C'est une manière de booster un peu l'économie et renforcer les échanges.
Mais au lieu de faire une déclaration de " FINLANDISATION " à la russe, le pouvoir Algérien aurait pu déverser gratuitement, sous forme d'une aide officielle, des milliers de tonnes de carburants et de gaz pour aider l'économie tunisienne(en ruines) à se relever.
Les échanges entre les deux zones demeurent faibles au regard des besoins des deux côtés.
En outre, pour que le processus contre-révolution, entamé depuis plus d'un an par SAIED, réussisse il faut que le président algérien fasse beaucoup plus.
Soutenir le projet diabolique d'un régime dictatorial arrange bien le pouvoir central algérien.
Certes, le président algérien a compris qu'il faut assurer une protection poussée pour son poulain Saied mais au rythme où vont les choses, la menace d'un échec est permanente.
Beaucoup de problèmes constituent une entrave à l'intronisation du nouveau maître de Tunis.
Les problèmes socio-économiques enfoncent le pouvoir dans l'incertitude surtout que les bailleurs traditionnels boudent Saied et refusent de lui consentir de nouveaux crédits.
La situation politique est trop polluée et les garanties sont trop faiblesses pour espérer de l'aide !
Maintenant, il est évident que la situation générale se corse chaque jour davantage et la populace commence à s'agiter.
Avec une crise mondiale sévère dont les répercussions sont immédiates et les conflits tant domestiques que régionaux voient le jour, il est difficile pour un Saied naïf, malade, impuissant,...de s'en sortir indemne d'un imbroglio que lui même a initié.
Son obsession du pouvoir absolu ne plaide guère pour lui.
L'inconnue c'est quand va se manifester la déferlante dans un pays où tout le monde continue de s'observer.
Décidément, la politique est un vecteur à mille inconnus et il suffit d'un rien pour que tout s'embrase.
Sommes-nous à l'abri de tous ces aléas négatifs !?
Personnellement, je ne suis pas si sûr.
C'est ce que je crois.