alexametrics
lundi 26 février 2024
Heure de Tunis : 21:09
A la Une
La propagande de la Wataniya ne répond toujours pas aux attentes de Kaïs Saïed
19/09/2023 | 11:48
7 min
La propagande de la Wataniya ne répond toujours pas aux attentes de Kaïs Saïed

 

Une nouvelle fois, le président de la République a épinglé la Télévision publique et ses deux chaînes Wataniya 1 et Wataniya 2. Il était furieux que le journal de 20-Heures ne diffuse pas les images de propagande relatives à la traque des migrants irréguliers, le week-end dernier à Sfax et Kerkennah.

 

Cela n’étonne plus personne, c’est même devenu une règle pour la présidence de la République de diffuser les activités du chef de l’État très tard le soir.

Lundi 18 septembre, deux vidéos ont été diffusées par la présidence de la République, la première de 18 minutes à 22h23 et la seconde de 51 minutes à 23h02. Elles montrent deux réunions du président de la République avec le chef du gouvernement et quelques ministres et on y entend Kaïs Saïed discourir.

Dans la première vidéo, le chef de l’État montre sa colère après la Télévision publique qui n’a pas diffusé, la veille dans son journal de 20-Heures, les images d’une campagne conjointe des forces de sécurité et de l’armée, ciblant les migrants subsahariens irréguliers à Sfax et Kerkennah.

Dans la deuxième vidéo, le chef de l’Etat aborde plusieurs sujets sans qu’il n’y ait nécessairement de lien entre eux. Justice, finances, privatisation, corruption, service public, blanchiment d’argent, rentrée scolaire, souveraineté, notation souveraine, il y en avait pour tout le monde. Ça ressemblait davantage à ces discussions d’afterwork, dans un café ou dans un bar, où des ami(e)s parlent de tout et de rien en étalant leur savoir et leur faux savoir. Il y a beaucoup de vérités dans le speech présidentiel, dans cette vidéo de 51 minutes, mais il y a également beaucoup de contrevérités et d’approximations. Il y aussi un clair piétinement des principes de loi et de la présomption d’innocence avec ses accusations gratuites basées sur des informations pas toujours authentiques.

En tout état de cause, on ne voit pas trop comment des décisions concrètes peuvent résulter d’une telle réunion et d’un tel long monologue décousu.

Il n’en est cependant pas de même pour la première vidéo abordant le sujet des médias, et notamment la Télévision publique.

La réunion objet de cette vidéo a vu la présence du chef du gouvernement Ahmed Hachani, du ministre de l’Intérieur Kamel Feki et de la ministre de la Justice Leïla Jaffel, ainsi que d’un technicien. L’ordre du jour était de « traiter d’un ensemble de sujets nationaux, occultés par les médias supposés être nationaux », selon les propos du chef de l’État.

Élevant la voix, clairement en colère, le président relève que « ces médias commencent, tous les jours, par parler de crises qui, peut-être, existent, mais qui, peut-être aussi, sont imaginaires dans l’objectif de tendre la situation à l’intérieur du pays. Le journal de 20-Heures (de la Wataniya 1, ndlr) a commencé par parler de l’inflation à l’occasion de la rentrée scolaire, puis des crèches, puis des sujets internationaux, puis de la météo, comme si les opérations réalisées par nos forces de sécurité et nos forces armées n’avaient pas lieu en Tunisie. ».

Les opérations en question ont eu lieu vendredi et samedi dernier à Sfax et Kerkennah et ont ciblé les migrants subsahariens irréguliers. Des vidéos ont été diffusées par les services de l’Intérieur et le chef de l’État s’attendait de les voir au Journal de 20-Heures.

Un média, soit-il public, est-il obligé de diffuser des images de propagande réalisées par un ministère donné ? Cet arbitrage, théoriquement exclusif au comité de rédaction d’un quelconque média et étroitement corrélé à sa ligne éditoriale, n’est pas du goût du président. Kaïs Saïed estime qu’il ne peut y avoir de ligne éditoriale qui tienne. « Nous sommes en train de libérer la nation et ils se doivent de s’inscrire dans cette ligne de libération, crie le Président. Ils n’ont pas à s’inscrire avec ceux qui cherchent à hypothéquer la nation, voire la vendre. Nous avons mis à leur disposition des images et, hélas, elles étaient absentes des écrans tunisiens et des bulletins d’information ».

Le chef de l’État n’en veut pas uniquement aux médias tunisiens, il en veut également aux médias étrangers qui diffusent des informations déplaisantes et fausses à ses yeux, comme si elles étaient à la place de l’État. « Qu’ils s’occupent de leurs informations et de leur situation, s’ils étaient objectifs, eux qui parlent de liberté d’expression et de la presse, qu’ils nous parlent de leur situations internes, mieux que de nous accuser comme s’ils étaient à la place du parquet. Qu’ils arrêtent de s’immiscer dans nos affaires, nous ne nous sommes pas immiscés dans les leurs. »

Lors de son monologue, le président a indiqué qu’il va y avoir des décisions prochainement pour remettre les choses en ordre. Il parlait là des médias tunisiens, notamment publics.

Ce n’est pas la première fois, ni la dernière, que le président de la République s’immisce dans la programmation de la Wataniya.

La dernière fois, c’était le 4 août dernier, quand il a convoqué la directrice de la Télévision publique, Awatef Daly pour la sermonner. « Plusieurs programmes mais aussi les bulletins d’informations et l’ordre donné à la priorité des actualités, ne sont pas innocents », a souligné alors le chef de l’État. « Ceci n’est pas une ligne éditoriale mais c’est celle des forces qui s’opposent à la liberté et au mouvement de libération nationale dans lequel nous devons tous nous inscrire ».

Ce qu’il a vociféré hier n’est finalement qu’une redite du sermon du 4 août. Seule différence, Mme Daly n’était pas présente. Très probablement, cette dernière serait limogée sous peu, vu que son travail continue à déplaire au président de la République et qu’elle n’a pas semblé retenir la leçon. C’est-à-dire qu’elle n’a pas assuré la propagande requise.

Pourtant, force est de constater que la TV Nationale est inscrite totalement dans la droite ligne du programme présidentiel. Depuis le 25 juillet 2021, elle ne cesse de faire de la propagande pour le régime putschiste, au point de violer la loi et la déontologie, ce qui lui a causé des rappels à l’ordre de la Haica, gendarme tunisien de l’audiovisuel, et des communiqués dénonciateurs du syndicat national des journalistes.

En dépit de ses efforts et d’une ligne totalement flatteuse et acquise à la cause de Kaïs Saïed, Awatef Daly ne réussit toujours pas à répondre aux attentes du régime.

En l’espace de moins de trois mois, c’est la troisième fois qu’elle se fait remonter les bretelles.

Le président a pourtant été clair. Il ne veut pas qu’on le flatte et qu’on le louange, il veut qu’on mette en valeur ses efforts et qu’on vende sa politique.

À défaut de pouvoir ordonner cela aux médias privés, qui gardent malgré tout encore une indépendance toute relative, malgré les menaces et les pressions, il le fait aux médias publics.

Dans son esprit, les médias publics, notamment la TV nationale et spécialement le journal de 20-Heures, doivent être à sa solde pour vendre sa politique.

La Haica n’a pas sa considération et l’indépendance des journalistes n’a pas lieu d’exister. Le fait qu’il considère qu’il est en train de mener une lutte pour la libération nationale est suffisant, d’après lui, pour convaincre tous les médias de s’inscrire sur cette ligne.

Le fait qu’il n’ait pas de services de communication dignes de son nom dans son gouvernement (ni même à la présidence) et de spin doctor n’entre pas en ligne de compte. Les médias doivent deviner tous seuls ce que le président veut.

En clair, il veut de la propagande sans mettre en place les instruments nécessaires pour l’assurer.

Du coup, la TV nationale et sa directrice Awatef Daly, ont beau se mettre au service de la présidence, vendre leurs âmes, piétiner la déontologie et se montrer prêtes à faire de la propagande, elles ne réussissent quand même pas à répondre aux attentes présidentielles.

 

Raouf Ben Hédi

 

19/09/2023 | 11:48
7 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
takilas
Propagandes ani gouvernementales ; oui.
a posté le 21-09-2023 à 12:16
Mais attentes; non .
Dites plutôt non-respect des véracités des faits et de news concernant es activités régulières l'état tunisien, et puis de quelles attentes parlez-vous ? Vous vous imaginez qu'il s'agit des corruptions et du populisme des médiocres et massacreurs nahdha, qui sont parvenus volontairement et exprès de tenter de détruire l'économie tunisienne et ce sous les directives de leurs commanditaires connus.
frej
Des médias incompétents
a posté le 20-09-2023 à 10:25
Même les médias étrangers ont des problèmes de communication, les nôtres ne sont pas professionnels, ils sont incompétents dans l'analyse et la diffusion de l'information pertinente, il est claire que le journal de 20h doit comprendre les activités clés du gouvernement, activités nationales et internationales sans propagandes. Des thèmes doivent êtres ciblées en fonction de leur importance et leur impact sur le pays. Le Chef de l'Etat doit être conseillé sur la manière de présenter les thèmes des réunions succinctement en essayant de catalyser les plus importants et d'éviter de parler de tout et de n'importante quoi.
On ne peut pas faire du nouveau par des anciens médias, changez l'équipe et prenez des compétences jeunes.
takilas
Exact !
a posté le à 12:19
Seulement on peine encore à se soulager des sabotages et des massacres causés par nahdha ; reconstruire n'est pas analogue à détruire ni dans l'espace ni dans le temps.
Retrousser nos manches pour apporter les thérapies !
Chuck
La leçon
a posté le 19-09-2023 à 20:17
Notre héros national KS est tout simplement incompétent. '?lu au suffrage universel par accident vu les dégâts laissés par les gouvernements précédents.
Le peuple avait besoin d'un changement et il a été bien servi. Comment peut on élire un président qui n'a jamais occupé un poste de responsabilité que ce soit dans le privé ou dans le public ?. Le tunisien moyen croit vraiment au père Noël!. Dommage on a un si beau pays et des responsables hyper incompétents. J'espère que le tunisien aurait bien retenu la leçon pour les prochaines échéances.
Svr
Chuck
a posté le à 13:04
T'aurais aimé voir le mafieux makarouna à la place ou un voleur du rcd et ses déchets
Non l'élection de kaiess saied a été un excellent choix par le peuple...
Ce pays a toujours été gouverné par des mafieux ,des incompétents et des traîtres.....
Vous allez entendre parler de kaiess said pendant longtemps trop longtemps...
Optim
+1
a posté le à 08:06
Ce que vous dites est 100% vrai. Non seulement il n'a jamais eu la moindre responsabilité mais il a échoué professionnellemt. Recruté comme assistant, il passera toute sa carrière dans ce grade sans jamais réussir à avoir un doctorat comme tous les universitaires. 30 ans sans aucune promotion. Il le faire quand même. Les tunisiens sont de grands naïfs et ils paieront très cher leur naïveté.
Optim
Terrible image
a posté le 19-09-2023 à 18:29
Les deux vidéos apportent la preuve formelle que KS ne sait pas tenir une réunion ni suivre une démarche rationnelle afin de discuter d'un problème et prendre des décisions concrètes. Au lieu de cela, il saute d'un sujet à l'autre sans aucune rationalité. C'est terrible. Il perd son temps, celui des ministres, et celui du pays entier. Comment ne pas désespérer dans ce cas?
Zarzoumia
Je peux le faire
a posté le 19-09-2023 à 17:40
Pourtant c'est simple, pas de critique et lorsqu'il y a un problème qu'on ne peut pas cacher, il faut bien préciser que c'est l'héritage et que les mains des sionistes et l'occident sont derrière. Il faut toujours magnifier les faits et gestes du président.
Je me demande comment le ministre de l'éducation n'a pas encore inscrit la calligraphie aux programmes scolaires de la maternelle jusqu'à l'université. Ils sont nuls, ils ne savent pas interpréter les désirs du président.
Je me porte candidat pour diriger la tv tunisienne.
A4
La haine plein les yeux !!!
a posté le 19-09-2023 à 17:35
LA DIAGONALE DU FOU
Ecrit par A4 - Tunis, le 16 Juillet 2023

Comme sur un banal échiquier
Où pions, tours et reines se côtoient
Il y a de quoi être inquiet
Quand un fou se prend pour le roi

Un fou instable qui s'agite
Qui s'excite à mort, se déchaîne
Ne connaissant pas de limites
Ne nous épargnant aucune peine

Un fou qui devient fou à lier
Qui se croît au dessus de tout
Pour occuper seul l'échiquier
Et être l'unique manitou

Un fou au regard arrogant
Prisonnier de sa diagonale
Qui voudrait bien en zigzagant
Nous cacher sa haine viscérale

Et le voilà qui se défoule
Qu'il écrase tout sur son chemin
Qu'il entre en transe, qu'il perd la boule
Qu'il s'en prend aux pions blancs et bruns

Et c'est la diagonale du fou
Qui s'allonge et qui s'étire
Sans barrière ni garde-fou
Pour atteindre le délire

C'est une diagonale immense
Qui se fracasse sur les bords
Qui ne connait aucun bon sens
Aucun regret, aucun remords

Une diagonale infernale
Où il n'y a que des cases noires
Où des tactiques prises pour géniales
Nous plongeront dans du brouillard

Mais à la tombée de la nuit
Notre fou se brisera le bec
Et on ne retiendra de lui
Que c'était le roi des échecs !
Patriote
Il vit ds une histoire et un temps qui ne sont pas les nôtres. S'est-il trompé de peuple? Avons nous mal compris ce que signifie "etre hors systeme"
a posté le 19-09-2023 à 14:57
Le déchirement que connaît la Tunisie en ce moment dépasse les personnes, il est lié à une représentation du monde et  de l'Histoire. KS , tous comme les qq fans qui continuent a l'applaudir, ne croit ni a la libération nationale ni a l'inscription de la Tunisie ds un ordre mondial qui est dominé par l'occident. Qu'il le veuille KS ou non. C comme ça. Naif celui qui est ds le déni de la sempiternelle loi "la raison du plus fort est tjrs la meilleure" (La Fontaine). Il n'est certes pas question de subir cet ordre passivement, mais qd on réclame ou nie tout on n'a rien.
KS se croit encore ds une guerre de liberation, il parle une langue moyenâgeuse. Alors que nous on se croit un pays independant ,ayant son drapeau, son hymne national ,  nos ancêtres et a leur tête le président -fondateur Bourguiba, ont payé de leur sang pour les obtenir et moderniser le pays. Chassons le naturel, il revient au galop. Plus KS parle de  liberation ou guerre nationale, plus les Tunisiens s'attachent à leur mémoire et se rendent compte que non seulement leur président provient d'une autre planète (il l'a dit lui-même) mais veut effacer leur histoire et écrire une (comme les khwanjiya). On  l'a  élu pour ça ? La "libération nationale "? Ou lui, il s'est trompé de puple ou nous on s'est trompé sur les  allégations de de ceux qui se disent "hors système", en fait c hors histoire.
Larry
Après Russia Today...
a posté le 19-09-2023 à 13:49
Il nous faut désormais :
" TUNISIA TODAY "

C'est la propagande audiovisuelle propre aux dictatures !....
Nephentes
L'intervention de Mr le President est tres utile
a posté le 19-09-2023 à 12:37
Elle montre assez clairement la perception que se fait Mr le Président de la situation actuelle du pays

elle montre aussi quelques éléments du processus de remontée et analyse de l'information qui parvient a Mr le Président