alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 22:48
A la Une
Kaïs Saïed enchaîne les échecs face aux islamistes
28/06/2022 | 12:41
9 min
Kaïs Saïed enchaîne les échecs face aux islamistes

 

Depuis l’annonce des mesures exceptionnelles à la date du 25 juillet 2021, le président de la République, Kaïs Saïed, n’a pas cessé de multiplier les menaces et les incitations à l’encontre de différents acteurs de la scène politique tunisienne. Le chef de l’Etat a multiplié les discours visant les partis politiques, notamment Ennahdha principale formation islamiste du pays. Le mouvement Ennahdha et son gourou, Rached Ghannouchi, avaient réussi à s’imposer et à gouverner depuis les élections des membres de l’Assemblée nationale constituante en 2011.

 

Le chef de l’Etat, Kaïs Saïed, s’était donné pour mission de tout faire pour provoquer des poursuites en justice ou des arrestations dans les rangs d’Ennahdha. Dans la quasi-totalité de ses discours, Kaïs Saïed avait parlé de corruption, de parti politique corrompu, exploitant l’Islam et responsable de la dégradation de la situation économique, sociale et politique. Le chef de l’Etat avait parlé de détournement de fonds et de biens, de malversations et de complots portant atteinte à la sécurité nationale. Il avait même accusé des députés d’avoir reçu des pots-de-vin pour voter en faveur de certaines lois.

Le dernier épisode majeur de la scène politique et judiciaire témoigne de ces tentatives d’inculpation de l’un des anciens dirigeants du mouvement Ennahdha : l’affaire Hamadi Jebali. Ce dernier, connu pour sa fameuse déclaration le « Rass el mal est jaban », avait occupé le poste de chef du gouvernement de décembre 2011 à mars 2013. Il avait accédé à ce poste à la suite de la formation de la coalition baptisée Troïka par Ennahdha, Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR). Neuf ans après avoir quitté la Kasbah et durant lesquelles on l’avait un peu oublié, Hamdi Jebali se retrouve encore une fois au cœur d’une nouvelle polémique. Il a été interpellé par la brigade antiterroriste d’El Gorjani. Le pôle judiciaire antiterroriste avait ordonné, à la date du 23 juin 2022, l'interpellation de l'ancien chef de gouvernement pour soupçons de blanchiment d'argent.

Le ministère de l’Intérieur a tenu une conférence de presse en urgence, le lendemain de l’interpellation, afin d’apporter des explications sur certaines questions relevant de l’actualité, dont l’interpellation de Hamadi Jebali. La porte-parole du ministère, Fadhila Khelifi avait assuré que l’ancien chef du gouvernement était derrière des opérations financières douteuses liées à l’association « Namaa ». Cette association avait été mentionnée par le comité de défense dans les affaires des assassinats politiques de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Elle servirait de façade pour des opérations de blanchiment d’argent et pour le financement illégal d’Ennahdha et de structures parallèles y affiliées. Bien évidemment, ces accusations ont été massivement relayées et confirmées par les disciples de la gouvernance par les bases et les fanatiques soutenant inconditionnellement le président de la République dans son élan d’autoritarisme.

 

Du côté des islamistes, on s’était empressé de dénoncer, de critiquer et de tirer à boulets rouges sur le pouvoir exécutif. On a qualifié la chose de détention illégale. Le comité de défense de Hamadi Jebali a affirmé que le ministère de l’Intérieur avait menti et avait essayé de déformer la réalité, induisant, ainsi, l’opinion publique en erreur. Le comité de défense a estimé que cette arrestation injustifiée représentait l’apogée d’une campagne de harcèlement le prenant pour cible depuis quelques mois.

Le dénouement, quant à lui, s’est fait à peine quatre jours après l’arrestation. A la date du 27 juin 2022, le juge d’instruction 23 au pôle judiciaire a décidé de libérer l’ancien chef de gouvernement. Le membre du comité de défense, Samir Dilou, avait même publié une photo dans laquelle il était en voiture aux côtés de Hamadi Jebali, sûrement pour narguer le pouvoir en place. Remuant le couteau dans la plaie, le magistrat révoqué par décret présidentiel, Hammadi Rahmani s’était empressé de saluer le juge d’instruction et les magistrats tunisiens pour leur refus de se soumettre aux instructions et aux intimidations de la ministre de la Justice, Leïla Jaffel et du pouvoir exécutif. Une affirmation qui survient durant la quatrième semaine consécutive de grève des magistrats. Hammadi Rahmani a rappelé que le chef de l’Etat avait révoqué le procureur de la République près le tribunal de première instance de Tunis et ses substituts. Ainsi, les magistrats ont réitéré leur opposition et leur résistance aux campagnes d’incitation et de harcèlement les visant. Le juge chargé de l’affaire n’a pas hésité à remettre Hamadi Jebali en liberté accentuant ainsi la crise politique entre les magistrats et le chef de l’Etat.

 

L’affaire de Hamadi Jebali n’est en fait que la partie visible de l’iceberg des échecs de Kaïs Saïed face aux islamistes. Bien avant cela, une autre affaire avait démontré l’inefficacité, l’amateurisme politique et l’incompétence du pouvoir exécutif. Il s’agit certainement de l’incontournable arrestation de Noureddine Bhiri, autre figure du mouvement Ennahdha. L’arrestation de Hamadi Jebali est extrêmement similaire à celle de Noureddine Bhiri. Ce dernier a été interpellé, à la date du 31 décembre 2021, par des policiers en civil puis assigné à résidence dans un lieu non-communiqué. Le comité de défense et les nahdhaoui avaient crié au scandale, au kidnapping et à la détention arbitraire. Ils avaient justifié ses accusations par l’absence de mandats ou d’instructions visant Noureddine Bhiri.

En guise de réponse, le ministre de l'Intérieur, Taoufik Charfeddine s’était, cette fois, lui-même, exprimé au sujet de l’interpellation. Il avait assuré, dans un point de presse du 3 janvier 2022, que Noureddine Bhiri était coupable d’octroi de passeports et de certificats de nationalité de manière illégale. Il avait assuré que le dossier revêtait un caractère terroriste et qu’il comportait plusieurs surprises. Le ministre de l'Intérieur avait, aussi, critiqué l’attitude des magistrats et avait déploré un relâchement et une lenteur dans le traitement du dossier. Le bureau de communication du Tribunal de première instance de Tunis avait violemment réagi à ses accusations. Il a tenu à rappeler au ministre de l'Intérieur, avocat de formation, quelques règles de conduite d’une enquête judiciaire et des procédures pénales. Le parquet a expliqué qu’une enquête avait bel et bien été ouverte. Encore une fois, le pouvoir exécutif, cherchant à jouer au héros, a buté contre un mur ! Encore une fois, le pouvoir exécutif s’était gratuitement mis à dos les magistrats tunisiens. Le dénouement de cette affaire a eu, cette fois-ci, plusieurs mois après la détention injustifiée, puisqu’aucun mandat n’avait été émis contre la personne concernée. Noureddine Bhiri ne sera libéré qu’à la date du 7 mars 2022 après 65 jours de détention y compris un long séjour dans le service de réanimation.

 

Plusieurs autres affaires confirment l’absence de cohésion et de coordination entre les pouvoirs, ou ce qu’il en reste puisque le parlement avait été dissous par le chef de l’Etat à la date du 30 mars 2022. Une décision prise suite à la tenue d’une plénière à la même date. Le président de la République avait, aussi, ordonné à la ministre de la Justice, Leïla Jaffel, de poursuivre les participants à la plénière pour atteinte à la sécurité nationale. Bien évidemment, cette dernière s’est empressée d’appliquer les instructions du président de la République (ou ce qu’il en reste à ce moment-là !). Trente des 121 députés ayant participé à la plénière ont été convoqués par la brigade antiterroriste. Rached Ghannouchi avait profité de l’occasion pour se présenter à la brigade antiterroriste en véritable icône de la résistance ! Il avait multiplié les signes de victoire au milieu d’une foule déchaînée et scandant des slogans contre le coup d’Etat du 25 juillet 2021. Depuis leur comparution devant la brigade antiterroriste, l’affaire n’a pas connu de suite.

Nous pouvons, également, évoquer l’affaire de l’aéroport concernant les députés de la Coalition Al Karama, connu sous le surnom pare-chocs d’Ennahdha. Parmi les accusés, nous pouvons citer Seïf Eddine Makhlouf, Mahmoud Affes et Nidhal Saoudi. Les trois avaient fait l’objet de poursuites judiciaires et militaires. Le leader du groupe islamiste Makhlouf a écopé, après trois mois de prison et de mise en liberté dans l’attente de clore l’enquête, de seulement trois mois de prison avec sursis par le tribunal de Tunis et de seulement cinq mois par le tribunal militaire. Au début de l'affaire, on parlait d'attentat contre la sûreté de l'Etat et d'atteinte à la sécurité nationale. Des termes bien choisis pour faire la propagande du pouvoir en place.

 

Autre exemple de l’exploitation de la magistrature et de la justice par Leïla Jaffel à des fins politiques et conformément à la politique de Kaïs Saïed : l’ouverture d’une enquête à l’encontre du secrétaire général d’Attayar, Ghazi Chaouachi. Ce dernier avait été accusé d’atteinte à l’ordre public pour avoir affirmé que la cheffe du gouvernement, Najla Bouden, avait présenté sa démission. Dire qu’une personne avait démissionné est, donc, devenu illégal en Tunisie !

De plus, nous n’avons toujours pas eu connaissance de l’ouverture d’enquêtes ou de l’entame d’instruction visant des décideurs et des hauts fonctionnaires nommés par le mouvement Ennahdha ou de leaders du parti pour des affaires de corruption ou pour détournement de deniers publics contrairement à ce qu’avait affirmé le chef de l’Etat depuis la monopolisation des pouvoirs et durant ces onze derniers mois. À chaque déclaration portant à ce sujet, le chef de l’Etat se gourre ou reprend des faits colportés par les internautes et circulant sur les réseaux sociaux et donc loin d’être des sources fiables. Des agissements grignotant petit à petit sa crédibilité, son bon sens, ses motivations nobles et la légitimité de ses actes qu’il ne cesse d’évoquer.

Le conflit qui l’oppose actuellement aux magistrats n’a vraiment pas arrangé les choses. Au début, Kaïs Saïed s’était verbalement attaqué aux magistrats. Il a, par la suite, dissous le Conseil supérieur de la magistrature sous prétexte de défaillance de cette structure. Il a formé un conseil provisoire composé en grande partie des mêmes membres. N’étant toujours pas satisfait de l’indépendance de la magistrature et du refus des juges de se soumettre à certaines instructions, Kaïs Saïed s’est approprié le peu de prérogatives accordées au Conseil provisoire de la magistrature. Il a décidé de révoquer les magistrats par décret jusqu’à ce que ces derniers se soumettent définitivement à sa merci. Mais en vain ! Les magistrats refusent et tiennent bon. Une attitude qui continue à agacer le président. Néanmoins, il a su trouver la solution. On lui accordera le contrôle tant voulu dans le texte de la constitution. La magistrature ne sera qu’une simple fonction selon les membres de la commission ayant rédigé cette proposition. Ainsi, les magistrats n’auront plus qu’un mois pour dire non. En cas de vote de la proposition, ils n’auront plus qu’à se transformer en agent d’exécution.

 

Sofiene Ghoubantini

28/06/2022 | 12:41
9 min
Suivez-nous
Commentaires
Chanchan
Correctif.
a posté le 30-06-2022 à 04:33
C'est plutôt les tunisiens qui subissent les massacrées qui leur ont été causées par ces énergumènes antihumanistes et "engloutistes" .
JAMAIS -TK
Vers Le Crash Final !
a posté le 29-06-2022 à 21:37
Je souhaiterais que les tunisien(ne)s se mobilisent le 25 Juillet prochain pour barrer la route à la " nouvelle constitution", au fin de pousser cet apprenti sorcier de Kaïs Saïed vers la sortie avant que le mal n'emprunte le chemin de non retour vers l'inévitable crash qui mènera la Tunisie vers l'inconnu !
Robonot
islamophobie maladive
a posté le 29-06-2022 à 12:48
ils n'ont jamais imposé la Sharia, donc pas islamistes.
ils n'ont gouverné que 3 ans. Guidé Vendredi, Joseph Témoins sont islamophobes.
les seuls islamistes actuellement au pouvoir, sont les Talibans.
arrètez de faire caisse de résonnance aux médias islmophobes franco sionistes.
Forza
Saied et les généraux
a posté le 29-06-2022 à 12:13
Sur la voie de l'Algerie, de l'Egypte et de la Syrie

https://mondafrique.com/tunisie-des-interrogations-inquietes-sur-une-possible-intervention-de-larmee/

BI
Tunisie, des interrogations inquiètes sur le rôle à venir de l'armée ?
a posté le à 13:57
Cher @Forza, mais faut-il être vraiment aveugle et naïf, pour ne pas voir que ce sont les militaires qui ont organisé et imposé le Putsch du 25/7 : les chars ont quitté les casernes pour occuper le c'?ur de toute démocratie à savoir l'ARP, non ?

Faut-il une preuve ou une intelligence particulière pour l'affirmer ou attendre qu'un journaliste étranger ose l'écrire ?
El ouffy y
ce n est pas de cette facon en résoudre les crises
a posté le 29-06-2022 à 10:48
il faut utiliser l assassinat de CHokri Belaid pour accuser les autres sans preuve comment l enquette n a pas donner de resultat depuis longtemps .Monsieur le President cree les problèmes qui perturbent la bonne gestion de l etat me semble que le parti d ennahdah n z rien de relation avec l islam dans la gestion de l'état il est un parti politique comme les autres partis ce que est le nahdah a ete choisi par le peuple pour des buts sociaux si ce parti n'a réaliser pour le peuple c est la recompose du dieux ou bien une punition du dieux a ceux qui ont malmene insulter l ancien president BEN ALi qui a bien gérer le pays il y a beaucoup qui croyaient que Ben ALi z ete z cause des manifestations populaires or c edt faut la réalité Ben Ali a ete suspendu pour faciliter le déracinement du régime de Kaddaffi .Evitez la fitna quo pourra entrer le pays dans une situation incontrôlable ou est le general Rachid Ammar qui pourra donner les conseilles au premier dirigeant Alleh Ykadar El KHeire .
Yanamare
Taper sur le clou
a posté le 29-06-2022 à 03:57
Mais pourquoi ne donnez.vous pas de chance au coureur. Vous cherchez le retour des islamistes ou quoi ?
Vous trouvez que la clique de Ghannouchi est à plaindre ? Ils vous la jouent ouverts et démocrates alors qu'on sait bien que leur agenda et d'instaurer l'état islamiste avec son allié de pacotille turc Erdogan. C'est très bien de faire des articles critiques mais de la à ne faire que critiquer Vous jouez pour qui dites donc c'est bien bizarre ce business News depuis le 25 juillet 2021.
El ouaffy y
GHanouch ce n'est pas un Imam
a posté le à 12:51
@Yanamar SVP dite nous ou Ghanouchi a ete forme pour etre un Imame ? ? a ZItouna ou El Karaouine .Ghanouchi c est un homme politique il n'a rien z savoir avec Islame il pratique la religion a titre prive le Carême la priere ext. s'il a des contacte avec l extérieure c est pour l'intérêt du pays du fait qu'il est un responsable qui pourra nier que Ghanouchi n est pas un Turque de Race ou est le problème les Turque dont la majorité sont des Islamiste .
Mon.
Comment
a posté le 28-06-2022 à 23:08
D'après cet article, on peut comprendre que businessnews est en train de perdre le nord et de prendre la défense des islamistes. K.S. a raison sur tous les plans mais il n'est pas fin diplomate et ses ministres sont des incompétents, en outre durant le règne d'Ennahdha, tous les rouages de l'état ont été mis sous sa coupe, c'est pourquoi K.S. ne réussit pas à les mater car ce sont des hypocrites rusés qui ont tout préparé au cas où leurs plans ne réussissaient pas, en outre ils ont des cellules dormantes prêtes à agir au cas où ça se terminait mal pour le gourou. Le feuilleton de ces arrivistes qui ont confisqué la" révolution " et ruiné le pays n'est pas prêt de se terminer sauf si K.S. décide de les décimer avec la méthode d'Essissi.
Klabi najib
Religion Tn ?!
a posté le 28-06-2022 à 21:21
Le min. Intèr n'a pas menti. Mr K. Saìd rèalise çe qe le peuple a elu pour sauver blitz rèvolte que Ganouçhi & band ont renversè, volè arçhiv, falsifiè lègislativ 14 , renversè l'intèrieur, abus 2 pouv massacr, terrorism d'etat,, vente pays au dollar golf.. je vs ajoute qe Ganouçh è responsable rapp elè par Mossad pr passation de prison mossad secrète qi vaut l'ètat Tn chaire &os, à part qe la rèligion ne justifi rien çhez le fameux pple Tn. '?essez 2 faire publiçitè àla bde "wjouh l'7abs".
okba
le jeu continue
a posté le 28-06-2022 à 21:20
Je ne sais si mon commentaire sera publié car j' ai l'impression que je suis censuré par BN ces derniers temps parce que j' ai simplement critiqué le professionnalisme de certains de ses journalistes . Brièvement, j'ai 3 observations
= tous les membres et responsabls d'Ennahdha et les types d'El Karama arrêtés ont été vite relâchés. Ils sont tous propres, blancs comme neige, nets et innocents . Les actes qu' ils ont commis durant 12 ans et que tous ls Tunisiens les leur reprochent ne les concerne pas .
=est-il certain que le juge d 'instruction qui a relâché Hamadi Jebali l'a fait par esprit de justice ,d'indépendance et de refus des instructions d'en haut ou simplement par esprit de revanche contre le Chef de l'Etat et par solidarité avec ses collègues les magistrats en grève et la solidarité et le corporatisme sont importants pu faire durer les privilèges, les magouilles et l'enterrement des dossiers compromettants.
= est-il certain que Kais Said cherche vraiment à faire tomber Ennahdha et l'islam politique ou s'agit-il d' une concurrence entre 2 chefs appartenant en fait à la même mouvance
EL OUAFI
Ririra le premier qui ririra le dernier !
a posté le 28-06-2022 à 19:32
Onze longues années et ce peuple agonise sous les coups de butoirs successifs d'Ennahdah, une fois le référendum est terminé, et dans l'espoir qu'il serait un plébiscite pour le président Kais Saied, là l'estocade serait déterminante, tous ces voyous qui ont pillé le pays, échapperont pas sûrement à rendre des comptes à ces tunisiens Martyrisés, de même les fortunes mal-aquises et leurs provenances.
J'en suis convaincu que la secte payerait un lourd tribut par toutes les malversations.
Imed
Approbation
a posté le 28-06-2022 à 18:19
Les commentaires pour cet article comme pour d'autres sont parfois radicaux à la limite de la cibercriminalité!
Je ne comprends pas qu'à chaque commentaire, on reçoit un message qui nous dit: "votre commentaire sera publié après approbation du responsable".
Vous lisez les commentaires ou non?
Tunisino
Y a t-il?
a posté le 28-06-2022 à 17:58
Y a t-il des psychiatres à la maison, les tunisiens veulent un bilan psychiatrique de Zakafouna à partir de cette photo, les simples tunisiens veulent une confirmation des propos de Nadia Akacha pour s'assurer que Zakafouna n'ira pas en prison durant la troisième république, pour maladie mentale.
Tunisien
Drôles de constats
a posté le 28-06-2022 à 17:40
L'auteur de l'article relate les déboires d'un système vicié en profondeur au point que toute tentative entreprise par la nouvelle équipe se trouve mise en échec. Raisonnablement, on ne peut , en aucune manière, accuser d'amateurisme une équipe intègre et animée d'une ardente de bonne volonté de servir le pays, mais le mal est tellement profond que même des juges non listés jusqu'ici se sont dressés contre des mesures toutes justifiées contre des véreux et douteux personnages portant des robes dont ils ont sali le symbole. Bien sûr que le verbe est facile pour les gens sans morale, pour faire porter le chapeau à un symbole de l'intégrité, du nationaliste et de l'intégrité. Allez dire ça à un bouché à l'émeri...
OK
Président Kais Said, le tombeur des islamistes freres musulmans
a posté le 28-06-2022 à 16:37
rien ne sert de toujours reculer pour mieux sauter en envoyant toujours à plus tard les mesures nécessaires pour éradiquer et réduire à néant le mal islamiste des freres musulmans salafistes qui profitent injustement de la liberté et démocratie pour narguer et saboter la marche triomphale du 25 Juillet pour une nouvelle constitution et république
retraité
le président doit donner des résultats concrets
a posté le 28-06-2022 à 15:43
le président doit donner des résultats concrets dans sa lutte contre les islamistes qui ont appauvri le pays et sa population pendant 10 ans de règne sinon il sera ridiculisé par cette nébuleuse islamiste qui sera leur prochain victime ces gens sont puissants et ils ont des soutiens étrangers pour qu'ils reprennent le pouvoir en fin d'année et tant pis pour le pays et sa population .
grendizer
comment
a posté le 28-06-2022 à 15:31
Kais Saied a menacé des mois avant le 25 juillet , qu'ils savait ; qu'il avait des informations .......
donc normalement le 25/07/2021 il devrait avoir les dossiers préts bien fisselés pour capturer les terroristes d'ennahdha le 26/07/2021 max , et non pas venir , aprés un an , démarrer les arrestations qui n'ont pas abouti a acune incrimination de valeur pour une grosse tête des terroristes islamites.
Dommage car il fallait frapper haut et fort dans les 72 heures qui ont suivis le 25 juillet et annoncé la dissolution de ce cancer
veritas
Saied doit faire des résultats'?'
a posté le 28-06-2022 à 14:02
saied doit faire des résultats concrètes contre les criminels islamistes si non il doit plier bagage jusqu'à quand ce cirque va continuer '?'s'il veut vraiment faire des résultats concrètes il doit rétablir de toute urgence le tribunal de la sûreté de la sûreté de l'état '?'assez d'amateurismes et des procédures ratées,il est temps d'arrêter ce cirque .
Houcine
En deux phrases.
a posté le 28-06-2022 à 13:45
J'avais écrit un long article, et je l'ai effacé. Les détails, et tous les arguments sont documentés.
Si j'étais journaliste, je ne me laisserais oas utiliser par une mouvance et des gens qui ont caché et maltraité collègues, et peut-être amis.
Il n'y a pas si longtemps, les menaces pleuvaient, et chacun la main sur la couture du pantalon étaient sur ses gardes.
Ne pas contester, par des enquêtes, les fables, mensonges, et mettre au jour les faits impliquant chacun, c'est servir les délinquants.
De quelque bord qu'ils soient.
Je note que tel n'est pas le cas, et beaucoup servent de relais.
Volontairement ou non, ce n'est pas la question.
C'est le constat qui compte.
Daoudaou
Quoiqu'il en soit ces nahdha sont des escrocs et des malfrats.
a posté le 28-06-2022 à 13:28
Ils ne pourront jamais camoufler leurs crimes, leurs délits et leurs escroqueries, ce n'est que partie remise.
Un jour viendra. Ne vous en faites pas.
Agatacriztiz
la discipline est la seule solution pour mettre à terre l'hydre islamiste
a posté le 28-06-2022 à 13:19
D'où l'impérieuse nécessité de la prise de pouvoir par l'armée dans les meilleurs délais et de la gestion des affaires du pays par des hommes à poigne, genre Sissi, ou des leaders asiatiques du style Xi Jingping le secrétaire du parti communiste chinois ou Kim Jun Un le Nord Coréen.
La grandeur d'un pays se mesure à la discipline et la synchronisation de ses forces armées au cours d'un défilé militaire...
Si la démocratie doit "engraisser" une caste privilégiée, qui se croit "intouchable" par ses "bondieuseries" de pacotille au détriment d'un peuple qui n'arrive plus à retenir ses enfants dans leur propre pays, nous n'avons pas besoin de cette mascarade parlementaire qui ronge tout sur son passage.
Pffff
Absolument
a posté le 28-06-2022 à 13:18
Le chef de l'Etat, Kaïs Saïed, s'était donné pour mission de tout faire pour provoquer des poursuites en justice ou des arrestations dans les rangs d'Ennahdha

Et qui vous a dit que ceci est vrai
Personnellement je vois qu'ils prennent le peuple pour un idiot, c'est du pur cinéma de part et d'autre
Mouna
@Mr. Sofiene Ghoubantini
a posté le 28-06-2022 à 13:16
Mr. Makhlouf a bénéficié d'une pseudo liberté avant son procès, et il est où maintenant?
voir le lien:
https://www.businessnews.com.tn/condamnation-de-makhlouf-le-front-de-salut-denonce-le-silence-de-lordre-des-avocats,520,120193,3

De même Mr. Bhiri est en pseudo liberté et il finira derrière les barreaux comme Mr. Makhlouf....

De même Mr. Jebali est en pseudo liberté et il finira derrière les barreaux comme Mr. Makhlouf....

De même Madame Soumaya Jebali, fille de Mr. Hamadi Jebali est impliquée dans l'affaire des faux visas du Hajj. Elle finira derrière les barreaux comme Mr. Makhlouf....

https://www.tuniscope.com/article/32900/actualites/tunisie/soumaya-430420
https://www.turess.com/fr/businessnews/41451


@Mr. Sofiene Ghoubantini, votre analyse est trop superficielle et trop longue (je l'ai lue par manque de temps en diagonale)

Mr. Kais Said fait du bon travail et sa politique est très intelligente face au clan RG

Très Cordialement


Naim
Répondre à l'ignorance par la violence verbale.
a posté le 28-06-2022 à 13:05
Bien sûr, il n'y'a qu'un khwamji pour affirmer et soutenir de tels obscénités
Les patriotes veulent votre éradication et les patriotes tunisiens veilleront à ce que vous seriez totalement éradiqués.
Les patriotes seront derrière le President Saïed pour lui rappeler autant de fois nécessaires pour lui rappeler que vous êtes des traîtres à la nation et que votre éradication totale est vitale pour la Tunisie.
ABDO
Sans commantaire
a posté le 28-06-2022 à 12:55
Ne dites pas "Kaïs Saïed enchaîne les échecs face aux Nahdhaouis" mais dites "les Nahdaouis sont toujours les maîtres de ce pays et la libération de Hamadi Jebali dénote cette réalité".