alexametrics
samedi 02 juillet 2022
Heure de Tunis : 09:05
Dernières news
Affaire de l'aéroport - Seïf Eddine Makhlouf condamné, en civil, à trois mois de prison avec sursis
26/05/2022 | 12:23
1 min
Affaire de l'aéroport - Seïf Eddine Makhlouf condamné, en civil, à trois mois de prison avec sursis

 

Le député d’Al Karama et avocat Seif Eddine Makhlouf a été condamné à trois mois de prison avec sursis dans l’affaire dite de l’aéroport, a annoncé le député et avocat Samir Dilou, jeudi 26 mai 2022.

Dans une déclaration à Business News, Me Dilou a expliqué que ce jugement en appel avait été prononcé par la huitième chambre correctionnelle près le Tribunal de première instance de Tunis.

Le tribunal cantonal de Tunis a, initialement, condamné le député à trois mois de prison ferme en mars 2022. 

Dans cette même affaire examinée, également, par le Tribunal militaire de Tunis, Seif Eddine Makhlouf, a écopé de cinq mois de prison.

En mars 2021, un raid a été mené par les députés d'Al Karama sur l’aéroport de Tunis Carthage afin d’obliger les autorités de permettre à une femme fichée S17 de voyager. La scène a été filmée et massivement partagée sur les réseaux.

 
 

N.J.  

26/05/2022 | 12:23
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Virtuel
Stop
a posté le 27-05-2022 à 11:18
Il y en a marre de ce dossier qui n interesse que les redacteurs de bn.
GZ
Glaive tordu, Seif émoussé
a posté le 27-05-2022 à 00:57
Au sujet du quantum de la peine, @Houcine et @AR que je salue ont tout dit. Il n'y a pas grand-chose à ajouter. Sauf peut-être ceci : Tunisiens, menez un "raid" concerté, planifié, prémédité contre un aéroport international, foutez-y un bordel monstre, défiez la police de l'air et des frontières, tentez d'imposer par la force la libre circulation de vos ami.e.s fiché.e.s S17 et les autres. Vous risquez toujours moins gros, que de dérober sous l'impulsion de la faim une boîte de thon dans le rayon d'un grand magasin ( six mois ), ou encore fumer un joint entre amis,
( trente ans ) autant dire perpète. Quelle que soit la juridiction, civile ou militaire et le degré de juridiction, première instance ou appel.
Rappelons, comme le fait l'auteur,
qu'en première instance le tribunal cantonal a infligé à l'appelant une peine de trois mois ferme, ramenée en appel à trois avec sursis par, dit l'article, "la huitième chambre du tribunal de première instance" appelée à se prononcer en appel !?*
Au train où vont les choses, un pourvoi en cassation et le prévenu est blanc comme neige. Mieux, il pourra alors se retourner contre l'Etat, réclamer dommages et intérêts, remboursement des dépens et débours pour détention abusive. Rappelons encore que pour cette affaire, le prévenu a passé quelques semaines en prison.
D'ailleurs ici le sursis lui même ne manque pas d'interroger. En cas de condamnation après détention provisoire, les magistrats ont coutume, pas l'obligation, de "couvrir" en prononçant une peine au moins égale à la période de détention. Dans le but d'éviter aux services de l'Etat d'inévitables complications judiciaires futures avec des personnes in fine blanchies donc détenues à tort.
On ne "couvre" pas de la détention provisoire avec du sursis.

L'autre mystère est que, j'ai lu et relu l'article, pour la même affaire deux juridictions de deux ordres différents qui plus est, l'une militaire, l'autre judiciaire, se reconnaissent toutes deux compétentes et prononcent deux condamnations d'un quantum différent. La militaire, puisque c'est ainsi, aurait dû tenir la judiciaire en l'état. Sinon la judiciaire aurait dû se déssaisir au profit de la militaire. Rien de tout cela. Pour ajouter du mystère au mystère. Encore heureux que ni le tribunal administratif, ni le parquet financier n'a jugé utile de se saisir...au point où nous en sommes...

Quelque chose ne tourne pas rond dans les palais de justice.
Pétaudière chez Thémis. Si elle garde son bandeau sur les yeux, c'est pour ne rien voir de ce grand bazar affligeant perpétré en son nom sous serment.

* Un appel est examiné par une cour d'appel, non un tribunal. Si quelqu'un a une explication, je suis preneur et reconnaissant.
Ancien '?lu de la république française
j'ai honte pour la justice tunisienne
a posté le 26-05-2022 à 21:55
je n'ai pas compris en Tunisie, pourquoi i y'a une différence la justice militaire et la justice civile, si j'étais à la place des juges, ils seront condamné avec une forte amende pour renflouer la caisse de l'état , la ville où je réside un pyromane a mis le feu dans une ancienne ferme non habitable, il a écopé 4 ans de prison ferme pour donner une leçon à la nouvelle génération française c'est à vous de juger
Ancien '?lu de la république française
une faute de frappe
a posté le à 03:55
je suis désolé une faute de frappe ( il sera condamné)
MFH
Justice de classes.
a posté le 26-05-2022 à 21:38
Les juges utilisent le sursis pour les proches et les personnes influentes ( membre dela famille, amis, collègues, hauts responsables, etc....) et envoient tout le reste croupir en prison.
AR
Le mérite de l'impunité !
a posté le 26-05-2022 à 18:01
Trop de tracasseries, des audiences et des audiences, des plaidoiries, report après report, gaspillage des deniers publics et perte énorme de temps pour... rien de rien !
Les autorités auraient fait mieux de clore le dossier et ce dès le début, au moins pour sauvegarder la dignité, ce qui reste de la dignité.
Bsahtek Ya Markhoufa !
Mais la clémence aussi possède des limites.
Au bord du gouffre, disait Houcine, non, c'est plein dedans, l'une des raisons pour lesquelles il faut tout balayer, tout raser, et entamer une nouvelle solide construction, qui sera capable d'imposer la loi, l'autorité et le respect , ces microbes qui nous ont empoisonné la vie, ne trouveront plus jamais l'opportunité de déballer leur banditisme, et ce n'est pas le président qui envoyé les Tunisiens se balader, B.N , il est peut-être temps de réviser certaines analyses.
Houcine
Au bord du gouffre.
a posté le 26-05-2022 à 14:37
Il y a cette blague algérienne qui attribue à un cadre du FLN cette phrase:" Nous sommes au bord du gouffre, et nous allons faire un pas en avant....".
Elle s'appliquerait sans avoir à en payer les droits d'auteur à "notre justice".
Je crois que ce petit malfrat mérite un traitement de faveur étant très digne, respectueux, probe et civilisé.
Merde aux salauds.
Ahmed
La justice est pourrie, KS a raison.
a posté le 26-05-2022 à 14:05
Il faut le soutenir.
Citoyen_H
ABSOLUMENT
a posté le à 16:07
La justice est pourrie jusqu'à sa plus infime particule atomique !!!!
Kaissoune, notre intègre et patriote président, sans peur ni reproche, a un travail titanesque à fournir.
Il doit tout rebâtir, tout reconstruire, tout restructurer, tout réorganiser, tout désinfecter.
Il est seul contre tous, quasiment !!!!

La racaille des charognards affamés sans foi ni loi, manigance jour et nuit pour lui mettre des troncs d'arbres dans les roues.
Allah yé8lik8om et lè i bérekil8om.



Mystère
Trois mois fermes ou trois mois avec sursis ?
a posté le 26-05-2022 à 13:35
Alors que le pauvre petit n'a pas blasphémé. C'est injuste !