alexametrics
dimanche 14 août 2022
Heure de Tunis : 04:53
Dernières news
54 magistrats déposent un recours contre la décision de révocation
28/06/2022 | 13:26
1 min
54 magistrats déposent un recours contre la décision de révocation

 

Le porte-parole du Tribunal administratif, Imed Ghabri, a indiqué que 54 magistrats ont déposé des recours pour abus de pouvoir contre leur révocation par décret présidentiel promulgué à la date du 1er juin 2022.

 

Dans une déclaration accordée le 28 juin 2022 à l’Agence Tunis Afrique presse, Imed Ghabri a précisé que les magistrats ont, également, déposé un recours pour suspendre l’application du décret présidentiel n°516 portant la révocation de 57 magistrats. Il a, aussi, expliqué que la présidence de la République et le ministère de la Justice seront amenés à répondre aux recours afin de compléter l’instruction ouverte à ce sujet.

Pour rappel, le chef de l’Etat, Kaïs Saïed avait décidé de s’approprier les prérogatives du conseil provisoire de la magistrature et de révoquer 57 magistrats en affirmant qu’ils étaient tous coupables de corruption, d’adultère et d’entrave à la justice. La décision a suscité la colère des juges qui tiennent depuis quatre semaines de suite une grève au sein de l’ensemble des structures judiciaires.

 

S.G

28/06/2022 | 13:26
1 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
GZ
La question
a posté le 29-06-2022 à 04:22
La question n'est pas seulement de savoir si les c... tendus mettaient bien leur dû. Pour parler vulgairement.
Elle est de savoir si la fessée est réellement due dans certains cas, et correctement administrée dans d'autres.
C'est en somme la question sur laquelle devra se pencher le T.A.
Les écarts aux lois de procédure d'aujourd'hui, si écarts il y a, risquent de se répéter demain.
GZ
Correction
a posté le à 09:03
Lire "méritaient bien leur dû" et non mettaient.
GZ
Lecture
a posté le 29-06-2022 à 04:05
Parmi les magistrats révoqués, certains sont, au regard des faits à eux reprochés, difficilement défendables. Ce qui ne leur retire pas le droit de se défendre.
D'autres le furent pour des raisons qui, du point de vue de beaucoup, résistent difficilement à l'examen, beuverie, dit-on et prétendue affaire de moeurs... Il appartient à la juridiction administrative saisie de trancher. Par le passé, elle a déjà fait preuve de sa totale indépendance et indifférence aux pressions de toutes parts. Ce sera notre juge de paix. On peut raisonnablement parier qu'elle maintiendra sa jurisprudence jusqu'ici constante.
Les rapports, débats et plaidoiries seront excitants pour l'esprit.
Pour ceux intéressés par l'aspect purement juridique de la question débarrassée de son côté passionnel, au demeurant compréhensible, Madame Sana Ben Achour fait, sur le magazine en ligne Leaders, une analyse fine, fouillée, circonstanciée et documentée. Loin de tout parti pris, éclairant et intéressant même pour qui ne partage pas ses conclusions.
Houcine
Bonne chance.
a posté le 28-06-2022 à 13:35
Aux magistrats, je donne ce conseil :
Vérifiez auprès de Hmaidi, votre syndicaliste, s'il ne vous compte pas des corrompus.
Il a ses critères, connaissant les uns et les autres, et il a parlé en connaisseur.
La remarque:
'? titre individuel, je peux regarder la requête l'?il bienveillant. Mais, de vous mettre tous, ou presque, à nous jouer les victimes, cela vous rend soupçonnables.
Je sais que face à l'adversité, nécessité fait loi.
Mais, défendre l'indéfendable, vous retire tout argument.
Réfléchissez, et agissez en citoyens, car vous avez déjà beaucoup perdu, ne jetez pas au vent ce qui vous reste de capital.