alexametrics
lundi 24 juin 2024
Heure de Tunis : 15:36
Dernières news
Exclusif : La lettre posthume de Noura Borsali adressée à l’IVD
03/04/2018 | 10:08
3 min
Exclusif : La lettre posthume de Noura Borsali adressée à l’IVD

 

Notre consœur et amie, l’universitaire Noura Borsali, est décédée dans la nuit du 13 au 14 novembre 2017. Trois ans auparavant, presque jour pour jour, feue Borsali a présenté sa démission à Sihem Ben Sedrine de l’Instance Vérité et Dignité. Cette lettre est longtemps restée secrète et la regrettée en a parlé dans l’une de ses rares déclarations médiatiques après la démission. Elle défiait alors Sihem Ben Sedrine de rendre publique cette lettre après le flot de contrevérités prononcées par cette dernière lorsqu’elle a été invitée dans une émission télévisée de Samir El Wafi. Sihem Ben Sedrine a déclaré que Noura Borsali a démissionné parce que les élections lui faisaient peur, alors que la lettre de démission mentionnait clairement qu’elle ne pouvait plus travailler dans une instance où la présidente « disperse et désunit ». La lettre, bien poignante, se conclut par une phrase claire et nette qui en dit long sur l’ambiance qui prévalait, en novembre 2014 déjà, dans cet outil de vérité et dignité : « L’IVD est désormais devenue l’instance de Sihem Ben Sedrine que je rejette de toutes mes forces ».

 

Noura Borsali est partie, la rage au cœur, elle qui pensait défendre les victimes des anciens régimes dans le cadre de la justice transitionnelle après avoir été élue à l’IVD, exactement comme a été élue SBS. Elle a été la deuxième à claquer la porte après Khemaïes Chammari et elle ne fut pas la dernière. La polémique déclenchée à l’époque par les contrevérités de SBS a obligé Noura Borsali à violer son obligation de réserve et à la menacer d’en dire davantage sur ce qui se passait à l’intérieur de l’instance.

Cette lettre posthume, que Business News publie aujourd’hui en réponse à la volonté de la défunte, prouve aux quelques uns qui soutiennent encore SBS que cette dernière est indéfendable, qu’elle n’est pas là pour protéger les droits des victimes ou rétablir la justice, qu’elle est mue « par un excès de pouvoir, des abus, des combines et des dérives contraires à l’honorable mission » de l’IVD.

En novembre 2014 déjà, feue Noura Borsali écrivait : « Je suis à même de comprendre toutes ces critiques et d’en légitimer quelques unes pour avoir souffert moi-même de ses pratiques ». Mensonges, despotisme, autoritarisme, prises de décisions individuelles, feue Borsali n’a rien dit de nouveau par rapport à ce que plusieurs médias, hommes politiques, observateurs et militants disaient déjà. En dépit de tous ces témoignages, de toutes ces sonnettes d’alarme, et en dépit de six démissions (sur 15) parmi les membres élus de l’IVD, il se trouve encore quelques uns qui défendent Sihem Ben Sedrine et osent défigurer la réalité, parmi les politiques intéressés, mais également parmi quelques « journalistes » de la presse internationale.

Cette lettre posthume n’est qu’un témoignage de plus pour que la vérité et la justice voient le jour et aient le dernier mot et elles finiront, comme toujours, par avoir le dernier mot que SBS le veuille ou pas.

 

N.B.

03/04/2018 | 10:08
3 min
Suivez-nous

Commentaires (12)

Commenter

Troïka
| 04-04-2018 08:10
Après 6 démissions et un comportement de sbs à la troïka l'ivd et la troïka c'est du pareil au même et ils ont tjrs raison. S'il y'a 1 leçon à tirer c'est que ennahdha n'a pas évolué et qu'elle n'évoluera jamais.

Assyl
| 03-04-2018 20:42
Décidement tu es un (origine inconnue).................... sans scrupules ..tu oses te comparer à une sommité? Tu veux savoir ce qui la rend différente de toi? Eh bien ,:Vivante c est une Femme de principe ,Morte elle est plus vivante davantage ,

beejoute
| 03-04-2018 18:08
ben sadreine doit avoir ma

takilas
| 03-04-2018 17:57
Nahdha sont des voleurs et des assassins et ils n'ont aucune raison d'être en Tunisie, et surtout pas à Tunis qu'ils salissent par leur présence, comme ils ont sali les sudistes de leur région Gabes et Mednine en particulier.
Ils n'ont aucune raison endetté à Tunis tant par leur impolitesse (des gaars) que par leurs escroqueries (des malfrats qui méritent d'être traduits devant la justice tôt ou tard ces va nu pieds).

Carthage Libre
| 03-04-2018 16:21
On a marre de toi Sihem Ben Sedrine. Il fut un temps, début années 2000, où on avait du respect pour toi. Tu es la risée de tout le monde. Pire, tu es devenue une traitrese avec nos pires ennemis, les islamistes, qui ont mis MON pays sens dessus/dessous, tant et si bien que tu n'a JAMAIS fait allusion au MOINDRE fait grave de leur part, et ils sont plus que grave et très nombreux, car Ben Ali, aussi salopard qu'il était, n'a JAMAIS franchi le rubicon et commandité des meutres ; tu le sais, tu sais tout ce qu'ils ont fait de grave, mais jamais tu n'as ouvert ta bouche (grosse gueule disons) pour dire une seul mot. De quelle "justice" on parle à ce moment là?

Sihem Ben Sedrine, tu as montré ton vrai visage, celui d'un Dictateur, et j'imagine une seule seconde si tu étais à la place de Ben Ali, au pouvoir suprême, ce que tu ferais de notre pays, nos médias et de la "démocratie", sauce "Ben Sedrine".

Retire toi, tant qu'il est temps, car ton dossier est déjà plus que chargé, car si tu passes en...justice...ton cas sera très grave.

Agatacriztiz
| 03-04-2018 15:33
"L'Oeil était dans la tombe et regardait Cain"
La Conscience - Victor Hugo.

The Mirror
| 03-04-2018 14:30
Je respecte les morts, tous les morts.
Mais, cela ne m'empêche pas de désapprouver leurs dires et actions, lorsque je les estime erronés.
Concernant la lettre de démission objet de cet article, je dirai trois choses :
- Primo, la défunte Noura Borsali n'a pas respecté sa hiérarchie. En effet, elle a l'obligation de présenter sa démission à la présidente de l'IVD, que cette présidente s'appelle Ben Sedrine ou autre, cela ne change en rien à la déontologie administrative,
- Secundo, Borsali s'adresse aux membres de l'IVD dans une langue étrangère. L'un des objectifs de l'IVD est de redonner aux tunisiens leur identité, c'est-à-dire leur langue, dont ils sont si fiers,
- Tertio, lorsqu'on dirige une IVD, où le régime de Ben Ali a déjà placé ses pions pour entraver la justice transitionnelle, mission déclarée de l'IVD, la présidente Ben Sedrine doit assumer le rôle qui est le sien : un seul pilote à bord, lorsque l'avion est en danger.

J'aurais voulu être plus tendre en parlant d'une morte, mais, j'estime que je n'étais pas cruel non plus. Allah yarhem Mme Borsali.

Abir
| 03-04-2018 14:27
Une merdolation récupérée par les islamistes affamés qui ont envahi la Tunisie et depuis n'ont pas cessé de sucer le sang du peuple Tunisien par tout les moyens y compris cette vermine Ben Sedrine qui son projet destructif et haineux se croise avec celui du chef de la secte Gannouch!

fethia
| 03-04-2018 14:26
Paix à votre âme madame Borsali. Combien vous avez vu juste, tôt!

taoufik
| 03-04-2018 12:43
svp nom des "journalistes" qui apuient ces exactions