alexametrics
dimanche 27 novembre 2022
Heure de Tunis : 20:27
BN TV
Deux des six bateaux chargés de blé autorisés à accoster à Sfax
22/12/2021 | 10:32
1 min
Deux des six bateaux chargés de blé autorisés à accoster à Sfax

 

Deux bateaux chargés de blé et en rade depuis le 23 et le 25 novembre au large du port de Sfax ont été autorisés à accoster, a annoncé mercredi 22 décembre 2021, le secrétaire général du syndicat de l’Office des céréales, Adel Marzouk.

Dans une déclaration à Mosaïque FM, il a précisé que des échantillons de blé dur avaient été prélevés en vue d’autoriser le déchargement de la marchandise.

 

Ces bateaux ainsi que quatre autres en rade au large des ports de Radés et Gabès depuis la même date n’ont pas été autorisés à décharger leurs cargaisons sur décision des fournisseurs. Ceux-ci ont exigé un paiement à l’avance par manque de confiance en l’Etat tunisien « non solvable », depuis la dégradation de sa note souveraine par les agences de notation internationales.

L’affaire a été dénoncée par l'ancien député Sahbi Ben Fradj le 9 décembre. Celui-ci s’était interrogé sur les causes de ces retards en avançant plusieurs théories ; l’incapacité de l’Etat tunisien de payer ses fournisseurs en dépit des réserves de devises disponibles couvrant 130 jours d’importation, entre autres.

 

N.J. 

 

22/12/2021 | 10:32
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Warrior
les islamistes préfèrent l'alcool au blé !! ................................................
a posté le 22-12-2021 à 12:33
l'importation d'alcool est plus importante que le blé:
https://www.leconomistemaghrebin.com/2020/02/19/consommation-alcool-tunisie-1ere-arabe-9eme-mondiale/

no comment.
Premiumwatcher
Plus de crédit !
a posté le 22-12-2021 à 12:29
La Tunisie a toujours financé ses importations de blé par crédit bancaire auprès d'institutions internationales comme Natexis. Mais clairement cette année ils n'ont pu décroché aucun accord de prêt. Donc, le paiement doit se faire cash. Je présume que ce retard est justifié par l'attente d'un hypothétique accord bancaire et ils ont du essuyer un refus, d'où la cacophonie. aujourd'hui c'est le blé demain sera le pétrole et toutes les autres mat premières !! Puiser dans les réserves de la BCT ne fera qu'aggraver les choses car un des éléments regardé par les bailleurs de fonds, c'est justement le niveau des réserves.