alexametrics
vendredi 19 août 2022
Heure de Tunis : 06:34
A la Une
Tunisie âEUR" Menzel Bourguiba : rasage dâEUR(TM)un patrimoine pour 7 mille dinars !
22/04/2010 | 1
min
Tunisie âEUR
{legende_image}
On l’appelle "la Tunisie verte ", une marque déposée à l’international, pour ses vallées verdoyantes, ses plantations dispersées à l’étendue de vue, ses terres agricoles, pastorales et forestières, ses oliviers, ses palmiers, ses grenadiers et ses fleurs. La Tunisie est également un pays auquel le ciel a fait un cadeau sans prix en lui offrant une telle verdure et une telle diversité biologique qui continue à envoûter et à enchanter ses fervents admirateurs.
Cependant, à Menzel Bourguiba au charme hybride, la volonté des hommes, plutôt de fonctionnaires municipaux, en a voulu autrement puisque tout au long de la rue de la Santé de Guengla (un véritable parcours de santé de surcroît), des arbres centenaires sont en train d'être abattus, nous déclarent des citoyens, en fureur. Quelque 358 eucalyptus plus que centenaires sont traqués comme une peste noire, abattus et vendus pour la modique somme de 7 mille dinars.

L'affaire a éclaté, récemment, à Guengla lorsque la municipalité de Menzel Bourguiba a cédé 358 eucalyptus plus que centenaires à un sous-traitant. Objectif déclaré par les autorités locales : l’élagage de ces arbres est plus que primordial à la sécurité publique. En plus, disent-ils, c’est une pratique tout à fait naturelle qui s’inscrit dans le cadre du programme de rajeunissement des arbres qui posent problème à côté des habitations, des câbles téléphoniques ou pour la circulation routière. Les riverains ne sont pas de cet avis.

Les Menzéliens, sur le qui-vive, se sont mobilisés dès la première journée pour stopper ce qu’ils qualifient d’un massacre perpétré alors que le Conseil municipal actuel, en fin de mandat, s’apprête aux élections municipales du 9 mai 2010. Kaouther Razouane, enseignante, précise que les arbres taillés, ne représentant aucun danger pour la sécurité routière, alimenteront l’industrie du bois dans la région, notamment les marchés de charbonniers et de fabrication du bois MDF destinée à son tour à la fabrication de meubles.

Un autre habitant nous indique que les arbres sauvagement taillés serviront à alimenter les sociétés de meubles, les cafés à narguilé (la Chicha) et les vendeurs du méchoui (viande rôtie à la broche sur un feu de bois).
"Il n’est pas concevable que la cupidité l’emporte sur la raison, l’éthique et la sauvegarde d’un patrimoine datant de plus d’une centaine d’années. Le conseil municipal tente de présenter plusieurs prétextes pour justifier ce rasage insensé. En voilà un exemple. L’Auberge de la Jeunesse, dont le gérant est un jeune menzélien dynamique et dévoué pour la cause publique, et candidat aux prochaines élections, renfermait quelque 23 eucalyptus, tous condamnés à être taillés, alors même qu’ils ne représentent aucun danger ni pour la sécurité routière, ni pour la sécurité publique étant donné qu'ils ne sont même pas situés au bord de la route", a-t-il ajouté. Les arbres de l'auberge ont subi, mardi dernier, leur droit au rasage, alors qu'elle était loin de la route.
Les habitants de Menzel Bourguiba reprochent également au Conseil municipal de faire la sourde oreille aux revendications de la population locale quant à la nécessité de respecter les restrictions lors de l’élagage des arbres afin que la cicatrisation s’effectue rapidement et convenablement. A entendre un bon nombre de témoignages, le sous-traitant n’a pas respecté les techniques de l’élagage communément reconnues, puisque la taille a provoqué des blessures et des séquelles irrémédiables.

Certains Menzéliens affirment que la date de la taille est suspecte : "comment peut-on autoriser cette opération avant l'été alors qu'on m'a dit que des milliers de personnes (pour beaucoup nécessiteuses) l'empruntent à pieds pour se rendre à la plage ?", dixit un résident. Il est à signaler que, selon l’avis de plusieurs spécialistes, l'élagage effectué à la fin du printemps et durant l'été est considéré comme néfaste. Ils s’accordent sur le fait qu’il faut éviter un élagage sévère (plus de 20% de la cime), car cela peut nuire au phénomène d'évapotranspiration de l'arbre et causer une insolation sur les parties du tronc qui ne seront plus protégées par le feuillage. Les arbres sont des êtres vivants, aussi toute blessure peut occasionner une infection, comme chez les êtres humains. "Ainsi, l’élagage n’est pas un jeu pour des gens en mal de massacre, il doit être un acte exceptionnel commandé par un objectif précis en suivant des règles strictes", confie un expert.

Eu égard à la gravité de ce qu’ils appellent "un massacre perpétré", les citoyens ont cherché à sensibiliser par tous les moyens, qui que de droit, sur ce "rasage" qui menace leur patrimoine écologique et naturel. Ils ont adressé une pétition au Gouverneur de Bizerte. Ils ont créé un groupe Facebook "S.O.S "GUENGLA": Tous Unis contre le rasage des arbres", regroupant quelque 2500 membres. Ils ont même essayé de "négocier" pacifiquement avec la société à laquelle on a confié l’opération pour mettre fin à ce "drame". Seulement, le sous-traitant n’a pas voulu céder.

N’ayant pas pu joindre ni le maire, ni le secrétaire général de la municipalité de Menzel Bourguiba, Mansour Bejoui, directeur des travaux, contacté par Business News, a repoussé les accusations des Menzéliens en les considérant de fausses thèses et de pures et simples spéculations sans aucun fondement. " Suite à plusieurs incidents provoqués par ces arbres qui débordaient tout au long du parcours, il y a même eu deux accidents, nous avons contacté le ministère de l’Agriculture qui nous a autorisé à procéder à l’élagage de ces arbres. Conformément à la loi en vigueur, notamment dans le cadre de rajeunissement des arbres, nous avons confié cette tâche à un sous traitant, et ce pour tailler les arbres qui posent un problème à côté des habitations, des câbles téléphoniques ou pour la circulation routière. Et aux dernières nouvelles, la taille des eucalyptus s’est déroulée convenablement et en respect avec les pratiques en vigueur. Nous avons même audité l’entreprise, à qui nous avons confié l’opération, et elle nous a confirmé qu’il n’y a pas eu de dépassement", a-t-il précisé.
Faux, répondent les pétitionnaires. Cet élagage ressemble à un rasage loin d'être effectué selon les normes.

La Tunisie figure parmi les rares pays au monde où l’arbre, un être parfaitement ancré dans l’imaginaire collectif des Tunisiens, est vénéré aussi bien par le haut responsable que par le citoyen lambda. Le Président de la République, le premier citoyen de la Tunisie, a doté l’arbre d’une fête nationale où des campagnes de boisement couvrent chaque année toutes les régions. Partant de ce constat, les habitants de Menzel Bourguiba, ne revendiquent qu’une seule chose : stopper cette hémorragie et faire entendre leurs voix aux autorités publiques pour sauver un patrimoine datant de plus de cent ans. A cette cadence, l’affaire, qui a éclaté à Guengla, ne tardera pas à faire tache d'huile sur toute la Tunisie.

22/04/2010 | 1
min
Suivez-nous