alexametrics
Chroniques

A quoi bon continuer avec une Constitution qui ne sert à rien ?

Temps de lecture : 6 min
A quoi bon continuer avec une Constitution qui ne sert à rien ?

A l’actualité cette semaine, un début de retour à la normale avec des manifestations qui s’estompent et un couvre-feu qui s’allège. Le président de la République est allé faire une tournée au Golfe et celle-ci n’est pas passée inaperçue à Tunis après qu’il se soit attaqué, dans des médias étrangers, aux islamistes et à la gauche extrémiste. Ce qu’avait dit Béji Caïd Essebsi n’est pas tout à fait vrai, mais il n’est pas tout à fait faux non plus. Mais que ce soit vrai ou faux, cela ne se dit pas quand on est à l’étranger, le linge sale se doit d’être lavé en famille. Béji Caïd Essebsi se doit de se rappeler que seuls les populistes qui se réfugient à l’étranger à la moindre crise sont susceptibles d’attaquer leurs compatriotes, sans tenir compte de l’endroit où ils sont.

 

L’autre fait d’actualité est la démission de Ridha Belhadj de son poste de chef de cabinet du président de la République. Une démission qui pourrait signifier (et j’utilise bien le conditionnel) le début d’un retour à la raison et au bon sens au sein du parti présidentiel. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Avec Hafedh Caïd Essebsi et Mohsen Marzouk, Ridha Belhadj a été l’un des trois coresponsables de la grave crise qui secoue la majorité. Son remplacement par Selim Azzabi semble être un bon signal, le jeune homme est bien connu pour être consensuel, cartésien et efficace en plus de son sens pour le dévouement et la loyauté à l'égard de BCE. 

Quant à Mohsen Marzouk et son projet de nouveau parti, on peut lui faire confiance pour ne pas aller loin, tant il ne sait pas ménager sa monture, tenir sa langue et bien s’entourer. Il a suffi de l’habileté d’un journaliste (Boubaker Akacha en l’occurrence) pour qu’il tombe dans le piège et avoue qu’il est lui aussi prêt à gouverner avec Ennadha. C’était pourtant l’élément principal de son fonds de commerce que de dire l’inverse. Admiratrices de Mohsen Marzouk, ne soyez pas trop déçues, vous en verrez d’autres ! Espérez juste que votre idole retienne la leçon, quoique ce ne soit pas demain la veille !

 

Mercredi dernier, le 27 janvier, la Tunisie a officiellement fêté la IIème République. C’est en ce jour de l’an 2014 au milieu de la nuit, qu’a été votée la nouvelle constitution par une écrasante majorité.

Deux ans après, l’impression générale prévalant dans le pays est comme si ce jour là de 2014 et cette nouvelle constitution n’avaient jamais existé. Et cela n’étonne guère, car cette nouvelle constitution ne plait à personne. Les uns la trouvent trop impie, les autres la trouvent trop théocratique. « Dans un État théocratique pur, la loi civile et la loi religieuse se confondent  et c’est le cas de la Constitution tunisienne », prétendent les uns. « Dans un Etat théocratique, il ne saurait y avoir de lois contraires à la loi divine et c’est le cas de la Constitution tunisienne », renchérissent les autres. Les uns vous disent qu’on ne peut pas se reconnaitre dans une Constitution pondue par Sonia Toumia, Habib Ellouze et Samia Abbou. Les autres vous disent qu’on ne peut pas approuver une Constitution votée par Samir Taïeb, MongiRahoui et IyedDahmani.

 

Au-delà des raisons subjectives et objectives des uns et des autres, il est un fait indéniable : deux ans après sa promulgation, la nouvelle constitution ne s’impose pas du tout, ni dans nos lois, ni dans nos mœurs. Le mercredi dernier était un jour tout à fait ordinaire et très peu de journaux ont abordé le sujet de cet anniversaire. Très peu de partis ont programmé un événement pour débattre de l’application de cette nouvelle constitution dans notre quotidien. Et si l’on excepte quelques initiatives d’ONG, à l’instar de l’Atuge qui programme un dîner-débat demain  à l’hôtel Concorde, qu’animera Khaled Abdeljaoued,  la société et les médias agissent comme si cette nouvelle constitution n’avait jamais existé.

Du côté des politiques, on évoque souvent cette nouvelle constitution pour expliquer les échecs. A la présidence de la République, on la cite pour rappeler les prérogatives limitées du président l’empêchant ainsi de mieux faire. Au gouvernement, on la cite pour rappeler que la marge de manœuvre est limitée, faute de majorité au parlement. A l’opposition, on la cite pour épingler la présidence et le gouvernement qui ne la respecteraient pas comme il se doit à leurs yeux.

Du côté des avocats, on rappelle au quotidien que plusieurs lois tunisiennes sont anticonstitutionnelles et devraient, de ce fait, être réformées au plus vite. En attendant, police et magistrats devraient s’abstenir d’appliquer ces lois, répètent-ils en chœur.

Du côté de la police et des magistrats, on rappelle que les lois sont faites pour être appliquées et que c’est vers le législateur que les avocats et justiciables devraient se diriger.

Législateur qui n’a pas le courage d’aller de l’avant parce que certaines lois, aussi anticonstitutionnelles soient-elles (notamment celles qui piétinent les libertés individuelles), rassurent la population. Un pan de la société tient mordicus à criminaliser l’homosexualité, l’adultère, le concubinage, la consommation du cannabis, le prosélytisme...

Du côté des juristes chevronnés enfin, on lève les épaules et on rappelle que plusieurs textes de cette nouvelle constitution sont tout simplement contradictoires.

 

Si tout le monde est d’accord sur une chose, c’est bel et bien le fait que cette nouvelle constitution ne répond pas aux besoins actuels de la société tunisienne. Paradoxalement, tout le monde semble être également d’accord sur le fait que la Constitution est inscrite dans le marbre et ne doit en aucun cas être modifiée. Du moins pas maintenant.

Or une question toute simple s’impose : à quoi sert une Constitution qui ne répond pas aux besoins de ses sujets ? Pour la théorie ? Pour faire bonne figure et dire que la constitution tunisienne est la plus moderne du monde arabe ? Pour les générations futures ?

Tout cela est très beau, mais on fait comment en attendant ? Gouverner sous un régime parlementaire semble être une mission impossible pour nos politiques. Nous avons des dizaines de lois liberticides qui sont vraiment insupportables, mais la société ne serait pas encore prête pour les changer. Nous avons tous une extraordinaire volonté d’évoluer positivement, mais rares sont ceux qui évoluent réellement dans leur quotidien en concrétisant leurs propos avec des actes.

 

Un jour ou l’autre, on se doit de se regarder en face, de marquer un temps d’arrêt et de nous interroger : faut-il oui ou non continuer avec cette nouvelle constitution ?

Si la réponse est positive, il faut joindre l’acte à la parole et accepter de modifier toutes les lois et toutes les pratiques pour qu’elles deviennent constitutionnelles.

Si la réponse est négative, il faut également joindre l’acte à la parole et avoir le courage de modifier la constitution pour qu’elle puisse servir la société et le Tunisien dans son quotidien.

Le sujet est certes tabou, mais il est grand temps qu’on en finisse avec les tabous qui empêchent la machine de rouler.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (26)

Commenter

HR
| 14-02-2016 16:41
j'ai quitté mon pays car au fond de moi même, c'est mon pays et je l'aime. j'avais quelques mois. mon père me disait qu'on crevait de faim et ils n'avaient pas à manger lui et ma mère. Après plus de 26 ans, je suis retournée pour être finalement chez moi. mais je n'ai jamais été chez moi dans mon pays et moins encore maintenant. je le crie à voix haute, ils l'ont détruits et je vais mourir sans le voir comme je l'aurais souhaitée. J'ai ramenée beaucoup de devises, je me suis sacrifiée mais un jour on m'a tout brûlée au nom de la révolution. la misère me guette et la faim. A 55 ans, je re-découvre la misère de mon enfance celle que mon père me décrivait. Voulez vous que je reconnaisse cette constitution et ce gouvernement. Non et jamais

TeTeM
| 03-02-2016 19:00
Vous avez tout à fait raison. Du reste, j'ajouterai que la constitution n'a pas à rentrer dans des détails sociétal. C'est un ouvrage qui doit traverser le temps contrairement aux Lois qui évoluent avec la société!

La constitution c'est avant toute chose le fonctionnement des institutions et la protection du citoyen contre la tyrannie... du moins lorsque laditte constitution est démocratique!

EL OUAFI
| 03-02-2016 17:25
Bonjour Veritas la consonance de votre pseudo m'inspire une certaine vérité présumée, bon passons. je vous fais une confidence je suis loin d'être un pro-Nahdahoui,ni de prés ni même sympathisant, que les choses soient dites clairement, vous voyant écrire sur la toile ceci: tant que sa sainteté le gourou est présent sur le territoire tunisien avec sa secte il y'a plus aucun espoir, « soyons objectifs et cohérent avec nous-mêmes »Ne sont-ils pas des Tunisiens comme vous et moi ? Devrions-nous les jeter à la mer ? Permettez-moi de vous dire qu'il faut composer avec ces gens là il ne faut pas tout rejeter en bloc leurs idées, ils représentent une bonne frange de notre société, devrions-nous enfermer ceux qui votent pour eux ? Cher Ami le problème est plus complexe que cela, 60 députes des millions qui ont voté pour ce parti, il faut se résoudre et accepter les faits, les erreurs du passé pas si lointain, cette Hégémonie insolente du pouvoir, ce pouvoir usurpé au peuple par des moyens radicaux, inhumains.
Observez-vous-même le résultat de nos anciens dirigeants, cette injustice aveugle, ce laissé aller, et l'oublie arrogant des régions de l'intérieurs, ne l'avions-nous pas cherché nous-mêmes, ces manifestations, ces mécontentements quotidiens, des citoyens laissés pour compte, tous ces facteurs, alimentent, la colère, et la frustration ; ils ne sont pas crédules et dépourvus de jugeote pour remarquer, la différence de la vie des concitoyens vivant dans le littoral en particulier les Grandes villes du nord, Tunis, Hammamet, Sousse ,Mounastir,les mieux lotis en tout : infrastructures, Hôpitaux ,Travail, « où il fait bon vivre » même l'eau, cette substance nécessaire à la vie depuis la nuit des temps et au quotidien leurs échappent ces pauvres oubliés de Ben Ali et Bourguiba ,les exemples n'y manquent pas, cher Monsieur, la tache est immense, colossale le fardeau est trop lourd pour qu'un seul parti au pouvoir puisse être capable de l'endosser.
Une Unité, un consensus, une cohésion plus grande, un Gouvernement de salut National, pour plus d'équité entre les régions pour que notre Tunisie puisse s'en sortir de ce guêpier du terrorisme, de ce chômage qui ronge ces malheureux Tunisiens de seconde zone, les Nahdhaoui, les ceperistes et tous les autres cette composante du peuple Tunisiens doivent s'unir pour combattre ces deux fléaux majeurs qui gangrène les 3/4 de nos concitoyens.
Cher Ami 'uvrons pour le bien l'objectivité des problèmes, il est inutile de montrer ceci ou cela par l'invective, le rejet n'est qu'un acte contre nature, et qui ne peut en aucun cas résoudre nos difficultés, pour cet avenir si proche, les laissés pour compte sont impatients ils ne peuvent plus nous accorder de sursis, la main dans la main est une condition sine qua non indispensable pour sortir la tête de l'eau, avant que ça soi trop tard.
Les populistes qui se réfugient à l'étranger à la moindre crise sont susceptibles d'attaquer leurs compatriotes, sans tenir compte de l'endroit où ils sont et qui sapent les efforts du gouvernement, et attiser la haine, nous ne sommes pas dupes nous savons consciemment que c'est man'uvres de diversions, du populisme primaire et ne peut être pris en compte, ceux là qui prétendent venir au secours des délaissés n'est qu'un leurre insolent la lâcheté manifeste, pour monter les Tunisiens les uns contre les autres, pour en tirer des dividendes obscures à leur compte, sans se soucier des ravages que peut apporter leur appel des supposées guerres civiles qui sèmerait le chaos dans Notre Chère Tunisie.
'uvrons nous toutes et tous pour notre Patrie Terre de nos aïeux. Cordialement (Manai)

takilas
| 03-02-2016 13:30
Non! Ce n'est pas le linge c'est des sales traitres qui bloquent toute l'économie tunisienne.

veritas
| 03-02-2016 05:56
Le pays est en marche arrière depuis belle lurette et tant que sa sainteté le gourou est présent sur le territoire tunisien avec sa secte il y'a plus aucun espoir pour faire marcher le pays de l'avant ,a dieu un pays qui s'appelait la tunisie.

tounsi
| 02-02-2016 16:12
cette constitution, qui a effacé l'époque obscure de bourquiba et ben Ali t'es resté en travers de la gorge. ça se comprend mais il y'aura pas de retour en arrière.

Rationnel
| 02-02-2016 14:18
On ne peut changer une société juste avec la promulgation de nouvelles lois. Les lois suivent le progrès des sociétés et non l'inverse. Les sociétés européennes et américaines ont pris des centaines d'années pour éliminer les lois liberticides pour certains groupes et la discrimination raciale (qui persistent encore chez ces sociétés). La société tunisienne va prendre des centaines d'années pour arriver au même point, la progression ne se fera pas en ligne droite. Les trente dernières années ont connus l'adhésion aux des thèses wahhabites chez une partie de la société. La fin du règne des pétrodollars va atténuer l'attrait du wahhabisme et affaiblir les tendances ultra-conservatrices. La société tunisienne va reprendre son évolution, mais pour le moment la société en sa grande majorité est conservatrice et les lois doivent respecter cette réalité.

EL OUAFI
| 02-02-2016 12:35
Mr Jelel Ezzine : sachant que vous êtes Prof. D'anglais ou autres, vous maîtrisez cette langue de shakespear, tant mieux pour vous et pour ceux qui la connaisse, néanmoins ayez plus de discernement des choses la Tunisie est un Pays Francophone la 2ieme langue est le (Français) Nous les anciens et les moins anciens, on ne se creuse pas les méninges pour vous lire, on passe à autre chose,
Il est plus concevable vu que vous êtes exposé donnez l'opportunité à tout le monde à lire votre commentaire,(me diriez-vous vous n'avez qu'à le traduire ) je répondrais par ceci je ne vais pas me casser la tète à traduire votre com. Cordialement(Manai)

G&G
| 02-02-2016 12:32
Comme ca ? Monsieur Bahloul!!!!Tout simplement et bonnement vous voulez qu'on fasse demi tour. Mais qui doit payer les pots cassés si Nizar ?.
Quand je criais en 2011 et 2012 sur ce Forum le danger d'une nouvelle constitution. Quand je pleurais le jour de l'abolition de la meilleure constitution au monde. Quand je tirais la sonnette d'alarme sur le mauvais chemin entrepris par nos politiciens stagiaires, ce jour là, un certain Lazhar Akermi reconnait sur un plateau TV leur mauvais choix et nous dis qu'on ne peux pas faire marche arrière après trois mois.
Monsieur Bahloul vous voulais qu'on fasse marche arrière après cinq ans. Non Jamais sans qu'il y est des tètes qui tombent.

A4
| 02-02-2016 11:05
La constitution a été rédigée par des gens qui viennent de décrocher une "ghanima" et pour qui la politique consiste à "pleurer avec tous les pleureurs et toutes les pleureuses du pays", sans aucune connaissance quant aux coûts des choses et leurs conséquences économiques, sociales et politiques.
Ce populisme bas de gamme a donné une constitution qui "offre" tous les droits au "citoyen", y compris celui d'être fainéant, improductif et assisté.
Ainsi, le "citoyen" a le droit d'être fainéant, ne rien produire, empêcher les autres de produire, exiger des augmentations de salaires mirobolantes, imposer des indemnités qui n'ont aucun sens, faire des grèves destructrices, gaspiller, brûler, saccager, salir, occuper les espaces publics, traficoter, ne jamais payer d'impôts, etc ... parce qu'il n'a pas eu ses "droits constitutionnels": ETRE ASSISTE ET A LA CHARGE DE L'ETAT ... à la charge des autres !!!
En contre partie, cette constitution n'exige rien du "citoyen". RIEN !!!
"3a9lya" ...
Question: si les 700 mille fonctionnaires font leur travail honnêtement et si les 700 mille chômeurs ne font vraiment rien, qui est en train de "travailler" dans le secteur de "l'économie informelle" qui représente 50 % de l'économie du pays ?
Il faut bien "des bras" pour réaliser tout ce trafic, non ??? OU SONT-ILS ???

A lire aussi

En Tunisie, pays du jasmin, de la subtilité et de la révolution, la démocratie est ancrée et les

19/09/2020 13:00
0

Honte à tous les Tunisiens qui sont seulement 14% à se dire satisfaits de son

18/09/2020 18:49
8

On n’est pas loin de la quadrature du

17/09/2020 21:00
8

A cause de tensions sociales, la Tunisie se retrouve privée de son unique richesse

16/09/2020 15:59
22