alexametrics
mercredi 01 décembre 2021
Heure de Tunis : 10:42
Dernières news
Zied Erriba : Nous avons essayé de régulariser la situation de Nessma mais il n'y a pas eu de retour de la part de la Haica !
27/10/2021 | 19:58
3 min
Zied Erriba : Nous avons essayé de régulariser la situation de Nessma mais il n'y a pas eu de retour de la part de la Haica !

 

Zied Erriba, directeur général et représentant légal de Nessma, a critiqué l’utilisation du terme « chaîne pirate ». « Nous ne diffusons pas sans licence ! Nous ne sommes pas des hors-la-loi ! Nessma a été créée en vertu d’un contrat signé avec l’Etat Tunisien en 2009 », a-t-il expliqué.

 

A l’occasion d’une conférence de presse tenue le 27 octobre 2021 par la chaîne télévisée, Zied Erriba a précisé que Nabil Karoui n’était ni gérant, ni représentant et ni directeur de Nessma.

« Il détient seulement 19% des actions de la société… Nous avons contacté la Haute Autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica) pour essayer de trouver une solution… Nous nous sommes réunis, en août 2021, avec des membres de l’instance pour les informer de notre souhait de nommer Tarak Ben Ammar PDG de l’entreprise puisque ce dernier compte acquérir 51% des actions de la société. Nous avons, également, demandé à la Haica ce qu’il fallait faire afin de régulariser la situation de Nessma. Or, il n’y eu ni réponse ni retour ! », a déploré Zied Erriba.

Zied Erriba a, aussi, rappelé que Nessma avait changé de forme en devenant une société anonyme conformément aux exigences de la Haica. « Il s’agit d’une formalité légale. Nous y avons procédé depuis en 2019 et Tarak Ben Ammar est devenu le président du Conseil d’administration », a-t-il précisé.

« Celui qui cherche à régler ses comptes personnels n’a qu’à le faire ailleurs ! », s’est-il exclamé.

 

 

Par la suite, l’avocat de l’entreprise, Nazih Souii a affirmé que la Haica avait choisi de rompre les communications avec la chaîne télévisée. Il a, également, souligné des divergences entre les décisions de la Haica et ses communiqués.

« Nous avons déposé une demande d’accès à l’information pour consulter le procès-verbal relatif à la réunion de la Haica du 11 octobre 2021 afin de comprendre les raisons derrière ces divergences », a-t-il poursuivi.

Nazih Souii a, aussi, estimé que seule la justice tunisienne était apte à affirmer ou nier l’existence d’affaires de corruption.

Pour ce qui est de la forme de la société, l’avocat a précisé que l’accord signé entre Nessma et l’Etat tunisien interdisait cela. Il a, par la suite, considéré que le cahier des charges émanant de la Haica était applicable à la création de chaîne télévisée et non-pas aux institutions déjà existantes.

« Malgré cela, nous avons accepté de le faire. Le 24 mai 2019, Nessma a finalisé le changement et a déposé le dossier auprès de la Haica, mais il n’y pas eu de retour de la part de l’instance », a-t-il ajouté.

Critiquant l’attitude de la Haica et son communiqué, Nazih Souii a insinué que l’instance optait pour des manœuvres dilatoires. « La question a toujours porté sur la licence. Il n’y a pas eu de corruption et Nessma n’est pas dirigée par des leaders du parti Qalb Tounes ! », a-t-il déclaré.

Mohamed Boughalleb, présent au nom des journalistes de Nessma, a considéré que les agissements des autorités tunisiennes à l’encontre d’une chaîne comptant des investisseurs étrangers reflétaient une mauvaise image du pays.

 

Pour rappel, la Haica a procédé, le 27 octobre 2021, à la saisie des équipements de la chaîne Nessma pour diffusion sans licence.

 

 

 

 

S.G

27/10/2021 | 19:58
3 min
Suivez-nous
Commentaires
AB
Rien compris
a posté le 28-10-2021 à 12:00
Mr Payez votre licence et les amendes qui vont avaec vous n'êtes au dessus des lois.
Plus vous vous justifez plus le mensenge est grand. Payez, soyez en régle.
Akoubi Ammar
Un discours inconvenant et bavard
a posté le 27-10-2021 à 23:58
Il n est pas permis de s emporter contre la vérité. Une mauvaise culture s est installée chez beaucoup de tunisiens : défendre l indéfendable et faire des menteurs, des arrogants des escrocs et des cyniques des modèles et des héros. Avec cette nouvelle direction ça sera une hétérodoxie inédite et une autre ère de boulimie de la politique. Et pour conclure, la loi c est la loi et nul n est censé l ignorer.