alexametrics
vendredi 03 février 2023
Heure de Tunis : 20:37
Dernières news
Walid Ben Salah : le programme de réformes inclut une refonte de la réglementation des changes
01/11/2022 | 11:07
4 min
Walid Ben Salah : le programme de réformes inclut une refonte de la réglementation des changes


Le président de l'Ordre des experts-comptables, Walid Ben Salah a indiqué que le programme de réformes soumis au Fonds monétaire international (FMI) visait, sur le plan fiscal, l'inversion des trajectoires au sujet du déficit primaire et la gestion du déficit courant, de l'inflation et de la dette. « Le FMI a salué, cette fois, les efforts du gouvernement et a regroupé des réformes au niveau des finances publiques et celles portant sur la croissance économique... Le FMI n'adopte pas d'habitude ce genre de comportement », a-t-il ajouté.


Invité le 1er novembre 2022 à l'émission "Expresso" animée par Wassim Belarbi et diffusée sur la radio Express Fm, Walid Ben Salah est revenu sur le programme de réformes envisagé par la Banque centrale de Tunisie (BCT). Il a expliqué que la BCT mettra en place une stratégie de contrôle de l'inflation durant les quatre prochaines années. Cette stratégie vise à faire baisser l'inflation à 4% ou 4,5%. Ceci inclut une politique monétaire basée sur l'anticipation. L'augmentation du taux directeur aura lieu avant la hausse du taux d'inflation.  

« Les réformes incluent une simplification de la réglementation de change... Le sujet a été abordé plusieurs fois... Il y aura une refonte de la réglementation des changes... La Tunisie a dû subir une baisse des réserves de changes... La législation en vigueur n'est pas conforme à cette situation-là... La simplification des procédures est primordiale... Ceci allégera les pressions subies par les investisseurs et les acteurs économiques... Nous devons diminuer la paperasse... Nous devons faciliter les opérations monétaires... Au final, comme l'a dit le gouverneur de la Banque centrale (Marouen Abassi), il y a un problème de disponibilité des devises », a-t-il déclaré.




Walid Ben Salah a affirmé que la Tunisie pouvait consolider ses réserves de devises à travers le développement des investissements étrangers. Ceci est possible à travers l'accroissement du nombre de grands projets. Le président de l'ordre a, aussi, évoqué l'appui aux entreprises et au secteur touristique. Ces derniers ont la possibilité de recevoir des transferts d'argent de l'étranger. M. Ben Salah a évoqué le rôle des financements étrangers. Il a estimé que la Tunisie ne pouvait pas s'en passer. L'expert-comptable a rappelé que la Tunisie devait honorer ses engagements à l'international.

Par la suite, Walid Ben Salah a mis l'accent sur l'impact de la hausse des prix des produits de base et des produits énergétiques sur la balance commerciale et sur la situation économique de la Tunisie. La baisse de la croissance économique des pays de l'Union européenne a, également, contribué à l'accroissement du déficit commercial. Ce dernier, selon l'expert-comptable, a atteint 6,8 millions de dollars. Il a considéré que la hausse record du déficit commercial résultait de plusieurs facteurs externes à la Tunisie tels que le conflit russo-ukrainien.

« Le programme de la BCT inclut un encouragement des paiements électroniques. Ceci réduira les transactions en espèces et l'évasion fiscale... Un quatrième axe porte sur la stabilité financière. Il s'agit de la résilience du secteur financier... Ceci dépend de la stabilité du secteur bancaire. Il pourra, ainsi, financer les structures que nous comptons restructurer », a-t-il poursuivi.


Walid Ben Salah a déploré le manque de communication au sujet de certaines lignes de crédit. Il a rappelé l'existence de cinq lignes de financement pour la restructuration des entreprises. Les crédits sont attribués pour une période de douze à 15 ans et avec cinq années de grâce. Ils peuvent, selon lui, fournir une bouffée d'oxygène aux entreprises. Ces fonds permettent aux entreprises de sortir de la crise.


S.G

01/11/2022 | 11:07
4 min
Suivez-nous
Commentaires
BORHAN
LE DINAR !?
a posté le 01-11-2022 à 14:09
Dans tout ce deal secret(!!!) entre un pouvoir illegitime et une institution financière comme le FMI :
- quelle est et que sera la valeur réelle d'un dinar en dépréciation permanente, presque transformé en chiffons de papiers ?
- qu'advient-il du sort de la faramineuse dette sous laquelle croule l'état tunisien ?
- qu'aller faire le pouvoir de ce prêt ?
Payer les salaires, les retraités et entretenir les autres dépenses de l'état ?
Dépenser cet argent dans des projets collectifs et productifs ?
Soutenir les importations indispensables pour faire redémarrer une dynamique économique en rade depuis des années ?
Régler le service, où du moins une partie, de la dette ?
Ma réponse est très simple ;
Face à un pouvoir illégitime, incompétent, incapable,...on n'est pas vraiment sorti de l'auberge !!!
Cela dit, si quelqu'un a une réponse à toutes ses questions cruciales je m'incline devant lui en toute modestie.
Je rappelle juste que le FMI n'a aucune influence sur les magouilles endogènes, les hausses des prix, l'inflation, les spéculations,...
Aussi, si le FMI n'exerce pas une sorte de contrôle en aval et en amant, ce petit " fabuleux trésor " risque de s'évaporer rapidement. D'ailleurs, nombreux ont de quoi se frotter déjà les mains.
Dans un système où se croisent la corruption, la gestion approximative des deniers publics, le conflit d'intérêt,... la camorra et la mafia locales ne résistent pas comme d'habitude.
C'est une mentalité et un sport national que personne ne peut manier à volonté, aussi intelligemment que les tunisiens.
C'est ce que je crois.

jilani
La règlementation des changes est catastrophique
a posté le 01-11-2022 à 12:18
Une fois, j'étais à l'aéroport de Monastir et le vol a enregistré un retard de 8 h la nuit, des étrangers qui ne disposent pas de dinars ne peuvent pas acheter un caté, tout est fermé et pas de bureau de change, j'ai pu dépanner un voisin pour acheter un café. Inimaginable dans un pays dit touristique. Aussi quand vous faites de l'exportation, vous avez un compte en devises mais vous ne disposez pas de votre argent pour se déplacer (trop de papiers et contraintes) ... Tout est fait pour pousser les tunisiens à mettre leur devises à l'étranger à cause de cette débilité de marouane abbassi et ils ont entièrement raison de le faire dans un pays de merde.