alexametrics
dimanche 05 février 2023
Heure de Tunis : 02:59
Dernières news
SNJT : la loi sur la cybercriminalité, un nouvel épisode de répression de la liberté d’expression
17/09/2022 | 16:02
2 min
SNJT : la loi sur la cybercriminalité, un nouvel épisode de répression de la liberté d’expression

 

Le Syndicat national des journaliste tunisiens (SNJT) a réagi, samedi 17 septembre 2022, à la publication dans le Jort de vendredi du décret-loi relatif à la lutte contre les infractions se rapportant aux systèmes d'information et de communication. 

Ce décret-loi vise la prévention des infractions se rapportant aux systèmes d’information et de communication et leur répression et à soutenir l'effort international dans le domaine, et ce, dans le cadre des accords internationaux, régionaux et bilatéraux ratifiés par la République tunisienne.

 

Le SNJT a qualifié ce texte de « nouvel épisode visant la répression de la liberté d’expression ». C’est ce qu’a indiqué la vice-présidente du syndicat Amira Mohamed précisant que les journalistes pourraient être poursuivis suivant les dispositions dudit texte. 

Elle a rappelé que le syndicat avait mis en garde à plusieurs reprises contre toute tentative d’engager des poursuites judiciaires contre les journalistes sauf suivant le 115 régissant le secteur des médias. 

Selon Amira Mohamed, l’objectif du pouvoir en place était de museler la presse et emprisonner tous ceux qui le critiquent sous prétexte de lutte contre les fausses informations et les crimes cybernétiques. 

 

La loi sur la cybercriminalité stipule, entre autres : « est puni de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de cinquante mille dinars quiconque utilise sciemment des systèmes et réseaux d’information et de communication en vue de produire, répandre, diffuser, ou envoyer, ou rédiger de fausses nouvelles, de fausses données, des rumeurs, des documents faux ou falsifiés ou faussement attribués à autrui dans le but de porter atteinte aux droits d'autrui ou porter préjudice à la sureté publique ou à la défense nationale ou de semer la terreur parmi la population. Est passible des mêmes peines encourues toute personne qui procède à l’utilisation de systèmes d’information en vue de publier ou de diffuser des nouvelles ou des documents faux ou falsifiés ou des informations contenant des données à caractère personnel, ou attribution de données infondées visant à diffamer les autres, de porter atteinte à leur réputation, de leur nuire financièrement ou moralement, d'inciter à des agressions contre eux ou d'inciter au discours de haine. Les peines prévues sont portées au double si la personne visée est un agent public ou assimilé ». 

 

N.J. 

 

17/09/2022 | 16:02
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Guide de tourisme
Juste une question
a posté le 18-09-2022 à 15:56
Est-ce que vous abritez encore dans vos locaux les terroristes de al jazeera?
La cybercriminalité
doit cesser ...
a posté le 18-09-2022 à 14:45
La cybercriminalité doit cesser d'être une arme politique et une source d'enrichissement pour certains média qui, au nom d'une démocratie ghannouchienne falsifiée et d'une liberté d'expression violée, qualifient la récente initiative du président de mesure répressive contre la liberté de l'expression en Tunisie. Halte à l'anarchie! Quelques soient les coups bas et les acrobaties des média impliqués, un retour à l'avant 25 juillet 2021 est définitivement EXCLU pour toujours et pour l'éternité....!!!!!!!!
Abidi
Liberté
a posté le 18-09-2022 à 08:23
Parce que vous appelez ce qui s'écrit dans nos médias et réseaux sociaux de la batterie d'expression,et bien Mr attiser la haine, mentir, dénigrer les gens,dire du mal d'autruit et les traiter de tous les noms relèvent de la criminalité pure et dure et bien venue à cette loi
Fakhri KOUKI
Liberté de déclencher une guerre civile tu veux dire?
a posté le 17-09-2022 à 22:51
Je peux poster des photos truquées de vos femmes au nom de la liberté d'ex pression..?
Tunisien
Que doit on espérer de mieux
a posté le 17-09-2022 à 20:05
A lire la réaction de la SNJT on comprend mieux le confort des pseudo journaleux. Pour avoir les mains libres, publier et diffuser des fake news Ils feraient n'importe quoi sans cela c'est la liberté d'expression qui est défendue et mise en avant. Ils seraient prêts à vendre leur patrie pour maintenir et préserver leur droit d'abus. Honte à ces vendus
SALIM
le SNJT EST L'EXEMPLE DE LA DEMOCRATIE!!!
a posté le 17-09-2022 à 17:57
Voici la composition du nouveau bureau (SEPTEMBRE 2020):
- Amira Mohamed (287 voix)
- Faouzia Ghiloufi (274 voix)
- Mohamed Yassine Jelassi (230 voix)
- Wajih Wafi (229 voix)
- Rim Saoudi (221 voix)
- Ramzi Afdhal (194 voix)
- Abderraouf Bali (180 voix)
- Sami Nassri (176 voix)
- Yassine Bahri (172 voix)
MAIS MALGRE QUE JLASSI EST CLASSE 3EME APRES 2 FEMMES,IL EST DESIGNE PRESIDENT ET ILS PARLENT DE DEMOCRATIE!!!
SAM53
RESPECTEZ VOTRE DEONTOLOGIE D'ABORD
a posté le 17-09-2022 à 17:34
SNJT vous préférez la liberté d'expression de salah attia
SALIM
Ce SYNDICAT EST UN PEU LOUCHE
a posté le 17-09-2022 à 16:55
Surtout son président.IL FAUT ENQUETER SUR LES MEMBRES DU BUREAU DE CE SYNDICAT
INFEODE A ENNAHDHA, attayar et parti de HAMMA.
SNJT ridicule
Le titre..
a posté le 17-09-2022 à 16:47
Ah parce que la liberté d'expression pour vous c'est de lancer les fake news ?
Citoyen_H
@SNJT ridicule | EFFECTIVEMENT
a posté le à 23:26
C'est cela la démocratie revue et remixée par de médiocres journalistes, incapables d'écrire leurs noms sans faire de fautes d'orthographes .....
En plus, ils se permettent de nous faire la morale en n'arrêtant pas d'écrire de bobard à longueur de journée.
Quant à l'objectivité, elle est aussi rare que le plus précieux minerai qui puisse exister.
En bref, ça vole très bas ...............



@Citoyen_H
"ça vole très bas"
a posté le à 22:20
SNJT touche le fond!