alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 20:00
Dernières news
Sghaier Zakraoui : la nouvelle constitution a déjà été élaborée
14/04/2022 | 11:35
5 min
Sghaier Zakraoui : la nouvelle constitution a déjà été élaborée


Le professeur et chef du département du droit public à la Faculté de Droit et des Sciences politiques de Tunis, Sghaier Zakraoui, a critiqué la perte de temps dans la mise en place de réformes relatives au système électoral. « Les organisations nationales doivent avoir une position claire par rapport à ce qui se passe dans le pays. Ils doivent dire stop ! », a-t-il ajouté.


Invité le 14 avril 2022 par Myriam Belkadhi sur les ondes de la radio Shems FM, Sghaier Zakraoui a estimé que le dialogue national aurait dû être entamé depuis l’annonce des mesures exceptionnelles du 25 juillet 2021. « Nous sommes face à une situation de blocage et une déviation de la trajectoire… Le président de la République ne respecte aucune personne ou institution ! Ceci est inacceptable. Personne ne peut nier qu’il ne cherche qu'à appliquer le projet de la gouvernance par les bases. Or, le 25 juillet visait à mettre fin à la décennie de la destruction et à traiter des questions relatives à notre quotidien », a-t-il critiqué.

Sghaier Zakraoui a considéré que toute éthique s’oppose à l’exploitation de l’état d’exception afin de mettre en place la gouvernance par les bases. « Le président de la République a pris des mesures servant son projet personnel. C’est ce que l’on appelle un détournement de pouvoir ! », a-t-il déploré, considérant que ce projet n’est que foutaises.




La monopolisation des pouvoirs, selon lui, a plongé le président à un état de transe. Il a affirmé que les Tunisiens n’étaient pas un troupeau et que le chef de l’Etat cherchait à imposer son avis. Il a ajouté que la promulgation des décrets portant sur la réconciliation pénale et les sociétés citoyennes et le refus du dialogue démontraient son envie d’appliquer son projet personnel. Il a affirmé que la consultation électronique était un camouflet pour le président.


Sghaier Zakraoui a estimé que la nouvelle constitution a déjà été élaborée. Il a affirmé que le président rédigeait lui-même les textes de loi. Il a critiqué la gestion de telles affaires dans l’ombre et a, également, souligné les erreurs et les incohérences dans plusieurs décrets promulgués depuis le 25 juillet. « C’est un boulet ! Le nombre de participants est faible ! 7% ne peut pas représenter les Tunisiens ! Il cherche un dialogue légitimant son projet personnel ! Nous avons perdu une chance… Je suis quasi-certain que la nouvelle constitution et la loi électorale ont déjà été formulées et rédigées », a-t-il déclaré.


Le professeur de droit a appelé le président de la République à rattraper son retard en entamant un dialogue national non-basé sur la consultation électronique. Il a estimé qu’il pouvait exclure certains acteurs de la scène politique, mais qu’il devait prioriser la raison et agir en bon père de famille. Il doit, selon lui, dialoguer avec tout le monde et être un président fédérateur. « Annoncer une nouvelle loi électorale ou une modification du système de scrutin devrait avoir lieu après le dialogue…C’est une maladresse du président. Il nous met devant le fait accompli. Il s’agit d’un passage en force. Il est en train de nous user moralement ! Nous devons dire non ! », s’est-il exclamé.


Sghaier Zakraoui a considéré que le chef de l’Etat devait appeler le peuple à travailler davantage et à fournir plus d’efforts avant de parler de souveraineté. Il a estimé que la situation était paradoxale : « on n’arrive pas, d’une part, à gérer le pays et on exporte, d' autre part, des compétences », a-t-il dit.

Le professeur de droit a, également, estimé que le scrutin uninominal aura un impact négatif sur le pays. Il a affirmé qu’un tel système portera atteinte au principe de parité et à la représentation des femmes.


Par ailleurs, Sghaier Zakraoui a affirmé que l’Institut Tunisien des Études Stratégiques avait presque fermé ses portes. Il a indiqué qu’il n’y avait presque plus d’employés. Il a déploré la dégradation de la situation de cette institution et a rappelé qu’un tel établissement devait représenter une force de proposition.


S.G


14/04/2022 | 11:35
5 min
Suivez-nous
Commentaires
ourwa
La choura, il n'y a que ça de vrai !
a posté le 14-04-2022 à 19:08
" Le président de la République ne respecte aucune personne ou institution ! Ceci est inacceptable. Personne ne peut nier qu'il ne cherche qu'à appliquer le projet de la gouvernance par les bases. Or, le 25 juillet visait à mettre fin à la décennie de la destruction et à traiter des questions relatives à notre quotidien », dit Sghaier Zakraoui, " professeur et chef du département du droit public à la Faculté de Droit et des Sciences politiques de Tunis ". Tiens nous n'y avons pas pensé... mais alors, si c'était vrai, marcherait-il ainsi sur les pas d'un certain mouammar khadafi, ses "comités populaires" et sa "jamahiriya" ? à moins qu'il compte prendre exemple sur la Suisse, Etat fédéral, où le moindre canton est habilité à organiser, dans les limites de son territoire, des référendums relatifs à la vie quotidienne et aux droits de ses habitants...ce qui nous fait penser à l'admirable référendum électronique que KS a organisé ( 5 millions de participants, une réussite) et ce sur l'ensemble du territoire national et même à l'étranger, grace à internet... Alors la Libye de khadafi ou la Suisse ? Nous hésitons à trancher, donc nous nous abstenons...
ATT
Mr Sghaier: à quand la démission de votre patron Kaiis Saied ?
a posté le 14-04-2022 à 15:28
Pouvez-vous l'encourager et/ou la proposer ?
Nephentes
Intervention magistrale de Mr ZAKRAOUI
a posté le 14-04-2022 à 14:52
Il faut féliciter Mr Sghaier pour sa lucidité et son courage; il a magistralement démontré la caractère artificiel et malhonnête de la démarche du président ce depuis le mois de juin 2022. Et ce dans un contexte d'extrême urgence économique et sociale.
VR
Sghaier Zakraoui: Voulez-vous prendre vos distances avec KS ?
a posté le 14-04-2022 à 14:45
C'est même trop tard cher Monsieur !
Tout le monde ne vous pardonnera pas vos tendances putschistes!
ENFIN QQUN QUI S'EST REVEILLE !
TEAM-TONIC
a posté le 14-04-2022 à 14:34
Je disais exactement ce que Monsieur vous dit depuis le 25 Juillet au soir !
"Nous devons dire non !"
Je ne comprends pas cette léthargie générale des tunisiens guidés par le bout du nez par un Fou....
Heureusement que vous n'avez pas eu un 2ème Ben Ali...mais à priori avec ectte "expérience" ça devrait arriver...Il n'y a pas de raison !
C'est impressionnant !
AN
Sghaier Zakraoui: c´est tragique et trop tard!
a posté le 14-04-2022 à 14:26
Vous auriez dû voir, il y a des mois déjà, que le Président Kaiis Saied a été et est sur la mauvaise voie et avec lui toute la Tunisie !
MH
Quelle mouche l'a piqué
a posté le 14-04-2022 à 14:20
C'est extraordinaire ! Il n'y a pas si longtemps, il disait exactement le contraire. Enfin le réveil ! Mieux vaut tard que jamais, et pourtant c'était clair dès le départ. KS a roulé tout le monde dans de la farine. Le peuple ne comprendra la supercherie que tardivement.
Sensei
Referendum tres bientot
a posté le 14-04-2022 à 12:48
Encore un juriste qui fait de la politique tout comme la majorite de ses confreres, sans l avouer evidemment. Les dites organisations nationales ne representent que leur membres, alors que 76% des tunisiens disent vouloir voter de nouveau pour Kaeies Saeied, bien que 87% se disent insatisfaits de la situation economique et sociale. Et si la constitution est deja dans le tirroir de Kaeies Saeid, que ces organisations nationales, ces partis politiques, cette armada de bien pensants juristes, etc travaillent ardemment pour que le peuple rejette cette constitution, il va y avoir un referendum dans 3 mois et 11 jours non?
Dan
C ça
a posté le 14-04-2022 à 12:41
Cause toujours tu m'intéresse
Le cap est tracé c pas des guignols et des chauffeurs de plateaux comme toi qui vont changer quelque chose