alexametrics
mercredi 05 octobre 2022
Heure de Tunis : 22:08
Dernières news
Zouhair Maghzaoui : le dialogue national n’a pas encore commencé
12/04/2022 | 10:39
1 min
Zouhair Maghzaoui : le dialogue national n’a pas encore commencé


Commentant les rencontres bilatérales entre le président de la République, Kaïs Saïed, et plusieurs organisations nationales, le secrétaire général du mouvement Echâab, Zouhair Maghzaoui, a affirmé, lundi 11 avril 2022, que le dialogue national n’avait pas encore commencé. 
 
Il a avancé, dans une déclaration à Mosaïque FM, que le dialogue national devrait aborder plusieurs points, notamment le scrutin uninominal que le chef de l’Etat a proposé, le référendum du 25 juillet prochain et les législatives anticipées. 
 
 
Zouhair Maghzaoui a signalé, dans ce sens, la stagnation du paysage politique dans le pays et l’importance de créer un climat propice pour mettre en œuvre la feuille de route que Kaïs Saïed avait annoncée en décembre de l’année écoulée. 
 
La semaine dernière, le président de la République s'est entretenu avec les représentants de plusieurs organisations nationales, notamment l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce e de l'artisanat (Utica) et l'Union nationale de la femme tunisienne (UNFT).  
 

N.J. 

12/04/2022 | 10:39
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Mansour Lahyani
Il n'y a donc pas que Trifi pou démentir KS....
a posté le 12-04-2022 à 14:29
Même son plus proche soutien affirme le contraire de ce que KS affirme, réaffirme et martèle à chaque intervention ! Où allons-nous, j'vous demande bien, Madame Pichu !
ourwa
Il insiste, ce mercenaire d'ennahdha !
a posté le 12-04-2022 à 13:51
Maghzaoui, donc son " parti, ecshâab", ne sait plus sur quelle béquille danser; il ne s'ppose pas au dialogue annoncé par KS, sauf qu'il " s'étonne de son retard" et qu'il souhaite, au cours de ce dialogue, l'existence de ces points d'ordre : " notamment le scrutin uninominal que le chef de l'Etat a proposé, le référendum du 25 juillet prochain et les législatives anticipées. " sic. En somme la prise en compte des " revendications" du parrain idéologique d'eschâab, à savoir le mouvement islamo-fasciste ennahdha. Ou bien Maghzaoui prend KS pour un con, ce qui ne serait pas étonnant de la part d'un parti national-arabe matiné d'islamisme abject, ou bien c'est un ignorant et un inculte accompli...à moins que ce soit les deux...Ce que nous, beaucoup, regrettons dans la configuration politique générale en Tunisie, c'est l'absence réelle et attestée de tout parti de gauche, que ce qui s'affiche en tant que tel, ou fait semblant, " leparti des travailleurs", n'est rien d'autre qu'une sorte d'épouvantail ridicule, qui fait sourire, mais un épouvantail très propice au prélassement des nos corbeaux nationaux...barbus, kamissés et foulardées... A savoir : si le fameux Front populaire s'est cassé la gueule au lendemain de l'assassinat de Chokri Bel-Aïd et de Med Brahmi, c'est que ce Front n'était pas politiquement viable, tant il comptait en son sein des " partis" et des mouvements politiques orientés vers le panarabisme et l'islamisme abject et totalitaire façon Hosni Mubarak, Med Morsi, ou façon wahabisme...Où est le Front populaire en tant qu'union de partis politique de gauche? Mort et enterré mais il en "reste" le "Parti des travailleurs" de hamma hammami...lequel continue à nous amuser. Foutu époque !
AN
Zouhair Maghzaoui : vous etes le porte parole de Président ?
a posté le 12-04-2022 à 13:07
-
BORHAN
QUEL DIALOGUE...!
a posté le 12-04-2022 à 12:24
Le dialogue n'a pas encore commencé !!!
'?videmment car nous ne sommes même pas en phase de réflexion !!!
Mais pour commencer il faut qu'il y est vraiment un dialogue.
Celà implique la participation de diverses parties surtout les acteurs politiques et la société civile.
Malheureusement, au rythme que nous constatons la vie politique tunisienne est carrément enterrée et peut être pour l'éternité.
D'ailleurs, dialoguer sur quoi et comment !!!
La Tunisie a déjà raté différents trains de l'histoire, de son histoire et ce depuis 1956, date de cette fameuse indépendance.
Franchement, je n'y crois plus.
Pour faire décoller le pays il faut être chinois ou japonais.
Moi, je pense que la " question tunisienne " est étroitement liée aux facteurs temps et à l'émancipation de sa jeunesse.
Ces deux constantes indiscutables pour faire grandir le pays ne sont pas encore la tasse de thé du peuple.
En effet, les choses sont pas aussi de simples pour un pays bloqué depuis des décennies.
Toute demarche susceptible de sauver le pays doit passer inévitablement par un processus d'autocritique sérieux.
Enfin, j'ajoute que ce genre de dynamique nécessite l'adhésion absolue de tout le peuple.
Mais allez raconter tout celà à n'importe quel citoyen et vous aurez la réponse cash.