alexametrics
vendredi 19 juillet 2024
Heure de Tunis : 00:38
A la Une
Noureddine Boutar : l’affaire qui pue l’injustice !
02/05/2023 | 14:34
14 min
Noureddine Boutar : l’affaire qui pue l’injustice !


Le journaliste et directeur de Mosaïque FM, Noureddine Boutar, est injustement détenu depuis le 13 février 2023. Il a été placé en prison durant la très controversée campagne d’arrestation entamée le 11 du même mois. Le comité de défense du journaliste ne cesse de pointer du doigt l’injustice à laquelle il fait face alors que la justice fait semblant de ne pas voir l’évidence.

Les mésaventures de Noureddine Boutar ont commencé par son arrestation pour soupçon d’enrichissement illicite et complot contre la sûreté de l’État. Nous avons découvert, par la suite, qu’il avait principalement été interrogé sur la ligne éditoriale de Mosaïque FM et le choix des invités et des questions posées. Il ne s’agit pas de simples rumeurs ou de récits relayés par l’opinion publique. L’avocat et membre du comité de défense de Noureddine Boutar, Ayoub Ghedamsi a expliqué que les questions étaient clairement mentionnées dans le dossier de l’enquête. Selon la justice tunisienne, Noureddine Boutar aurait exploité la radio afin de pousser les Tunisiens à se révolter et de porter atteinte à l’image du chef de l’État, Kaïs Saïed.

Ce dernier, d’ailleurs, n’a pas manqué d’exprimer son mécontentement au micro de la radio. Le président de la République avait laissé de côté la question posée par le journaliste Cheker Besbes au sujet des investisseurs et de l’organisation du Sommet de la francophonie. Kaïs Saïed a critiqué ce qui serait des campagnes médiatiques menées par des journalistes et des invités dont ceux de Mosaïque FM. Il a, également, exprimé son opposition à l’atteinte aux symboles de l’État et à ses institutions. Cette déclaration date du mois de novembre 2022. Quelques mois après, Noureddine Boutar se trouve au milieu d'une affaire sans queue ni tête.


Noureddine Boutar a été accusé d’enrichissement illicite pour des faits remontant à 2003 soit la date du lancement de la radio. Son avocat a indiqué, à l’occasion d’une conférence de presse du 2 mai 2023, que l’enquête avait été initiée sur fonds de suppositions. Il n’y a pas eu de preuves ou de documents démontrant l’enrichissement illicite et le blanchiment d’argent. La justice a entamé la poursuite suite à un simple rapport émanant d’un informateur. Les affirmations de ce dernier n’ont toujours pas été prouvées. La justice a essayé de prouver ses accusations par tous les moyens, mais rien n’inculpe M. Boutar, selon son avocat. Maître Ghedamsi a assuré qu’il n’y avait pas de transactions douteuses liées à son client, à l’épouse de ce dernier ou à la radio. Il a assimilé l'attitude du pouvoir judiciaire à celle du pouvoir colonialiste français. Il a indiqué que ce dernier montait des dossiers contenant une multitude d'accusations afin de s'assurer de l'inculpation de la personne visée quelle qu'en soit la raison. 

« Nous vivons après 2014-2015. Nous avons, donc, une loi de lutte contre le blanchiment d’argent applicable aux faits survenus après 2014. Néanmoins, le recours du ministère public à la loi de 2003 signifie que les faits reprochés remontent aux débuts de Mosaïque FM avec son directeur général… En tant que comité de défense, nous leur avons affirmé que nous étions prêts à enquêter sur n’importe quelle période… La société de comptabilité a été auditionnée… En 79 jours d’emprisonnement, aucune preuve n’a été trouvée… Ceci démontre un abus d’usage de la capacité d’emprisonner et de privation de liberté dans un dossier vide… Nous avons attendu l’évolution de l’enquête. Nous nous sommes retrouvés face à l’inconnu. Nous n’avons aucune idée au sujet des mesures qui seront prises par la justice », a-t-il déclaré.

Ayoub Ghedamsi a indiqué que la totalité des institutions financières se trouvant en Tunisie ont été contactées par la justice. Elles ont été interrogées au sujet de la situation financière de M. Boutar et des supposées transactions illicites. Toutes ont démenti la chose. La seule à ne pas avoir encore réagi est la Commission tunisienne des analyses financières (Ctaf). Il a rappelé que celle-ci avait présenté un rapport préliminaire affirmant l’absence de transactions douteuses. Il a critiqué l’absence d’un rapport final attestant de la chose. Il s’est interrogé sur la lenteur de l’envoi d’un tel document.

L’avocat et les nombreuses personnalités ayant pris la parole au cours de la conférence de presse du 2 mai 2023 ont pointé du doigt l’injustice à laquelle fait face Noureddine Boutar. Ils ont assuré que l’affaire visait en vérité la presse et l’intégralité des institutions médiatiques. Il s’agit, selon eux, d’une tentative d’intimidation des journalistes. Ils ont exprimé leur opposition à cette politique. L’avocat de Noureddine Boutar a déclaré à ce sujet : « Rien n’a changé au niveau de Mosaïque FM… La ligne éditoriale n’a pas changé… On maintient la même approche critique, la même analyse, les mêmes invités… La seule chose qui a changé est le sentiment d’injustice… Il évolue et s’amplifie… Les institutions judiciaires qui, théoriquement, doivent défendre les droits et les libertés, sont, aujourd’hui, compromises et suivent un ministère public adoptant la politique des colons… On a enfreint la loi sans rien trouver ».


L’avocat a, aussi, rebondi sur les fameuses discussions et captures de messages censées être liées à son client. Il s’agit d’une série de photos circulant sur Facebook depuis son arrestation. Une simple lecture rapide de celles-ci démontre l’aspect ridicule et risible de la chose. Des fautes d'orthographe inconcevables, un jargon sans rapport avec le fond ou les personnes supposées échanger et des traces visibles de modifications et de traitement d’images. L’avocat de Noureddine Boutar a rappelé que la falsification de preuve était punissable par la loi. Il a indiqué que ce genre de rumeur portait atteinte aux intérêts de son client et de la loi. Il a déploré l’absence de réaction de la part du ministère public à ce sujet. « Ce genre de comportement est illégal… Essayer d’induire le juge d’instruction en erreur est puni par la loi… Nous avons déposé plainte auprès du tribunal de première instance de Tunis… Après avoir enfoui le dossier, il a été attribué à un autre tribunal, celui de la Manouba afin d'auditionner le plaignant : Noureddine Boutar Il se trouve en prison. Il n’a pas connaissance de ce qui circule sur Facebook… Ceci nous montre qu’il y a une justice à deux vitesses en Tunisie », a-t-il dit.

Autres éléments surprenants dans cette affaire, Noureddine Boutar a subi un autre interrogatoire au sujet, cette fois-ci d’une rencontre avec Leila Trabelsi, Belhassen Trabelsi, Nabil Karoui et Ghazi Karoui. La chose a été révélée, durant la même conférence de presse, par le journaliste Zied El Heni. Il a indiqué que Noureddine Boutar avait été auditionné quatre jours après son arrestation sur un récent voyage en France. Noureddine Boutar a expliqué qu’il s’était rendu, fin 2022, aux USA. Durant le trajet de l'aller, il y a eu une escale à l’aéroport d’Amsterdam. Une autre escale a eu lieu à l’aéroport Charles de Gaulle de Paris durant le retour. Le journaliste n’a pas quitté l’aéroport durant les deux escales. D’ailleurs, il n’a pas besoin de se rendre jusqu’à Paris pour rencontrer ces personnes-là. S’il est aussi malveillant, malin et rusé que l’affirme la justice, il n’a qu’à échanger avec ces gens à distance et ne pas prendre le risque d’être photographié avec elles. Il existe, pour un homme ayant à sa disposition certains moyens financiers, des outils et des stratagèmes plus simples pour comploter contre la sûreté de l’État.

Joignant sa voix à celle de l’avocat de M. Boutar, le président du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), Mahdi Jlassi a assuré que le dossier de l'affaire était complètement vide et ne comportait pas de preuve. Il a considéré que les poursuites envers Noureddine Boutar visaient la radio Mosaïque FM et sa ligne éditoriale. Il a souligné l’absence de preuves justifiant l'ouverture d'une enquête. Il a indiqué que Noureddine Boutar était accusé de blanchiment d'argent en raison de faits remontant à 2003.

« Il n'y a toujours pas de raison derrière les poursuites visant Boutar. On a procédé à une fouille et à un audit, mais on n'a rien trouvé. La solution était, pour eux, le ciblage de la ligne éditoriale. Je tiens à être clair à ce sujet. La question de la ligne éditoriale n'est pas un prétexte ou une supposition. Le dossier de l’affaire parle clairement de la ligne éditoriale de la radio et de son exploitation. On a posé des questions claires au sujet de la ligne éditoriale. Nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un procès d’opinion et de l’orientation indépendante du pouvoir de la radio Mosaïque FM », a-t-il ajouté.

Mahdi Jlassi a évoqué le lien entre l’affaire de Noureddine Boutar et le contexte national et la situation politique de la Tunisie. Il a rappelé que des dizaines de personnes étaient poursuivies en raison de leurs avis, de leurs articles ou de leurs déclarations. Il a évoqué les enquêtes visant Mohamed Boughalleb et Monia Arfaoui initiées par le ministre des Affaires religieuses Brahim Chaibi. Pour rappel, Mohamed Boughalleb avait révélé que Brahim Chaibi avait troqué la voiture de fonction mise à sa disposition, et qui selon lui était tout à fait commode et adéquate, pour une BWM modèle X6. Ce véhicule avait été confisqué par la douane et devait être conservé dans un entrepôt jusqu’à ce que la justice tranche dans une suspicion de vol. Néanmoins, son propriétaire a été surpris de découvrir que la voiture avait été attribuée au ministère des Affaires religieuses. M. Boughalleb a été derrière la divulgation des faits. La justice tunisienne a, d’ailleurs, donné raison au récit de ce dernier. Elle a ordonné, à la suite d'une enquête, le retour du véhicule à l’entrepôt de la douane. Parallèlement et paradoxalement, Mohamed Boughalleb a été poursuivi en vertu du décret n°54 suite à une plainte déposée par le ministre. Le journaliste a donc raison, mais on continue malgré cela à le poursuivre en justice. Il aurait sûrement dû choisir de faire les louanges de ce ministre et d’évoquer ses réalisations (que nous attendons toujours de découvrir).

« Aujourd’hui, il y a des avocats, des activistes et des leaders politiques poursuivis pour leur opinion… Ils sont poursuivis suite à des instructions émanant directement du pouvoir exécutif et de la ministre de la Justice… Nous sommes à J-1 de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Parallèlement, la Tunisie fait face à une vague sans précédent de procès d’opinions et d’idées… Il s’agit du résultat d’instructions claires du pouvoir politique, sous l’encadrement direct du président de la République et d’une exécution de la part des institutions sécuritaires et judiciaires. Celles-ci ont montré qu’elles fonctionnaient sous instructions du pouvoir en place… La tyrannie ne fait pas exception. Celui qui se croit, aujourd’hui en sécurité, sera, dans le futur, l'une des premières victimes... La force d’un secteur réside en sa solidarité… Nous devons être prêts à défendre l’un de nos collègues… Le pouvoir prend ce genre d’éléments en considération… Nous avons le droit de nous exprimer au sein de notre pays sans faire face à des procès, être suivis par les institutions de l’État et faire l'objet de censure et de pressions », a ajouté Mahdi Jlassi durant la conférence de presse.


Plusieurs personnalités étaient présentes lors de cet événement. Parmi elles, nous pouvons citer le secrétaire général de la Fédération nationale de l’Information relevant de l’UGTT, Mohamed Saidi, le président de la Fédération tunisienne des directeurs de journaux (FTDJ)Taieb Zahar, les professeurs universitaires Wahid Ferchichi, Youssef Sedik et Sadok Hammami et le représentant du bureau de Tunis de Reporters Sans Frontières, Samir Bouaziz. Ces personnalités ont, tour à tour, exprimé leur soutien à Noureddine Boutar, à sa famille et à Mosaïque FM. Elles ont, également, pointé du doigt les innombrables vices de procédure, les contradictions et les incohérences liés à cette affaire. Toutes étaient d’accord sur le véritable objectif de cette affaire. Faire taire les critiques, harceler les médias et intimider l’opposition au pouvoir en place.

L’affaire de Noureddine Boutar, d’après les éléments relayés par le comité de soutien de ce dernier, se rapproche plus d’un James Bond ou de l’un des films de Mission Impossible. On y évoque des méchants et des sociétés secrètes capables de tout. L’instruction s’accroche au récit du gigantesque complot visant la Tunisie. Un récit extravagant et fantasque rejetant l’hypothèse d’une possible défaillance du système, car il est plus facile de blâmer les autres et de les tenir responsables des pénuries, de la crise financière, de l’inflation, de la dégradation du pouvoir ou encore de la quasi-absence des électeurs lors des législatives et du référendum.


Sofiene Ghoubantini

02/05/2023 | 14:34
14 min
Suivez-nous
Commentaires
Jimmy
Parole d'évangile ou parole sacré
a posté le 04-05-2023 à 08:06
C'est son avocat qui le dit donc c'est vrai....franchement c'est du grand n'importe quoi !!!
L'avocat tunisien pour prendre de l'argent est capable d'innocenter même francis Holms ou Guy George...
Arrêtez de nous prendre pour des imbéciles. Cet énergumène a contribué par les moyens dont il dispose à la déstabilisation de l'état et à la préparation avec les traîtres à la nation et la mafia tunisienne d'un coup d'état contre un président légitime élu démocratiquement au suffrage universel.
Bta
Ridicule
a posté le 04-05-2023 à 05:26
Ahhh parce que c'est un JOURNALISTE il a droit à un article long comme un fleuve...
Combien d'hommes ou de femmes croupissent en prison injustement ou à tord.
Pourquoi vous ne faite pas une enquete à ce sujet?
Ayadi
Prétendre connaître la vérité !
a posté le 03-05-2023 à 05:46
Tout le monde parle d'injustice et que le dossier de Boutar est vide,c'est formidable, sauf le soit-disant chroniqueur et '?'non-journalite'?'un certain Jrad un défenseur farouche du président, ce Jrad ,connaît tout, plus que la justice, le dossier de Boutar est entre ces mains selon ses dires, il fait l'éloge des juges et insulte le reste,il avait raison ,il détient la vérité ,il ne se trompe pas, bref il est rancunier, pourquoi tout ce cris d'un corbeau inutile, pourquoi il déteste toute personne critiquant kaies Saied, je ne déteste pas le président mais je déteste sa façon de gouverner mon pays. Du moment que les juges n'ont rien déclaré d'officiel, tout ce que l'on dit à-propos de Boutar est juste, je conseille ce soit-disant chroniqueur d'être objectif et rationnel parce que le président va partir un jour et la Tunisie restera éternellement et Jrad serait dans une poubelle parce qu'il n'était pas objectif et Clément et avait prétendu connaître plus que ces gens présents à la conférence de Noureddine Boutar.
Citoyen_H
MAIS BIEN SûR, PARCE QUE AVANT KAISSOUNE
a posté le 02-05-2023 à 21:17
ça sentait la rose !!!!
Arrêtez de manipuler les esprits les plus faibles.
A un moment ou un autre, il y aura un dérapage et vous serez les uniques responsables.
Cela risque de très mal finir, ya jwoué3a.


KHEID : Je marche toujours sur mes 2 mains et la tite en bas!
Je fais confiance à l'injustice de mon pays
a posté le 02-05-2023 à 19:22
Le progrès est l'injustice que chaque génération commet à l'égard de celle qui l'a précédée.
Pour NB:Il faut savoir supporter les injustices jusqu'au moment où on peut en commettre soi-même.
Mais, je suis fier de dire que: La pire injustice n'est pas de naître avec peu, mais de ne pouvoir espérer mieux.
Et, je vous rassure que : De la barbarie, de l'injustice ne peut surgir que le désir de vengeance.
Aussi : N'oubliez jamais que ce qui doit passer en premier dans la vie, c'est la souci de donner à chacun la justice. (Albert CAMUS)
La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique.
Il faut donc mettre ensemble la justice et la force ; et pour cela faire que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste.
Blaise Pascal
Encore BLAISE P :Ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force.
Et à Bagla Liha : La justice est longue, Mais la prison est plus longue.



Mozart
Propriétaire de Mosaïque FM & journaliste ?
a posté le 02-05-2023 à 18:27
Dans les pays démocratiques, le propriétaire d'un média perd la qualité de journaliste à l'instant même où il en devient propriétaire.

Dans notre Tunisie, ce n'est pas encore le cas.

D'où le fait que Noureddine Boutar est présenté comme journaliste : un abus.

On peut toutefois espérer qu'un jour ou l'autre il soit mis fin à cet abus auquel par exemple NB, s'il est actionnaire majoritaire de BN, n'échappe pas.
nadhir
Seieb aalikom
a posté le 02-05-2023 à 16:54
Seieb aalikom, Boutar est inculpé jusqu'à la moelle dans des affaires de blanchiment d'argent...
Crow85
et le SNJT
a posté le 02-05-2023 à 16:31
Ce qui pue aussi est que le syndicat des journalistes soit présidé par un islamiste.
Je soutiendrais les journalistes le jour où ils confieront leur syndicat à des hommes/femmes libres et patriotes.